Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 12:02
C'est ce que j'ai écrit au Président de Région il y a pratiquement un mois !
"Monsieur le président,
Lors de la liquidation des Ateliers Thomé Génot, le conseil régional a largement aidé les salariés licenciés.
Cette liquidation était la conséquence des agissements de patrons américains voyous, qui vont être jugés à Reims avant l'été. Au vu du préjudice subi par notre collectivité, il serait bon, comme nous l'avions évoqué à l'époque, que le conseil régional se porte partie civile dans cette affaire.
C'est d'ailleurs ce que va faire la communauté d'agglomération de Charleville Mézières qui va se porter partie civile à l'audience.
Bien à toi.
"
L'absence de réponse persiste et dure ! Je viens de retrouver l'article que j'avais écrit sur ce blog le 11 décembre 2006 (pour le relire, cliquez ici) où j'exprimais déjà mon regret de ne pas avoir trouver l'assurance que le conseil régional se porte partie civile  dans le rapport de la commission permanente !
Car c'est bien aux patrons de payer les conséquences de leurs actes délictueux !
D'ailleurs, pour ceux qui se posent des questions à propos des Lenoir et Mernier et des indemnités qu'ils vont toucher après le verdict des Prud'hommes, il convient bien de préciser que ce n'est pas de l'argent public. Les AGS (Association pour la Gestion du régime de garantie des créances des Salariés) sont des fonds patronaux ! Le tribunal a reconnu que leurs licenciements étaient liés à la mauvaise gestion de leur patron et ce sont les patrons qui vont payer !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 23:27
La nouvelle est tombée en fin de semaine : le bureau d’étude d’Ardam Electrolux est supprimé !
C’est une catastrophe, car l’on sait que, sans ce bureau, la mise en route de nouvelles productions est compromise.
Mais ce n’est malheureusement pas une surprise : on le sentait venir …, avant même que l’on parle de crise économique. Les délégués syndicaux ont posé des questions. Les élus communistes avaient interrogé le secrétaire d’état chargé de l’industrie qui avait même fait une longue réponse : officiellement tout allait bien !
La direction de l’entreprise avait même eu le culot d’inviter le président de région pour le solliciter au titre de l’innovation. Le dossier concret n’a jamais suivi, mais cela avait donné le change quelques semaines sur l’avenir des études sur le site de Revin.
Les communistes, avec leurs élus, exigent que la direction d’Electrolus revienne sur cette décision et soutiennent les salariés dans les actions qu’ils ont déjà engagées.
Les actionnaires suédois jouent au Monopoly l’avenir des salariés de Revin. C’est insupportable : les salariés doivent avoir leur mot à dire dans la gestion de leur entreprise !
Il faut gagner de nouveaux droits pour les salariés dans la gestion de leur entreprise, y compris dans la gestion d’un groupe européen.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:00
Objectifs sociaux à la hauteur, moyens financiers, pouvoirs.
L'articulation entre des objectifs sociaux de promotion du modèle social européen, des moyens financiers et des critères d'utilisation des fonds et les pouvoirs et institutions constitue un triangle efficace pour atteindre les objectifs sociaux revendiqués, afin de sortir des grandes difficultés actuelles et de répondre aux défis de la crise mondiale, pour une autre vie. Ces exigences de cohérence des propositions devraient être au coeur des débats politiques à gauche et dans le mouvement social, à l'opposé de récupérations électorales des simples rejets des politiques actuelles, sans transformation profonde de la construction européenne actuelle.
Cette articulation fondamentale entre objectifs et moyens se distingue des positions du PS en France et du Parti Socialiste Européen. En effet, ces derniers, tout en haussant le ton sur des objectifs sociaux en vue des élections, négligent de façon grave les moyens de financement ainsi que les pouvoirs pour la démocratisation des institutions. Cela concerne, notamment, un autre rôle de la BCE avec d'autres critères de crédit à taux très abaissés et aussi des pouvoirs des travailleurs et usagers sur la gestion dans les entreprises et les services publics ou d'intérêt général.
Ces exigences de cohérence se distinguent aussi des positions du Nouveau Parti Anticapitaliste (N. P. A.), lequel déserte précisément les combats concrets sur les moyens financiers et les pouvoirs.
Les pouvoirs à conquérir dans les faits puis dans le droit, ne concernent pas seulement la démocratisation des grandes institutions européennes, mais aussi de nouvelles capacités d'intervention des travailleurs et des usagers dans les entreprises et les services publics. Ceux-ci peuvent être développés en coopération dans les divers pays de l'Union européenne, tout particulièrement face aux multinationales et aux banques, et déboucher sur des concertations des décisions au niveau de l'Union, en liaison avec la promotion des comités d'entreprise européens et des droits du Comité économique et social européen au-delà de son rôle actuel consultatif, pour des codécisions avec le Parlement européen.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 00:47
Je vous ai déjà présenté les trois premiers candidats de la liste du Front de Gauche dans le grand est, conduite par Hélène Franco : le quatrième est Roger Tirlicien. Maire adjoint de Moyeuvre Grande en Moselle et conseiller régional de Lorraine, c'est un militant syndical de longue date qui s'est engagé, dès ses 16 ans, au Parti communiste.
C'est un programme chargé qu'on lui a concocté pour cette journée du 20 mai : distribution de tracts devant Ardam Electrolux (vous avez vu les dernières nouvelles : le bureau d'études ferme ; il y a quelques semaines, à en croire la direction, tout allait bien : quels hypocrites ! Ils ont même eu le culot de demander de l'argent au conseil régional pour faire de l'innovation sur le site de Revin ; heureusement l'argent n'est pas encore donné !).
Ensuite distribution de tracts devant l'Intermarché de Revin puis
rencontre avec des militants syndicaux à 16h 30 (dans le local du PCF à Revin).
Suivront deux réunions publiques
à 18 h à Revin (salle 6 de l'ancienne mairie)
à 20 h 30 à l'hôtel de ville de Mézières.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 10:30
L'INSEE vient de mettre en ligne ses statistiques sur l'emploi salarié au dernier trimestre 2008 : la Champagne Ardenne a perdu 3200 emplois par rapport au trimestre précédent. Cette baisse touche plus particulièrement les Ardennes et la Haute Marne : dans les Ardennes la baisse est de 5% en un an ! Pour en savoir plus, allez sur le flash de l'INSEE en cliquant ici et sur la note de conjoncture en cliquant ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 10:21
Les élections européennes sont l'occasion de se prononcer pour une construction européenne complètement différente de celle proposée par l'UMP-PS afin de répondre aux besoins sociaux urgents face à la crise systémique exacerbée du capitalisme mondialisé, dont l’Europe souffre tout particulièrement.

