Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 21:19

bachelotLa Ministre de la Santé et des Sports a fait tourné en rond les IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d'état) en multipliant les réunions de concertation sans la moindre négociation véritable : je viens de lui écrire :

Madame le Ministre,

Les infirmiers anesthésistes diplômés d'Etat de notre hôpital se voient dans l'obligation de multiplier les gardes et astreintes, que ce soit au bloc opératoire, à la maternité ou au SMUR pour assurer la continuité du service public en urgence.

Aussi le chantage fait, comme d'ailleurs à l'ensemble de la profession infirmière, de supprimer la notion de pénibilité du travail en échange d'une revalorisation salariale (d'ailleurs trop modeste) est tout à fait regrettable, car le travail de nuit est reconnu comme un critère important de pénibilité du travail.

La conservation de la reconnaissance de la pénibilité du travail, associé à une véritable revalorisation salariale est nécessaire pour conserver l'attractivité de cette profession, dont nous avons terriblement besoin.

Il serait en effet inenvisageable sans leur présence, sans leurs compétences, de faire fonctionner un bloc opératoire comme celui de Charleville Mézières avec aussi peu de médecins anesthésistes-réanimateurs et vous n'êtes pas sans savoir les difficultés de recrutement que nous connaissons. Leur qualification, a permis depuis 20 ans de faire régresser la morbidité/mortalité en per opératoire, un retour en arrière risquerait d’avoir des conséquences sur la sécurité en anesthésie.

Cette qualification, liée à cinq années d'étude après le baccalauréat, correspond tout à fait à un niveau master et ne pas le reconnaître serait un mauvais prétexte à une revalorisation salariale insuffisante.

Leurs compétences ne doivent d'ailleurs pas être morcelées, sauf à remettre en cause les acquis en terme de sécurité des patients au bloc opératoire et il est nécessaire que tous les gestes dédiés exclusivement à la pratique de l’anesthésie ne soient pas détachables du diplôme d’IADE.

Madame le Ministre, il y a urgence à ce que de véritables négociations aient lieu avec leurs représentants sur l'ensemble de leurs revendications, sans les fragmenter, car elles sont cohérentes et en rapport avec l'importance de leurs rôles dans le bon fonctionnement hospitalier.

Je vous prie de croire, Madame le Ministre, à mes salutations respectueuses.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:05

hopital-copie-1.jpgA toute allure, le gouvernement publie les décrets mortifères d'application de la loi Hôpital Patient Santé Territoire pour priver toute expression démocratique : les EPRD 2010 des hôpitaux (la forme nouvelle des budgets, correspondant à la nouvelle gestion de type privé, sans lien avec la nécessaire satisfaction des besoins de santé des populations) ne seront pas présentés aux conseils d'administration des hôpitaux, mais seulement aux nouveaux conseils de surveillance, qui doivent être mis en place pour le 3 juin !

Un choix politique a manifestement été fait d'écarter les élus régionaux de ces instances ; c'est d'ailleurs tout à fait contradictoire avec les compétences acquises par les régions en 2004 sur les formations paramédicales, mais la droite n'est pas à une incohérence près ! Sur ce sujet, vous pouvez lire, en cliquant ici, l'intervention de Karine Jarry, conseillère régionale communiste, lors de la séance du conseil régional où nous avons failli désigner les représentants de la nouvelle assemblée régionale dans les CA des hôpitaux de la région, mais le décret venait de paraître !

Plus question non plus pour les médecins de donner un avis sur la gestion de leur hôpital : les commissions médicales d'établissements ont perdu leur rôle. Vous pouvez aller lire à ce sujet le communiqué de la Confédération des Praticiens des Hôpitaux en cliquant ici. Les directions des hôpitaux ont d'ailleurs déjà compris. Il y a quelques jours, j'ai essayé de négocier avec les services techniques de l'hôpital le matériel 2010 du service d'anesthésie. Je n'ai eu comme réponse que "c'est le directeur qui décidera !". Je ne demandais pas des dépenses insensées, mais simplement de remplacer le renouvellement d'un appareil d'anesthésie qui fonctionne parfaitement bien (mais on m'a sorti plein d'arguments fallacieux sur le risque de ne pas trouver de pièces de rechange en cas de panne : vous savez, les fameux arguments de cette société dont le seul but est de faire faire des profits à certains, en l'occurrence les fabricants de respirateurs) par l'achat d'un appareil qui doit permettre de faire des anesthésies locorégionales dans de meilleures conditions de sécurité et qui coûte moins cher, ce qui respectait donc parfaitement les impératifs budgétaires. Mais sans doute le directeur sait mieux que moi comment on fait de l'anesthésie !

