Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:43

...et veut accroître le fatalisme devant l'échec du capitalisme.

Réduire les moyens de ses ministres ;

Réduire le nombre de fonctionnaires, à l'école, dans les hôpitaux ;

Réduire ;

Réduire ...

Certes, on peut évoquer quelques gâchis de ses ministres, une insulte pour le peuple français qui souffre.

Mais son but n'est pas de pénaliser ses ministres (ils sont trop proches du patronat pour ne pas savoir comment se débrouiller).

Il veut surtout utiliser cette méthode démagogique pour faire avaler cette couleuvre : on s'en sortirait par les réductions des dépenses.

C'est très directement en lien avec la réforme des retraites : il faudrait retarder l'âge de la retraite, baisser les retraites

C'est très directement en lien avec la réforme des collectivités territoriales : il faudrait réduire les services publics locaux, la démocratie qui couterait cher. Cette réforme, actuellement en débat au Sénat, doit être retirée : elle est trop toxique pour être amendable !

C'est très directement en lien avec la casse de l'école, des hôpitaux ...

Pourtant, ce sont de toutes autres solutions qui sont nécessaires : car tout un chacun est capable de comprendre que pour payer les retraites, payer les services publics locaux, payer l'école, les hôpitaux, il faut travailler !

Il faut tout à la fois changer la répartition des richesses dans notre pays, mais aussi augmenter la part du gâteau à partager : faire cotiser les profits (et c'est sans commune mesure avec ce qui peut être économisé auprès des ministres !) mais aussi mettre les jeunes au boulot, ces jeunes qui ne demandent que cela, plutôt que la galère dans laquelle il sont, poursuivre le développement de notre économie, ce qui demande recherche, innovation, formation pour produire plus, tout en améliorant les conditions de travail, tout en respectant mieux notre planète !

Pour discuter d'un vrai projet alternatif à la casse programmée des retraites, je vous invite le 8 juillet à 18 h 30 salle de Nevers à Charleville Mézières pour un débat avec Yves Dimicoli, membre de la direction nationale du PCF et économiste.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 15:38

La réforme de l'IRCANTEC, caisse de retraite complémentaire obligatoire des agents non-titulaires du service public, est articulée autour d'une baisse programmée des pensions versées et d'une hausse des cotisations reposant essentiellement sur les salariés.

Le gouvernement a réussi à imposer la constitution à l'horizon de vingt ans d'une réserve financière équivalente au minimum à un an et demi de prestations, ce qui dénature complètement le système de retraite par répartition supposant que les retraites de l'année soient payées avec les cotisations encaissées cette même année !

L'équilibre du régime dépend beaucoup de son périmètre, périmètre dont l'Etat est entièrement responsable. Avec la loi sur le nouveau statut de La Poste, ce sont des nouveaux cotisants qui partent,  tandis que les retraités de La Poste restent dans le régime de l'IRCANTEC (Soit dit en passant, malgré les affirmations du gouvernement, ce changement de statut traduit bien la privatisation de La Poste). Le gouvernement doit assumer les conséquences de ses choix et compenser cette charge supplémentaire, car il ne peut être question de s'en sortir par un décret défavorable aux deux régimes, IRCANTEC et ARRCO-AGIRC, ni d'opposer les salariés du privé et ceux du public comme a essayé de le faire par voie de presse l'association « Sauvegarde Retraites » manipulée par des personnes notoirement encartées au Front national.

En cliquant ici, vous pourrez lire le journal des administrateurs CGT de l'IRCANTEC.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 15:59

moton786-53d2cPas démagogique, cette proposition de loi a pour but d'organiser le financement des retraites d'une manière dynamique en liant les prélèvements et le développement de l’emploi.

Elle repose sur trois piliers :
- Désintoxiquer notre économie de la finance : contribution des revenus financiers des entreprises à un taux de 9,9% soit 30 milliards de recettes supplémentaires. Cotisation additionnelle des entreprises qui favorisent la financiarisation au détriment de l'investissement et de l'emploi.
- Favoriser l'emploi et les salaires : majoration de 10% des cotisations des entreprises de plus de 20 salariés dont le nombre de salariés à temps partiel est supérieur à 20% et suppression des exonérations au titre des heures supplémentaires : 25 milliards de recettes supplémentaires.
- Promouvoir la justice sociale : suppression du bouclier fiscal et augmentation des contributions des revenus issus de l'intéressement, des bonus et stock-options.

