Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 17:42
spaceinvaders umpJe vous avais déjà promis il y a quelques temps des informations sur le plan hôpital 2012 (vous retrouverez mon article précédent sur les hôpitaux en cliquant ici) et je n'ai toujours pas fait, mais il faut reconnaître que c'est plutôt déprimant !
Car les Ardennes sont complètement oubliées de ce plan !
On peut d'ailleurs s'interroger sur l'efficacité de nos parlementaires comme B. Poletti qui, lors d'une rencontre avec le collectif de défense de l'hôpital de Charleville Mézières, prétendait intéresser la ministre à la situation des Ardennes et défendait la loi de financement de la sécurité sociale tout en disant que des mesures particulières étaient nécessaires dans notre département au vu de la situation sociale désastreuse.
C'est bien la preuve que l'on ne peut avoir un discours différent à l'Assemblée Nationale et dans son département, une spécialité de nos députés UMP, B. Poletti et JL Warsmann.
Une conférence de presse du 12 février 2010 de la ministre de la santé faisait le point sur le plan hôpital 2012 après la deuxième phase de sélection des dossiers retenus : le dossier de presse peut être retrouvé sur le site du ministère en cliquant ici.bombe ump
Il décrit très bien les mécanismes : le choix des investissements proposés pour bénéficier de ces financements publics de l'Etat relèvent des Agences Régionales d'Hospitalisation, avec des choix différents selon les régions .... évidemment en dehors de toute démocratie, à croire que cela dépend uniquement du caractère du directeur de l'ARH, de son humeur ou de la couleurs de ses cheveux !
En Champagne Ardenne, les dossiers présentés ont été lors d'une première phase des dossiers en relation avec l'informatisation des hôpitaux et lors d'une seconde phase des dossiers d'investissements immobiliers. Pourquoi ?
Au total, il y a une très bonne nouvelle pour l'hôpital de Troyes puisque le taux d'aide va être de 42% pour sa reconstruction : c'est vrai qu'il en avait besoin !
Tout le reste concerne les questions d'informatisation : informatisation du dossier patient à Godinot et à St Dizer ; il s'agit effectivement d'une chose utile, mais à Charleville, on aimerait bien aussi !
Et ailleurs il s'agit d'une aide pour la mise en place du SIH : Système d'information hospitalier. Selon la Circulaire ministérielle numéro 275 du 6 janvier 1989 du Ministère de la Santé, le Système d'Information d’un établissement de santé  "peut être défini comme l'ensemble des informations, de leurs règles de circulation et de traitement nécessaires à son fonctionnement quotidien, à ses modes de gestion et d'évaluation ainsi qu'à son processus de décision stratégique ."
Vous l'avez compris : cela ne sert à rien pour les malades, ni pour les soignants (pour les soignants, c'est pire, cela sert à leur faire perdre du temps) : cela sert à gérer l'usine à gaz de la tarification à l'activité. Dans la liste des établissements aidés pour la mise en place du SIH, on retrouve le CHU de Reims et les cliniques privées rémoises.
Sur l'ensemble de ces questions reposant sur l'utilisation de l'informatique, j'ai une grande interrogation : pourquoi aucun gouvernement n'a jamais prévu un grand plan d'informatisation des hôpitaux permettant la création de logiciels de qualité, utilisés partout ? Car l'informatique hospitalière repose, un peu sur les CRIH, centres régionaux d'informatique hospitalière, lesquels travaillent chacun dans leur coin, et beaucoup sur des entreprises privées avec au total un véritable gâchis de temps et d'argent : les logiciels ne communiquent pas entre eux, car les standarts ne sont pas les mêmes, les mises à niveau ne sont pas possibles, car les fournisseurs ont disparus .... et globalement, ces programmes ne sont pas adaptés aux particularités de l'hôpital, car ils ont tous été bâclés pour faire des sous !
Bref, j'ai beau lire et relire la liste des aides dans le cadre du plan hôpital 2012 : rien pour Sedan, rien pour Rethel Vouziers, rien pour Charleville Mézières.