D'ailleurs, hier à la commission médicale de l'hôpital, la fermeture de onze lits du service d'orthopédie traumatologie n'était présentée que comme information. Elle est programmée pour le 7 juin. C'est vrai qu'il vaut mieux ne pas demander l'avis des médecins, car ce n'est pas le directeur qui est ennuyé quand on ne sait où mettre les blessés ! Le collectif de défense de l'hôpital a d'ores et déjà programmé un rassemblement devant la DDASS (on suppose que c'est là qu'est hébergé le représentant de l'ARS dans les Ardennes) le 2 juin, avant les assises départementales des services publics, prévues ce jour là. Car il n'est pas envisageable que cette fermeture ait lieu !

Les personnels sont attaqués aussi ! La détermination des IADE (infirmiers anesthésistes) leur a permis d'arracher, hier, l'ouverture de négociations et vous pouvez lire à ce sujet le communiqué de la CGT en cliquant ici. Ceci est un encouragement pour l'ensemble des personnels hospitaliers à la lutte !

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 21:00
Logo_ghsa.gifC'est bien ce qui est ressorti de la réunion publique organisée par le collectif de défense de cette maternité : un vrai succès - on a même du remettre des chaises - et une volonté commune affirmée pour la pérennité de cette maternité.
J'arrive un peu tard pour faire un compte-rendu, mais il paraît que je ne devais rien mettre sur mon blog avant la fin des élections. Vous avez déjà eu celui de L'AN VERT (à retrouver en cliquant ici), celui de l'Union (à retrouver en cliquant ici). Alors, j'ai choisi plutôt de vous donner de la lecture, des arguments pour l'avenir.
logo.gifEn cliquant ici, vous retrouverez le texte de l'intervention de Jean Claude Marx, qui a eu la gentillesse de venir représenter la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité et de donner tous les éléments permettant de comprendre que les fermetures au nom de l'absence de moyens financiers ne sont que le résultat d'un choix de société et qu'il est possible de trouver des financements pour les hôpitaux. Et en cliquant ici, vous trouverez le résumé de mon intervention, tel que je l'ai fait à l'attention de la journaliste de la Semaine des Ardennes qui me l'a demandé.
En deux mots, la qualité c'est la proximité.
Pendant que j'en suis à vous donner des documents, en voici un que je devais vous donner à lire depuis un moment : un article que j'avais écrit pour "A coeur ouvert", une feuille de chou écrite par la commission santé du PCF à destination des personnels de santé. La marchandisation de la santé baisse la qualité et rend malade les personnels : Vous le retrouverez en cliquant ici. Toutes les publications de la commission santé du PCF peuvent d'ailleurs être retrouvées en cliquant ici.
Le CA du groupement hospitalier Sud Ardennes, sous la présidence du maire de Rethel, a voté la fermeture de cette maternité. Tant qu'elle n'est pas fermée, elle vit et il y a de l'espoir de gagner cette bataille. Ce n'est pas qu'une bataille pour Rethel. Une victoire signifierait que le GHSA s'occupe de satisfaire les besoins de santé de la population et pas uniquement de faire les économies demandées par l'Agence Régionale de l'Hospitalisation.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 00:53
hopital-copie-1.jpgJ'ai une foule de chose à dire :
- Charleville Mézières : le collectif de défense de l'hôpital tiendra son assemblée générale constitutive le 26 février à 18 h 30 salle de Nevers (toutes les informations en cliquant ici). Bien évidemment, on n'y discutera pas uniquement des aspects administratifs de la constitution de l'association (statuts, élection du CA) mais on envisagera aussi les actions futures. Venez nombreux !
- Rethel : vous avez peut être vu les informations à France 3 hier soir et le maire de Rethel se retrancher derrière la sécurité pour justifier la fermeture : il y a un cynisme énorme. Les femmes qui accoucheront chez elles (et depuis la fermeture de la maternité de Vouziers, il y en a déjà eu !) ou qui consulteront trop tard, car elles se seront demandé si les petits troubles qu'elles avaient nécessitaient bien d'aller jusqu'à Charleville Mézières ou Reims, cela ne le regarde pas : ce ne sera pas dans son hôpital ! On ne lui reprochera pas ! Et ce sont des gens comme cela, des gens qui fuient leurs responsabilité qui se présentent avec J.L. Warsmann aux élections régionales !
Le collectif de défense de l'hôpital de Rethel organise une réunion publique le 12 mars.
- Epernay : voici la lettre ouverte écrite par Karine Jarry, conseillère régionale comuniste et représentant la région au CA de l'hôpital d'Epernay.
Hôpital public d’Epernay
Attention Danger !

