Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 22:18

Des nouvelles du front des entreprises qui suppriment des emplois

electrolux.jpgAprès avoir rencontrer les anciens salariés de Raguet, vendredi dernier et d'Oxame hier, je viens d'écrire au préfet :

Monsieur le Préfet,
J'ai eu l'occasion de rencontrer les salariés licenciés de Raguet à Bogny sur Meuse et d'Oxame à Revin.
Tous s'inquiètent de leur indemnisation dans le cadre du Contrat de Transition Professionnelle, du fait des périodes de chômage partiel qu'ils ont vécu. Ils ont eu quelques promesses orales que leur rémunération serait bien basée sur leur salaire correspondant aux périodes d'activité normale, mais aucune garantie écrite.
De la même manière des questions se posent par rapport au financement de leur mutuelle : quelques perspectives ont été proposées, mais là encore, sans aucun engagement écrit.
Il est urgent que des engagements réels soient pris dans ces domaines, car leur mécontentement grandit, à juste titre, d'autant plus que le liquidateur judiciaire ne contribue pas à faciliter cette période très douloureuse et angoissante.
Tout doit être fait pour favoriser leur reclassement rapide, sans perte de salaire. Les principes à l'origine de la création du CTP envisageaient une implication des organismes patronaux des bassins d'emploi pour faciliter les embauches. Or cela n'a jamais été le cas dans les Ardennes, où, trop d'offres d'emploi ne sont pas déposées à Pôle Emploi et restent méconnues des bénéficiaires du CTP. Une mobilisation des acteurs économiques du département serait la bienvenue !
Les relations entre l'intérim et le CTP restent compliquées, souvent pénalisantes pour les bénéficiaires du CTP. Et cet handicap devrait être levé, car l'on connaît l'importance de l'intérim dans la métallurgie ardennaise, une importance toute particulière actuellement, puisqu'elle est la forme sous laquelle l'activité repart dans certaines usines.
Enfin, la situation de deux salariés d'Oxame mérite une attention toute particulière : ils ont été avertis de leur licenciement, alors que cela est contraire au droit du travail. Il s'agit de Mr..., actuellement en congé parental et de Mr ..., en congé individuel de formation.
Je vous remercie de veiller à ce que l'ensemble de ces questions puissent être prises en charge.
Je vous prie de recevoir l'expression de mes salutations distinguées.

En ce qui concerne Electrolux, les cartes pétition éditées par la section du PCF de Revin s'accumulent, adressées à la direction internationale d'Electrolux pour lui demander de péreniser le site Revin et il y a quelques jours, j'ai écrit au président d'Electrolux France pour lui demander de bien vouloir rcevoir une délégation lui portant ces pétitions. La réponse n'a pas tardé : elle est dans le déni et la mauvaise foi et ne fait que renforcer l'inquiétude, en confirmant que les nouveaux modèles seront fabriqués ailleurs. C'est la mort assurée de l'usine de Revin, par épuisement puisqu'au fil des années, les machines à laver anciennes vont se vendre de moins en moins et c'est bien l'absence de décisions pour dynamiser le site de Revin qui est toxique. Vous pouvez voir cette réponse en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:58

photo crC'était aujourd'hui, le débat d'orientation budgétaire au conseil régional. La matinée a été accaparée par une droite sur la défensive, polémique et incapable de la moindre proposition. J'en ai surtout retenu qu'elle voudrait uniformiser notre budget régional avec celui des autres régions et rapprocher tous les ratios de ceux des autres régions : c'est faire fi des spécificités de la région, par exemple d'un territoire vaste avec des zones peu peuplées mais aussi de l'handicap construit par la droite lorsqu'elle était aux manettes de la région, c'est faire fi aussi de la capacité d'inventivité de notre région, et il nous arrive d'être en avance, comme par exemple pour rester dans mon domaine de compétence,  dans les accords que la région a passé avec Pôle Emploi où la première signature du protocole opérationnel entre le conseil régional et Pôle emploi aura bientôt dix huit mois, alors que l'Association des Régions de France en est à dire qu'il faudrait de telles conventions.
Et à part uniformiser, la droite n'avait rien à proposer. D'ailleurs, après avoir quasiment monopolisé le débat général du matin, les élus UMP ont quitté la séance avant le débat sur les différentes propositions.