Pourtant par exemple, cet hôpital vient d'acquérir un système d'informatisation de toute l'imagerie médicale (radio, scanner, IRM ...). Et cela, c'est génial, cela marche ! A Orléans, la mise en place de ce système (le PACS) est aidé .... Sans commentaire !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 11:58
la-terre-patrick-le-hyaric-eba06"Et ceci n’est ni le fruit de difficultés climatiques, techniques, ni de quelque volonté du Saint Esprit, mais des décisions politiques dont l’actuel Président de la République et ses comparses sont les acteurs principaux depuis des décennies."
Allez donc lire l'éditorial de Patrick Le Hyaric dans le dernier numéro de La Terre en cliquant ici. Il demande une conférence européenne pour l'agriculture et l'alimentation.
Et si vous voulez consulter le site internet de La Terre, cliquez ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:45
candidats communistes2Les périodes de campagne électorale sont des périodes d'intenses discussions politiques, mais aussi de débats tronqués : tout blanc, tout noir !
Je l'ai déjà dit, écrit : même si la région ne peut tout faire – et elle n'a pas le pouvoir législatif – on aurait pu faire plus depuis 2004 ! Et la longue litanie, répétée inlassablement ces derniers jours, de ce que la gauche a fait en Champagne Ardenne depuis 2004 a le don de m'énerver surtout quand on en rajoute !
Mais il semblerait que cela fasse partie du jeu !
L'apprentissage par exemple : est il bien utile de se vanter d'avoir augmenter le nombre d'apprentis de 20% dans la région ? D'ailleurs l'UMP est en train de reprocher aux régions de ne pas avoir assez développer l'apprentissage et rentrer dans un débat de chiffres est stérile. J'étais d'ailleurs fort satisfaite que le contrat d'objectifs et de moyens passé entre l'Etat et la région ne vise pas les augmentations initialement demandées par l'Etat. Car la question n'est pas d'augmenter l'apprentissage pour l'augmenter, mais bien que chaque jeune trouve la voie de formation qui lui convient et que l'apprentissage soit de qualité ! Et de ce point de vue, le conseil régional a fait un grand pas.
Et il ne sert en rien d'en rajouter : le bilan en lui-même se suffit, car en fait, la politique régionale a changé du tout au tout depuis 2004 dans une approche où la solidarité, le rééquilibrage entre les territoires de la région pour une réduction des inégalités et le développement partout, a toujours été le leitmotiv.
C'est aussi le moment de faire miroiter monts et merveilles ! Restons concrets par pitié !
Evidemment, on fera des choses, et il ne s'agit pas seulement de faire des régions des boucliers sociaux, mais aussi de faire des conseils régionaux les fers de lance d'une autre politique, ambitieuse pour le développement humain.
J'ai déjà abordé dans ce blog (à relire en cliquant ici) les exigences pour une réindustrialisation de la région , des éléments sur la politique à mener dans les lycées (à relire en cliquant ici). Les discussions que j'ai eu ces derniers jours me font penser qu'il va falloir porter une attention toute particulière aux aides pour les lycéens de l'enseignement professionnel, booster leur carte Lycéo ... . J'avais évidemment commencé en donnant des éléments sur le programme par la formation : les bases ont été jetées qui doivent permettre de mettre en place au cours de ce mandat un véritable droit à formation (à relire en cliquant ici).
TGV.jpgLe transport ferroviaire est une autre compétence majeure de la région : le choix nécessaire est celui fait du service public et d’une qualité de service irréprochable. Une bonne convention d'exploitation a été signée avec la SNCF. Une action forte et continue est indispensable pour le respect de toutes les clauses d’une convention qui a pour objectif l’amélioration de la qualité de service et qui définit notamment le maintien effectif de cheminots à bord des trains et dans les services en gare.
