Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 10:58

 

arton777-19e90Avec le projet de Banque Publique d'Investissement, annoncé au conseil des ministres de cette semaine, le gouvernement se contente d’essayer de corriger à la marge « les défaillances du marché » caractérisées, aujourd’hui, par le refus des banques de faire crédit pour le développement économique et les PME pour cause de rentabilité insuffisante.

Il aurait été nécessaire de développer les moyens d’une maitrise nouvelle du crédit bancaire pour sécuriser l’emploi et la formation, engager une transition écologique, et impulser un nouveau type de croissance réelle avec les investissements nécessaires en France et en Europe. Au lieu de cela, c’est le seul soutien à l’investissement des entreprises innovantes et exportatrices qui sera l’objectif central de la BPI, sans aucune conditionnalité en matière d’emploi, de formation, de progrès écologiques.

Les ressources de la BPI seraient limitées avec, au bout du compte, une capacité de financement de 30 milliards € en prêts et garanties auxquels s’ ajouterait une capacité d’intervention en fonds propres de 10 milliards €...à comparer avec l’encours de crédits aux entreprises qui, en aout dernier, se chiffrait à plus de 1007 milliards d’euros ! C’est dire, en réalité, la minceur des moyens.

Car la BPI, pour se refinancer, disposerait certes d’une réaffectation partielle des sommes collectées en Livret A et LDD, mais, pour l’essentiel, ferait appel au marché financier, ne pouvant accéder à la monnaie créée par la BCE.

Autrement dit, ses opérations, conditionnées par la rentabilité financière, ne stimuleraient aucun changement des critères du crédit et des relations banques-entreprises et n’auraient aucun lien avec la politique monétaire de la BCE, tandis que l’octroi de quelques pouvoirs aux régions s’inscrirait dans une «  gouvernance » très centralisée !

Nous sommes très loin du véritable pôle public bancaire nécessaire pour développer une sélectivité nouvelle du crédit favorable à l'économie réelle, à la satisfactions des besoins des hommes et des femmes et non à celle des actionnaires. Pourtant, la satisfaction des besoins dans un cadre de transition écologique serait tellement créatrice d'emplois !

Mais c'est vrai aussi que l'alignement de F. Hollande sur la politique européenne ultralibérale ne contribue pas à réorienter la Banque Centrale Européenne et sa politique monétaire  afin de favoriser l’emploi en quantité et qualité et l’expansion des services publics et cela rend tout plus compliqué !

Je vous invite à aller lire en cliquant ici la très intéressante lettre ouverte à Frnçois Hollande rédigée par le Collectif " Pour un Pôle public financier au service des Droits !" Ce collectif regroupe des organisations syndicales des banques mais aussi des associations, comme ATTAC ou la coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité.

Après la tribune publiée par 120 économistes (à lire en cliquant ici) dénonçant  comment le traité européen organise de fait la garantie par les États des grands patrimoines financiers privés, cette lettre ouverte montre à nouveau les convergences de plus en plus larges pour une nouvelle politique économique mettant l'humain d'abord.

L'avenir est devant nous : on ne lâche rien !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 23:56

Non à l'austérité permanente ! Refusons le pacte budgétaire et ouvrons le débat en Europe !

manif3009 5C'est sur ces thèmes que dans les 80 000 personnes ont défilé dans les rues parisiennes aujourd'hui ! Une foule, qui témoigne de l'aspiration populaire que F. Hollande doit entendre, sans parler de tout ce qui nous a été dit depuis la fin de l'été dans la campagne que mène avec le PCF et le Front de Gauche de nombreuses autres organisations, en particulier en provenance de certains socialistes : c'est bien. Nous on peut pas ! Baillon qu'ils s'imposent à tort mais qui montre combien le refus de ces traités européens est partagé dans notre pays.

Une fois n'est pas coutume, et pour me rattraper de tous les articles sans photos, je vais arrêter là mes discours ce soir et vous montrer une série de photos.manif309 2

manif3009 1

manif3009 3

photo

manif3009 4

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 21:12

On nous l'a promis le changement ! Mais il va falloir beaucoup se bouger pour que ce soit réel !

