Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 00:11
La commission permanente d’aujourd’hui a surtout été marquée par un long débat sur le parc naturel régional de la forêt d’Orient. En effet, ce parc doit revoir sa charte : sous la houlette de son président, aux ordres du président du conseil général UMP de l’Aube, le périmètre du parc a été revu, rejetant des communes, pourtant partie intégrante de cette aire touristique. Mais en plus, il préfère refuser des financements en provenance de la région plutôt que d'augmenter, au sein du conseil d'administration, la représentation du conseil régional pour qu'elle soit à parité avec celle du conseil général, une chose toute naturelle si les financements sont à parité, d'autant plus que, comme son nom l'indique, il s'agit d'un parc naturel régional ! C'est le renouvellement de la labellisation de ce parc qui est en jeu. La commission permanente du conseil régional n'a pas souhaité suivre le jeu politicien du président du conseil général UMP de l'Aube qui refuse toute coopération avec la région et l'ensemble de ses membres s'est abstenu sur le nouveau projet de charte, à l'exception de deux FN, comme toujours votant par principe différemment des autres ! Ces abstentions n'étaient pas de timidité, mais bien pour montrer que le conseil régional soutient ce projet de Parc Naturel Régional, mais émet des réserves sur les choix politicards  du président du conseil général de l'Aube, opposé à l'intérêt général !
Pour changer de sujet, j'ai apprécié que le conseil régional décide d'intégrer la commune de Bogny sur Meuse dans la liste des villes bénéficiant d’une dotation de solidarité urbaine de la région. C'est normal : elle est signataire d'un CUCS et confrontée à des difficultés sociales importantes.
Et je ne vais pas vous raconter tous les rapports sur la formation professionnelle, simplement me réjouir d'un premier (et tout petit !) pas sur les questions d'hébergements des jeunes en stage de formation avec une convention avec le foyer Noël à Reims.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 00:38
On a en effet plutôt l'impression que le gouvernement se moque des Champardennais. Vous avez déjà pu lire dans le blog de Jean Charles (si vous ne l'avez pas déjà fait, lisez le en cliquant ici) une analyse ardennaise. Je voudais dans ce billet ajouter quelques éléments plus régionaux. Dans le budget des mille opérations annoncées, la part du budget consacrée à des investissements en Champagne Ardenne représente pratiquement la moitié du pourcentage de la population de la région par rapport à la population française : comme quoi il n'est pas forcément utile d'avoir quatre conseils généraux sur quatre et l'immense majorité des parlementaires faisant allégeance à l'UMP et à N. Sarkozy !
Mais une analyse plus fine de la "relance" annoncée an Champagne Ardenne pose des questions plus graves encore : au lieu d'accélérer les investissements décidés en commun dans le cadre du contrat de progrès, signé par le conseil régional et l'Etat en 2007, investissements qui ne se font pas, faute d'apport financier par l'Etat, le gouvernement entend financer sa politique : il est caricatural que plus du quart des crédits annoncés pour la Champagne Ardenne en 2009 soient consacrés à la création d'une Unité pour Malades Difficiles à Chalons en Champagne, bref à la politique sécuritaire en psychiatrie. Le reste du plan de relance est du soupoudrage. Par exemple le retard pris dans les constructions universitaires à Reims, faute de crédits, n'est même pas compensé par les miettes données maintenant : le plan de relance n'est même pas un plan de rattrapage !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 23:26

Depuis le 1er janvier 2009, l’indemnisation des frais de transports publics des salariés entre le domicile et le lieu de travail est devenue obligatoire pour tous les employeurs, alors qu’elle ne l’était jusqu’ici que pour ceux de la région parisienne.

La prise en charge de l’employeur est égale à 50% du coût du titre d’abonnement pour le salarié, sur la base des tarifs 2ème classe et du trajet le plus court.

Dans le communiqué que Pierre Mathieu,  vice président du conseil régional de Champagne Ardenne, a signé pour le bureau national de l'ANECR (Asscociation Nationale des élus communistes et républicain) il est rappelé que "Les élus communistes et républicains qui militent de longue date pour la généralisation à tout le territoire national et à tous les salariés du mode de financement existant en Ile de France en faveur des transports publics se félicitent de cette avancée significative. C’est le résultat d’une longue mobilisation des salariés, de la CGT, du GART, du Club des villes Cyclables… "

C’est un droit nouveau pour les salariés : l’employeur devra procéder au remboursement dans les meilleurs délais et au plus tard, à la fin du mois suivant.

C’est un droit à utiliser sans modération par les salariés.