Il va falloir :
- poursuivre l’effort de modernisation et de renouvellement du matériel régional, ;
- poursuivre l’amélioration et le développement des dessertes avec une attention particulière pour les relations avec les régions voisines : Lorraine, Picardie, Nord Pas de Calais ;
- poursuivre la modernisation des gares TER, faciliter leurs accès ;
- intervenir pour accélérer la réalisation de véritables pôles d’échanges notamment dans des gares comme celle de Charleville-Mézières ;
- rendre accessible, dans les meilleurs délais, le transport régional aux personnes à mobilité réduite, en faisant appel à l’ensemble des partenaires concernés (RFF, SNCF) ;
- faciliter la vie des usagers dans toute la chaîne de leurs déplacements : développer les services de la centrale d’informations multimodales « VITICI », concrétiser la mise en place d’une billettique unique en Champagne-Ardenne dont les bases ont été posées ces derniers mois ;
- aider la mise en place des plans de déplacements des entreprises et des administrations  ;
- favoriser la coordination des politiques de déplacements de l’ensemble des acteurs et faire progresser ainsi concrètement l’intermodalité.
Avancer dans la mise en œuvre effective du droit au transport pour tous exige :
- de nouvelles mesures pour les territoires et les populations privées aujourd’hui de toute offre adaptée de transport collectif. Avec les collectivités concernées il convient de favoriser la mise en place de services efficaces, innovants, viables pour les zones non desservies (transport à la demande, covoiturage, auto-partage…) ;
- la poursuite de la mise en œuvre de tarifs tenant compte des ressources réelles des foyers.
Cela nécessite de renforcer et de faire vivre toutes les structures de concertation institutionnelles et citoyennes pour une politique de mobilité durable ambitieuse en région. Les Comités Locaux d’Animation et de Développement du transport régional ont démontré leur utilité.
Nous proposons de mettre en débat la constitution d’un syndicat mixte, type loi SRU, qui permettrait un pilotage mieux coordonné des autorités de transports. Avec le versement transport généralisé, cela procurerait de nouvelles ressources afin de mettre des offres de transports là où elles n’existent pas aujourd’hui.

C'est avec réalisme et détermination qu'avec mes camarades communistes, Franck TUOT et Ingrid LEMPEREUR dans les Ardennes, nous nous sommes engagés  sur la liste menée par Jean Paul Bachy.
Ce n'est pas sur un champ de ruines que nous construirons une société nouvelle et c'est tout de suite maintenant qu'une politique de gauche est nécessaire : bouclier social, fer de lance d'un autre développement fondé sur l'humain et non le profit. C'est évidemment sans aveuglement : nous sommes conscients du consensus de fond droite-Parti Socialiste-patronat sur les questions les plus cruciales, au niveau français comme au niveau européen : pas question de toucher aux critères et aux règles du système concernant les entreprises, l´argent et son utilisation, les pouvoirs. 
Mais c'est avec les électeurs socialistes, avec les électeurs de l'extrême gauche, avec l'électorat communiste évidemment aussi, que nous construirons le rassemblement nécessaire à la mise en échec durable des politiques ultra libérales car la crise, plus que jamais, met à l'ordre du jour le communisme.
C'est avec tous, car c'est l'immense majorité de la population qui a intérêt à ce changement.
Alors, c'est tous ensemble qu'il va falloir le dimanche 14 mars faire barrage à la droite
: la Champagne-Ardenne ne doit pas devenir le laboratoire-relais de la politique de Sarkozy.
C'est tous ensemble que nous pourrons mettre un terme à cette politique dévastatrice d'un N. Sarkozy qui casse les services publics, l'école, l'hôpital, la poste ..., qui aide les patrons pour augmenter les profits et baisser le pouvoir d'achat. Maintenant, il veut s'en prendre aux retraites ...
Les Ardennes sont une des premières victimes de cette politique à la solde des actionnaires du CAC40 ! L'immense zone franche que constituent les Ardennes à l'initiative du député Warsmann voit se multiplier le chômage partiel, les licenciements, le départ des jeunes !