Dans cette fin d'été, je viens de signer deux pétitions :

- la première pour la régularisation de la famille Idrizi, car même sur des questions comme celle là qui ne remettent pas en cause les équilibres économiques, qui n'oblige pas F. Hollande à se heurter de front aux profits des actionnaires, le changement n'apparaît pas vite ! Et même dans notre région, il y a des familles que l'on expulse. La famille Idrizi vit en Haute Marne depuis deux ans. Pour en savoir plus, et pour comme moi signer la pétition, cliquez ici.

- la seconde, c'est le manifeste des médecins solidaires, contre les dépassements d'honoraires. On peut le trouver en cliquant ici.

Marisol Touraine se contente de bricoler, pour ne pas poser les questions de fond : celles de la nécessaire renégociation des honoraires médicaux. Il n'est en effet pas légitime que certains médecins gagnent beaucoup plus que d'autres (en fonction de la spécialité, pas de la quantité de travail !). Et la sécu se satisfait de la situation, car il y a sans doute des actes qu'il faudrait réévaluer, et ça lui couterait plus cher, alors que les dépassements, c'est les mutuelles ou les malades qui les paient ! Et effectivement, sans renégociation, M. Touraine ne peut pas interdire les dépassements au risque de mouvements de protestation majeure. Et pourtant, même en limitant les dépassements, on reste dans un cadre inadmissible, celui de la médecine à deux vitesses, entre les malades qui peuvent payer, qui ont une "bonne" mutuelle, et les autres, abandonnés.

A propos de dépassements d'honoraires, dans le mic-mac public-privé qui est en train de s'organiser à l'hôpital de Charleville Mézières, on peut certes se réjouir car il devrait être possible de recourrir aux médecins issus de la polyclinique dans les locaux de l'hôpital sans avoir à débourser pour payer des dépassements d'honoraires : les voix qui se sont élevées en ce sens, celles des communistes, celles du collectif de défense de l'hôpital ... ont été entendues (comme quoi, cela sert à quelque chose de protester, de proposer ...). La question des usagers est donc résolue. Mais dans l'immédiat seulement, car d'après les informations que nous avons, ces médecins, en particulier les ophtalmologues, ont réussi à négocier l'équivalent des dépassements d'honoraires dans leurs revenus. J'ai d'autant plus de mal à comprendre que j'ai récemment lu une argumentation d'un médecin ophtalmologiste, s'appuyant sur le coût des matériels nécessaires pour justifier les dépassements. Or, dans le cas carolomacérien, si j'ai bien saisi, le matériel appartiendra au groupement de coopération sanitaire(GCS). Et les revenus augmentés des médecins pèseront sur le budget du GCS voire sur celui de l'hôpital avec inévitablement des conséquences pour le personnel et donc pour la qualité des soins.

J'ai encore fait des digressions importantes ...

Il va falloir se bouger pour que le changement, ce soit maintenant.

J'y reviendrais, mais notez d'ores et déjà qu'une grande manifestation nationale est prévue pour exiger un référendum sur le traité européen : à priori le 30 septembre.

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 08:52

Petit-logo-emplois-davenirEn complément des réflexions que j'ai apporté dans un précédent article sur le projet d'emplois d'avenir (à lire en cliquant ici) où j'aborde essentiellement les questions de formation, j'ai envie de revenir sur un point : le public visé, les jeunes des zones urbaines sensibles.

Cela m'interroge particulièrement : loin de moi l'idée de penser que ces jeunes n'ont pas particulièrement besoin d'être aidés dans leur insertion dans l'emploi, mais aidés, pas assistés !

Ils ont droit, comme chaque citoyen adulte de notre société, à un emploi et ils attendent de l'organisation de la société d'avoir cet emploi, de bonne qualité, en CDI.

Evidemment, beaucoup seront contents, dans la galère qui est actuellement la leur, de trouver ces emplois d'avenir (cela montre d'ailleurs, que contrairement aux dires des mauvaises langues, les jeunes ont envie de travailler quelque soient les conditions).

Mais est ce un cadeau à leur faire que d'inscrire à leur CV un emploi qui aura été réservé aux jeunes des ZUS ?

