Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 12:59

Lundi dernier, je représentai le conseil régional à la conférence sanitaire Nord Ardennes. A l'ordre du jour, la révision du Schéma Régional d'Organisation Sanitaire. C'est à un véritable simulacre de démocratie que nous avons assisté. Déjà, c'était pendant la session plénière du Conseil Général. Il n'y avait donc logiquement aucun Conseiller Général présent. Pourtant cette révision les concerne énormément ! En effet, il s'agissait rien moins que d'acter la transformation de lits de Long Séjour en EHPAD, en clair, de lits de soins financés par la Sécurité Sociale en lits de maison de retraite, financés par les personnes agées elles même ou par le Conseil Général ! Et pas 2 ou 3. Seuls 30% des lits de Long Séjour vont rester dans le domaine sanitaire. Mais cette explication n'a même pas été donnée et c'est moi qui ai du apporter ces éléments dans la discussion, en réponse à la question d'une représente d'une association d'usagers.
Au fait, dans les EHPAD, la sécurité sociale propose aux médecins généralistes de forfaitiser leurs visites auprès des personnes âgées sur la base d'une visite par mois. Quand on sait que les personnes âgées restent de plus en plus à leur domicile et que ce ne sont que celles qui sont en mauvaise santé qui sont en institution, c'est notoirement insuffisant !
La première partie de la réunion a porté sur les objectifs quantifiés d'hospitalisation en service de médecine ou de chirurgie. En clair, cela veut dire que le SROS détermine le nombre d'hospitalisations dans ces services pour les années à venir. et nous avons eu droit à la présentation d'un superbe modèle mathématique permettant de prévoir, parait il, ce nombre, si ce n'est que tout cela ne tient pas compte des besoins, mais uniquement du passé. Et, à la clef, des pénalisations pour les établissements qui ne respecteraient pas ces objectifs ! Tous les moyens sont bons pour la sécu pour récupérer des sous !
A ma question sur la satisfaction des besoins de la population en soins de cardiologie, le directeur de l'ARH a affirmé sa volonté que le service de cardiologie de l'hôpital de Charleville Mézières fonctionne. Espèrons que cela ne soit pas un voeu pieux, car en attendant, si le déménagement prévu en juin du site de Corvisart à Mancherster n'a pas lieu, c'est bien la traduction d'une grave inquiétude de la direction de l'hôpital sur la pérennité du service !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 23:17
Le gouvernement Sarkozy Fillon a accepté la révision de la directive européenne sur le temps de travail, un véritable recul social !
La durée hebdomadaire du travail était limitée à 48 h et le reste, mais la possibilité de dépasser cette durée maxima, avec l'accord du salarié (volontaire ou forcé ...), une exigence de la Grand Bretagne lors du vote initial de cette directive, qui ne devait exister que pour une période transitoire, est perennisé ! C'est la porte ouverte à la déréglementation du temps de travail.
La régression sociale ne s'arrête pas là, puisqu'est introduit une nouvelle notion : celle de période de garde inactive, non comptabilisée dans le temps de travail, alors que précédemment toute période pendant laquelle le salarié devait rester à la disposition de son employeur était considérée comme du temps de travail. Cette mesure touche tout particulièrement les professions médicales, et je vous invite à aller voir sur le site du SMARNU (un syndicat de médecins anesthésistes) des vidéos des déclarations des différents ministres des affaires sociales en cliquant ici. Intéressez vous tout particulièrement à la vidéo de X. Bertrand, ministre de Sarkozy, osant prétendre que tout cela est un progrès social ! (Il faut descendre un peu dans la page)
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 23:38
La pub du moment : réunissez vos contrats d'électricité et de gaz en un seul en demandant à GDF de vous fournir gaz et électicité. Cela vous simplifierez la vie, les tarifs sont avantageux etc... Certains ont même été sollcités au téléphone dans ce but.
Attention ! Ne faites rien !
Signer un contrat d’électricité avec gaz de France (ou l’inverse) c’est en fait accepter explicitement de sortir du tarif administré. Or les tarifs administrés, fixés par la puissance publique, constitue pour les partisans du libéralisme un obstacle pour amplifier le processus de mise en concurrence et de libéralisation du secteur. Avec les tarifs administrés les factures restent fixées par la puissance publique (donc prennent en compte la dimension politique) alors que les prix sont fixés selon les mécanismes de l’offre et de la demande. Pour l’électricité les tarifs restent environ 60% en dessous des prix du marché. Pour le gaz le gouvernement a œuvré pour, au travers des contrats de service public Etat/GDF, aligner les tarifs sur les prix du marché. C’est d’ailleurs ce qui explique, en partie, les hausses importantes subies dans la dernière période par les usagers. En partie car il faut aussi rajouter l’augmentation des coûts d’approvisionnement et les sommes fabuleuses versés aux nouveaux actionnaires. Opter pour sortir des tarifs c’est à coup sûr s’exposer à court terme à des hausses importantes des factures. Aujourd’hui, c’est vrai que, les opérateurs proposent aux clients des offres dont les garanties peuvent paraître séduisantes. Mais attention au lendemain qui déchante. Il est nécessaire d’intégrer les questions d’ordre économique avant de s’aventurer dans l’inconnu du marché « libre ». Or, les ressources s’épuisent et l’offre diminue, les taux de dépendance de l’Europe des 27 vis-à-vis des pays producteurs va augmenter (de 50 à 70% d’ici 10 ans), la privatisation des entreprises va générer une tendance haussière (fusion GDF/SUEZ), la France est totalement dépendante des pays producteurs ! Tout cela va irrémédiablement générer une hausse des prix du marché sur le long terme. Le seul « airbag » de protection, pour les usagers, reste la mise en place d’un vrai tarif administré, contrôlé et démocratiquement fixé, permettant de fixer le « juste prix » des énergies tout en absorbant les fluctuations d’un marché qui risque de s’emballer sous l’effet de la raréfaction des ressources et qui permet d’améliorer la tarification sociale pour les familles les + en difficulté.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 14:12
Certains critiquent la voie verte ; j'aurais presque envie de dire : mieux vaut que le conseil général investisse dans la voie verte que d'aider des entreprises, comme Ardennes Forge et Jarlot !
Au delà de ce trait d'humour noir, je pense qu'il ne faut pas opposer développement du tourisme et redynamisation industrielle. Hier, je remplaçais le président Bachy à l'inauguration : j'ai plaidé sur la complémentarité de tout cela, avec un exemple, celui des services publics, dont a besoin le tourisme, dont a besoin l'industrie, et la présence des deux est de nature à les conforter par un recours accru à ces services.