Cette proposition de loi, vous pouvez la retrouver sur le site de l'Assemblée Nationale en cliquant ici.

Les militants communistes font circuler une pétition pour soutenir cette proposition de loi : n'hésitez pas et signez là : il nous faut amplifier le mouvement pour mettre un terme à la surdité de nos gouvernants en défendant une alternative crédible et juste.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 21:00

 

Contre les marchés financiers, l’humain d’abord ! 
Il est urgent de donner une perspective à la colère et aux attentes qui s'expriment à travers la construction d'un projet de transformation sociale pour sortir de la crise.
Les communistes veulent ouvrir un processus de construction d'un pacte d'union populaire, donner un nouvel élan au Front de gauche.
Je vous invite à aller lire l'ensemble de la résolution adoptée par le congrès du PCF en cliquant ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 00:16

arton4878A l'opposé des projets gouvernementaux, à l'opposé du fatalisme de la droite (un fatalisme de façade pour cacher sa dépendance aux intérêts patronaux), des solutions existent pour financer dès 60 ans (et avant pour les salariés ayant des conditions de travail pénibles - et avant qu'il ne soit prouvé qu'ils ne sont complètement usés, comme le voudrait le gouvernement) des retraites à taux plein.

Il faut tout à la fois taxer les revenus financiers et utiliser les prélèvements sociaux pour orienter le développement vers la création de richesses et d'emplois, car ce n'est évidemment pas en laissant les jeunes au chômage que l'on aura le moyen de financer les retraites de nos aînés !

A quelques jours de la grande journée d'action du 24 juin (Vous n'oubliez pas : on va manifester jeudi - dans les Ardennes, c'est à 10 h à partir de la place ducale  et le trajet prévu est l'aller et retour de la place ducale à la préfecture), je voudrais vous signaler quelques pétitions pour mettre un peu la pression !

Cela fait déjà un moment que je vous avez indiqué l'appel lancé par la fondation Copernic et ATTAC : faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites. Vous pouvez le retrouver en cliquant ici. A ce jour, il a recueilli plus de 56 000 signatures.

Pour ceux qui n'ont pas eu la carte pétition de la CGT, ou qui comme moi l'ont donné à quelqu'un d'autre, vous pouvez signer la pétition de la CGT en ligne en cliquant ici.

Mais je voudrais aussi vous signaler l'appel des féministes à manifester le 24 juin, car, rappelons le, les retraites des femmes sont inférieures de 38% à celles des hommes et plus de la moitié des retraitées touchent une pension inférieure à 900€ et les projets du gouvernement vont entraîner un recul. Cet appel, vous le trouverez en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 23:18

communismeLe capitalisme va mal !

C'est sur le dos des travailleurs qu'il fait ses profits, mais il cherche à réduire les emplois ! Comme les profits dans l'industrie ne sont plus assez élevés au goût des actionnaires, le capital cherche à investir dans le travail immatériel, mais l'appropriation privée des connaissances est un obstacle même au développement. Les richesses de la planète s'épuisent ...

Le capitalisme s’empêtre dans ses contradictions.

Il a essayé de s'en sortir : en particulier, en France, il a utilisé la baisse de vigilance des classes populaires à l’occasion des gouvernements successifs de gauche pour installer ses nouveaux outils, comme les traités européens, la libéralisation des services publics ou une augmentation massive de la productivité, les 35 h donnant le change à une aggravation des conditions de travail.

Maintenant, il a créé la crise en cherchant des solutions dans la financiarisation de l'économie !

La société se clive entre une poignée de privilégiés dans chaque pays et une immense majorité qui souffre, du chômeur dans la misère au cadre à qui l'on demande toujours plus pour les actionnaires.

L'emprise idéologique est toujours plus forte pour diviser, opposer entre eux les peuples, raviver les nationalismes et donner envie de jalouser les voisins plutôt que lutter contre la poignée de privilégiés.

