Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 22:25

photo crDeux jours complets pour voter le budget du Conseil Régional, un budget dont j'avais dit qu'il n'était pas suffisamment offensif et particulièrement précautionneux vis à vis des années à venir, comme si rien ne devait changer, comme si même Hollande en président de la République, cela ne changerait rien aux ressources des collectivités.

Mais ce débat, interne à la majorité du conseil régional, était dépassé aujourd'hui.

Même pas assez offensif, ce budget préserve les emplois financés par la région dans les lycées, préserve les crédits d'intervention, développe la solidarité, avec l'augmentation de la réduction sur la restauration scolaire pour les jeunes bénéficiant de l'allocation de rentrée scolaire, malgré des ressources sous tutelle de l'Etat et l'absence de toute augmentation de la seule fiscalité de la région, car quelque soient les arguties de l'UMP, la surmodulation de la TIPP avait déjà été votée l'année dernière et existe d'ailleurs en Alsace : elle a été faite pour financer la deuxième tranche du TGV est !

Jean Luc Warsmann devrait abandonner la politique, car il n'a même plus la courtoisie, la patience de ne pas interompre le Président de Région ! Il y va d'affirmations préremptoires comme si affirmer des contre vérités suffisait à les rendre justes ! Et même pas de respect pour les femmes de son groupe ; il a pris la parole au moment où la conseillère régionale UMP allait réintevenir sur un amendement qu'elle avait présenté !

Un très long débat, car l'UMP est arrivé avec une série d'amendements, toute une série de dépenses à réduire pour trouver de l'argent pour le dispositif Envol.

Cela a commencé d'une manière très idéologique par un refus des créations d'emploi. C'était assez caricatural car il y avait par exemple un emploi pour la coordonnatrice de l'Espace Métiers de Sedan. Cela ne correspond ni à une augmentation des emplois publics, puisque cette personne était préalablement salariée de la maison de l'emploi de Sedan, ni à une augmentation de dépenses pour le conseil régional, puisque la maison de l'emploi payait cette personne grace à une subvention de la région. Mais ils avaient vu "création d'emploi". Quel crime !

Je vous passe les amendements proposés pour faire des économies et j'en viens à Envol, un dispositif créé par la droite avant 2004 pour permettre à un chômeur de créer son propre emploi en créant son entreprise. Aujourd'hui, la droite avait décidé qu'il fallait l'ouvrir à tous les Champardennais, même en emploi, et sans le dire, puisque leur proposition de réglement c'était de l'ouvrir aux demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie E, c'est à dire aux personnes qui sont en emploi à temps plein mais souhaitent en changer et vont dans ce but s'inscrire à Pôle Emploi. Cela change tout à fait le sens du dispositif en oubliant que le conseil régional n'a pas pour vocation d'être la banque de la création d'entreprise !

Il y a eu des débats intéressant, sur la ligne Charleville Givet ou sur les maisons médicales ou centres de santé. On a aussi voté des budgets entiers et pas des moindres, comme celui des lycées, sans aucune discussion !

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 01:54

grueJe suis en colère, en ce jour où le gouvernement présente son nouveau plan d'austérité, son nouveau plan pour nous faire payer leur crise, son nouveau plan de sabordage de l'économie française et européenne, car il serait beaucoup plus sensé d'organiser la reprise que d'aggraver la récession : on vient bien de voir les conséquences dramatiques en Grèce et comment de plan d'économies en plan d'économies on casse un pays.
Je suis trop en colère, alors, j'ai décidé plutôt de ne rien dire du sujet, ou si peu, ci dessus, et d'illustrer la commission permanente du conseil régional de ce jour comme j'essaie de le faire de temps en temps en parlant de certains dossiers pour montrer toute la diversité des questions traitées par notre assemblée.
En ce temps de morosité, j'ai donc eu envie d'illustrer cet article légèrement, avec une grue cendrée. Pour favoriser la biodiversité et permettre aux grues d'hiberner en Champagne Ardenne, en particulier sur le lac du Der qu'elles ont adopté, le conseil régional contribue en effet à la fois à des mesures préventives des dégâts causés,  avec les agriculteurs et à des indemnisations.outines
Pour continuer avec des dossiers dont je ne parle jamais (et qui d'un point de vue budgétaire sont très faibles), la région a "récupéré" dans le cadre de la dernière loi de décentralisation le patrimoine : alors on a voté aujourd'hui par exemple une subvention de 2 851 € à la commune d'Outines pour la restauration de ce magnifique bâtiment historique qu'est son église à pans de bois. C'est dans la Marne, près de Vitry le François.
Je finirai avec un dossier dont je n'aurais sans doute pas parlé un autre jour, car comme les deux précédents, il ne concerne pas les Ardennes. Il est cependant beaucoup plus important et comme il rentre dans mes compétences, il m'a valu deux voyages à Chaumont pour lé négocier ! Il s'agit du cofinancement par le conseil régional d'un espace formation insertion dans cette ville : c'était une urgence car Poinfor, à Chaumont le principal organisme de formation, de statut associatif, (qui héberge aussi des formations de l'AFPA) est mis à la porte de ses locaux ! Le montage financier a été un peu difficile, car si le conseil général de la Haute Marne était partant dès le départ, le maire de Chaumont était plus réservé : la formation des demandeurs d'emploi intéresse sans doute peu le ministre de l'Education Nationale ! C'est d'autant plus dommage que le montage financier est fait pour qu'à terme cele ne coûte rien à la ville qui louera les locaux aux organismes de formation.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 22:05

