Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 21:46

Sur la proposition de Sylvain Dalla Rosa, maire adjoint communiste de Charleville Mézières, le conseil d'administration du centre hospitalier a adopté à l’unanimité une motion dans laquelle il dénonce l'insuffisance des propositions budgétaires qui lui ont été notifiées par l'Agence régionale de l'hospitalisation. Il estime que les amputations de crédit et les efforts d'économie (853.000 €) demandés outrepassent les capacités financières de l'établissement.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 22:39
Après le rapport du conseil national de la chirurgie, voici le rapport du Pr Vallancien remis au ministre de la santé.
La verve est la même : il faut fermer les blocs opératoires où ont lieu moins de 2000 actes par an. Curieusement, seule une liste d’hôpitaux publics est publiée - le privé ne serait pas concerné par ces soit-disant normes de sécurité - et un remède proposé : accélérer les partenariats public-privé en matière d’offre chirurgicale et de continuité des soins dans le cadre des Groupements de coopération sanitaire.
Arbitrairement, le mode de tarification en vigueur (et là-dessus, la T2A n’a rien changé) fait que la chirurgie est rentable, ce qui est beaucoup moins le cas de la médecine ou des maternités. Le privé s’est donc engouffré dans la brèche : plus de la moitié de l’activité chirurgicale est faite dans le secteur privé ; ce n’est pas encore assez pour les tenants du libéralisme.
C’est d’ailleurs dans cette voie que s’est engagée l’agence régionale de l’hospitalisation de Champagne Ardenne, puisque les hôpitaux de la région menacées par le rapport du Pr Vallancien (Rethel, Vouziers, Vitry le François, Chaumont) sont déjà dans des groupements de coopération sanitaire ou sont promis à y rentrer, selon le nouveau schéma régional d’organisation sanitaire.
On préférerait taire d’autres aspects du rapport Vallancien, encore plus mesquins pour ne pas dire odieux : le mépris pour les chirurgiens d’origine étrangère ou encore l’appel à payer les chirurgiens en fonction de leur activité, le fameux salaire au mérite de Sarkozy, en oubliant que, peut-être, certains ont choisi l’hôpital public par goût du service public et rejettent le paiement à l’acte, comme générateur d’actes superflus. A propos, le président de la Fédération Hospitalière de France, Claude Evin, ancien ministre socialiste de la santé, va dans le même sens.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 16:51
Le Schéma Régional d’Organisation Sanitaire de Champagne Ardenne vient d’être publié : le bilan de la situation sanitaire de la région est bien documenté : il confirme les mauvais indicateurs de l’état de santé des Ardennais et la précarité sociale du département. 
En toute logique, le but du SROS devrait donc être de remédier à cet état de fait.
Mais la logique humaine n’est pas celle d’un système de santé dominé par la logique des profits et de la réduction des déficits publics.
Alors, le SROS ne s’attaque pas à la réduction des inégalités en matière de santé : pas d’idée neuve, pas de moyens nouveaux, pas même un scanner pour Rethel, pourtant annoncé par le directeur de ce centre hospitalier. La confusion la plus totale règne d’ailleurs dans ce SROS sur Rethel et Vouziers, et tout particulièrement en ce qui concerne la prise en charge des urgences sur ces deux sites.
Le SROS entérine l’absence de la permanence des soins de ville entre minuit et huit heures (ne rions pas : cela figure dans les objectifs relatifs à la prise en charge des urgences). Cet exemple parmi d’autres des objectifs de ce SROS témoigne du manque d’inventivité. Cela existait déjà ; c’est maintenant la règle écrite !
Et le document comporte ainsi plus de trente pages concernant tous les aspects de l’organisation sanitaire pour expliquer comment s’adapter aux moyens existants ! Voilà les objectifs de la politique de santé dans notre pays : s’adapter à la pénurie.
Le meilleur est gardé pour la fin : l’annexe opposable (c'est-à-dire ayant force de loi) relative aux recompositions hospitalières. Elle énumère les sites de la région où la « coopération » privé public est à l’ordre du jour : Rethel- Vouziers dans le département, mais aussi Epernay, Vitry, St Dizier, Chaumont et Langres et enfin Reims où un pôle de référence régional en cancérologie intégrera les structures privées. Ces « coopérations » privé public visent à mieux rentabiliser le privé en faisant payer les charges par le public.
Inutile de dire que pour en arriver là, la concertation n’aura été que de façade : experts renvoyés si leur discours n’était pas dans la ligne du directeur de l’ARH, élus désinformés, prévenus à la dernière minute des concertations.
On aimerait quand même connaître la position du conseil régional : si la région n’a pas de compétences en terme de santé, les élus régionaux sont là pour représenter les Champardennais : depuis le début de l’année les conseillers régionaux communistes demandent une prise de position claire du conseil régional contre ce SROS de pénurie et de privatisation. Mais au fait, comment se sont exprimés les représentants du conseil régional (tous socialistes) au comité régional de l’organisation sanitaire sur ce SROS ?
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 17:58