C'est tous ensemble, sans s'égarer dans une défense d'une écologie passéiste et théorique : la majorité PS PCF de Champagne Ardenne a montré sa capacité à faire de la vraie écologie sur le terrain, par sa politique des transports, par l'application aux bâtiments des normes environnementales, comme la construction prochaine du lycée de Revin haute qualité environnementale ...
C'est tous ensemble, sans s'égarer dans de l'antiPS primaire, sans se tromper d'adversaire, comme le fait par exemple une candidate se prétendant plus à gauche mais ne condamnant pas le plan de redressement de l'hôpital ! logo regionale
Et c'est avec l'appui de tous que la majorité élue le 21 mars pourra faire de la région un véritable levier de changement et les élus communistes y prendront toute leur place avec leurs convictions et leur détermination.
Ne vous laissez pas illusionner par les sondages : les résultats seront peut être bons les 14 et 21 mars, si chacune ou chacun ne compte par sur le fait que son voisin, son ami va bien voter et si elle-même, lui-même va voter et fait voter pour la liste conduite par Jean Paul Bachy.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 21:37
On peut faire plein de choses chouettes avec les nouvelles technologies : les caméras, cela sert par exemple en médecine pour aller voir dans l'estomac ou ailleurs ...
Et puis on peut aussi s'en servir pour dénaturer notre société, mettre la population en liberté surveillée ... et la vidéosurveillance, c'est cela, c'est participer à la culpabilisation générale aussi (j'ai commencé à écrire un article qu'il faudrait que je finisse sur la culpabilisation : coupable d'être malade, coupable d'être chômeur, coupable de dégager du CO2 .... et suspect devant la caméra !)
Nicolas Sarkozy, dans ses délires de communication démagogique, a décidé de promouvoir la vidéosurveillance en subventionnant les communes qui installeraient des caméras. Il n'a jamais été prouvé que cela diminue la délinquance, ( cela la déplace seulement) et d'ailleurs des villes américaines comme Miami en sont revenues, mais cela permet au président de dire qu'il a fait des choses pour la sécurité, de faire un pas de plus vers une société fliquée et même de culpabiliser les maires qui refuseraient ! Vous vous rendez compte : ces maires ne profiteraient pas de l'occasion qui leur est donnée, refuseraient une subvention.
Alors certains cèdent à la pression, comme le maire de Bogny sur Meuse qui vient de faire approuver par son conseil municipal l'installation de telles caméras sur les places de sa commune. Inutile de vous dire que mes copains, copines (Anita, Karine, Bernard) ont voté contre !

La Ligue des Droits de l'Homme a fait un remarquable argumentaire contre la vidéosurveillance : vous pouvez le trouver en cliquant ici.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 21:46
candidats communistes2Pourquoi une liste de large rassemblement à gauche en Champagne Ardenne ?
Quel bilan du conseil régional sortant ?
Quelles propositions pour la région ?
Mais aussi comment résister à la droite dévastatrice, riposter et rassembler pour changer durablement la vie ?
Les communistes, avec leurs candidats aux élections régionales sur la liste "La gauche en action", organisent trois débats :
Nouvion sur Meuse
mardi 9 mars à 18h30
(petite salle Léo Lagrange)
Signy l'Abbaye
mercredi 10 mars à 18 h 30
(foyer pour tous)
Charleville Mézières
jeudi 11 mars à 18 h 30
(salle Arc en Ciel, rue d'Etion)
Venez nombreux.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 02:38
electrolux.jpgLa politique industrielle est un enjeu majeur pour la Champagne Ardenne et tout particulièrement pour les Ardennes.
Deux remarques s'imposent d'emblée :
- Il est inconcevable d'envisager durablement un pays sans production industrielle sauf à envisager un appauvrissement certain, car chacun conçoit bien que la délocalisation des lieux de recherche et de décision suit inexorablement celle des productions et cela du seul point de vue d'économie "dure"  sans même envisager l'aspect environnemental.