photo crIls y en a qui se sont écoutés parler ce matin au Conseil Régional ! Car ce fut long pour des dossiers, certes essentiels dans les compétences de la région (les lycées) mais fort peu nombreux ! Mais les droites pensaient sans doute avoir là une tribune pour critiquer par principe, voir pour confirmer leur volonté d'étrangler les collectivités : j'y reviendrai.

Premier dossier : participation aux charges des lycées, la région devant voter les dotations aux établissements avant que ceux ci ne votent leur budget 2012 fin de novembre : les critères de répartition entre les différents lycées ne sont pas assez simplistes d'après l'extrême droite ! Mais précisément, ils doivent prendre en compte la diversité de fonctionnement avec des surfaces par élèves variables, des types de construction divers, plus ou moins consommateurs d'énergie, inciter à la maîtrise énergétique, prendre en compte les diversités des formations techniques ou professionnelles, favoriser d'autant plus les initiatives dans le domaine de la santé, de la culture ... que le lycée est fréquenté par plus de jeunes issus de catégories socio professionnelles faibles. En plus on a compliqué cette année avec une innovation : l'intégration dans les surfaces servant au calcul de la dotation de celles des GRETA. Ceux-ci reverseront une quote part liée à la viabilisation et à l'entretien de leurs locaux au Conseil Régional. C'est effectivement un peu complexe, mais comme je l'ai expliqué, cela a deux avantages. Tout d'abord la mise sur un pied d'égalité des GRETA avec les autres organismes de formation participant au réseau public régional de formation professionnelle (AFPA par exemple) qui ont des charges en rapport avec leurs locaux. Et, chose essentielle à mes yeux, on ne devrait plus voir le ménage des GRETA faits en heures sup, confiés à des contractuels ou autre bricolage inventé par les GRETA devant les difficultés et favorisant les emplois précaires, mais il pourra être fait par les TOS des lycées, personnels statutaires de la région.

Deuxième dossier : les tarifs de la restauration scolaire dans les lycées. C'est un dossier sur lequel je me suis impliquée depuis longtemps et je ne peux que me réjouir que la demande du groupe communiste a été entendue : dans le cadre de la tarification sociale, la réduction du prix des repas pour les lycéens bénéficiant de l'allocation de rentrée scolaire va être portée de 40 centimes à 55. Cela va représenter pour ces lycéens environ 100€ de moins de dépense par an et cela commence à être incitatif vis à vis de ceux qui apportent un sandwich pour ne pas payer la cantine. Tout ce que la droite a trouvé à dire, ce sont les difficultés administratives pour accéder à cette aide. De fait, le bilan de ce qui avait été fait n'était pas satisfaisant et le principe en a été changé cette année pour une gestion plus simple avec comme support la carte Lycéo. Comme tout changement, il y a eu quelques difficultés de mise en route, mais cela devrait être réglé dans les jours à venir.

Troisième dossier : la modulation de la TIPP (la taxe sur l'essence). Depuis la loi de décentralisation de 2004, une partie des compensations des charges décentralisées le sont sous la forme d'une fraction de la TIPP que les régions peuvent légèrement faire varier. Je ne reviendrais pas sur l'absurdité de cette loi et de ce mode de compensation. En plus une surmodulation est possible, qui n'atteint pas un centime par litre. Là, la droite s'est déchainée (et pourtant, en Alsace, le conseil rgional de droite recourt également à cette surmodulation !) alors que c'est bien à cause des réformes qu'elle a fait que ce très maucais impôt reste, avec les cartes grises, le seul que la région peut moduler et le recours à la surmodulation est indispensable : le budget 2012 que nous sommes en train de construire sera en fonctionnement strictement identique à celui de 2011, faute de ressources, et ne permettra pas de répondre corectement aux besoins des champardennais, en terme de formation par exemple !

