Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 12:02

Car c'est le bipartisme qui serait favorisé.

Certes, le projet rejette l'instauration du conseiller territorial dont voulait le candidat précédent et c'est une bonne chose.

Mais le projet de loi vise à instaurer l'élection d'un binome de candidats de sexe différent dans des cantons dont le nombre serait divisé par deux. La parité serait ainsi respectée, mais le pluralisme subirait un revers important : les deux élus du nouveau canton seraient de même sensibilité, alors qu'il peut y avoir, sur ce même périmètre actuellement, deux élus de sensibilité difféérentes.

Cette réforme est donc le vecteur d'un bipartisme renforcé, d'une nouvelle régression démocratique.
A l'opposé, les communistes réaffirment l'exigence d'étendre la proportionnelle à l'ensemble des scrutins et donc à celle des départements : c'est le seul mode qui peut assurer à la fois le pluralisme et la parité, deux principes essentiels de démocratie
Le refus du gouvernement d'entendre cette proposition est d'autant plus absurde que dans toutes les autres élections locales (commune ou région), c'est ce mode de scrutin qui est mis en oeuvre.
D'ailleurs, le même projet de loi propose d'abaisser à 1000 habitants contre 3500 actuellement le seuil au dessus duquel un scrutin de liste est requis : une bonne proposition pour renforcer la citoyenneté dans les petites communes et faire avancer de façon importante la parité.
Par contre une autre mesure de ce projet de loi inquiète les communistes :l’élection au suffrage universel par fléchage des délégués communautaires, car cela risque de contribuer à effacer le rôle des communes en faisant disparaître la notion de délégation de compétence des communes vers leur intercommunalités au profit d'un partage des compétences entre ces structures. Les conseillers communautaires n'auraient plus de compte à rendre aux conseils municipaux dont ils sont membres.
En outre l’élection par fléchage pose un certains nombre de questions s’agissant de ses dispositions propres : Qu’en est-il du risque de cumul des mandats dans le cas d’un fléchage qui s’appliquerait sur les premiers de la liste ? De la place des minorités ? Du processus qui s’établit entre les deux tours ?
Dans la crise aiguë actuelle de la démocratie, la mise en cause des élus, il ne parait pas imaginable de ne pas voir émerger le développement de la proportionnelle, ainsi que le rôle de la commune. Celle-ci est en effet le cadre le plus efficace pour impliquer les citoyens, y compris sur les grands projets  qui n’ont de sens que s’ils répondent aux besoins des habitants en matière de vie quotidienne et de réduction des fractures sociales et territoriales. 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 11:54

C'est pour répondre à cette question, qu'avant le vote du budget du conseil régional, sont prévues des réunions dans les quatre départements de la région.

Il ne suffit pas de critiquer ! Il faut aussi faire preuve de citoyenneté et le débat doit être large au cours de ces réunions organisées par le président Bachy avec les groupes de la majorité régionale. Alors, venez nombreux !

reunion region

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 17:04

Pour vous rincer les yeux et les oreilles voici un diaporama : les photos d'automne ont été réalisées en 2011 et 12 des Rapides de Phades au lac des vieilles forges en passant par Bogny, Joigny, Laifour, Monthermé. Deux poèmes de Gérard Baudoin "noces en Ardenne" et "dans la vallée" les accompagnent sans que les textes ne collent toujours à l'image.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 23:13