- Il faut sortir du débat tronqué sur le coût du travail : la pensée unique des médias  du grand capital oublie la productivité des salariés français et les comparaisons avec le coût du travail dans d'autres pays européen relativisent sérieusement les pressions effectuées sur les salariés français !
Il y à, à l'évidence, nécessité d'enclencher une dynamique de réindustrialisation avec les activités de demain, plus qualifiées, avec des moyens de production économes en énergie et préservant l'écosystème . Cette dynamique nécessite que ceux qui conçoivent les nouvelles techniques, que ceux qui les mettent en œuvre , soient étroitement associés aux choix et à défaut de pouvoir faire les lois, les conseils régionaux ont la possibilité de conditionner leurs aides à des possibilités nouvelles d'interventions des salariés. Il y à encore du chemin à parcourir pour que ces possibilités ne soient pas que formelles, mais l'association des organisations syndicales à l'élaboration des contrats d'objectifs et de moyens dans la formation entre le conseil régional et les branches professionnelle, telle qu'elle a été pratiquée, est un début.
Et il va falloir faire monter très fort l'exigence d'un contrôle citoyen sur le devenir des pôles agroressources et Materalia ! Il va falloir transformer ces pôles de compétitivité en pôles de compétences, des pôles au service de la société, pas au service des profits !
Cette dynamique, cette transformation citoyenne, sont nécessaires à la mise en oeuvre d'une nécessaire gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, effective, permettant de donner aux jeunes envie de se former aux métiers de l'industrie car ils auront des perspectives, pas seulement d'être intérimaires pendant les périodes fastes, chômeurs dans d'autres comme actuellement. La transmission des savoirs est urgente ! Mais cela nécessite que les entreprises de bassins d'emploi comme celui de la vallée de la Meuse travaillent ensemble, non pas à se piquer les compétences, mais faire connaître leurs besoins de main d'oeuvre, à former ensemble pour garantir une sécurité d'emploi sur le bassin ! Le rôle fédérateur de la région peut y contribuer.
Encore faut il que les entreprises aient les moyens financiers de leur développement, c'est à dire que les banques les aident même si leur taux de profit n'atteint pas les 15 à 20% escomptés par les fonds de pension américains et autres machineries financières destructrices. Et c'est là tout l'intérêt d'un dispositif de fond régional, bonifiant les intérêts en fonction de l'intérêt social de la production, de la qualité des emplois créés (salaires, conditions de travail, formation, etc...) et de la qualité environnementale.
Dans l’hypothèse d’un taux d’intérêt moyen de 4% pour les crédits à l’investissement, l’intervention en bonifications de la région pourrait permettre de lever une masse de crédits nouveaux à taux zéro de 400 M€ avec 16M€ d'argent public. Et il pourrait ne pas s'agir uniquement de l'argent régional, mais également de l'argent utilisé par les autres collectivités (département, communautés d'agglomération ou de communes)  pour des aides économiques et de l'etat, ce qui permettrait une véritable cohérence.
Cela nécessite effectivement de faire pression sur les banques, mais il faut aller chercher l'argent où il est et c'est bien aux banques à jouer ce rôle essentiel dans le développement économique !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 01:59
J'ai déjà fait état sur ce blog des menaces concernant la gratuité des transports scolaires dans les Ardennes (cliquez ici pour retrouver mon premier article et cliquez ici pour retrouver la déclaration d'André Libron).
La FCPE des Ardennes (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) n'a pas trainé : elle a évidemment déjà fait connaître son total désaccord avec un tel projet du conseil général et vient de mettre une pétition en ligne : allez donc la signer comme je viens de le faire en cliquant ici.
Cette pétition sera remise au président du conseil général fin mars.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 00:53
hopital-copie-1.jpgJ'ai une foule de chose à dire :
- Charleville Mézières : le collectif de défense de l'hôpital tiendra son assemblée générale constitutive le 26 février à 18 h 30 salle de Nevers (toutes les informations en cliquant ici). Bien évidemment, on n'y discutera pas uniquement des aspects administratifs de la constitution de l'association (statuts, élection du CA) mais on envisagera aussi les actions futures. Venez nombreux !
