Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 23:58

grece"Consensus à l'Assemblée Nationale pour la Grèce" entend on dans les médias

Ce qui est présenté comme solidarité avec la Grèce n'est en fait que qu'une sordide affaire : ce pays est en très grosse difficulté du fait de la politique financière des l'Europe et des banques. Si la Banque Centrale Européenne (BCE) jouait un rôle dans l'intérêt des peuples, elle prêterait de l'argent à la Grèce. Mais la domination bancaire sur l'Europe impose un mécanisme plus tordu : la Banque Centrale Européenne prête aux banques à un taux de 1% pour que celles-ci prêtent à la Grèce à un taux bien supérieur, histoire de se faire des sous sur une situation catastrophique qu'elles ont créée !

Quand au prêt de la France qui devrait être voté à l'Assemblée Nationale ce soir, avec la bénédiction des députés socialistes, il rapportera 160 millions d'euros à l'Etat Français, sur le dos du peuple grec !

Les députés communistes voteront contre cette mascarade de solidarité : c'est en effet de tout autre chose que le peuple grec a besoin, comme d'ailleurs les peuples portugais, espagnols et ... français.

Il est urgent de changer de politique européenne, de mener une politique de coopération budgétaire et fiscale au service d’objectifs sociaux, écologiques et pour le développement de l’emploi, d’imposer un contrôle strict et des taxations significatives des mouvements financiers,  de mettre à contribution les revenus des acteurs financiers et des grands actionnaires, de transformer profondément la BCE pour qu’elle devienne un outil au service des Etats de l’Union et de leurs peuples.

La Grèce, cible des marchés financiers, ne doit pas devenir la cible de la France dont le soutien affiché ce jour n'aura comme seul effet que de la surendetter en mettant son peuple dans la misère !

Pour en savoir plus, vous pouvez aller lire l'Humanité de ce jour en cliquant ici.

Mais vous pouvez aussi agir en allant signer la pétition en ligne sur le site de l'Humanité en cliquant ici : elle demande que la BCE prête  directement à la Grèce au taux de 1%, ce taux qu'elle utilise pour les banques en évitant les intermédiaires usuriers.

Le 5 mai sera une journée de mobilisation et de grève générale en Grèce contre le plan d’austérité draconien imposé par l’Union européenne et par le FMI. Les nouvelles dispositions prévues signifient, en effet, l’application de mesures restrictives socialement accablantes et économiquement dangereuses puisqu’elles conduisent au risque évident et sérieux de récession. La solidarité des communistes français est totale.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 22:32

moton786-53d2cVoici les premières remarques d'Yves Dimicoli, économiste communiste, sur le rapport du COR :

1- Le COR, avant l’éclatement de la crise, avait prédit des tensions importantes sur le financement des retraites. Aujourd’hui, il ne fait que prendre en compte la crise que ses propres outils d’analyse ne lui ont pas permis de prévoir. Il ne fait alors que constater que cette crise, qui ne tombe pas du ciel mais résulte de choix politiques et de gestion concrets, va accroître les tensions prévues.

2- Le COR a été aveugle sur la crise, car ses outils d’analyse postulent la domination éternelle de la rentabilité financière et du marché financier sur tous les choix politiques et de gestion. Or la crise résulte, précisément, de cette domination avec laquelle il faudrait commencer à rompre pour répondre aux besoins de développement de toutes les capacités humaines et aux exigences nouvelles d’efficacité sociale des gestions des entreprises et du crédit des banques.

3- Le COR confirme combien l’emploi, en quantité et qualité, et les salaires sont l’essentiel pour sauver la répartition. Mais, comme ses outils d’analyse font en réalité de l’emploi la variable d’ajustement, et qu’ils admettent comme fatal l’explosion des prélèvements financiers du capital sur les richesses produites, il retient comme « centrale » l’hypothèse, à l’horizon 2021-2050, d’un taux de chômage officiel de 7%, soit quelque 1,8 millions de chômeurs ! Cela signifierait en fait une énorme précarité.