Ah, j'oubliais : ils ont aussi proposé le report du vote du budget de la région (il y a des difficultés, faisons la politique de l'autruche et fuyons).

Pour vous donner une vue d'ensemble de ces orientations budgétaires, une vue un peu objective, le plus simple me parait de vous conseiller de lire l'avis du CESER (le Conseil Economique Social et Environnemental Régional) : vous le trouverez en cliquant ici.

Je suis intervenue à deux reprises dans l'après midi.

Tout d'abord sur les questions d'emploi. La nouvelle présentation des orientations budgétaires (comme l'explique l'avis du CESER) préfigure l'organisation du budget régional à partir de 2012. Il m'a semblé intéressant de rappeler que des programmmes d'action pour promouvoir l'emploi durable et de qualité devaient avant tout contribuer à une sécurisation des parcours professionnels et que si, évidemment, la politique de la région ne pouvait seule assurer cette sécurisation, qui demande une implication des entreprises et des lois pour être véritable, la région pouvait contribuer à mettre des outils en place,  qui ne se limitaient pas à ce qu'on est en train de créer, des plateformes d'accompagnement pour les salariés en fin de CDD ou en fin de période d'intérim, la seule chose figurant sous l'intitulé "des outils de sécurisation professionnelle" mais qu'il y avait bien d'autres dispositifs qui devaient rentrer dans ce champ (j'avais sous les yeux le mail que j'avais adressé pour faire des propositions en ce sens lors de la rédaction de ce rapport !).

J'avais particulièrement envie d'insister sur cette question, car il me semblait important de faire comprendre l'enjeu de la sécurisation des parcours professionnels aux élus socialistes et europe écologie, au moment où nous entrons dans la phase décisive de l'élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP) : les organisations syndicales ont envie, à juste titre, d'avancer dans ce domaine et ce que l'on va pouvoir gagner en cohérence, je n'ai pas envie de le retrouver morcelé dans le budget 2012 de la région !

Je pense qu'une des raisons pour laquelle mes remarques dans la préparation du rapport n'avaient pas totalement été entendues (j'avais quand même réussi à faire rajouter cette notion de sécurisation des parcours professionnels), c'était qu'il ne fallait pas complètement vider le chapître "Donner les moyens de se former aux métiers de demain". Mais comme je l'ai indiqué cette après midi, l'anticipation des métiers de demain demande un effort de réflexion de l'ensemble des partenaires, ce qui n'est pas toujours le cas ! Un seul exemple : dans le cadre du suivi des contrats d'objectifs et de moyens, nous rencontrons actuellement toutes les branches pour préparer le CPRDFP : lors de la rencontre avec la métallurgie, l'UIMM, le patronat de cette branche, a été d'un silence total !

Ma seconde intervention a été encore plus spontanée (et vous m'excuserez donc de ne pouvoir, pas plus que de la première, vous en donner la teneur exacte), mais le dernier intervenant sur la question de l'emploi, Eric Loiselet d'Europe Ecologie, est intervenu pour proposer, en disant qu'il avait quasiment l'accord du président, un fond régional de compensation carbone. Et, à défaut de pouvoir intervenir tout de suite, j'ai rapidement trouvé quand en parler. Il était en effet tout naturel que j'intervienne sur le thème général "Accompagner les jeunes et favoriser la formation". Le dernier sous chapitre, c'est "Promouvoir l'éducation à la citoyenneté et les initiatives des jeunes" Je me suis donc interrogée publiquement sur la possibilité de promouvoir l'éducation à la citoyenneté quand on propose à ceux qui en ont les moyens de polluer et aux autres de se culpabiliser de polluer. Il y en a assez de cette culpabilisation vis à vis de l'environnement qui masque les vraies réalités : c'est le capitalisme qui est le plus grand responsable de la casse de la planète, avec la non prévention des conséquences environnementales des industries, pour majorer les profits, avec les délocalisations qui multiplient les camions sur les routes ... Et acheter des droits à polluer, n'est ce pas le plus grand encouragement à polluer sans remord ? Non vraiment, la protection de l'environnement est trop sérieuse pour qu'on la laisse à Europe Ecologie !