L’interview dans l’Ardennais du 9 avril du représentant de l’Union des Chirurgiens de France en Champagne Ardenne a suscité chez moi une réaction épidermique :

Si certaines revendications sont légitimes – l’absence de prise en compte sérieuse de la démographie médicale va en effet conduire au drame – d’autres le sont moins et la surenchère perpétuelle à une revalorisation des honoraires tandis que des médicaments sont déremboursés, insulte les assurés sociaux.

Mais surtout d’apprendre qu’ils se mettraient en grève illimitée le 24 juillet a de quoi hérisser le poil : c’est une période de l’année où l’activité prévue est plutôt basse : cela n’affectera donc pas trop leurs revenus. Par contre, ils participeraient encore moins que d'habitude à la prise en charge des urgences dans cette période de congés payés. Merci pour les collègues du public !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 13:19

Ce ne doit pas être la solution pour financer l’EHPAD de Vouziers.

 

Ce serait être moderne que de créer des partenariats privé public !

Pourtant, même les Anglais en reviennent et le gouvernement Blair a réexaminé récemment le plus gros marché hospitalier de ce type, le Barts/Royal London Hospital.

Les PPP ont été lancé en 1996 au Royaume Uni : maintenant, ils obèrent les budgets des hôpitaux, tandis que des sociétés de bâtiment et travaux publics ont un rendement de leurs investissements estimé à 15 %.

Les choix architecturaux des nouveaux hôpitaux répondent plus aux préoccupations du secteur privé de protéger ses marges bénéficiaires en contrôlant les coûts qu'aux besoins des malades. Le scandale des chambres minuscules de la nouvelle aile du Royal Brompton and Harfield Hospital l'atteste. (Référence : Le Monde du 1er Mars 2006).

Alors, à Vouziers, préservons l’avenir et n’acceptons pas le Partenariat Privé Public !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
19 mars 2006 7 19 /03 /mars /2006 21:22

Vous vous rappelez : le VIOXX : c’est un anti-inflammatoire qui a été retiré du commerce à la suite de décès de personnes traitées avec ce médicament. Déjà, à ce moment là, on avait soupçonné des études trop rapides avant commercialisation.

Et bien, un journal médical anglais, le New England Journal of Medicine, rapporte dans son édition du 29 décembre dernier, qu'en manipulant la version informatique de l'essai VIGOR (essai pivot du VIOXX) tel qu'il avait été soumis au journal, les éditeurs ont constaté, à l'aide d'une fonction du logiciel word qui permet de visualiser l'ensemble des modifications apportées au texte, que la veille de la soumission, 3 patients décédés d'infarctus du myocarde ont été supprimés du groupe VIOXX...

Cela se passe de commentaires !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 22:51

Le Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT).a été réuni par De Villepin le 6 mars. Parmi son ordre du jour, la santé dans les villes moyennes.

Cela part d’un bon constat : « Entre les soins de proximité et la ville hospitalo-universitaire, la ville moyenne doit pouvoir constituer le "pivot" des bassins locaux de santé » Et de recommander dans l’élaboration des schémas régionaux de l’organisation sanitaire d’identifier les fonctions spécifiques des villes moyennes.

Suivent deux propositions : la coopération avec les CHU (on n’a pas attendu De Villepin !) et l’encouragement au développement du partenariat entre secteur privé et public. On sait pourtant ce que c’est ce partenariat : au privé, ce qui rapporte, au public le reste, bref, le retour quelques décennies plutôt, avant le développement du temps plein médical à l’hôpital, quand les médecins des cliniques venaient passer quelques heures à l’hôpital pour faire du « social »

Il y a pourtant des propositions à faire :

- Donner des moyens particuliers aux hôpitaux de ces villes pour contribuer à développer de vrais réseaux de soins entre les généralistes de ville et les spécialistes de l’hôpital.

- S’occuper de la démographie médicale ; il y a non seulement des disparités régionales importantes, mais aussi des inégalités intra régionales.

A ce sujet, un exemple : les postes de médecins hospitaliers vacants viennent de paraître au journal officiel du 10 mars. En anesthésie en Champagne Ardenne, il y a 27 postes à pourvoir, dont un seul à Reims !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 17:55

Aujourd’hui se tient la conférence sanitaire du Nord Ardennes, chargée de rendre un avis sur le schéma régional d’organisation sanitaire. Le projet actuel de ce schéma  donne un état des lieux complet et très préoccupant : Il rappelle que la région Champagne-Ardenne se situe au-dessus de la moyenne nationale pour toutes les causes de mortalité et souligne tout particulièrement les mauvais indicateurs d’état de santé du Nord Ardennes. 