Mais l'extension du salariat, le resserrement des capitalistes autour de quelques familles partageant pouvoir économique et politique, l'oppression des classes moyennes, des cadres, constituent les bases objectives d'un dépassement du capitalisme beaucoup plus plausible que jamais et c'est bien ce qui rend le capitalisme si agressif !

Plus que jamais, c'est bien le communisme qui est à l'ordre du jour pour s'en sortir: une société où il n'y aurait plus d'exploitation de l'homme par l'homme, une société de partage des richesses communes en fonction des besoins de chacun, une société d'émancipation humaine.

C'est dans ce contexte que s'est tenu le 35ème congrès du PCF : un congrès d'espoir, un congrès où le commun, cette visée d'une société d'émancipation humaine et cette conviction qu'il faut en construire dès maintenant des pièces dépasse largement la diversité des approches sur la stratégie à adopter pour arriver au rassemblement majoritaire qui permettra de transformer l'utopie en réel.

Riposter à la droite tout de suite, dans la rue le 24 juin, contre cette inique réforme des retraites, mais aussi contre la casse des services publics, l'Education Nationale au premier chef et tout et tout et contre toute cette misère que sème actuellement N. Sarkozy et le patronat.

Et construire un pacte d'union populaire pour réussir le changement : pas juste un aménagement du capitalisme avec quelques recettes généreuses dont l'histoire a démontré que le capitalisme savait les récupérer à son profit, mais une véritable transformation de la société pour remettre à l'endroit l'économie, la mettre au service des femmes et des hommes et non des profits, arrêter la casse de notre planète, vivre une vraie démocratie.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 20:36

moton786-53d2c

Voici les propositions du PCF :

- Faire cotiser les revenus financiers des entreprises et des banques au même taux que la cotisation sociale patronale assise sur les salaires.

- Les cotisations sociales doivent rester fonction des salaires versés dans chaque entreprise. Mais le taux des cotisations patronales serait modulé selon le rapport « salaires / valeur ajoutée ». Cela responsabiliserait socialement les entreprises en les incitant à augmenter la part des salaires dans la valeur ajoutée (politique salariale, emplois, qualifications) ; à gagner en productivité en baissant d'autres coûts dans l'entreprise que les coûts salariaux : les coûts en capital ; à ne pas céder aux sirènes de la croissance financière des capitaux (OPA, placements financiers, spéculations, exportations de capitaux…).

L’objectif de ces deux propositions serait d’augmenter fortement les recettes de cotisations sociales avec un effet de ciseaux positif.

Dans un premier temps, la « taxation » des revenus financiers rapporterait beaucoup (22 milliards d'euros pour les retraites), puis, dissuadant progressivement les entreprises d'en rechercher, son rendement tendrait à diminuer.

Simultanément, la modulation de la cotisation patronale rapporterait de plus en plus, au-delà de ce que rapporterait aujourd'hui la « taxation » des revenus financiers, en enclenchant une autre logique de la croissance et de la gestion des entreprises, centrée sur le développement des emplois, des salaires et prestations sociales.

On mettrait fin aux exonérations de cotisations patronales (30 milliards d'euros), le montant de l’argent public gâché pour les compenser pourrait être alloué à un Fonds national pour développer l’emploi et la formation, base des cotisations sociales. Ce Fonds impulserait un nouveau crédit pour l'investissement, à taux d'intérêt d’autant plus abaissé que les entreprises font de l’emploi. Cela devrait favoriser la base emploi et salaire de la retraite par répartition.

Et oui, le fatalisme gouvernemental n'est là que pour nous faire nous serrer la ceinture ! Il est possible de financer des retraites de bonne qualité dès 60 ans !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 08:31

moton786-53d2cAu nom des déficits sont imposés aux fonctionnaires : salaires bloqués, suppressions d’emplois, RGPP (révision générale des politiques publiques), non remplacement d’un fonctionnaire qui part à la retraite sur 2, casse de la fonction publique.

Au nom de l’alignement sur le privé, la loi Fillon 2003 a entraîné : recul de l’âge de départ à la retraite, baisse du taux de remplacement des pensions.

Les réformes programmées : (accroissement de la durée de cotisation, de la période de référence, report de l’âge de la retraite), sans résoudre les problèmes de financement, frappent durement les fonctionnaires .