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 22:58

foire-de-chalons-en-champagne-2011C'est en mars dernier que le CESER (Conseil Economique, Social et Environnemental Régional) avait décidé du thèms du colloque qu'il organisait cette année à la foire de Chalons : « Le monde financier au service du développement économique régional ? » 

Assurément les évènements des derniers mois n'ont fait que contribuer à l'actualité du sujet ! Et la matinée fut effectivement très intéressante, même si le débat entre acteurs du monde bancaire et chefs d'entreprises ne sort guère des sentiers battus de l'idéologie libérale dominante !

Et je vais essayer de vous reprendre la teneur de l'intervention que j'y ai faite : j'ai bien entendu le débat entre le représentant du monde bancaire et le représentant des entreprises. Pour les banques, il s'agit d'apprécier le risque pris en prêtant pour limiter les non remboursements, et les entreprises se plaignent d'une mauvaise connaissance du monde économique par les banques, ne leur permettant pas d'apprécier véritablement le risque, ce qui les amène à l'exagérer et à refuser des prêts.

Mais ne faut il pas aller plus loin dans le débat ? Les banques doivent elles toujours rechercher le risque minimum ou ne faut il pas d'autres critères ? Par exemple dans l'exposé initial fait par le directeur régional de la banque de France, on a vu l'augmentation du cours des matières premières et du prix de l'énergie. Il s'agit là de tendances lourdes, très vraisemblablement durables. N'est il pas légitime de prendre plus de risque pour prêter à une entreprise qui va faire des efforts d'économies d'énergie ou de récupération de matières premières que pour une autre qui gaspille ? Il s'agit là de critères environnementaux, mais il y a aussi des critères sociaux. Ne faut il pas plus facilement prêter à une entreprise qui crée des emplois qu'à une qui  profite d'une modernisation pour réduire le nombre de ses salariés ?

Evidemment, cela nécessite sans doute de changer la gouvernance (un mot que je n'aime pas, mais bien à la mode !) des banques, pour que les élus, les organisations patronales, les organisations syndicales, puissent peser sur les choix des crédits accordés pour orienter le développement économique en fonction de critères sociaux, environnementaux et cela à tous les niveaux, y compris celui de la banque centrale européenne. Il faut en quelque sorte socialiser les banques !

J'aime bien ce terme de socialisation des banques ! La nationalisation est trop restrictive. Evidemment, il faut changer la propriété des banques mais on ne peut se contenter de nationalisations comme en 1981 qui ne changent pas en profondeur la gestion. Il est essentiel d'ajouter cet aspect capital de démocratie économique à travers des possibilités d'intervention des salariés et de réappropriation des choix économiques par les représentants du peuple. C'est tout cela qu'entendent les communistes à travers l'expression de pôle public bancaire.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 20:04

photo crC'était aujourd'hui la dernière commission permanente du Conseil Régional avant l'été.

Je suis intervenue sur l'apprentissage. Voilà, à peu près ce que j'ai dit :

Je voudrais attirer l'attention de la commission permanente sur le DIMA, le dispositif d'initiation aux métiers en alternance : au delà du changement de nom et tout en disant le contraire, le gouvernement est en train de remettre en route la machine vers l'apprentissage à 14 ans, un projet sur lequel il a déjà échoué vu 'importance des réactions. Nos jeunes n'ont pas besoin de moins d'école : ils ont besoin de plus d'école pour être les citoyens responsables de demain dans une société qui demande de plus en plus de savoirs et de connaissances.

C'est comme les rythmes scolaires. Le gouvernement est mis en difficulté sur la semaine de quatre jours qu'il a institué et la solution ne passe pas par moins d'école mais par des transformations profondes en prenant comme modèle d'élève celui qui n'a que l'école pour apprendre ce qui éviterait bien des mises en situation d'échec.