Cela devrait inciter à une réflexion toute particulière, une concertation large pour trouver des solutions.  

Tel n’est pas l’optique prise par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation décidée à faire passer en force un schéma de pénurie : elle avait exclu d’un groupe d’expert un gynécologue du centre hospitalier de Charleville Mézières au motif que ses interventions n’étaient pas conformes à l’attente du Directeur de l’Agence de l’Hospitalisation. Aujourd’hui elle a convoqué dans la précipitation et en catimini cette conférence sanitaire pour entériner ce qui devrait être des propositions nouvelles, mais n’est en fait que la validation de la réduction de l’offre de soins depuis cinq ans dans notre département (fermeture de la maternité de Revin par exemple), ou l’anticipation d’une nouvelle réduction : une seule unité de proximité pour l’accueil des urgences figure pour le groupe Rethel Vouziers !

 

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 12:04

C’est tout à fait vrai que la T2A, comme on l’appelle, la nouvelle tarification, voulue par le gouvernement comme commune au secteur public et privé, ne correspond pas à l’ensemble des frais engendré par le fonctionnement d’une maternité.

Mais cela est également valable pour le public !

Alors, pourquoi pas de correction de ce tarif ?

Les choix faits dans l’établissement de la T2A avantagent la chirurgie, désavantage les activités d’obstétrique, mais beaucoup d’autres aussi.

Il y a un mécanisme ainsi complètement faussé, où sous prétexte de mieux évaluer les activités, les enjeux financiers contribuent à développer le secteur privé en chirurgie et à fermer les maternités privées.

Parallèlement, les hôpitaux, qui n’ont pas le choix de leurs activités, mais ont à prendre en charge l’ensemble des patients de leur secteur géographique, quelque soit leur pathologie, ne peuvent que voir croître la part de leurs activités non rentables, que voir croître leurs difficultés financières.

Evaluer l’activité des hôpitaux, c’est bien !

En faire une source obligée de dégradation de leurs conditions financières est criminel !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 19:08

En ce début d’année après avoir mis en oeuvre les mesures terriblement injustes concernant l’assurance maladie (sanctions financières pour ceux qui sont hors du parcours de soin, déremboursements, augmentation du forfait hospitalier, franchise de 18 euros) le président Chirac annonce une réforme du financement de la protection sociale.

Une réforme est en effet indispensable pour répondre aux besoins de la population. Mais laquelle ?

Chirac s'est fait un coup de pub, en parlant de toucher à la valeur ajoutée des entreprises, en proposant d'utiliser les cotisations sociales comme moyens de lutte contre les délocalisations. Histoire de conforter la population sur le bien fondé des propositions présidentielles, le patronat est tout de suite monté au créneau.

Qu'en est il réellement ?

Chirac propose de basculer une fraction des cotisations patronales sur une assiette composée de l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises.

Il précise : " Face à nos principaux concurrents, nous sommes désavantagés par un coût du travail trop élevé et des cotisations qui pèsent trop lourdement sur les salaires et pénalisent l’emploi "

" Aujourd’hui plus une entreprise recrute, plus elle doit payer. A l’inverse plus elle délocalise, plus elle occasionne de dépenses sociales et moins elle contribue à la protection sociale des Français."

Le passage à la valeur ajoutée d’une partie de la cotisation patronale inciterait en fait les entreprises de haute technologie à délocaliser les profits pour réduire la valeur ajoutée qu’elles produisent en France et à réduire l’investissement industriel et de recherche.

Ce n'est pas la valeur ajoutée qu'il faut taxer, mais les revenus financiers des entreprises et des banques et, contre les délocalisations, moduler le taux des cotisations sociales patronales en faisant payer plus celles qui baissent la part des salaires dans la valeur ajoutée et recherchent les placements financiers.

Car il ne faut pas moins d'argent pour la protection sociale, mais plus : il n'est pas anormal qu'une société qui augmente son PIB veuille accroître la part consacrée à la santé, aux retraites, au fur et à mesure des progrès de la médecine, de l'allongement de la vie. C'est un choix de société : la santé de tous ou les profits de quelques uns !

Alors, ne baissons pas les cotisations patronales, arrêtons les exonérations qui font pression sur les salaires en ne concernant que les plus bas d'entre eux, modulons les cotisations en fonction de la responsabilité sociale des entreprises et taxons les revenus financiers !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article