Le projet « Pôle de santé sparnacien » a été recalé par la ministre de la santé. Malgré les nombreuses déclarations du maire d’Epernay sur la solidité du dossier, le projet de fusion entre l’hôpital public et la clinique privée vient de perdre toutes les subventions ministérielles (24 millions d’euros) alors qu’il était inscrit dans le plan « hôpital 2007 ».
Les milliers d’usagers qui se sont inquiétés, qui ont signé des pétitions, les associations et les organisations syndicales ont eu raison de se mobiliser pour défendre l’avenir de notre hôpital public.
De qui se moque t-on ?
Depuis plusieurs années, et dans la perspective de ce projet, les moyens de fonctionnement de notre hôpital sont durement mis à mal : ils conduisent à des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les personnels. A cela s’ajoute l’austérité budgétaire imposée par le gouvernement, votée par le Parlement chaque année, et donc par le député Philippe Martin et ses amis au Sénat. Ils font croire à Epernay qu’ils défendent un projet de développement de l’offre de soins, alors qu’à Paris ils ont voté la loi Bachelot qui supprime l'appellation de "Service public hospitalier" pour ne parler que "d’Etablissement de santé". Cette loi consacre la casse de l’hôpital public dans notre pays, avec des conséquences lourdes pour les patients.
Ils ont voté le budget 2010 en faveur de la réduction des « coûts » et des effectifs dans les hôpitaux publics. Ils soutiennent cette politique qui oriente vers le secteur marchand un nombre grandissant de malades.
Le plan hôpital 2012 et les fusions/disparitions d’hôpitaux s’inscrivent dans ces logiques, notamment en livrant l’hôpital public, la santé, aux appétits des actionnaires des marchés financiers.
Ne laissons pas faire !
Je demande publiquement que le personnel de l’hôpital et de la clinique, la population de notre bassin de vie, soient informés, concrètement et en toute transparence, des raisons de fond qui ont déterminé la décision ministérielle.
Je demande publiquement que soit diffusée la nature des « améliorations à apporter » dans le cadre de la négociation en cours avec le ministère.
Je demande publiquement quel sera le véritable statut du groupement de coopération sanitaire, privé ou public.
Je demande publiquement la tenue d’une table ronde, avec tous les acteurs locaux concernés, usagers, personnels, organisations syndicales, associations, élus), afin qu’une information sérieuse soit donnée sur la situation actuelle et l’avenir de l’hospitalisation publique dans le bassin d’Epernay.
Enfin, je demande publiquement que la ministre de la santé, madame Bachelot, reçoive une délégation pluraliste, représentative des personnels, des usagers et des élus locaux, conseillers régionaux et généraux, pour débattre des moyens nécessaires au développement de notre hôpital public.
- Je voulais aussi vous parler du plan hôpital 2012, de la galère des infirmières entre la création de l'ordre infirmier et le chantage entre revalorisation de salaire et perte de la possibilité de partir en retraite à 55 ans ... Ce sera pour un autre jour !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 20:45
tranchees-jihoA l'heure de l'augmentation du stress au travail, à l'heure où il y aurait tant besoin de médecine du travail, car le profit prime de plus en plus sur l'humain, X. Darcos propose une réforme de la médecine du travail qui va dans le sens du MEDEF, qui supprimerait l'indépendance des médecins du travail vis à vis du patronat.
Pour en savoir plus, cliquez ici, et profitez en pour signer l'appel contre le projet Darcos de mise à mort de la médecine du travail comme je viens de le faire.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 01:12
hopital-copie-1.jpgCela va mal !
La Semaine des Ardennes d'il y a une dizaine de jours témoignait de la concertation avec laquelle le directeur de l'hôpital conduisait l'élaboration du projet d'établissement. Je viens d'ailleurs de découvrir que sur le site internet de ce journal figure une interview du directeur que vous pouvez trouver en cliquant ici.
Quelle concertation ?
Je lui ai adressé une lettre ouverte il y a quelques jours, concernant la fermeture de lits d'orthotraumatologie, car cela se dit de plus en plus dans les murs de l'hôpital et je voulais que cela soit également dit en ville, que la population en soit avertie, onze lits fermés, ce ne serait pas rien ! Il n'a pas démenti, mais osé dire que cela avait été annoncé : en fait, la seule chose dite avait été le résultat d'un audit (car pour payer des cabinets d'audit, on a des sous ...) conseillant des fermetures, sans dire où... Trop de lits de traumato ? Lors de ma dernière garde à l'hôpital, j'ai été voir quelqu'un devant être opéré le lendemain d'un bras cassé dans le service d'ORL ...il n'y avait plus de lits en traumato et les onze lits ne sont pas encore fermés !