- Rethel : vous avez peut être vu les informations à France 3 hier soir et le maire de Rethel se retrancher derrière la sécurité pour justifier la fermeture : il y a un cynisme énorme. Les femmes qui accoucheront chez elles (et depuis la fermeture de la maternité de Vouziers, il y en a déjà eu !) ou qui consulteront trop tard, car elles se seront demandé si les petits troubles qu'elles avaient nécessitaient bien d'aller jusqu'à Charleville Mézières ou Reims, cela ne le regarde pas : ce ne sera pas dans son hôpital ! On ne lui reprochera pas ! Et ce sont des gens comme cela, des gens qui fuient leurs responsabilité qui se présentent avec J.L. Warsmann aux élections régionales !
Le collectif de défense de l'hôpital de Rethel organise une réunion publique le 12 mars.
- Epernay : voici la lettre ouverte écrite par Karine Jarry, conseillère régionale comuniste et représentant la région au CA de l'hôpital d'Epernay.
Hôpital public d’Epernay
Attention Danger !

Le projet « Pôle de santé sparnacien » a été recalé par la ministre de la santé. Malgré les nombreuses déclarations du maire d’Epernay sur la solidité du dossier, le projet de fusion entre l’hôpital public et la clinique privée vient de perdre toutes les subventions ministérielles (24 millions d’euros) alors qu’il était inscrit dans le plan « hôpital 2007 ».
Les milliers d’usagers qui se sont inquiétés, qui ont signé des pétitions, les associations et les organisations syndicales ont eu raison de se mobiliser pour défendre l’avenir de notre hôpital public.
De qui se moque t-on ?
Depuis plusieurs années, et dans la perspective de ce projet, les moyens de fonctionnement de notre hôpital sont durement mis à mal : ils conduisent à des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les personnels. A cela s’ajoute l’austérité budgétaire imposée par le gouvernement, votée par le Parlement chaque année, et donc par le député Philippe Martin et ses amis au Sénat. Ils font croire à Epernay qu’ils défendent un projet de développement de l’offre de soins, alors qu’à Paris ils ont voté la loi Bachelot qui supprime l'appellation de "Service public hospitalier" pour ne parler que "d’Etablissement de santé". Cette loi consacre la casse de l’hôpital public dans notre pays, avec des conséquences lourdes pour les patients.
Ils ont voté le budget 2010 en faveur de la réduction des « coûts » et des effectifs dans les hôpitaux publics. Ils soutiennent cette politique qui oriente vers le secteur marchand un nombre grandissant de malades.
Le plan hôpital 2012 et les fusions/disparitions d’hôpitaux s’inscrivent dans ces logiques, notamment en livrant l’hôpital public, la santé, aux appétits des actionnaires des marchés financiers.
Ne laissons pas faire !
Je demande publiquement que le personnel de l’hôpital et de la clinique, la population de notre bassin de vie, soient informés, concrètement et en toute transparence, des raisons de fond qui ont déterminé la décision ministérielle.
Je demande publiquement que soit diffusée la nature des « améliorations à apporter » dans le cadre de la négociation en cours avec le ministère.
Je demande publiquement quel sera le véritable statut du groupement de coopération sanitaire, privé ou public.
Je demande publiquement la tenue d’une table ronde, avec tous les acteurs locaux concernés, usagers, personnels, organisations syndicales, associations, élus), afin qu’une information sérieuse soit donnée sur la situation actuelle et l’avenir de l’hospitalisation publique dans le bassin d’Epernay.
Enfin, je demande publiquement que la ministre de la santé, madame Bachelot, reçoive une délégation pluraliste, représentative des personnels, des usagers et des élus locaux, conseillers régionaux et généraux, pour débattre des moyens nécessaires au développement de notre hôpital public.