ump absenteDans le cadre de cette session sur les orientations budgétaires, mon intervention concernant les questions de formation a sans doute été un peu décousue, car faite de réponses aux interventions précédentes. Je vais quand même essayer de vous en donner la substance, en tentant d'être claire pour vous qui n'avez pas entendu ce qui avait précédé.
Tout d'abord quelques questions en rapport avec ce qui est appelé l'acte III de la décentralisation, celle de l'illettrisme déjà, dont on parle souvent dans la commission formation professionnelle du conseil régional. Je me réjouis que la question de l'illettrisme soit posée dans ce cadre, car la limite entre action contre l'illettrisme et formation est floue et il y a certainement intérêt à mieux lier les deux en ce qui concerne l'illettrisme des adultes, la formation de type professionnel pouvant être aussi une incitation à la lecture et l'écriture, moins stigmatisante que d'adresser ces personnes vers des actions étiquetées "illettrisme". Evidemment la prévention de l'illettrisme à l'école relève de l'Education Nationale et il faut un vrai inventaire des différents domaines de lutte contre l'illettrisme pour donner les bonnes compétences au bon niveau. Il y a eu une rencontre entre la commission formation professionnelle du conseil régional et des membres du CESER sur la formation des demandeurs d'emploi et a été proposé de demander au Président du Conseil Régional de saisir le CESER pour qu'il poursuive les travaux engagés il y a deux ans, dans le cadre d'une autosaisine sur l'illettrisme et donne son avis sur ce que devrait être la politique de la région dans ce domaine, comme d'ailleurs le CESER avait été saisi en 2004 pour préparer la décentralisation de l'orientation, décentralisation qui heureusement n'a pas eu lieu, mais cela avait conduit à un avis du CESER qui a guidé depuis notre politique dans ce domaine.
Le point suivant de mon intervention a d'ailleurs porté sur l'orientation : j'y ai redis ce que j'avais dit au CAEN et je vous invite donc à aller relire sur ce point le billet correspondant en cliquant ici.
J'ai ensuite abordé la question de la formation des demandeurs d'emploi pour prendre acte que la prescription de formation par Pôle Emploi interpellait (pour ne pas dire plus), dire que cela va un peu mieux avec le protocole opérationnel signé entre Pôle Emploi et la région qui va d'ailleurs être reconduit, avec le logiciel Resaform qui permet aux conseillers de Pôle Emploi, mais aussi des missions locales et bientôt des Cap Emploi, de voir toutes les possibilités de formation, que ce soit celles financées par la Région ou par Pôle Emploi, mais que le problème de fond était le manque de conseillers Pôle Emploi qui n'ont pas le temps nécessaire pour discuter avec les chômeurs de leur projet de formation. Par contre, si le nombre de stagiaires de la formation professionnelle trouvant un emploi durable à l'issue de leur formation est aussi faible, c'est bien comme cela avait été dit lié au faible nombre d'emploi en CDI dans les annonces de Pôle Emploi, mais ce n'est pas de la faute du gouvernement, ni même seulement du précédent, mais bien du capitalisme, des patrons. Les négociations en cours entre les organisations patronales et syndicales qui devaient porter sur la sécurisation des parcours professionnels et qui sont en train de se transformer à la demande du patronat en organisation de la précarité en sont le témoin. Le gouvernement aura toutes ses responsabilités quand viendra le moment de transformer l'accord, si accord il y a, en loi.
Enfin, dernier point, l'AFPA. Comme Karine Jarry l'avait indiqué plus tôt, les salariés de l'AFPA sont dans l'action ce jour. Depuis maintenant six mois, les déclarations ministérielles se succèdent, se voulant rassurantes sur l'avenir de l'AFPA, mais cela ne règle pas la situation qui devient chaque jour plus urgente. Les demandes d'Yves Barou, le nouveau président de l'AFPA, au gouvernement pour assurer l'avenir de l'AFPA sont de deux ordres : régler la question du patrimoine, à priori sous forme de baux emphytéotiques (il semblerait que les négociations traînent en longueur sur le loyer qui serait payé par l'AFPA à l'Etat) et recapitaliser l'AFPA, qui n'a jamais eu aucun fond propre. J'ai redemandé (je lui avais déjà fait une note en ce sens) au président Bachy d'intervenir en ce sens auprès de T. Repentin, le ministre de la formation, car il ne suffit plus que celui-ci promette, il faut qu'il fasse !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 11:41