Pierre Mathieu conclut en insistant sur la nécessité de moyens nouveaux : " Pour trouver sa pleine efficacité cette mesure doit s’accompagner de nouveaux moyens donnés à toutes les Autorités Organisatrices de Transport de développer leurs offres et accroître les capacités offertes à des voyageurs de plus en plus nombreux alors que nombre de réseaux atteignent la saturation (...) Car aujourd’hui les régions et les départements ne disposent toujours d’aucune ressource propre pour répondre aux besoins croissants de transports collectifs."

Pour lire tout le communiqué, cliquez ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 21:07
Régulièrement, on me demande ce que c'est que le dispositif Mutarev, le dispositif mis en place par le conseil régional pour anticiper et maitriser les mutations économiques, soutenir la revitalisation économique. Je me suis enfin décidée à scanner la brochure de présentation cette après midi : si cela vous intéresse, cliquez ici pour la voir et commentez si vous le voulez !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 23:12
A deux reprises, je suis intervenue au conseil régional aujourd'hui sur les questions environnementales.
La première fois car le projet d'EPR à Chooz est venu dans la discussion. J'ai indiqué que :
- le développement de l'énergie nucléaire était une bonne chose pour notre climat.
- il est curieux que le débit de la Meuse était insuffisant il y a vingt ans pour construire des tranches supplémentaires et qu'il devienne assez abondant aujourd'hui.
- si, en plus, cet EPR n'est pas construit par EDF, mais par un groupe privé, cela devient très dangereux !
Je n'ai pas osé être méchante jusqu'au bout, et dire que le discours actuel du conseil général et de l'UMP ardennaise sur l'EPR n'a sans doute comme but que d'amuser un moment la galerie en évitant de parler des véritables problèmes économiques des Ardennes;

La seconde fois, c'était à propos des biocarburants, pour dire qu'il faut cesser les effets de modes et les réactions épidermiques sur les questions écologiques, et réfléchir en fonction de l'intérêt des populations aujourd'hui et demain et non en fonction des profits. Cela suppose de pousser la recherche sur les biocarburants, de ne pas les mettre en concurrence avec les productions alimentaires et de ne pas les transporter d'un bout à l'autre du monde !
Mais des biocarburants de seconde génération ont sans doute un sens dans notre région, à condiion d'être utilisés localement.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 21:51
Zen, zen, c’est ainsi que j’avais décidé de prendre cette session du conseil régional et de ne pas m'énerver !
Car il y a tant de raisons d’être insatisfait de la politique régionale, tant de manque d’ambition pour vraiment changer la vie des Champardennais là où on le peut.
Mais il y a tant de raisons de ne pas se disputer avec ceux qui s’opposent à la politique de Sarkozy et tant de dossiers sur lesquels, même avec le manque de courage qui caractérise la majorité régionale, les décisions prises sont meilleures que si c’était la droite.
Je ne reviendrai pas sur le débat des impôts. Je n’étais pas dans l’assemblée au moment du vote des recettes, je ne voulais pas participer à cette mascarade où tous les arguments utilisés il y a trois ans pour expliquer l’augmentation des impôts étaient repris pour justifier qu’on ne les augmente pas !
J’avais pourtant bien écouté le président Bachy dans son rapport introductif : « l’impôt n’est pas un dogme. C’est une variable d’ajustement » Quelle merveille de langue de bois ! Jusqu’à preuve du contraire, l’impôt est le moyen de la solidarité, le moyen de construire ensemble. Ce n’est pas l’impôt qui doit être critiqué, c’est son mode de répartition, les exonérations pour ceux qui gagnent le plus …
Quelques perles entendues de la droite avec un premier prix pour le Nouveau Centre qui parle pour parler, ce qui lui permet d’accumuler les c. :
- La droite s’est plainte que les dépenses de fonctionnement, liées au personnel, augmentent trop. Quand on sait que la région Champagne Ardenne a moins de personnel que toutes les autres régions de même importance et que cela l’handicape dans la construction de dossiers !
- Il faudrait développer le tourisme haut de gamme ! Alors que notre région n’est pas la Côte d’Azur, mais a un réel potentiel de développement de tourisme vert pour les classes populaires qui vivent dans les régions très urbanisées voisine de la notre ! Peut être ont-ils peur des ouvriers, des employés ?
- L'UMP a voté contre le rapport sur la rénovation urbaine, car, à son goût, le conseil régional ne participe pas assez aux opérations de rénovation urbaine ! Pourtant, cette participation régionale est une action volontaire de la région et dans le projet de réforme des collectivités que concocte l'UMP, les collectivités ne pourraient intervenir que dans le champs de leurs compétences : c'est à dire que le conseil régional ne pourrait plus financer les opérations de rénovation urbaine. Alors, dire qu'on ne le fait pas assez !
- Et la conclusion de l'UMP au moment du vote du budget serait à mourir de rire si cela n'avait pas des conséquences dramatiques pour les Français : l'UMP est inquiéte de l'avenir de la région, à cause de la politique de la gauche ! Personnellement, je suis surtout très inquiète de la politique de régression sociale du gouvernement UMP !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 02:30