La crise financière de 2008 a débouché sur la crise économique et sociale généralisée de 2009, avec les reculs de l’industrie et des services. Le chômage explose. Une précarité galopante frappe les emplois. C’est insupportable et la colère sociale monte partout ! Les pays d’Europe orientale qui ont rejoint l’Union européenne sont particulièrement touchés.

Cette crise tient à l’insuffisance très grave de la demande globale : investissement et consommation et aussi, aux excès d’endettements et du crédit spéculatif.

C'est à tout cela qu'il faut s'attaquer et aux effets dépressifs de la construction européenne, comme l’action de la Banque Centrale Européenne contre un crédit favorisant l’emploi et les salaires, ou le Pacte de stabilité qui continue, malgré les dépassements, à faire pression contre les dépenses publiques et sociales.

Il faut agir tout particulièrement sur les critères du crédit et des financements publics, pour le développement de la demande globale et des capacités humaines d’une croissance durable,

Les plans de relance dans l’Union européenne sont trop insuffisants et contradictoires. C'est le cas en France où l'accent est mis sur l'investissement et non sur les salaires et la consommation.

Mais souligner cela, comme le font à leur façon le PS et le Parti socialiste européen, ne suffit pas si on ne pose pas la question d’autres critères des crédits et d’autres pouvoirs.

Face à la crise bancaire, des centaines de milliards d'euros de financements publics de soutien des banques ont été mobilisés, dans chaque pays, environ 3000 milliards dans l’Union européenne.

Mais les critères du crédit pour la rentabilité financière qui ont conduit à la crise ne sont pas changés. La BCE a baissé ses taux d’intérêt de refinancement des banques à 1,25%, contre 0,25% pour la Federal Reserve des Etats-Unis. Il convient non seulement de les baisser bien plus mais surtout de conditionner les fonds à l’investissement réel accompagné d’emploi et de formation. En refusant de conditionner leurs aides publiques à une responsabilisation sociale et environnementale des banques et des entreprises, les dirigeants des États, de l'Union européenne comme de la BCE encouragent la relance de la spéculation, des exportations de capitaux et la constitution possible de nouvelles bulles financières, comme sur des titres d’emprunts publics.

Les financements et endettements publics très accrus font monter les tensions dans l'Union européenne et grandir des risques nouveaux. On assiste ainsi à la chute de la livre sterling, ce qui a fait qu’ un pays comme le Royaume-Uni n'a pas pu placer entièrement son dernier emprunt public et a été contraint de renoncer à un deuxième plan de relance. Dans les pays d'Europe orientale, le besoin de soutiens extérieurs monte, tandis que les monnaies s'effondrent (Pologne, République tchèque, Hongrie, Lettonie) et les banques chancellent. Les taux d’intérêt des dettes publiques des pays participant à l’Euro montent, comme en Grèce, en Italie, et même en France ils sont un peu plus élevés qu’en Allemagne.