4- Ce faisant, le COR confirme combien la perspective d’un « retour au plein emploi », avec un taux de chômage officiel de 4,5%, est une promesse illusoire dés lors que l’on accepte la domination de la rentabilité financière sur les gestion des entreprises, celle du marché financier sur le crédit et les banques. Il montre aussi que même avec le « plein emploi » les problèmes de financement demeureraient. Il confirme ainsi à quel point une véritable ambition alternative à gauche ne saurait se limiter à la promesses illusoire du « plein emploi », mais, au contraire, devrait viser une éradication progressive, mais effective, du chômage et de la précarité avec la sécurisation de l’emploi, de la formation et des revenus d’activité.

5- Les chiffres « fantasmagoriques » du COR visent à faire peur pour que les salariés, les populations, la gauche se résignent à des « solutions » sur les retraites ne mettant surtout pas en cause les choix de gestion des entreprises, les pratiques bancaires et les critères du crédit, la progression des prélèvements financiers (intérêts et dividendes, placements financiers, spéculation) sur les richesses produites.

6- Le COR met dans ses hypothèses ce que Sarkozy et le MEDEF entendent retrouver dans ses conclusions. Il affirme, ainsi (p.41), que « compte tenu de la hausse projetée de la durée d’assurance requise pour une pension à taux plein à 41,5 ans en 2020, l’âge effectif moyen de départ à la retraite augmenterait en projection, tant au régime général que dans la fonction publique. Au total, par rapport à 2008, il augmenterait d’environ 1 an à l’horizon 2030 et de l’ordre de 2 ans à l’horizon 2050 ».

Gageons alors que Sarkozy et le MEDEF auront ainsi de quoi affirmer que la seule réforme qui vaille serait, soit de diminuer les pensions, soit d’augmenter la durée de cotisation comme l’a conseillé à nouveau A. Minc sur France Inter le 14/04, au lieu de chercher à augmenter en masse et en taux les cotisations via, notamment, la mise à contribution des revenus financiers des entreprises et des banques et un modulation incitative du taux de la cotisation patronale de façon à pénaliser les entreprises qui font du chômage, accroissent la précarité et font pression sur les salaires.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 22:23

Le gouvernement fait l'aumone pour avoir la paix sociale ! Mais les demandeurs en fin de droits resteront en dessous du seuil de pauvreté !

Et si l'on mettait à contribution les profits des banques ?

Allez donc lire le communiqué de la CGT en cliquant ici.

Et si on créait des emplois, tout simplement pour que les salariés ne passent plus leur temps à courir pendant que d'autres sont au chômage ?

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 00:23

moton786-53d2cLe système de retraite par répartition en France consiste à faire payer les générations actives pour financer les pensions des personnes à la retraite. Cette solidarité inter-générationnelle, construite depuis plus de 60 ans, est un remarquable symbole de notre système social.

Et, si la durée de la vie a augmenté depuis la mise en oeuvre de ce système à la libération, la productivité a, elle, beaucoup augmenté et les discours du gouvernement et de la droite, malheureusement souvent repris par les socialistes (mais peut on compter sur des gens qui ne veulent qu'adapter le capitalisme à une époque où tout démontre que l'avenir de notre société ne peut passer que par la sortie de ce système qui a fait son temps ?), les discours ne sont là que pour masquer la réalité : la productivité a augmenté au service des actionnaires qui se remplissent de plus en plus les poches, mais les ressources sont là pour assurer à tous des retraites de qualité à 60 ans, à 55 pour ceux ayant commencé à travailler très tôt ou ayant des métiers pénibles (le gouvernement n'a pas l'air de vouloir vraiment la négociation sur la pénibilité du travail, car en ce qui concerne les infirmières, l'abandon de la reconnaissance de la pénbilité de leur métier et de la retraite à 55 ans est l'objet d'une loi en cours de discussion à l'assemblée nationale sous ce titre provocateur de "Projet de loi relatif à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique")

Le PCF a fait quatre propositions clés pour garantir le financement par répartition.

- Une réforme de l’assiette des cotisations patronales visant à dégager des rentrées de cotisations nouvelles en lien avec le développement des emplois et de salaires, de la formation et de la qualification. La relance des emplois, des salaires et d’un nouveau type de croissance feraient rentrer une masse de cotisation supérieure.

- Une cotisation nouvelle sur les revenus financiers des entreprises et des institutions financières aux mêmes taux de cotisations que les salaires. Cela représenterait 12 milliards pour le financement de la sécurité sociale.