Quelle concertation ? Aujourd'hui avait lieu une réunion de concertation (cela doit être la troisième) sur la création d'une unité de soins continus, annexe de la réanimation. Ce service est à la fois nécessaire pour une bonne prise en charge de certains malades et indispensable administrativement, car sa création est une condition mise par l'Agence Régionale de l'Hospitalisation pour que l'hôpital garde son service de réanimation : une réunion commencée avec une bonne demi heure de retard, mais les médecins n'ont rien d'autres à faire que d'attendre les administratifs et sans le directeur : il avait une urgence ... Après deux réunions passées à expliquer ce que les médecins voulaient, on espérait une réunion avec des propositions de réalisation, un calendrier, un lieu d'implantation du service ... Quel rêve ! Les adjointes du directeur n'avaient aucune réponse à nous apporter : ce n'est plus de la concertation, mais du papotage pour meubler le temps !
Pauvre directeur, devant gérer un budget ingérable, mais il serait bon qu'il n'en fasse pas trop pour plaire à la tutelle !
En conclusion, permettez moi de reprendre les propositions de Christophe Prudhomme, médecin urgentiste à l'hôpital de Bobigny et responsable du collectif des médecins de la CGT :
Remettre les compteurs à 0 dans les hôpitaux !
Il y en a marre des plans de retour à l’équilibre et des suppressions d’emploi alors que la bourse est grande ouverte par les laboratoires pharmaceutiques.
A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. C’est pourquoi je propose que la CGT avance deux revendications.
- D’une part que les laboratoires pharmaceutiques dont les profits ont explosé soient taxés pour abonder les comptes de la sécurité sociale. Pour mémoire, le champion français, Sanofi-Aventis, a dégagé plus de 8 milliards d’euros de bénéfices en 2009 pour un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros, soit une rentabilité de près de 30 %. On en prend 90% et on laisse 10 %, soit 800 millions d’euros pour les actionnaires, c’est largement suffisant.
Autre question, la vaccination. A ce jour, le Ministère de la santé a engagé près de 2,5 milliards d’euros de dépenses pour 5,5 millions de personnes vaccinées : soit un coût moyen de 400 euros par personne. Cette somme correspond à ce qu’il faudrait pour remettre les compteurs à zéro dans les hôpitaux.
Nous demandons donc à la Ministre qu’elle octroie un budget complémentaire du même niveau aux hôpitaux.
Notez tout de suite cette date : le vendredi 26 février aura lieu l'assemblée générale du collectif de défense de l'hôpital : assemblée constitutive avec adoption des statuts de l'association et élection du conseil d'administration, mais aussi définition des actions futures.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 17:32
C'est ce que vient de demander le groupe des sénateurs communistes et répoublicains et je vous invite à aller lire la proposition de résolution qu'ils ont déposée en cliquant ici.
Les interrogations se multipent en effet et je vous avais déjà fait part des accusations du président de la commission santé du conseil de l'Europe (voir ce billet en cliquant ici)
Il y a une vraie urgence à sortir le médicament du cadre infernal du profit et à constituer un pôle public du médicament !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 21:32
10-01-12Gagner plus à condition de travailler plus dans 5, 10 ou 15 ans, selon l'âge : tel est en effet l'horrible choix proposé aux infirmières : le passage en catégorie A, accompagné de quelques revalorisations salariales, contre 5 ans de travail en plus ! La retraite à 60 ans alors qu'actuellement les infirmières peuvent partir en retraite à 55 ans, du fait de la pénibilité du travail. Allez donc lire l'Humanité du 12 janvier en cliquant ici.
Tout ceci augure fort mal des négociations prévues avec les syndicats sur la pénibilité au travail.
Dans le même numéro de l'Humanité, il y a aussi un article sur les PARM, que vous trouverez en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:08
arton2758346-85a30
Il a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle joué par les laboratoires dans la campagne de panique autour du virus.