Pour en revenir à l'apprentissage, l'insistance du gouvernement à développer l'apprentissage à tout prix, sans que cela ne corresponde ni aux aspirations des jeunes, ni aux réalités du terrain est inacceptable. Il y a une confusion dans la tête du président de la République entre emploi des jeunes et formation. En région, les services de l'Etat sont en train de s'exprimer en disant que le contrat d'objectf et de moyen sur l'apprentissage en cours de négociation apportera les mêmes ressources à la région que le contrat précédent, si ce n'est que la réalité c'est que ce qui est annoncé pour l'instant c'est un million d'euros de moins par an que l'année dernière pour plus d'apprentis formés !

Sur la restauration dans les lycées, nous avons voté cet après midi un nouveau réglement qui devrait permettre un recours plus facile à l'aide proposée de 0,4€ par repas pour les familles modestes (celles qui bénéficient de l'allocation de rentrée scolaire). En effet, le bilan fait à la demande des élus communistes montrait qu'une part importante des lycéens qui pouvaient bénéficier de cette aide ne l'avait pas. Il avait presque fallu se fâcher pour obtenir que des modifications puissent être apportées dès cette commission permanente pour être effectives dès la rentrée, sinon, on perdait encore un an !

Notre demande de bilan doit également déboucher sur une augmentation de l'aide apportée : ce sera peut être bon pour le prochain budget ...

Enfin, pour la petite histoire de la commission permanente, le FN s'est abstenu sur le financement de l'Ecole de la deuxième chance, comme d'ailleurs sur quasiment tous les dossiers de formation professionnelle. Il n'a pas du apprécier la répone que je lui ai faite lors de la dernière session plénière, mais si l'école de la deuxièe chance de Champagne Ardenne a des résultats en terme de taux d'insertion dans l'emploi un peu moins élevés que d'autres, c'est parce qu'elle ne sélectionne pas à l'entrée et prend tous les jeunes qui lui sont adresssés par les missions locales. Et c'est effectivement essentiel de donner une seconde chance à tous les jeunes volontaires !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 00:43

La session plénière du conseil régional de ce matin portait sur la révision du contrat de projet Etat Région et sur le contrat de plan régional de développement des formations : je reviendrais dans un second article sur cette deuxième partie.

Sur le contrat de projet, on peut évidemment redire tout ce qui avait été dit au moment de l'élaboration de ce contrat de projet et d'ailleurs le groupe communiste s'était abstenu.

Il est notoirement insuffisant car les financements annoncés par l'Etat ne permettent pas que s'exerce la solidarité nationale indispensable aux rééquilibrages des inégalités entre régions et tout particulièrement en matière de formation où la sous qualification dans notre région est notoirement conuue et où on pourrait attendre de l'Etat un apport tout particulier, alors que le volet formation du contrat de projet est insignifiant
Politique du chacun pour soi de l'Etat, une politique de l'individualisme et on a encore entendu le Front National ce matin critiquer la politique de la droite pour demander en pratique encore plus de chacun pour soi puisqu'il a rappelé une fois de plus de manière très démagogique que les contribuables paient, si ce n'est que l'impôt c'est ce qui permet la cohésion de notre société, le en commun, de la construction d'infrastructures servant à tous, à l'Education nationale et je ne vais pas vous citer tous les services publics.
Je ne vais pas vous donner tous les détails de cette révision à mi parcours du contrat de projet, dont l'intérêt est une adaptation des financements pour une plus grande efficacité et une meilleure adaptation aux besoins, sans changer la somme des engagements financiers, que ce soit de l'Etat ou de la Région, simplement parler du volet formation, une petite miette pour faire bien.
J'ai souri de l'abandon par l'Etat des maisons de l'Emploi car j'avais émis beaucoup de réserve sur ces projets où l'Etat  demandait aux collectivités publiques de se substituer à lui dans ses compétences de l'emploi. Cette révision va nous permettre de flécher les crédits prévus pour les espaces métiers vers l'ensemble de ceux-ci et non uniquement vers ceux liés à une maison de l'emploi. Enfin, je sourirais si cela ne s'était pas accompagné de gâchis car les changements continuels pour des raisons de communication dans la politique de l'emploi du gouvernement sont source de gâchis, sans parler de gâchis humain quand on voit comment le maire de Douzy, président de la maison de l'Emploi de Sedan au moment de la décision de fermeture, a traité le sort des salariés de cette structure, jetés comme des kleenex.