Mais est ce un facteur de cohésion sociale que d'éliminer de ces emplois d'autres jeunes, tout autant dans la panade, même s'ils ne sont pas stigmatisés ? Rappelons nous les analyses faites après les élections du printemps, l'importance du vote FN dans des zones rurbaines (et on en a, dans le département, des zones comme cela) : tous ces gens qui se sont éloignés des centres-villes pour se loger à moindre coût et qui n'en peuvent plus financièrement avec le chômage qui les a rejoint, l'augmentation du prix de l'essence ..., leur colère, leur scandaleuse dérive idéologique pour nombre d'entre eux. Leurs jeunes, souvent aussi bien dans la mouise - en plus, il y a les problèmes de transports - n'auraient pas le droit à ces emplois ? De quoi amplifier des colères ! Les rendre encore plus irrationnelles et dangeureuses !

Car fondamentalement la sélection des publics pouvant bénéficier des emplois d'avenir témoigne d'une idéologie fausse, celle de la charité que l'on fait pour essayer d'atténuer la dureté du capitalisme, obole d'un emploi précaire à certains, là où ce qui est nécessaire c'est d'instaurer le droit à l'emploi, la sécurité sociale professionnelle dès la sortie de la formation iniale pour tous, quitte à se heurter aux lois du capitalisme !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 21:58

arton2214-46d7dLes députés communistes et du Front de Gauche ont déposé une proposition de loi contre les licenciements boursiers. Ils proposent, dans l’article 1er de cette proposition de loi, d’exclure du champ légal des licenciements économiques ceux effectués dans des entreprises ayant reversé des dividendes à leurs actionnaires au titre du dernier exercice comptable. Ils confient la mise en œuvre de cette disposition à l’inspection du travail.

L’article 2 prévoit que les entreprises qui bénéficient d’aides publiques, sous quelles que formes que ce soit, s’engagent en contrepartie à ne pas réaliser de licenciements interdits au sens de l’article 1er, auquel cas elles doivent restituer les sommes qu’elles ont perçues.

Ce texte, qui reprend une proposition de loi déposée par les sénateurs du groupe communiste républicain citoyen repoussée le 16 février 2012 par une très courte majorité mais votée par les sénateurs socialistes, est volontairement restreint aux licenciements boursiers. Il ne constitue que le premier niveau de la protection due aux salariés concernés par ces pratiques patronales. Il doit être associé au développement d’une véritable démocratie sociale qui fera des salariés de véritables acteurs du développement économique, et non plus des variables d’ajustement du profit à court terme.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 06:53

une-humanite-smic-1700-eurosLa suppression du dispositif d'exonérations fiscales et sociales des heures supplémentaires est une bonne chose. Le coût humain de cette mesure de Sarkozy, c'est de l'ordre de 90 000 demandeurs d'emploi de plus !

C'était conforter l'idée que le travail est une charge pour les entreprises, alors qu'il en constitue la source de richesse ! Et les exonérations sociales contribuent aux difficultés de notre système social.

C'était populiste en insistant sur la défiscalisation, en oubliant de dire que les impôts, c'est ce qui est la base de la vie en commun, en oubliant de dire que l'impôt sur le revenu est progressif et que donc cette mesure profitait le plus à ceux qui avaient les salaires les plus élevés.

Mais ça contribuait aux fins de mois pour certains ! Cela avait évité de poser la question de la nécessaire revalorisation des salaires ! Alors posons la maintenant !

C'est ce qu'a fait Nicolas Sansu, député communiste du Cher lors du débat à l'assemblée nationale : "Nous approuvons par ailleurs sur le principe la suppression du dispositif d’exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires dans les entreprises de moins de 20 salariés. Cette mesure au coût exorbitant (4.9 milliards d’euros, dont 3.4 pour la Sécurité sociale) a fait obstacle à la création de près de 90 000 emplois. La droite l’a maintenue, malgré la crise, malgré l’explosion du chômage, par pure posture idéologique.
Nous jugeons qu’en finir avec le leurre des heures non cotisées et défiscalisées implique que nous débattions conjointement de la revalorisation des salaires. Mes chers collègues de la majorité, il est urgent de redonner confiance aux salariés des classes modestes et moyennes. Il faut compenser ce dispositif inique d’exonération et de défiscalisation des heures supplémentaires par un vrai coup de pouce au SMIC, par des garanties contre les licenciements boursiers, contre les pratiques qui de PSA à SANOFI continuent de privilégier les revenus du capital sur l’emploi et les salaires. Le chômage de masse, l’emploi précaire, la faible progression en volume des salaires ont littéralement plombé le financement de notre protection sociale."