Et puis, je suis originaire du Nord Pas de Calais. Je vous assure que ce serait sympa de faire davantage connaître notre vallée aux Ch'tis. C'est pas loin de chez eux et notre cadre est autrement beau ! (Soyons juste, quand je dis cela, je ne parle pas de la côte d'Opale, mais de la région minière, des banlieues de l'agglomération lilloise, du Valenciennois ...) En plus, ne critiquons pas trop cette voie verte : les Ardennais se la sont appropriés, à voir le monde qu'il y a certains jours !

Ceci dit, j'ai été très inquiète de précisément n'avoir entendu hier aucun mot de B. Huré sur le développement économique !

Les investissements faits par le conseil général dans les entreprises lors de l'affaire Thomé Génot sont un parfait échec ! Et cela invite à réfléchir sur la place des collectivités dans les aides aux entreprises. Déjà un contrôle soigneux s'impose, non par des experts extérieurs, dont on ne saura jamais sur quels critères ils sont choisis, mais bien dans une approche démocratique, faisant appel, entre autres aux salariés des entreprises concernés, souvent les premiers au courant des dérives.
Les aides des collectivités remplacent souvent un système bancaire défaillant. Il faut effectivement réformer le crédit, avec un pôle bancaire public, capable de soutenir une activité socialement utile, même si elle ne promet pas des profits exorbitants. Mais dans certains cas, les collectivités ont aussi intérêt à ne pas critiquer à priori l'expertise faite par les banques sur tout simplement l'honnêteté du projet. Cela aurait évité des déconvenues importantes au conseil général, dont il doit assumer maintenant les conséquences et explique pourquoi le conseil régional a refusé de s'engager sur certains dossiers !
La critique systématique du cumul des mandats relève de démagogie, et porte en germe, par son atteinte à l'image de la politique, un sérieux danger pour la démocratie. Je m'explique : les élus ne sont pas tous blancs, loin de là, mais il vaut mieux des élus pour qui on vote que des technocrates sans relation avec la population ; l'Europe est là pour rappeler comment un fonctionnement technocratique sans contrôle des citoyens est dangereux. Et de ce point de vue, l'article de l'Ardennais d'aujourd'hui relève de la démagogie en mélangeant tout : qu'un maire soit aussi président de sa communauté de commune est sans doute légitime, surtout dans les territoires ruraux où les élus souhaitant assumer des responsabilités ne se pressent pas forcément au portillon ; qu'un sénateur soit aussi un élu local est sans doute un moyen pour lui de contacts locaux lui permettant de parler de la réalité à Paris ; qu'il dirige une collectivité comme le conseil général a une toute autre dimension. Les Ardennais n'ont qu'un demi président de conseil général !
Enfin, dans le cas de Bogny, le fait que le même soit effectivement président de la communauté de commune et conseiller général du canton est vraisemblablement un appauvrissement du territoire en terme d'apport d'idées, en terme de démocratie.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 22:40