Pour le reste, l'essentiel des engagements prévus dans le volet formation du contrat de projets restent inchangés : le financement de l'ARIFOR, de l'OPEQ et de l'ARACT

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 12:50

Cela fait un moment que cela m'énerve, mais l'intervention de JP Bachy dans l'émission "La voie est libre" ce midi sur France 3 m'invite à vous faire part de mes commentaires dès aujourd'hui ! Je pense que vous devriez pouvoir revoir cette émission en cliquant ici, mais à cette heure-ci, ce n'est pas encore en ligne

Il y a suffisamment de débats pour un vrai projet pour la région sans en faire un faux à propos de la démographie !
La discordance entre les chiffres de l'INSEE, de baisse démographique de la Champagne Ardenne et l'affirmation du président de la région, JP Bachy, d'une augmentation démographique, se basant sur le nombre de foyers fiscaux a une explication toute simple : l'augmentation du nombre des résidences secondaires ! Il s'agit de personnes qui paient des impôts locaux, sans résider dans la région ! Et cela est tout à fait concordant avec l'augmentation du nombre des permis de construire.
Ce faux débat est d'autant plus déplorable que la baisse démographique en région est plus faible que ce qui avait été prévu il y a quelques années et cela montre bien qu'il n'y a pas de fatalisme.
Le volontarisme dans la communication du président de région relève du donneur de leçons, là où, pourtant, le conseil régional a plein d'atouts, pour, en faisant appel à l'intelligence collective des Champardennais, mettre en défaut le gouvernement et le capitalisme et catalyser l'action de tous vers une économie au service des besoins et non des profits !
La description faite par Claude Choquet de la condition des bénéficiaires du Contrat de Transition Professionnelle (CTP) représente la vraie vie et ce n'est pas en niant cette réalité que l'on avancera !
Déjà, parce que le CTP n'est pas géré par le conseil régional mais est bien à la main du ministre du travail : la pression faite par les référents du CTP vers une reprise d'emploi rapide au détriment d'une vraie reconversion est bien réelle ! L'absence de Validation des Acquis de l'Expérience aussi ! J'ai demandé les statistiques de VAE au comité de pilotage du CTP et la réponse que j'avais eu témoigne bien de l'intérêt porté : les personnes qui la sollicitent sont orientées vers les points d'information conseil et on ne s'en occupe pas.
Le problème fondamental du CTP est bien l'absence d'implication des employeurs, ce qui vide ce dispositif de toute possibilité réelle d'être un instrument de sécurisation des parcours professionnels, car ce qui manque, ce sont bien les perspectives d'emploi qui permettraient aux bénéficiaires du CTP d'avoir une formation avec "atterrissage garanti" sur un emploi repéré au préalable. On se rappelle de la promesse de l'UIMM  lors du conflit Lenoir et Mernier de plus de 200 emplois disponibles : on en attend toujours la liste concrète !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 22:45

siteon0Pour compléter mon bien trop court article sur la session du conseil régional de lundi consacrée au budget 2011, je vous invite à aller lire l'intervention de Franck Leclère, conseiller régional communiste marnais, sur le développement économique en cliquant ici, et les explications de vote sur Vatry en cliquant ici.

La déclaration de Karine Jarry, à lire en cliquant ici, reprend l'ensemble de l'appréciation du groupe communiste sur le budget.

Sur le site du groupe communiste, il y a aussi l'intervention de Karine sur les questions de santé : j'aurais l'occasion de revenir prochainement ici sur cette exigence d'assises régionales de santé.

En ce qui concerne la formation professionnelle, le budget a surtout pour but de conforter les améliorations apportées au fil des années, l'innovation de cette année étant de mettre en place du conseil en évolution professionnelle dans les espaces métiers pour essayer de développer la formation des salariés et de leur donner un outil de plus de sécurisation des parcours professionnels.

L'année prochaine sera certainement marquée par davantage de nouveautés, en fonction du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations, en cours d'élaboration, mais aussi avec une nouvelle étape de développement des procédures de mandatement dans les relations entre le conseil régional et les organismes de formations, pour lutter contre la marchandisation de la formation. Mais bien difficile d'étendre le champs du mandatement cette année, sans un minimum de bilan de ce qui se met en route seulement depuis septembre de cette année.

Mon intervention n'a même pas porté sur ces questions essentielles : je me suis contentée d'expliquer les points peut être un peu obscurs puisque objet de questions de la droite, encore que je ne sois pas sure qu'il ne s'agissait pas de leur part de parler pour parler et d'un peu de mauvaise foi !