Pendant que j'avais la parole sur cette question des jeunes, j'en ai profité pour rappeler l'exigence des communistes d'accentuer la tarification sociale dans la restauration des lycéens.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:14

Fillon remplace Fillon pour conforter la politique droitière, au service des amis du Fouquet's du président de la République !
Le mouvement social va se prolonger dans la durée, avec l'appel à la journée d'action du 23 novembre, des actions diverses comme l'appel à un référendum sur les retraites à signer en cliquant ici, mais surtout une prise de conscience de plus en plus large qu'une autre politique est possible, une politique au service de tous les citoyens et non seulement au service des amis du Fouquet's et de la famille Sarkozy (Guillaume, le frère du président est président du groupe  Malakoff-Médéric, qui s'occupe de couverture santé complémentaire, qui s'occupe de couverture retraite complémentaire, un grand gagnant donc des restrictions de l'assurance maladie, un grand gagnant donc du recul sur les retraites, François, l'autre frère, a de multiples responsabilités dans l'industrie pharmaceutique).
Le mouvement social se prolonge dans la durée, et la situation économique, avec son cortège de licenciements dans le département, y contribue. J'ai rencontré les salariés licenciés par Forgex, dans sa reprise de Raguet à Bogny sur Meuse et Monthermé (avec d'ailleurs la fermeture du site de Bogny) : je peux vous dire qu'ils sont mobilisés. Je rencontre mercredi les anciens salariés licenciés par Oxame à Revin : j'ai cru comprendre qu'ils étaient aussi révoltés contre le mépris qu'on leur oppose.
achassaigneLe mouvement social se prolonge dans la durée : les élections cantonales en mars prochain seront aussi un moyen de dire non à cette politique, qui s'exprime dans le département à travers la voix du Président Huré, qui n'hésite pas à faire payer aux lycéens,  à travers la suppression de la gratuité du transport scolaire, la crise économique et l'appauvrissement des collectivités conséquence des réformes qu'il a voté. Sur ces élections cantonales, je vous invite à lire la déclaration du PCF des Ardennes en cliquant ici.
Un peu d'air, ai-je dit en titre ! Et dans ce climat morose, j'ai surtout envie de vous proposer deux lectures :
la première est celle d'une interview de Paul Boccara dans l'Humanité : Paul Boccara est un économiste communiste. Il livre dans cet article sa vision de la crise et de l'avenir de la civilisation : à lire en cliquant ici.
La seconde est plus concrète mais tout aussi stimulante, c'est celle du discours d'André Chassaigne (la photo), député communiste du Puy de Dome, au meeting organisé par le PCF lundi dernier : vous le trouverez en cliquant ici.
Un peu d'air, c'est aussi le parti communiste qui appelle à la construction d'un programme populaire et partagé : allez en voir plus en cliquant ici et vous pouvez aller lire les deux premières revues du projet en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 11:19

Voici le voeu qui a été voté par le conseil municipal de Charleville Mézières ce mercredi 10 novembre, proposé par Sylvain Dalla Rosa, maire adjoint communiste :

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur François BAROIN, votre Ministre du budget, a annoncé devant le comité des finances locales, un gel des dotations aux collectivités entre 2011 et 2014. C’est un véritable plan de rigueur qui est ainsi appliqué aux collectivités locales.

Cette mesure, ajoutée à la diminution des aides, en raison de la baisse de population, aura pour conséquence à Charleville-Mézières, une perte de nos recettes de l’ordre de 300 000 €uros, soit plus de un point de pression fiscale. C’est notre capacité à investir et à faire fonctionner les services publics qui va ainsi être amputée. Comme le soulignait, récemment, l’observatoire des finances locales, « toutes les conditions d’une grave crise financière des collectivités locales sont réunies ».
Dans l’intérêt des habitants et du personnel territorial, nous ne pouvons accepter cette situation qui pénalise notre commune. Le gel annoncé cache en réalité une baisse des moyens, car la dotation ne suivra même plus l’inflation. Cela va venir aggraver une crise déjà très profonde dans un département comme celui des Ardennes.
Nous vous demandons de revenir sur votre projet de gel des dotations et d’examiner la situation particulière de Charleville-Mézières qui est confrontée à un faible potentiel fiscal.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 08:25

Projection le samedi 20 novembre à 20 h au Metropolis

dans le cadre du festival du cinéma d'ATTAC

film hopitalCe film, réalisé en 2003 par Stéphane Mercurio à l'hôpital de Gonesse (Val d'Oise) reste - ou plutôt est plus que jamais - d'une criante actualité.