Je vous invite d'ailleurs à aller lire l'ensemble de son intervention en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 00:03

Il y en a des interrogations aux candidats, témoignant de la volonté de l'intervention citoyenne. C'est nouveau et fort intéressant. En 2007, j'avais du en voir 2 ou 3. Là elles arrivent sous toutes les formes, courrier, mail, facebook même. Je n'aurais certainement pas répondu à toutes, ayant privilégié celles qui arrivaient par mail, tout simplement parce que je traite les mails au fur et à mesure et que j'entasse les papiers pour les traiter un jour. D'ailleurs par courrier, il m'en est arrivé depuis longtemps, des qui sont très intéressantes et qui mériteraient qu'on y passe 2 ou 3 heures pour répondre et que j'ai mis dans un coin, pour répondre quand j'aurai le temps. C'est mal parti avant dimanche, mais promis, si je suis élue, je les prendrai en compte, car il y a de vrais programmes dans le nombre, sur la question du monde associatif, sur la protection sociale, sur le monde du handicap ...

Je ne vous parle pas de facebook : avis d'ailleurs à ceux qui essaient de m'envoyer ainsi des messages. Ce n'est pas le meilleur moyen de me contacter car je ne sais jamais comment retrouver ces messages ni être sure que je les ai tous lu ! Mon adresse mail, elle est sur mon blog et c'est bien mieux !

Venons en à la question du jour, celle de la Coordination Rurale de Champagne Ardenne : je pense que le texte de ma réponse suffira à vous informer de la question :

je vous remercie de votre interrogation car votre question mérite qu'on s'y attarde. La loi COV est en effet un véritable scandale et il ne suffit pas de le dire, mais il faudra bien que les députés élus le 17 juin l'abolissent !
J'avais déjà eu l'occasion d'en dire un mot en séance plénière du conseil régional : en effet, en votant un avis (négatif) sur le plan régional de santé, nous avions été amené à discuter alimentation et donc agriculture !
Cette loi a supprimé le droit à l'habitude ancestrale de ressemer ses propres graines, tout cela avec comme seul but d'enrichir les industries semencières, Monsanto & Co, pour un pactole évalué à 300 millions d'euros par an, au détriment des agriculteurs, une nouvelle fois taxés et au motif de financer de la recherche, une recherche qu'il est urgent de libérer de l'emprise des intérêts privés pour développer la recherche publique.
Cette loi a donc tout faux : elle prive les agriculteurs d'une pratique ancestrale et de qualité, garante de la biodiversité, les taxe et en plus finance de la recherche privée alors qu'il faudrait de la recherche publique, débarrassée des intérêts privés !
J'ajouterai que lors de cette séance du 28 novembre de l'assemblée nationale, JP Brard, député du Front de Gauche, s'était élevé contre cette loi.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 17:39

afficheLes ommunistes ont décidé de trancher cette question démocratiquement lors d'une conférence nationale du PCF le 20 juin, après consultation des communistes les 19 et 20/6.

Il n'est donc pas possible de répondre à la question avant cette date.

C'est comme quand on me demande quels seront les résultats dans la seconde circonscription des Ardennes : on verra le 10 au soir quels seront les candidats du second tour !

Sauf que l'on n'imagine pas des communistes accepter de participer au gouvernement si F. Hollande ne change pas sérieusement d'orientation

- en affrontant la commission européenne, plutôt qu'en se soumettant, en masquant l'acceptation de l'austérité par une annexe sur la croissance, impossible avec la signature des mécanismes européens de stabilité.

- en affrontant le patronant et le monde de la finance, plutôt qu'en s'y soumettant : ce n'est pas un petit coup de pouce pour le SMIC qu'il faut, mais une vraie augmentation, permettant de relancer la consommation, tout en répondant à l'urgence sociale de ceux qui n'arrivent pas à finir les fins de mois.