Même si des craintes existaient depuis le début, les nouvelles de la semaine sont atterrantes. Ardennes Forge est en difficulté.
Cela m'inspire deux remarques :
- la nécessité de mettre en place un contrôle des aides publiques aux entreprises données par le conseil général. Cela éviterait au conseiller général de Nouzonville de se sentir révolté aujourd'hui alors qu'à plusieurs reprises la sonnette d'alarme a été tirée sur ce qui se passait dans l'entreprise.
- L'urgence d'une législation rendant les donneurs d'ordre responsables des conséquences sociales de leurs actes même chez leurs sous traitants.
Valéo et Farinia doivent prendre leurs responsabilités.
Que les salariés d'Ardennes Forge soient assurés de mon soutien !

Au fait, l'action, cela sert : depuis l'occupation de la gare de Mohon par les ex Lenoir et Mernier samedi dernier, la préfecture se remue, alors qu'elle avait enterré le dossier !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 00:56
La pérennité du service de cardiologie de l'hôpital de Charleville Mézières est en danger, uniquement par manque de médecins. La remise en cause de son existence est suffisamment à prendre au sérieux pour que le déménagement de ce service, du site de Corvisart sur le site de Manchester, initialement prévu en juin, ait été reporté, par la direction de l'hôpital, à l'automne ... si les autorités de tutelle n'ont pas décidé d'une fermeture.

Cela serait un geste criminel vis à vis de la population ardennaise, d'autant plus que d'autres possibilités existent : nommer des médecins cardiologues à Charleville Mézières !

La pénurie de médecins est une réalité, conséquence des politiques des gouvernements successifs justifiant un numerus clausus dont on voit aujourd'hui les conséquences dramatiques, mais cette pénurie ne doit pas être amplifiée par des inégalités territoriales majeures.

Ce sont 117 cardiologues qui ont été reçus au dernier concours de praticiens hospitaliers, davantage de postes déclarés vacants, mais seulement 31, dont 7 à Charleville Mézières, annoncés comme devant être à recrutement prioritaire. La logique voudrait de commencer par pourvoir ces postes, si tant est que la ministre de la santé souhaite corriger les inégalités territoriales.

C'est en ce sens que des élus communistes ardennais, Sylvain Dalla Rosa et Michèle Leflon, conseillers régionaux et Fabien Warnet, conseiller municipal et administrateur du centre hospitalier de Charleville Mézières viennent d'écrire au tout nouveau Centre National de Gestion des Praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière.

Il va falloir que le Centre National de Gestion prouve qu'il sert à quelque chose !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 23:19
La menace est tellement présente d'intervention dans tous les domaines, même celui de la santé, de capitaux n'ayant comme seule raison d'être que leur rentabilité immédiate, que même le conseil de l'ordre des médecins a estimé nécessaire de s'exprimer sur le sujet, dans un communiqué signé avec des syndicats de médecins généralistes. Vous pourrez le lire en cliquant ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 16:48
Jeudi, c'était la manifestation nationale de l'AFPA : sans doute un quart des personnels de l'AFPA dans les rues de Paris, 60% de grévistes, c'est dire la mobilisation pour défendre l'AFPA contre le démantèlement programmé par le gouvernement UMP. Cela doit être une mobilisation qui fait peur, car à Reims, les stagiaires qui avaient souhaité participer au mouvement, avaient eu des menaces ! Le gouvernement reste sourd et la délégation intersyndicale reçue au ministère s'est entendue dire que les formations seraient mise en concurrence dès janvier prochain, au mépris des décisions prises par les régions. Le ministère démolisseur de C. Lagarde aurait il l'audace de prendre les stagiaires et les salariés de l'AFPA en otage dans le confit qui l'oppose aux régions ? A-t-il seulement une politique pour l'AFPA, à part sa casse ?
Hier, c'est à Charleville que j'ai participé à un rassemblement, contre le départ du 3ème génie et du centre d'entrainement commando de Givet. Si seulement ces départs voulaient dire moins d'armée .... mais il s'agit malheureusement seulement de mieux adapter l'armée française à la politique atlantiste du gouvernement, de passer d'une politique de défense de nos frontières à une politique d'intervention à l'étranger, avec les Américains, tout en contribuant au désaménagement du territoire. Les Ardennes n'ont pas besoin de ces départs, pas besoin de cette suppression d'activité qui est source de nombreux emplois induits. Mais quel culot des parlementaires UMP : participer à cette manifestation alors qu'ils approuvent à Paris toutes les décisions gouvernementales qui conduisent à cette situation ! Ont ils vu sur la place ducale les salariés de la DDASS, ceux des impôts, dénoncer les politiques publiques qui les menacent, mais qui menacent surtout la réponse publique aux besoins de la population ? C'est une manifestation rabougrie qui est partie par la rue piétonne : venir dire place ducale son refus du départ du 3è génie était une chose, marcher à côté de l'UMP, une autre et beaucoup s'en sont allés par d'autres rues !
Ce matin, les Lenoir et Mernier ont bloqué la gare de Mohon pour obtenir une réouverture des négociations. Les autorités préfectorales ont préféré perturber la circulation ferroviaire toute la matinée plutôt que donner une rendez vous ! Quel mépris pour les usagers de la SNCF ! Quel mépris pour les ex salariés de Lenoir et Mernier ! Après les intrigues de la préfète pour choisir ces interlocuteurs syndicaux, et non les vrais représentants des salariés, cette volonté manifeste de pourrir la situation est lourde de nuages pour l'avenir. Est ce l'affirmation que toute manifestation de salariés licenciés ne sert à rien, un signe que les autorités voudraient donner avant d'autres plans de licenciement massifs ?
Sarkozy, Fillon, l'UMP, le MEDEF, faites attention, tous ces mécontentements, encore éclatés, un jour, ils se rassembleront, car un autre monde est possible, une autre société est nécessaire solidaire, écologique, démocratique ..., bref communiste !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 00:17