L'Europe doit aussi contribuer à une autre construction mondiale

 Il faudrait aussi que l’Union européenne contribue à une refondation démocratique du FMI avec les pays émergents, pour s'émanciper de la domination du dollar, avec une monnaie commune mondiale à partir de droits de tirage spéciaux. La décision du G20, de créer 250 milliards de dollars en «Droits de tirages spéciaux» (DTS) du FMI pour aider les États en difficulté, est importante. Mais elle reste encore très insuffisante en quantité et surtout ne concerne pas d’autres critères de refinancement pour l’emploi, la formation, les services publics.

Au lieu de la collaboration fondamentale, assortie de rivalité, avec les États-Unis, l’Union européenne doit se rapprocher des pays émergents et s’appuyer sur une promotion sociale et démocratique sur tous les plans.

Le 7 juin, on vote Front de Gauche !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 23:00
Après vous avoir présenté la tête de liste, Hélène Franco, (voir mon article en cliquant ici), voici quelques informations sur la suite de la liste. Le deuxième de la liste est un candidat communiste, Jacky Dubois. Fraiseur, puis outilleur à Creusot Loire puis à Framatome devenu AREVA, c'est un militant syndicaliste de longue date de la CGT. Son engagement politique l'a mené a être maire adjoint de Chalons sur Saone, chargé des délégations de service public et conseiller régional de Bourgogne. Il a aussi été longtemps pompier volontaire.
Vient ensuite dans la liste, selon l'alternance maintenant bien connue permettant la parité, une femme, Céline Malaisé, de la gauche unitaire dont elle est une des fondatrices. Gauche Unitaire est un collectif de militants qui pour partie étaient engagés dans le NPA et qui a fait le choix de participer au Front de Gauche pour changer d'Europe. Elle est convaincue que le rassemblement des courants et des forces politiques de gauche se situant sur le terrain de la lutte contre le capitalisme est une nécessité. Face à la crise et contre la droite, l'unité dans les luttes et les élections de ceux et celles qui, à gauche, n'ont pas renoncé à changer la vie est, en effet, le seul moyen pour imposer un recul au gouvernement et au patronat.