J'ai lancé le débat sur l'apprentissage et cela a fait mouche, car il a duré un moment, ce qui est fort rare dans cette instance. En effet figurait à l'ordre du jour un avenant pour 2008 au contrat d'objectif et de moyens de l'apprentissage qui doit permettre d'atteindre 9600 apprentis à l'horizon 2009, soit une progression des effectifs de plus de 20%.
Après avoir rappelé le soin avec lequel a été négocié ce contrat, qui amène effectivement de véritables progrès, que ce soit sur les critères de recrutement, en particulier l'égalité femme homme, ou sur la qualité même de l'apprentissage et l'aide aux apprentis, je me suis inquiétée de l'augmentation du nombre d'apprentis, car il convient de veiller à ce que cela ne soit pas en concurrence des lycées professionnels.
Réponse de Sylvie Cotillot, vice présidente en charge des lycées : l'augmentation du nombre des apprentis se fait avec des jeunes sortis du système scolaire qui de toute façon n'auraient pas été en lycées professionnels. La suite du débat a portée sur l'importance des améliorations portées à l'apprentissage.
Auparavant, j'étais intervenue sur la dotation du conseil régional aux lycées pour le financement des contrats aidés dans les lycées : il y en a 108 sur l'ensemble des lycées de la région, présents essentiellement dans l'Aube et dans la Marne, en fonction de critères d'acceptation différents selon les directions départementales du travail, ce qui est une source d'inégalité territoriale. Je considère que, soit ces emplois sont nécessaires et il faut créer de vrais postes de TOS, soit ils ne le sont pas et le conseil régional n'a pas à aider les lycées. Réponse : pour aller plus vite dans la déprécarisation de l'emploi dans les lycées, il faudrait augmenter l'impôt ! CQFD Ce qu'il faut démontrer !
Je m'interroge en effet beaucoup en ce moment sur la décision prise de ne pas augmenter les impôts régionaux, d'autant qu'en augmentant un peu la taxe foncière (et il n'y a pas de taxe d'habitation pour la région)  - cela représenterait un ou deux euros par foyer propriétaire de son logement - cela permet d'augmenter plus la taxe professionnelle qui est une des plus basse de France. La lecture de l'interview de G. Spire, président de la chambre de commerce et d'industrie des Ardennes, dans l'Ardennais de ce jour, demandant aux collectivités de ne pas augmenter leurs impôts, m'a aussi conforter dans cette idée : la campagne faite par le patronat contre l'impôt n'a comme seul but que de préserver ses intérêts contre ceux des citoyens qui ont besoin d'équipements, de services publics etc...