Reprenons les, point par point :

- le budget consacré à la formation des demandeurs d'emploi est en légère baisse, pour des questions purement techniques : la transformation des procédures d'appel d'offres en mandatement a amené à payer plus en fin d'année 2010 et on avait, pour ce faire,gonfler un peu le budget en 2010. Il est également vrai que l'on a essayé d'adapter un peu mieux le budget à la réalité des dépenses et malheureusement certaines formations prévues par la région ne sont pas pleines du fait des freins existant à Pôle Emploi pour orienter les chômeurs vers des formations qualifiantes. J'espère bien que la convention signée entre le Conseil Régional et Pôle Emploi améliorera les choses et les personnels de Pôle Emploi y mettent beaucoup de bonne volonté, mais ils ne sont pas assez nombreux et ce ne sont pas les coupes faites dans le budget 2011 de Pôle Emploi par le gouvernement qui vont améliorer les choses !

J'ai noté avec amusement que la droite est prête à dépenser plus pour la formation, mais avait critiqué le matin le fait que l'on déplorait les pertes de recettes du conseil régional.

- la préparation aux métiers "de demain" se fait dans la mesure où les professionnels sont effectivement capables de préciser quels sont les exigences de ces métiers, mais là encore, j'ai été un peu amusée que la conseillère UMP parle des métiers de demain dans la métallurgie, alors que quand on rencontre l'UIMM, c'est silence radio sur la question des transformations à intégrer dans les formations. Sans faire de bruit, le conseil régional travaille cette question dès que nous avons des éléments et dans le batiment par exemple se mettent en place des formations de formateurs sur les transformations des métiers du batiment en fonction des exigences environnementales.

- l'école de la deuxième chance de Champagne Ardenne a des taux inférieurs à d'autres écoles quand on considère le taux d'insertion dans l'emploi à la sortie, mais c'est la seule école qui ne trie pas les jeunes à l'entrée !

Enfin j'avais profité de mon intervention pour annoncer le cinglant camouflet que vient de se prendre le gouvernement avec la décision du conseil constitutionnel refusant que l'Etat donne le patrimoine de l'AFPA à cette association.  J'en ai déjà dit quelques mots ici. J'y reviendrai plus longuement.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 23:32

photo crLe conseil régional vient d'approuver son budget 2011. Ceci n'a apparemment guère intéressé la droite, dont les membres avaient manifestement eu plus de difficultés que d'autres avec la neige et une foule d'activités ce soir : il ne restait que trois membres de l'UMP au moment du vote ! Ils avaient fait leur petit numéro ce matin, dénoncé la part de plus en plus importante de fonctionnement dans le budget, au détriment de l'investissement, en oubliant juste que le fonctionnement augmente de par les compétences transférées aux régions, qu'une part des investissements se font en complément d'autres collectivités ou de l'Etat et que si les autres ne participent plus, la région ne peut tout faire seule !

Cette journée a pourtant été très riche : dur en quelques phrases de la résumer. Sauf peut être pour revenir sur quelques points particulièrement défendus par les communistes : la nécessité d'un état des lieux rapides sur les contrats aidés dans les lycées pour accélérer la déprécarisation, le refus de voter une subvention pour favoriser l'implantation de Ryanair à Vatry, un vibrant plaidoyer de Franck Tuot pour les associations. Je reviendrais sur tout cela.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 13:25

Rencontre citoyenne

carte region reunions publiques 30112010Mardi 30 novembre à 19 h 30

à l'hôtel de ville de Mézières

 

Entre le débat d'orientation budgétaire (voir mon article sur ce sujet dans ce blog en cliquant ici) et la session plénière, consacrée au budget, des 20 et 21 décembre, l'exécutif du conseil régional a souhaité pouvoir mettre en débat avec les citoyens ses propositions. C'est ce qui sera fait mardi dans les Ardennes et dans les jours qui suivront dans les autres départements de la région.

Décentralisation mal compensée, suppression de la taxe professionnelle ..., les budgets des collectivités sont cadenassés par un gouvernement aux ordres des amis du Fouquet's et des actionnaires du CAC40. Réduire le budget de l'Etat ne leur suffit plus, il faut aussi réduire celui des collectivités ... pour augmenter leurs profits et développer le règne du chacun pour soi, avec moins d'équipements collectifs (routes par exemple ou pour rester dans les compétences régionales, des freins sur les investissements dans les lycées), avec moins de services publics, alors qu'il nous faudrait en inventer de nouveaux, comme un service public de la petite enfance.

Comment le conseil régional peut se sortir de ce piège ? Mais aussi quel rôle du conseil régional face à la casse de l'industrie dans notre département ? Quelle politique dans les lycées ?

Voilà quelques questions (et d'autres) qui mériteraient d'être débattues merdi soir : venez nombreux !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article