D'un côté la direction, en lien avec les décideurs, de l'autre, les soignants en prise directe avec les malades. Entre les deux, réunions sans fin, discussions, incompréhension et un même discours : l'hôpital est au bord de la rupture.

Cette projection sera suivie d'un débat avec le Docteur Jean SCHEFFER, président du Comité de défense de l'hôpital d'Albi, et responsable Midi Pyrénées de la Coordination Nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité.

Ce débat devrait permettre de démonter les mécanismes qui expliquent les catastrophes que nous voyons actuellement à l'hôpital de Charleville Mézières comme la fermeture des lits d'hématologie, ou celle, sans bruit, de trois lits de réanimation, une parfaite aberration, amenant à des transferts vers d'autres services de réanimation, parfois en Belgique d'ailleurs, ou à laisser dans les services classiques, en particulier de chirurgie, des patients qui nécessitent une surveillance plus intensive.

Les raisons de la fermeture de ces trois lits sont l'absence de respect des normes en terme de nombre d'infirmières. Depuis quelque temps déjà est fait un projet de réduction du nombre de lits de réanimation, mais avec la création d'un nouveau service de soins continus, ceci étant plus adapté aux nouvelles réglementations et normes, tout particulièrement financières et les 12 lits de réanimation devraient devenir 10 lits de réanimation et 8 lits de soins continus, soit un total de 18, en relation avec une étude sur les besoins. Là, on est passé de 12 à 9 lits de réanimation. Sans commentaires !

Venez nombreux samedi voir ce film et débattre !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 13:06

Seul ce terme de schizophrène peut caractériser la position de la conseillère municipale d'opposition au conseil municipal de Vouziers, qui, à en croire l'Ardennais de ce jour, a osé reprocher au premier magistrat de cette ville, de ne pas assez user de sa place de président au conseil de surveillance du GHSA pour faire avancer les dossiers de l'accueil des personnes âgées sur le site de Vouziers.

C. Noiret, car, c'est d'elle dont il s'agit,  est membre d'un parti politique, l'UMP, qui est à l'origine de la loi HPST (hôpital patients, santé et territoires), cette loi qui a tout fait pour limiter les pouvoirs des élus dans les décisions concernant les hôpitaux et créer des conseils de surveillance, à la place des conseils d'administration des hôpitaux, le changement d'appellation témoignant bien de la diminution des pouvoirs (qui étaient déjà fort limités).

Schizophrène, c'est aussi la position de la députée UMP B. Poletti, qui a défendu à l'assemblée nationale la création des "maisons de naissance", une création qui poserait des questions importantes de sécurité, et condamné l'existence de la maternité de Rethel, fermé au nom de la sécurité, alors qu'elle permettait des accouchements médicalisés ! "Il manquait un pédiatre sur place à Rethel", nous a prétexté l'Agence Régionale de Santé pour fermer cette maternité, approuvée en cela par la députée de la circonscription. Il n'y aurait aucun médecin dans ces maisons de santé !

Pour en revenir au projet de maison de retraite de Vouziers, l'abandon par l'état de ses responsabilités aux conseils généraux en ce qui concerne les personnes âgées est un scandale, d'autant plus que dans le même temps, le gouvernement a décidé de réduire les recettes des départements en supprimant la taxe professionnelle ! Cela aussi, C. Noiret semble l'avoir oublié, préférant rejeter la responsabilité des retards sur le président du conseil de surveillance, qui n'a aucun pouvoir ! Triste politique politicienne que celle pratiquée par cette conseillère municipale de droite !
Les budgets "santé" et "personnes âgées" de l'Etat devraient être élargis pour assurer la modernisation immobilière indispensable, selon un plan pluriannuel d'investissement. Autant le fonctionnement des hôpitaux répond aux objectifs de la sécurité sociale, autant les constructions hospitalières répondent bien à la vocation d'être des impôts : financer des équipements collectifs !
Quand aux équipements lourds, l'emprunt auprès de la caisse des Dépôts à taux zéro, éviterait l'enrichissement des banques sur le dos des assurés sociaux.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 21:27

J'ai attendu quelques jours avant de publier cette lettre adressée au Président de la Région, espèrant pouvoir vous communiquer quelques éléments. Hélas, je n'en sais pas plus.