ump absenteC'est la session plénière du conseil régional ce matin consacrée aux orientations budgétaires : c'est un peu la quadrature du cercle car il faudrait faire plus, avec moins de moyens.
Evidemment le changement attendu avec l'élection de F. Hollande n'est pas au rendez vous et il va falloir - on a commencé - dire haut et fort que ce n'est pas en réduisant les moyens des collectivités que l'on réglera la crise, que ce n'est pas l'austérité qui permettra l'indispensable relance économique créatrice d'emplois pour laquelle il faut oeuvrer pour qu'elle soit plus respectueuse des hommes et des femmes ... et de l'état de la planète.
Mais il faut aussi assumer ses responsabilités et gérer pour que les Champardennais et Champardennaises soient au minimum touché-e-s par la situation, plutôt choisir les dispositifs qui servent à une majorité.
Assumer ses responsabilités, ce n'est en tout cas pas ce que fait l'UMP. Alors que, même si le changement ne vient pas assez vite, le véritable responsable de la situation actuelle, avec en particulier la suppression de la taxe professionnelle, mais plus globalement la manière dont il a laissé le pays en quasi faillite, c'est bien l'UMP. Et bien figurez vous que ce matin, après avoir déclarer qu'il fallait faire plus sans emprunter, sans réclamer de nouvelles ressources comme le versement transport, les conseillers régionaux UMP ont quitté la séance sans la moindre proposition sur les choix qui sont nécessaires. A voir la tête de certains d'ailleurs, cela n'avait pas du être discuté entre eux, mais bien une décision autoritaire de leur président de groupe. Sur la photo vous voyez entre autre les places vides des députés ardennais qui siègent au conseil régional : les Poletti et Warsmann

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 18:01

Le projet de carte des intercommunalités dans les Ardennes a changé avec le Président de la République. Mais ce qui semble ne pas avoir changé, c'est l'absence de débat démocratique sur le sujet, c'est l'absence de projet, à moins que le "gigantisme" de la taille des intercommunalités ne soit en soi un projet !
Deux arguments sont apportés pour défendre la réduction du nombre des intercommunalités dans le département :
- être mieux en mesure d'être en concurrence avec d'autres territoires plus peuplés
mais notre société doit elle être une société de mise en concurrence des femmes et des hommes entre eux, de leurs territoires, ou une société de coopération ? Rien n'empêcherait deux intercommunalités de travailler ensemble sur tel ou tel thème, sur un projet économique structurant par exemple.
- les finances : entre espoir d'une meilleure dotation et bataille pour récupérer sur son territoire des zones industrielles ou en exclure des villes pauvres comme Revin, les arguments financiers sont un point central du débat de petites phrases mais les vraies questions sont oubliées (et peut être que tous les tenants de l'actuelle politique européenne d'austérité, que ce soit à l'UMP ou au PS n'ont pas envie que l'on en parle) : celle d'une nécessaire réforme de la fiscalité locale, celle des moyens financiers des collectivités territoriales. La suppression de la taxe professionnelle décidée par N. Sarkozy a renforcé les inégalités entres les communes ou intercommunalités et a transféré massivement l'impôt local sur les ménages. Le plan d'austérité de F. Hollande veut diminuer les dotation de l'état aux collectivités, réduisant ainsi les services publics de proximité ! Et le président du Conseil Général, UMP, a dépassé le cadre des petites phrases en passant aux actes et en excluant scandaleusement Charleville Mézières et Sedan des mécanismes de peréquation : pas de quoi ajouter de la sérénité au débat ! Oui, il faut que les entreprises qui sont la source de richesse paient des impôts ! Oui, il faut des mécanismes de peréquation. Non à la bataille pour avoir sur le territoire de son intercommunalité la bonne commune où il y a la bonne entreprise qui rapporte.
Soyons sérieux
Sauf à penser que l'avenir est à la disparition des départements, une communauté regroupant Sedan et Charleville Mézières serait une catastrophe pour le reste du département : il y aurait ce qui est dedans, et le reste, voué à l'abandon, éloigné plus encore de la possibilité de dire son mot sur des services publics structurants qui sont au chef lieu : l'hôpital, Pôle Emploi ... Ce serait aussi une catastrophe en terme de démocratie de proximité. Mais le gigantisme annoncé dans le Nord des Ardennes est aussi un non sens. Qu'y a-t-il de commun entre Bogny sur Meuse attiré par Charleville et Givet, à la frontière belge ? En plus si des projets communs doivent voir le jour, il existe déjà une structure : le PNR ! La question de Revin peut être résolue autrement : les liens qui unissent cette ville à Fumay, le nombre d'habitants de l'une de ces villes travaillant dans l'autre, plaident pour l'entrée de Revin et d'Anchamps dans la comcom Rives de Meuse. Les seules raisons du refus sont des questions financières mal comprises, car en plus, la comcom est amenée à rendre des sous dans le cadre de la peréquation, au vu des recettes liées à la centrale de Chooz en particulier, à moins que cela ne soit des questions politicardes, liée au fait que Revin est à "gauche".
Un peu de sérieux : faisons des communautés de communes à la taille de notre département permettant des projets et l'intervention des citoyens dans les décisions sans éloigner d'eux les centres de décisions.



Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 17:17

austerite-billetsJe vous invite à aller lire les propositions du groupe communiste du Conseil Régional de Champagne Ardenne en cliquant ici.

Il faut en effet désserrer l'étau qui étouffe nos collectivités et porter haut et fort des propositions comme la mise en place d’un prélèvement à hauteur de 0,3 % sur les actifs financiers des entreprises, ce qui permettrait de dégager 18 milliards d’€ pour les collectivités,

Dans cette période de préparation des orientations budgétaires au conseil régional, des arbitrages pour la phase finale de présentation du budget, on ne peut pas faire comme si tout allait bien, chercher des artifices pour que l'on ne voit pas les manques, couvrir l'inacceptable politique du président de la république et du premier ministre qui étouffe les collectivités, chercher à plaire à la droite, plutôt que de répondre au maximum, malgré les difficultés (le conseil régional ne lève plus l'impôt et a donc des recettes contraintes) aux besoins des Champardennais, comme sont en train de le faire le président de la région et plus encore son premier vice président, un partisan de l'Europe de la finance qui avait appelé à voter oui au traité constitutionnel en 2005.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 16:53

Un conseil Académique de l'Education Nationale s'est tenu mercredi dernier. Voici quelques éléments sur les interventions que j'y ai faites.

- Tout d'abord sur l'orientation : la FSU a fait savoir son inquiétude dans ce domaine dans sa déclaration préalable. J'ai profité du débat sur les résultats des examens 2012 pour intervenir sur ce sujet. Voici en substance ce que j'ai dit : les résultats posent, comme cela vient d'être dit, des questions sur l'orientation et de ce point de vue, je voudrais dire ici combien je comprends l'inquiétude des personnels enseignants.
Les temps ont effectivement changés, au moins en terme de transparence : nous connaissons un avant projet de texte de loi sur la refondation de l'école mais il y a aussi un avant projet de loi sur la décentralisation qui circule depuis quelques jours. C'est bien car cela permet d'engager le débat avant qu'il ne soit trop tard. En effet il y a des choses très inquiétantes. Dans l'avant projet de loi de décentralisation  est envisagé le transfert des biens meubles et immeubles des CIO aux régions. De plus il est prévu et je cite que "Lorsqu’ils exercent leurs fonctions dans les centres d’information et d’orientation, les personnels relevant du ministre de l’éducation nationale sont placés sous l’autorité de la région, dans les conditions fixées par une convention conclue entre l’autorité académique et la région ». Ceci est absurde et de nature à ruiner les efforts faits en Champagne Ardenne pour que les différents services d'orientation travaillent en commun, en particulier à travers la charte qui a été signée à l'automne entre les différents réseaux. Ceci repose sur la confiance entre les différents partenaires et le respect des prérogatives de chacun. Si l'on veut élever le niveau d'étude des jeunes Champardennais, il y a besoin d'un service d'orientation de l'Education Nationale, pas qu'on mélange avec des dispositifs plutôt à destination des demandeurs d'emplois ou des salariés qui cherchent une reconversion : les échelles de temps ne sont pas les mêmes. Il y a effectivement besoin d'un travail en commun pour que les scolaires puissent avoir des informations sur les métiers auprès de professionnels près de chez eux, mais cela nécessite un accompagnement spécifique, une mise à distance si on veut que les jeunes s'orientent vers des poursuites d'études, bref cela suppose de ne pas mélanger le service d'orientation de l'Education Nationale avec les autres services d'orientation.
- Sur la carte des formations professionnelles (pour information à mes lecteurs, la question de l'enseignement général et technologique des lycées n'était pas à l'ordre du jour), j'ai souligné les progrès faits depuis la signature du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles dans la concertation et la coordination des politiques de l'Etat et de la Région pour établir la carte des formations professionnelles initiales. C'est la première fois que l'on a ainsi un CAEN avant les décisions. J'ai cependant fait remarqué que pour que les participants n'aient pas l'impression que c'est une fausse concertation, il faudrait des bougés d'ici février. J'ai ensuite interrogé sur le projet de bac pro en apprentissage en liaison avec EDF à Givet qui ne figure pas dans les listes de projet de nouvelles sections en apprentissage pour la rentrée prochaine. La réponse qui m'a été apportée était que le dossier était en cours d'instruction, mais que si le Rectorat et le Conseil Régional tenaient leurs promesses, on ne pouvait pas encore en dire autant des autres partenaires. J'ai plaidé pour l'ouverture d'un BTS électrotechnique au lycée de Revin, au vu de l'intérêt d'une filière post bac dans cette ville pour élever le niveau d'études des jeunes du secteur, des besoins de main d'oeuvre dans ce domaine (avec des demandes en particulier d'ERDF). Réponse : il y a déjà un BTS électrotechnique à Reims et il y a surtout des besoins dans le sud de la région.
Enfin je suis intervenue sur le projet d'ouverture d'un nouveau CFA porté par l'AGEFA PME en région pour rappeler que le CCREFP avait voté contre : c'est une expérimentation portée par la CGPME en Champagne Ardenne et la décision prise dans la région sera donc regardée avec attention. Il n'est pas acceptable de valider un tel projet de CFA privé hors murs ayant prévu de s'installer dans les lycées publics ! Ce mélange public-privé n'est pas tolérable, source de confusion. Cela n'est pas donner un avis négatif sur les formations proposées, qui pourraient parfaitement trouver place dans le CFA académique public.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 00:44