Allez donc voir son interview dans l'Humanité d'aujourd'hui en cliquant ici
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 17:57
Transferts de tâches en perspectives ? Le Ministère de la Santé a convié les organisations syndicales à un groupe de travail sur le Diplôme d'Etat d'Infirmier Anesthésiste pour identifier notamment les activités susceptibles d’être transférées par les médecins aux infirmiers anesthésistes. Ce groupe devra réfléchir aux  "activités (techniques et autres) dans lesquelles l’infirmier spécialisé peut entrer en pratiques nouvelles et mobiliser des compétences plus approfondies" et aux situations où les infirmiers spécialisés pourraient mettre en œuvre des compétences nouvelles.
Que l'on réfléchisse à redéfinir les tâches des IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d'Etat), cela ne me pose aucun problème, mais avec quel statut, quelle reconnaissance sociale... et financière ? L'invitation du Ministère n'évoque pas ces sujets !
hopital-copie-1.jpgGrandes manoeuvres aussi à l'Hôpital de Charleville Mézières : le plan de redressement financier prévoit 2,5 millions d'euros d'économie à négocier entre les différents pôles. La direction prétend négocier ces économies (dont 70% en économies de personnel, soit quelque chose comme 40 emplois) et aimerait annoncer que c'est à l'initiative des médecins. Elle a ainsi entrepris de faire des pressions phénoménales pour faire accepter la fermeture de lits de chirurgie orthopédique et traumatologique. Evidemment, ces lits ne sont pas pleins à 100% 365 jours par an ! La rationalité gestionnaire n'a pas encore réussi à planifier les accidents ! Certains jours ce service déborde, d'autres, il y a des lits libres. Alors, on essaie de culpabiliser les médecins (soit dit entre nous, les jours où le service est plein, il n'y a pas assez de personnel), on tente un chantage à la qualité de l'installation des lits de rhumatologie : ce service serait si bien dans les lits devenus inutiles de chirurgie !
La délégation du collectif de défense de l'hôpital a porté les pétitions chez Bérengère Poletti, la députée UMP des Ardennes, (voir le compte-rendu en cliquant ici sur le site du collectif). Elle n'a vraiment pas l'air de comprendre que la situation de Charleville Mézières est surtout le témoin de la politique nationale de santé ! Elle nous a sorti une perle : elle a voté pour la taxation des accidentés du travail, mais elle a réfléchi depuis : elle n'aurait pas du !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article