Monsieur le Président,
La presse vient d'annoncer la reprise de l'entreprise Oxame à Revin, avec le concours d'aides financières des collectivités, dont la région. Cette reprise laisse sur le carreau 19 salariés.
Ces salariés sont ballotés depuis qu'Idéal Standart s'est débarrassé du secteur « fonte » de son entreprise de Revin dans des conditions dont l'épisode actuel montre bien à quel point elles étaient précaires, dans un contexte pré électoral où un certain conseiller de N. Sarkozy s'était impliqué, sans vision plus lointaine que celle des élections !
Aussi il me paraît particulièrement important de faire connaître les assurances que vous avez eu sur la pérennité de cette reprise pour avoir engagé le conseil régional. Quelles conditions ont été posées à cette aide, permettant de garantir la sécurité des emplois des salariés repris ?
La démocratie a tout à gagner à cette clarté.
D'autant plus qu'à la suite de la reprise d'Enia par Techsom, des questions sont apparues : les salariés licenciés vont bénéficier d'un abondement sur les stocks, versée en quatre fois, par le repreneur, soit, en langage décodé, d'une prime supralégale financée par le repreneur, aidé en cela par l'argent public des collectivités (dont la région).
Certes, on ne peut que se réjouir pour les bénéficiaires, d'autant plus qu'ils sont particulièrement les victimes de la crise économique.
Mais pourquoi eux et pas d'autres ? Parce que les autres sont nombreux, trop nombreux pour les finances régionales, dont ce n'est d'ailleurs pas la vocation.
Mais pourquoi Enia et pas les licenciés de Raguet ou de la Seroma ou d'Oxame pour ne citer que des exemples récents dans les Ardennes ?
La confusion engendrée par cette décision de Techsom pose une question : le président du conseil régional était il au courant, voir aurait il facilité cet arrangement, créant un dangereux précédent ?
Voici toutes les raisons que me porte à dire que l'information la plus complète doit être faite sur les conditions de l'aide du conseil régional au repreneur d'Oxame, aide qui n'a d'ailleurs pas encore été approuvée par les élus.
Bien à toi

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 20:05

arton5191-cc626J'ai trop discuté ce matin dans la manif, pour sortir mon appareil photo : alors je viens de trouver cette photo de la manif parisienne : il n'y a pas que dans les Ardennes qu'il pleut !!!

La situation dramatique de l'emploi dans le département confirme bien l'inepsie de la réforme des retraites : l'âge de la retraite va être repoussé pour voler les meilleures années de leur retraite à certains pendant que trop sont à la recherche d'un emploi !

Et la casse de l'industrie dans notre département, pour leurs profits - la casse des retraites, c'est aussi pour leurs profits - prend une nouvelle ampleur ces jours ci.

Dernière nouvelle en date : la fermeture progressive du site de Delphi à Donchery tandis que le site Delphi d’Ostrow en Pologne tourne à plein. 300 licenciements en perspective, 300 familles dans la m. sans parler des conséquences dans les entreprises qui travaillent en relation avec Delphi !

Oxame à Revin a été le théâtre d'un nouveau coup d'éclat du liquidateur trop connu dans notre département, qui n'a même pas le courage de traiter avec décence les salariés licenciés.

La Seroma à Bogny sur Meuse est liquidée malgré un plan de reprise sérieux, mais le repreneur voulait le beurre et l'argent du beurre !

La lutte et le débat pour une autre réforme des retraites, la lutte et le débat pour une autre politique économique,  visant à la satisfaction des besoins et non à celle des profits ne fait que commencer.

Malgré la pluie, la détermination était entière dans la manifestation de ce matin, avec l'intention de donner des prolongements.

Près de 2000 Revinois ont déjà signé la carte pétition, éditée à l'initiative des communistes de Revin, demandant à la direction internationale d'Electrolux d'assurer l'avenir du site de l'entreprise. Pour retrouver mon article sur ce sujet, cliquez ici.

Les ouvriers licenciés de Raguet à Bogny sur Meuse, lancent un appel, à retrouver en cliquant ici.