Depuis la loi de « décentralisation » d'août 2004, l'AFPA est en danger. Celle loi a confié aux régions, à échéance de 2009, les formations de demandeurs d'emploi de l'AFPA, avec une législation, qui en l'état actuel, imposerait aux régions de mettre en concurrence l'AFPA avec des organismes de formation privés. Il y a là un risque majeur pour la qualité des formations et la pérennité de l'AFPA qui pourrait être amenée à ne garder que les formations les moins intéressantes pour le secteur privé, alors que c'est l'unicité de l'AFPA qui en assure l'équilibre financier.
Le Conseil régional de Champagne Ardenne a voté, il y a deux mois, un avenant à la convention transitoire 2008 Etat, AFPA, Région, la prolongeant de deux ans et repoussant à 2011 la mise en concurrence. Cette position offensive, adoptée par une majorité de régions, est justifiée par toutes les incertitudes sur l'avenir de l'AFPA.
D'autres décisions gouvernementales inquiètent : le projet de transfert du service d'orientation de l'AFPA à l'opérateur unique né de la fusion ANPE – ASSEDIC, l'externalisation, déjà expérimentée dans certaines villes, des hébergements de l'AFPA, remettant en cause la gratuité de ceux-ci pour les stagiaires.
Alors que c'est l'ensemble de l'AFPA qui en fait sa richesse et la qualité de ses formations, au service des stagiaires, c'est à un véritable démantèlement que nous assistons.
En charge de la formation professionnelle à la région, je considère comme essentiel de préserver cet acteur majeur de la formation dont les Champardennais ont besoin. C'est pour cela que j'ai proposé au conseil régional la prolongation de la convention transitoire pendant deux ans. Mais c'est aussi pour cela que je soutiens la journée d'action des personnels de l'AFPA du 29 mai et que je participerai à la manifestation qu'ils organisent jeudi à Paris.
Il faut que la France adopte une législation permettant de pérenniser ce service public de formation en l'excluant du champs de la concurrence : la formation n'est pas une marchandise !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 22:03
Le gouvernement utilise l'allongement de la vie pour justifier l'augmentation de la durée de cotisation permettant de bénéficier d'une retraite à taux plein. Mais il escamote une donnée essentielle : l’évolution des richesses créées qui permettent ou non d’y faire face. Si la part du PIB affecté aux retraites était de 5% en 1960 et de 12% en 2007, elle devrait être de 18% en 2040. Or si les richesses créées ont doublé entre 1960 et 2007 pour atteindre 1500 milliards d’euros, elles devraient encore doubler dans la période à venir pour s’établir à 3000 milliards d’euros en 2040. Toute la question dans cette affaire, c'est celle de la répartition des richesses créées dans le pays, entre le plus grand nombre ou accaparées par les actionnaires du CAC40.

Pour les communistes, il existe une réponse à la question du financement : faire cotiser au même niveau que les salaires les revenus financiers. Cela permettrait de répondre à l’ensemble des besoins et même au-delà. Mais il faut aussi poser la question du chômage ...

A l'appel des organisations syndicales, CGT, FO, CFTC, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, une manifestation est organisée à Charleville Mézières à 14 h le 22 mai à partir de la place ducale, dans le cadre de la journée nationale d'action pour les retraites. Participons y nombreux.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article