- en restaurant la retraite pour tous à taux plein à 60 ans : cela libérerait des emplois pour les jeunes

- en s'engageant à fond pour les services publics : il faut par exemple abolir la loi HPST

- en interdisant les licenciements boursiers et en donnant plus de droits aux salariés dans leur entreprise

- en s'engageant vers une sixième république pour donner plus de pouvoir au peuple et en finir avec cette présidentialisation de la vie politique française

ces quelques conditions pour faire court.

Les communistes veulent faire réussir la gauche : ce ne sera pas au prix de renoncements qui seraient suicidaires dans cette période de décadence du capitalisme qui s'engage dans une fuite en avant dangereuse pour tous les peuples européens.

Alors, si vous souhaitez des ministres communistes, votez pour le Front de Gauche, pour faire plier Hollande au soir des 10 et 17 mai.

Et si vous n'en souhaitez pas, ne vous inquiétez pas : vous faites partie des pessimistes ou des raisonnables (selon la manière dont on voit les choses) qui pensez que le Front de Gauche n'arrivera pas à faire plier Hollande maintenant. Si les résultats des 10 et 17 juin étaient tels qu'Hollande n'ait d'autres choix que d'écouter et de suivre les propositions du Front de Gauche, vous ne regretterez rien, car ce serait un immense succès et dans le cas contraire, je ne vois pas les communistes accepter de participer au gouvernement !

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 18:35

femmesAprès avoir écrit ce titre, je m'interroge sur sa réalité, car précisément le débat n'est pas suffisamment posé au cours de cette campagne de la place des femmes dans la société, de la lutte nécessaire contre les inégalités.

C'est d'ailleurs pour cela que j'ai choisi de vous relayer l'interrogation de Femmes Solidaires, un mouvement féministe d'éducation populaire, même si la demande qui m'est parvenue n'est pas ardennaise mais nationale. Et je ne vous donnerai pas le contenu de ma réponse - c'était un quizz avec des cases à cocher - mais plutôt les commentaires que cela m'a inspiré.

Et je commencerai par le chapitre "travail/autonomie" : évidemment, il faut renforcer la loi sur l'égalité salariale en sanctionnant immédiatement toutes les entreprises qui ne la respectent pas et rendre sytématiquement publique ces sanctions et il faut des mesures législatives pour favoriser la disparition du temps partiel imposé dont les femmes sont les premières victimes.

J'ajouterai trois remarques sur ce chapitre :

- l'OCDE vient de publier un rapport indiquant qu'il faut s'attaquer aux inégalités hommes femmes pour stimuler la croissance (à lire en cliquant ici). Si même l'OCDE trouve cela bénéfique ... et ce serait sans doute une croissance plus respectueuse de l'Humain

- l'augmentation du SMIC, telle que la réclame le Front de Gauche (pas un simple petit coup de pouce, mais un SMIC brut tout de suite à 1700€) bénéficierait grandement aux femmes, car elles sont plus souvent que les hommes payées au SMIC.

- la disparition du temps partiel imposée est une de mes préoccupations majeures ; c'est pour cela qu'au conseil régional j'ai proposé que l'on travaille sur un contrat d'objectifs et de moyens sur la formation dans les services de proximité, pour voir comment on peut réduire les temps partiels imposés dans les services aux personnes en particulier.

Passons au chapitre "Santé/droits reproductifs" : la première question du quizz ne me paraît pas bien posée. Evidemment, je m'engage à ne pas voter de mesures législatives concourrant à la fermeture de centres d'interruption volontaire de grossesse ni de maternités de type I, mais j'irai bien plus loin en disant qu'il faut refonder des services publics de soins alliant proximité et sécurité et donc pas seulement ne pas fermer, mais sans doute aussi réouvrir. Le rembousement de tous les moyens de contraception est une exigence.

Sur la question de la prostitution et de la marchandisation des corps, il faut évidemment pénaliser les proxénètes. La question de la gestation pour autrui fait débat dans notre société. Mais je ne ferai pas de démagogie : il faut l'interdire, car elle entraîne un trop grand risque de marchandisation du corps des femmes.