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 19:32
Ce scandale a fait réagir Pierre Mathieu, Vice président communiste du conseil régional en charge des transports et vice président du GART (Groupement des autorités responsables de transport) :
Atteindre les objectifs partagés du Grenelle de l’Environnement exige des mesures concrètes pour encourager les modes alternatifs à l’utilisation de la voiture particulière. Tout doit être entrepris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique. Le vote de députés de la majorité en Commission des Affaires Sociales visant à torpiller l’instauration de la « prime transport » dès le premier janvier 2009 est une aberration. Le premier Ministre, François Fillon s’était pourtant engagé auprès de nos concitoyens et des partenaires sociaux. Remettre en cause ce dispositif serait un contre sens complet à ce qu’il convient de mettre en place, conformément aux dispositions du Grenelle de l’environnement, en faveur du développement des transports publics collectifs.
La généralisation à l’ensemble des salariés du pays, comme cela existe en Ile-de-France depuis 1983, de la prise en charge obligatoire par l’employeur de 50 % des abonnements domicile/travail n’a que trop tardé.
En plus d’assurer, enfin, un traitement équitable de l’ensemble des citoyens sur le territoire national, le dispositif ne peut qu’encourager l’utilisation des transports collectifs, contribuer à préserver le pouvoir d’achat des usagers et participer à la lutte contre les modifications climatiques.
Le Groupement des autorités responsables de transport (GART), qui regroupe 266 collectivités, à l’origine de ce projet avec le Club des Villes Cyclable, a rappelé le 22 octobre 2008 les avantages que représenterait la mise en œuvre de cette mesure qui ne doit en aucun cas être amalgamée à un simple « chèque essence » variant au gré du cours du baril de pétrole.
Les élus du GART ont décidé de sensibiliser les députés aux vrais enjeux de cette mesure qui fera l’objet d’un vote en séance publique lors de l’examen, la semaine prochaine, du projet de loi. Je me suis personnellement adressé aux parlementaires de l’Aube et de la Région, à qui il revient au final, avec l’ensemble des députés de décider. Je leur est également fait part de l’urgence de trouver de nouvelles sources de financement pour les Autorités organisatrices de transport, et singulièrement pour celles qui sont aujourd’hui privées de la possibilité de ressources propres : les Régions et les Départements. L’enjeu est de répondre quantitativement et qualitativement au regain d’intérêt et d’utilisation des transports collectifs qui constituent des changements de comportements à encourager.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 01:20
De l'ambition, mais peut mieux faire !
C'était aujourd'hui le débat sur les orientations budgétaires au conseil régional. Ce sont des orientations ambitieuses pour le développement durable, pour la modernisation de l'économie régionale et la réduction des inégalités avec un plan handicap, la création d'une délégation à l'égalité femmes hommes qui va être confiée à la présidente du groupe communiste Karine Jarry et surtout la mise en place d'une tarification sociale dans les transports régionaux.
Mais vous le savez, je suis une éternelle insatisfaite. Le débat sur la fiscalité régionale reste un débat politicard, alors que, comme l'a proposé le groupe communiste, il nécessiterait un grand débat citoyen.
Petit rappel : les recettes du conseil régional, ce sont à 45% les dotations de l'état, le reste étant la fiscalité, la fiscalité indirecte ayant pris une place majeure avec la TIPP, qui représentera en 2009 prés de un cinquième des recettes régionales. Je ne reviendrai pas sur l'absurdité de cet impôt ici !
Reste les impôts directs : un petit cinquième aussi des recettes, représenté à 60% par la taxe professionnelle, laquelle est une des plus basse de France.

Faut il augmenter ces impôts directs, sachant qu'il n'y a plus de part régionale à la taxe d'habitation, que la part régionale de la taxe foncière représente le quart ou le cinquième des parts départementales, qu'il n'est pas possible d'augmenter la TP sans augmenter la taxe foncière, même si les augmentations peuvent être modulées un peu différemment, et que le bouclier fiscal limite la contribution des entreprises les plus riches ?
L'impôt est l'outil de la construction collective de nos infrastructures, le moyen du fonctionnement de nos équipements et de redistribution solidaire.
Il est évident que toute la part d'investissements cofinancés avec l'état dans le cadre du contrat de projet Etat Region risque d'être faible en 2009, vu le frein mis par le gouvernement UMP sur ceux-ci. Et cela se passe de commentaires !
Le MODEM propose d'augmenter les impôts pour diminuer la dette de la région. Mon interrogation est toute autre : augmenter de 2% la taxe foncière, cela représente moins d'1€ pour les un peu moins de 300 000 propriétaires de leur logement dans la région. Cela permettrait d'augmenter de 3% la taxe professionnelle, la rapprochant un peu de la moyenne nationale et cela autoriserait, puisque de toute façon, les investissements seront limités, à mettre un peu plus d'argent dans la tarification sociale des transports ou dans les repas des lycées, la culture ou ...d'autant plus que la dotation de l'Etat étant moins élevée que prévue (Merci Mr Sarkozy), il va falloir rogner sur tout. Ne faut il pas un vrai débat ? Pas un débat de langue de bois, en fonction de ce que chaque élu pense de la meilleure manière de remporter les élections régionales de 2010 !
J'ajouterai quatre commentaires sur cette session du conseil régional :
Sur le débat général, je retiendrai l'abondance des paraphrases du discours de la pensée unique : la crise démontre qu'il faut réguler le capitalisme ! C'est sans doute un progrès pour les tenants de l'ultralibéraliseme, mais cette crise démontre précisément que le capitalisme ne se sort pas de ses contradictions et qu'il faut fonder un nouveau système économique.
Une équipe de remplaçants va être créée pour les Tos (les personnes non enseignantes, dépendant de la région, dans les lycées) : cela me réjouit d'autant plus que je m'étais investie pour faire comprendre cette nécessité. Je vous passe le discours nauséabond de certains sur l'absentéisme des TOS : ils ne sont même pas en état de comprendre que l'absence de remplaçants, cela encourage ceux qui restent à s'absenter par désespoir et fatigue.
On a eu des nouvelles de la branche ouest de l'Y ardennais (Charleville-Rocroi) : la direction régionale de l'Equipement n'ayant pas les moyens de s'occuper du dossier (et oui, c'est cela quand on supprime des fonctionnaires), un avis d'appel public à la concurrence a été lancé pour désigner le futur maître d'ouvrage. la fin des travaux est estimée à 2016 ! Et il parait que cette construction a été accélérée dans le cadre des mesures d'accompagnement à la disparition du centre d'entrainement commando de Givet ! Il y avait déjà bien eu des épisodes où le gouvernement annonçait renforcer les moyens pour cette construction !
Enfin, je ne dirai que quelques mots de la formation professionnelle : j'ai en effet proposé que l'on consacre l'année à faire tout ce que l'on dit depuis plusieurs années et qui n'est pas fait : travailler sur l'hébergement des stagiaires de la formation professionnelle, développer les espaces métiers (il paraît que c'est génial et on fait de la pub dessus, mais il n'y en a que 6 pour l'instant. A propos, j'ai rencontré le président de la communauté de communes Rives de Meuse et le maire de Givet vendredi : ils sont partants pour un espace métiers transfrontalier) et surtout faire en sorte que de vrais parcours de formation soient possibles pour les demandeurs d'emploi. J'ai un peu l'impression que cela reste théorique dans trop de cas !


Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 09:00
Jeudi dernier, se tenaient les Assises de l'economie sociale et solidaire à Chalons en Champagne : beaucoup de monde dans la salle de conférence du Mont Bernard, beaucoup d'interventions intéressantes mais a-t-on suffisamment souligné le caractère subversif de l'économie sociale et solidaire. Le principe, "une personne, une voix" est facteur de créativité, d'efficacité donc et est par conséquent redoutable pour les actionnaires du CAC 40, car l'économie sociale et solidaire remet aussi en cause la répartition des richesses produites !
Autant ne pas s'étonner que comme l'a indiqué Mme Gillig, déléguée générale du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l'Economie Sociale , les représentants de cette branche soient les malvenus au sein des instances socio-économiques.
Encore faut il passer d'une utopie réveuse à une utopie concrète.
Cela suppose de mettre ensemble les acteurs qui veulent "entreprendre autrement". De ce point de vue, ces assises, organisée par le conseil Régional, en partenariat avec la CRESCA étaient une réussite.
Cela suppose de former ceux qui sont engagés dans cette voie : la remise des diplômes d'administration et de gestion des entreprises de l'économie sociale à la fin de ces assises a témoigné de l'effort fait en ce domaine par la Champagne Ardenne. Trop lentement à mon goût, mais cette lenteur est aussi sans doute un gage de durabilité car elle est la conséquence de multiples concertations, va se mettre en place une plateforme permettant de former bénévoles et salariés du monde associatif sur des formations transversales à la plupart des associations (comptabilité par exemple), mais sur ce même principe, il va nous falloir aller beaucoup plus loin, en mutualisant les besoins pour former les salariés les moins qualifiés. J'attends avec impatience les projets de ce type !
Enfin, cela suppose de donner le coup de pouce nécessaire : c'est ce qu'a fait le conseil régional depuis deux ans avec l'appel à projet Progress (Pour en savoir plus, cliquez ici). Je ne comprends pas pourquoi cet appel à projet n'est pas renouvelé cette année et j'ai d'ailleurs fait part de cette interrogation à Jean Paul Bachy hier.
J'ajouterai deux remarques :
- la première c'est que le souci d'aider les associations à "boucler" leur budget en solvabilisant tout ou partie de leur activité ne doit pas faire oublier que beaucoup jouent un rôle de service public et qu'il n'y a pas de honte à demander des subventions aux collectivités ou à l'Etat selon la nature des services rendus à la population. L'exemple donné dans le débat du matin d'un café culturel à Chatel Chéhery en est le type : facteur d'animation, de culture dans son territoire, il pleure pour des subventions, demandée à juste titre. Mais le gouvernement ne ferait il pas mieux de ne pas réduire son budget culture, de ne pas réduire ses dotations aux collectivités plutôt que de poursuivre sa politique néfaste du bouclier fiscal ?
- la seconde, c'est que l'économie sociale et solidaire ne doit pas être l'apanage des zones en difficultés économiques : il s'agit d'une voie porteuse d'avenir pour tous !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article