- L’emploi est au coeur du financement des retraites : résorption de la précarité et insertion dans des emplois qualifiés et rémunérés convenablement pour les jeunes ; lutte réelle contre l’éviction des seniors ; sécurisation de tous les moments de la vie, de l’entrée des jeunes dans la vie active jusqu’à l’emploi des seniors.

- Suppression des exonérations de cotisations patronales qui ne créent pas d’emploi et tendent à tirer les salaires vers le bas : elles s’élevent en 2009 à 33 milliards d’euros. Il faut rompre avec la logique financière qui est le choix de la politique gouvernementale et mettre l’argent pour le développement économique, le progrès social et la satisfaction des besoins sociaux.retraites

C'est dans le rassemblement le plus large que les projets moyennageux du gouvernement sur les retraites pourront être mis au placard. N. Sarlozy veut aller vite et passer son projet de loi en force à l'automne. A la mobilisation citoyenne d'être plus rapide et plus forte ! Un appel vient d'être lancé à l'initiative d'ATTAC et de la fondation COPERNIC pour faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites, déjà signé par de nombreux économistes et des personnalités politiques et syndicales. Allez donc le signer comme je viens de le faire en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 23:14
Avant la journée d'action de mardi, il n'est pas inutile d'entendre qu'il est possible de financer des retraites par répartition dans de bonnes conditions, de quoi avoir envie de le manifester haut et fort ! Voici une vidéo trouvée sur le site du sénat dans le cadre des auditions faites pour préparer la loi qui nous attend à l'automne
aperçu Retraites : rendez-vous 2010
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 22:00

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 11:58
la-terre-patrick-le-hyaric-eba06"Et ceci n’est ni le fruit de difficultés climatiques, techniques, ni de quelque volonté du Saint Esprit, mais des décisions politiques dont l’actuel Président de la République et ses comparses sont les acteurs principaux depuis des décennies."
Allez donc lire l'éditorial de Patrick Le Hyaric dans le dernier numéro de La Terre en cliquant ici. Il demande une conférence européenne pour l'agriculture et l'alimentation.
Et si vous voulez consulter le site internet de La Terre, cliquez ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 15:37
Regardez donc cette vidéo !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 20:26
Minimum !
Ce n'est pas moi qui le dit, c'est une étude du très officiel INRS, l'institut national de recherche et de sécurité, association loi de 1901, sans but lucratif et soumise au contrôle financier de l'État, constituée sous l'égide de la CNAMTS et financée essentiellement par cette dernière.
Dans cette étude, menée en collaboration avec Arts et Métiers ParisTech, les chercheurs indiquent qu'il s'agit là d'une estimation minima des dépenses engendrées par le stress car ils n'ont pris en compte que les situations de travail tendues définie par la combinaison d’une forte pression subie (taches effectuées à cadences rapides et soumises à des échéances serrées) et d’une absence d’autonomie dans la réalisation du travail. Or ceci représente moins d’un tiers des situations de travail fortement stressantes.
Et ceci ne prend pas en compte toute la dimension du coût pour l’individu et en particulier la souffrance et la perte de bien-être que le stress occasionne.
Pour lire cette étude, cliquez ici.
Vous ne croyez pas qu'avec ces 2 ou 3 milliards, il y  aurait le moyen de financer pas mal d'emplois pour que les situations de travail ne soient plus "tendues" ?
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 20:55
elu contre reforme territorialeUne délégation d'élus communistes ardennais a participé aujourd'hui à la manifestation organisée devant le Sénat à l'occasion du début du débat sur la réforme territoriale.
Car cette réforme : les communistes ont bien l'intention d'user de tous les moyens pour qu'elle n'ait pas lieu !
Le gouvernement parle de mille-feuilles, mais veut surtout recentraliser, réduire les moyens des collectivités : c'est une atteinte majeure à la démocratie, aux services publics locaux, pour mieux adapter notre pays au capitalisme du XXIème siècle, pour mieux l'inscrire dans la mise en concurrence généralisée des travailleurs de tous les pays , au service des profits de quelques uns.
Et c'est l'immense majorité de nos concitoyens qui en subiront les conséquences.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article