Or leurs pensions sont, pour des salaires d’actifs comparables, du même ordre de grandeur que celles versées par le régime général. Les droits familiaux liés à la maternité sont remis en cause et pénalisent encore plus les femmes. Les prétentions gouvernementales 2010 seraient fatales pour le code des pensions.

C’est pourquoi le PCF propose :

- La prise en compte de la pénibilité et des carrières longues ;

- Le maintien de l’âge légal à 60 ans avec les garanties pour une retraite à taux plein et des 6 derniers mois comme

- Le retour aux 37,5 annuités pour tous, y compris les fonctionnaires pour le calcul d’une pension complète avec 75 % du salaire minimum,

- la revalorisation des basses retraites ;

- L’augmentation des salaires, la reconnaissance des qualifications et des créations d’emplois qui permettront le renouvellement générationnel et faciliteront l’équilibre des comptes et caisses ;

- L’intégration des primes, dans le calcul de la retraite, et leur assujettissement complet aux cotisations ;

- La prise en compte des années de formation pour la durée de cotisations.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:25

retraiteEn France l’espérance de vie passe à 81 ans en 2010 et les plus de 60 ans représentent 22,6 % de la population.

Ce progrès est considéré par les tenants de la domination des marchés comme une charge.

Au contraire, il permettrait d’avancer vers une autre civilisation, avec un service public de sécurisation et de promotion des personnes âgées.

La question des seniors et de leur faible taux d’emploi se rattache à la sécurisation des parcours professionnels. Le service public pourrait organiser des suivis contre l’usure et la pénibilité, des formations et des mobilités professionnelles, encadrer de bons mitemps.

La promotion des conditions de vie et des activités sociales des retraités concernerait le niveau des pensions dès 60 ans. Déjà s’amorce un renversement de portée révolutionnaire : à l’opposé de leur mise à l'écart de la vie sociale, une disponibilité bien plus grande des retraités que dans la période de travail pour des relations sociales choisies et créatrices.

Pour le 4e âge et les personnes âgées dépendantes., il s’agit de la poursuite de relations sociales et culturelles, au lieu de la réduction aux traitements médicaux et de soins physiques.

Pour le soutien des maisons de retraite, très inégales, les budgets publics doivent augmenter. Les services aux personnes âgées à domicile devraient surmonter leurs graves insuffisances.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 18:23

shamouri vDepuis plus de 5 ans, le jeune Salah Hamouri est en prison en Israël au  terme d'un procès truqué. Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le site de l'Humanité en cliquant ici.

Son cas fait l’objet d’un silence assourdissant et c'est bien le seul Français, détenu à l'étranger, pour lequel le gouvernement français ne se bouge pas !

Pour appuyer la sensibilisation de l'opinion publique, plusieurs personnalités et associations sollicitent le conseil régional pour afficher un portrait de Salah Hamouri lors d'une prochaine séance publique.

Voici le courrier que je viens d'adresser au Président Bachy :

Monsieur le Président, cher ami,

Comme tu le sais, Salah Hamouri est un jeune Français emprisonné depuis maintenant plus de 5 ans en Israël, malgré son innocence.

Il est victime d’une double injustice, celle de la « justice » militaire israélienne, de ce tribunal illégal au regard du droit international installé à Ofer en Cisjordanie. Au terme de 3 ans d’incarcération, sans qu’aucune charge n’ait pu être établie contre lui, Salah Hamouri a été jugé, contraint de plaider coupable, sous la menace d’une condamnation à 14 ans de prison. C’était du chantage, non de la justice.

La seconde injustice que subit Salah Hamouri est celle du gouvernement français : il est le seul Français pour lequel le gouvernement français n'agit pas, jusqu’à refuser ne serait-ce que de recevoir la famille ou les amis de Salah.

Après l’initiative très appréciée du Conseil régional, en soutien aux journalistes de France 3 détenus en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ne pourrait-on, à l’occasion de la prochaine séance plénière du 28 juin du Conseil régional, afficher en grand le portrait de Salah Hamouri. Cela permettrait de développer la sensibilisation de l'opinion publique et répondrait à l’appel du Comité pluraliste national de soutien à Salah Hamouri co-présidé par Hind Khoury et Stéphane Hessel, qui propose aux collectivités de s’engager dans cette démarche citoyenne de solidarité.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article