Elle est enseignante (elle a d'ailleurs travaillé à Charleville Mézières) et militante syndicale.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 16:43
Ma fin d'après midi hier a été bien remplie : j'ai commencé par aller participer à la manifestation organisée à Givet par les parents et les enseignants du lycée pour défendre cet établissement : une manif réussie (désolée, je n'ai pas de photos, comme d'habitude j'avais oublié l'appareil !).
Les élus de Givet, aux ordres de leur maire, ne s'étaient pas joints à la manifestation : protester contre la politique de l'Education Nationale de Sarkozy, qui réduit les moyens partout, leur avait semblé certainement incongru ! C'est pourtant bien cette politique qui est en cause, dans l'Education Nationale et en terme d'aménagement du territoire !
Il est par contre dommage que les très traditionnelles jalousies entre deux villes voisines soient aussi dans les motifs de la mobilisation. Le lycée de Revin va être reconstruit. C'est indispensable vu l'état des locaux actuels. Cela fait partie d'une politique structurée du conseil régional de réponse aux besoins dans chaque territoire de la région, sans les opposer les uns aux autres et en travaillant précisément à renforcer la place de chaque établissement pour en assurer l'avenir, par tous les moyens qui sont à la disposition du Conseil Régional, en particulier en faisant des lycées aussi des lieux de formation tout au long de la vie. Mais bien difficile de rassurer les Givetois !
Pourtant, quand on voir l'exemple des hôpitaux, on sait bien que cela n'a jamais été l'existence de locaux neufs qui a empêcher des fermetures et je pense par exemple à la fermeture du bloc opératoire de Vouziers !
Alors, plutôt que de s'inquiéter de la reconstruction du lycée de Revin par le Conseil Régional, mieux vaut se focaliser sur la politique de N. Sarkozy de restrictions des dépenses publiques !
Ensuite, j'ai participé à la rencontre citoyenne à Revin avec les élus du conseil régional, leur président en tête : une réunion comme on aurait du en faire plus souvent (d'ailleurs avec Sylvain Dalla Rosa, on en avait organisé une à Revin, il y a deux ans). De multiples questions ont été abordées et je ne vais pas vous en faire un compte rendu détaillé mais simplement vous dire mon agacement lorsque la question des annonces de Borloo sur les centrales solaires a été abordée. JP Bachy s'est contenté de dire qu'il avait pensé aux Ardennes. Et il a fallu que j'intervienne pour expliquer que ces appels à projet, en dehors de la cohérence d'un grand service public de l'énergie, n'étaient pas forcément bons pour le climat et très mauvais pour le porte monnaie des consommateurs !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 02:39
Les élections européennes du 7 juin 2009 constituent un enjeu très important que les médias nous cachent.
N. Sarkozy, lui, achète l'approbation des plus démunis, en leur versant 200 € : la prime de solidarité active. Disons le haut et fort, une prime une fois, cela ne doit pas éteindre la colère. C'est du durable qu'il faut, une véritable revalorisation des salaires et minima sociaux et un changement économique permettant à chacun d'avoir un emploi !
Alors que l'inquiétude, la souffrance, les protestations, la colère montent sur les suppressions d'emplois, le chômage, le pouvoir d'achat salarial et populaire, les services publics, toute la vie sociale, on néglige le conditionnement réciproque entre les difficultés sociales, liées à la politique nationale, et les directives européennes, toutes les orientations des institutions de l'Union européenne.
En réalité, les institutions de l'Union européenne et ses politiques sont étroitement imbriquées, à la fois, avec le niveau national, et donc les exigences des mouvements sociaux en cours et de leurs débouchés politiques, et avec le niveau mondial, avec ses graves défis récents, dont dépend aussi la vie nationale et locale.
La construction de l'Union européenne a poussé le plus possible la marchandisation et la concurrence ainsi que des délégations de pouvoir non démocratiques, avec notamment des interventions de la Commission.
Elles doivent plus que jamais être remises en cause, pour de véritables coopérations de progrès social, dans les conditions de la crise financière et de la récession mondiale. Le tournant des interventions publiques nouvelles et des immenses financements publics de soutien des banques, ainsi que des efforts moins importants de relance de la croissance, sont contrecarrés, surtout du point de vue de leurs effets sociaux, par la persistance des orientations hyper-libérales impulsées par l'Union européenne actuelle, s'appuyant sur les traités existants.
Ainsi, les critères d'utilisation des fonds publics et du crédit devraient être radicalement transformés pour soutenir, non les capitaux financiers et leur rentabilité, mais la promotion des populations et de leur vie sociale.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 10:04
Un petit rappel sur les élections européennes qui vont se dérouler le 7 juin prochain. Il s'agit d'élections à la proportionnelle, la France étant divisée en grandes circonscriptions. Les Ardennes sont dans la circonscription du grand est qui regroupe cinq régions : la Champagne Ardenne, la Lorraine, la Bourgogne, la Franche Comté et l'Alsace.
Le Front de Gauche a décidé de partager ses têtes de liste entre ses composantes. Trois têtes de liste sont communistes : Jacky Henin, député européen sortant dans le Nord Ouest, Patrick Le Hyaric en Ile de France et Marie France Beaufils dans le Massif Central/Centre. Trois têtes de liste sont du Parti de Gauche : Jean Luc Mélenchon dans le sud Ouest, Jacques Généreux dans l'Ouest et Hélène Franco dans l'Est. Enfin, Marie Christine Vergiat, militante associative est tête de liste dans la Sud Est.
Chez nous, la liste est donc menée par Hélène Franco : originaire du Jura (elle a été conseillère municipale à Champagnole) cette ancienne militante du PS a toujours été proche de Jean Luc Mélenchon et l'a suivi au Parti de Gauche. Professionnellement, elle est juge des enfants et s'est engagée dans le syndicalisme . Elle est secrétaire générale d’un grand syndicat de la magistrature de gauche. « En adaptant le droit aux situations individuelles, les magistrats font en réalité de la politique. Juger cela renvoie à la conception que l’on a de l’individu dans la société ». C’est au nom de cette conception qu’Hélène dénonce les « ravages de la politique de la droite qui saccage les services publics et renvoie chacun à une pseudo-responsabilité individuelle où les plus vulnérables sont "libres" de subir leur sort ».
Sa connaissance du Jura lui a appris « ce que signifie la désertification des campagnes, la disparition des services publics, les ravages des choix productivistes sur notre agriculture, la catastrophe écologique et les licenciements massifs dans l'industrie, dictés par les exigences du marché. »  Elle prévient : « Avec mes amis du Front de gauche, je serai une eurodéputée forte de mon expérience professionnelle et de mon engagement syndical, déterminée à démontrer qu'une autre Europe est possible ». Avec elle, les citoyennes et citoyens du Grand Est auront une représentante combative et de conviction… En un mot : utile.

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article