- Je voulais aussi vous parler du plan hôpital 2012, de la galère des infirmières entre la création de l'ordre infirmier et le chantage entre revalorisation de salaire et perte de la possibilité de partir en retraite à 55 ans ... Ce sera pour un autre jour !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 23:52
logo-region.jpgHier, je me suis fait un petit plaisir à la commission permanente du Conseil Régional avec le vote d'une délibération acceptant que le président signe une convention de partenariat entre le CNFPT et la région concernant la formation des contrats aidés des collectivités locales.
Quelques explications pour vous permettre d'en comprendre l'intérêt.
La formation des personnes en contrats aidés, qui ont souvent particulièrement besoin de formation est, de par la loi, du ressort de leur employeur.
Mais pour les employeurs, ce sont souvent des salariés presque gratuits puisque les contrats sont aidés largement par l'Etat (une vraie gabegie financière d'ailleurs, il ferait mieux d'augmenter la dotation des communes et de subventionner les associations, pour que communes et associations puissent financer des contrats durables) et financer de la formation en plus ne les intéresse pas. Je suis méchante en disant cela : certains le font, d'autres aimeraient et ne peuvent pas ! Pensez par exemple aux petites communes dont le contrat aidé est le seul salarié à part la secrétaire de mairie partagée avec d'autres.
Jusqu'en 2004, l'état finançait de la formation aux contrats aidés et le ministre Borloo dans son plan de cohésion sociale a arrêté cela, renvoyant aux employeurs (drôle de cohésion sociale), ce qui évitait de transférer des fonds aux régions pour qu'elles puissent totalement assumer leur compétence de formation professionnelle.
La solution était pour nous d'inciter les employeurs à former en cofinançant. Encore faut il trouver des partenaires pour cofinancer et les projets n'ont pas été légion ! (avec cependant un satisfecit avec Tremplin 52). En plus, c'est compliqué car il ne faut pas que ce soit des formations bidon, ce sont des gens qui travaillent à temps partiels et qui ne peuvent donc pas participer à une formation qualifiante prévue à temps plein etc ...
Et j'en viens à la convention avec le CNFPT. C'est le Centre National de la Formation des Personnels Territoriaux, qui jusque là refusait d'accueillir les personnes en contrats aidés (puisque, pas plus que la région, il n'a eu de sous pour cela au moment de la décision de Borloo de supprimer les financements de l'Etat.)
La convention stipule que le CNFPT s'engage à ouvrir son catalogue de formations aux salariés en contrat aidé des collectivités locales et d’en assurer la prise en charge et la Région s'engage à ouvrir aux salariés en contrat aidé des collectivités locales ses dispositifs « Passeport VAE », dans le cadre du parcours intensif notamment, Chèque-Formation – FOAD et la prestation d’évaluation du niveau de connaissance pour l’élaboration d’un parcours professionnel et d’en assurer la prise en charge avec un maximum de 50 personnes prises en charge de part et d'autre pour cette année.
Ce n'est pas grand chose, mais il en a fallu du temps, d'où mon  "petit plaisir" !
Et ne me dites pas que l'on a tort de se substituer à l'Etat, car derrière tout cela il y a des gens qui ont besoin de formation. Il faut plutôt envisager de mettre la raclée à ce gouvernement Fillon, Borloo & Co.
On a d'autres projets de ce type, en particulier pour favoriser les Congés individuels de formations chez les gens qui n'ont pas travaillé tout à fait assez pour y avoir droit en l'état actuel des choses.

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 18:47
egaliteAprès l'adoption par la ville de Bogny sur Meuse, sur proposition du groupe communiste, de la la charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, les élus communistes veulent poursuivre le débat pour faire des propositions concrètes.
Aussi, le groupe communiste de Bogny (Anita, Karine ...) et moi même vous invitons à

une réunion publique
Jeudi 25 février 2010 à 14 h
Salle Louise Michel
(quartier de Braux à Bogny sur Meuse)
avec la participation de Karine JARRY
Conseillère régionale déléguée à l'égalité entre les femmes et les hommes
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article