Au chapitre des violences faites aux femmes, il y a urgence à ce qu'il y ait une nouvelle loi sur le délit de harcèlement sexuel : le groupe communiste au sénat a d'ailleurs déposé une proposition de loi en ce sens que vous pouvez trouver en cliquant ici. Mais il faut aussi dégager des moyens pour aider les femmes victimes de violences.

Sur la question de l'enfance et de l'Education, je n'étonnerais certainement pas les lecteurs habituels de ce blog en disant que je suis pour l'obligation de scolariser les enfants à 3 ans et pour la possibilité de les scolariser à 2 ans pour toutes les familles qui le souhaitent. Une question du quizz porte sur la discrimination de l'image des femmes dans le sport. C'est sans doute plus largement qu'il faut travailler à éliminer tous les clichés sexistes, qui contribuent à faire intérioriser aux femmes l'infériorité dans laquelle la société capitaliste et patriarcale aimerait les laisser.

Enfin, au chapitre "Société/vie publique", un statut de l'élu-e politique et associatif est nécessaire et particulièrement indispensable pour les femmes. C'était d'ailleurs ce que j'avais répondu à la FCPE à propos du statut de délégué parent : c'est un statut global de militant associatif qui est nécessaire. Et bien évidemment, il faut abroger la réforme des collectivités locales qui remet en cause la parité en politique, et d'ailleurs une nouvelle république dans laquelle la proportionnelle devienne la règle dans les élections est nécessaire.

Je termine en vous indiquant le site de Femmes solidaires : vous le trouverez en cliquant ici

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:46

Augmenter les salaires – tout en limitant ceux des patrons, garantir des retraites à taux plein à partir de 60 ans, rembourser les soins médicaux à 100%, développer l'autonomie des personnes âgées ou handicapées …

Ce serait irréaliste ?

En vingt ans, le curseur de la répartition des richesses produites s'est déplacé de 10% en faveur des profits et au détriment des salaires et de la protection sociale. C'est de l'ordre de 200 milliards d'euros par an qui sont ainsi détournés de notre poche, de quoi satisfaire effectivement ces besoins et d'autres !

Et ce ne sont là que des données minimalistes, car la réappropriation de l'économie par le peuple est de nature à accroître la masse des richesses produites : les capitalistes ne produisent pas les richesses dont nous avons besoin. Ils ne produisent que ce qui leur permet de dégager les marges de profits les plus importantes !

Ce qui n'est pas raisonnable, c'est de laisser notre économie aux mains des banquiers !

C'est tout le sens de la proposition d'un pôle bancaire public : retour des banques dans le giron public, avec des nouveaux modes de gestion, sous contrôle citoyen, pour que les crédits accordés aux entreprises ne le soient pas en fonction de la rentabilité financière espérée, mais de l'utilité sociale de l'entreprise, de la qualité des emplois créés, du respect des normes environnementales.

Le travail n'est pas un coût, mais une richesse : les cotisations sociales, les impôts payés par les entreprises devraient être modulés en fonction des mêmes critères de création d'emplois, de leur qualité : tout le contraire de la situation actuelle où les grandes entreprises du CAC40, comme Total, paient beaucoup moins d'impôts qu'un artisan qui a quelques salarié-e-s !

On ne lâche rien ! Le nouveau gouvernement doit rapidement répondre aux urgences sociales : le SMIC à 1700 € brut comme l'ont demandé les militants du Front de Gauche pendant la campagne, il suffit d'un décret ! Et cela donnerait une vraie impulsion à la conférence sur l'emploi prévue avec les organisations patronales et syndicales ! Et un coup de fouet à l'économie.

Évidemment, cela impose de revoir les « mécanismes européens de stabilité », facteurs de récession économique ! Mais les dirigeants européens vont devoir compter avec les peuples, comme le peuple grec, qui vient de mettre sur le devant de la scène sa gauche radicale et les protestations montent dans tous les pays européens.

Le 6 mai a été une bouffée d'oxygène !

Le 10 juin, on confirme la volonté de changement en votant pour les candidats du Front de Gauche, dans les Ardennes, Sylvain Dalla Rosa, Claudette Moraine et moi-même.

Et l'on reste mobilisé pour faire entendre la voix des citoyens qui ne veulent plus que la finance prenne le pas sur l'Humain !

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article