Petit-logo-emplois-davenirLes premiers emplois d'avenir dans les Ardennes doivent être signés ce mardi matin. C'était une promesse du candidat Hollande qui a donné beaucoup d'espoir aux jeunes et même s'il y a de nombreuses interrogations, car les jeunes ont besoin de vrais boulots, pas d'emplois aidés, même améliorés, les communistes soutiennent ce dispositif pour ne pas décevoir ceux qui ont cru en cette promesse.

Les parlementaires communistes et du Front de Gauche ont tout fait pour améliorer le projet de loi, notamment pour favoriser la formation de ces jeunes et la pérennisation de ces emplois. Comme ils ont été un peu entendus, ce qui n'a pas été le cas dans d'autres débats parlementaires, celui sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale par exemple, ils ont approuvé cette loi améliorée par leurs amendements.

Celle-ci a prévu un schéma d'orientation régional pour préciser la stratégie de déploiement des emplois d'avenir, schéma sur lequel travaille actuellement le préfet de région en concertation avec le Conseil Régional. Selon l'accord conclu entre l'Association des Régions de France et le gouvernement, les régions sont en effet engagées dans ce dispositif. Dans le cadre de mes compétences au conseil régional où je suis chargée de la formation professionnelle, j'ai proposé au président Bachy que le conseil régional cofinance les parcours de formation de ces jeunes dans les champs où les financements de la formation manquent le plus, à condition que ce soient des parcours qualifiants avec des formations effectuées sur le temps de travail. 300 000€ ont été engagés pour la formation des emplois d'avenir lors de la commission permanente de novembre. Et je compte bien agir pour que le schéma d'orientation régional évite tout effet d'aubaine, sous contrôle des organisations syndicales, et permette aux jeunes bénéficiant de ce dispositif une insertion durable dans l'emploi,

Il est indispensable en effet que cette loi ne contribue pas à mettre en concurrence demandeurs d'emplois jeunes et moins jeunes et ne favorise pas la substitution d'emplois statutaires par ces contrats aidés.  De ce point de vue, des déclarations comme celle de la ministre de la famille, Dominique Bertinotti, proposant aux directeurs des CAF d'envisager l'embauche de jeunes en emplois d'avenir pour résorber les retards de traitement des dossiers de cette institution, sont inacceptables : les emplois d'avenir ne doivent pas être les bouche trous de la politique d'austérité du gouvernement.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 23:33

Dans le cadre de la bataille pour la réouverture du bureau de Poste de Mohon, les élus communistes de Charleville-Mézières et le syndicat CGT des PTT ouvriront un bureau de Poste temporaire.

Cette initiative se déroulera ce samedi 1er décembre à partir de 10 H 30  sur la place de Mohon (devant l'ancienne mairie) avec une boîte postale qui permettra aux habitants de déposer une carte pétition à l'attention de la direction départementale de la Poste. Par ailleurs, une délégation sera reçue par la direction de la Poste le 5 décembre.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article