Le gouvernement croit en avoir fini en ayant fait voter sa loi pour les retraites,

mais la lutte ne fait que commencer !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 21:25

orLes caisses sont vides ? Et pourtant, les députés sont appelés à voter le 4 novembre un budget de la Défense de plus de 31 Milliards d'euros (hors pensions).
Ce budget prépare les guerres au lieu de promouvoir la Paix.
Dans ce budget figure une baisse significative des effectifs humains au profit des crédits d'équipements. Pourquoi ? Quelles sont les cibles du nouveau missile nucléaire M51, du nouveau sous-marin nucléaire lanceur d'engins, des avions Rafale, etc ?
Ce budget continue de tricher avec la réalité des opérations extérieures qui sont supportées par la 'réserve de précaution interministérielle'. Comment accepter une telle opacité ?
 Alors que tout le monde s'accorde sur le danger que font courir les armes nucléaires à la planète, que les Etats se sont engagés à œuvrer à leur élimination, que de nouvelles opportunités se dessinent pour abolir l'arme atomique, comment justifier que ce budget leur consacre 10 millions d'euros par jour ?
Dépenser plus pour les armes et moins pour les besoins vitaux des femmes et des hommes n'apporte ni la paix, ni la sécurité. Au contraire, à force de préparer la guerre, on finit par la faire. C'est le cas en Afghanistan, où l'on dépense 10 fois plus pour les opérations militaires que pour la reconstruction. Quelles autres guerres prépare ce budget militaire ?

C'est sur cette critique que le Mouvement de la paix a lancé une cyberpétition : en allant cliquer ici, vous pourrez adresser, comme je viens de le faire, un courrier aux casseurs ardennais des retraites (les Poletti, Warsmann, Huré et Laménie) leur demandant de ne pas voter ce budget de la défense. Feront ils mieux avec le budget qu'avec les retraites ?

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 17:37

arton5123Arrogant et autoritaire, telle est la réalité du pouvoir de Nicolas Sarkozy. Méprisant les attentes populaires, ce pouvoir a un seul objectif  : répondre aux exigences des puissances de l’argent. La société qu’il nous construit avec l’UMP, c’est celle de la soumission aux marchés fi nanciers. Cette société-là, nous n’en voulons pas !

Les Ardennais, comme les 70% des Français qui condamnent cette politique et peut être plus encore du fait de la situation économique dramatique de notre département ont montré leur détermination à lutter contre cette politique.

Ensemble, nous sommes des millions à rejeter la société ultralibérale, modelée par Sarkozy et sa majorité : une société autoritaire et antisociale, aux ordres du MEDEF et des marchés financiers. Et c’est d’autant plus intolérable que des centaines de milliards d’euros de fonds publics ont été dépensés sans contrepartie, depuis le début de la crise financière, pour sauver les banques et les dividendes.
« De vraies retraites et de vrais emplois pour toutes et tous ! » Nous sommes des millions à avoir pleinement conscience qu'il faut dès maintenant s'attaquer aux inégalités sociales, de carrière, d'emplois et de salaires, et à la précarité qui fragilisent de plus en plus d'entre nous, femmes et jeunes travailleurs en premier lieu.
Les parlementaires communistes se sont opposés avec détermination au projet Sarkozy-Woerth. Ils défendent une autre logique de financement des retraites qui pérennise le système solidaire des retraites par répartition, la retraite à 60 ans à taux plein : mettre à contribution le capital, développer l’emploi et les salaires, base du financement du système par répartition,  moduler le taux de la cotisation sociale patronale, avec une sorte de bonus-malus pour favoriser l’essor de l'emploi, des qualifications et des salaires, en mettant fin aux exonérations de cotisations patronales.

La détermination est grande de voir enfin la gauche mettre en oeuvre une véritable rupture avec les logiques libérales que prônent le Medef, la Commission européenne ou bien encore le FMI...

Contribuer à construire cette alternative pour répondre au besoin de notre peuple, c’est l’ambition que porte le Parti Communiste avec le Front de Gauche.

Ce travail est beaucoup trop sérieux pour le laisser à d'autres !

 C'est à vous, à nous ensemble, de dire : « Voilà ce que la gauche devra faire :

la gauche, c'est la retraite à 60 ans, à taux plein ;

la gauche, c'est la création d’un pole public bancaire et financier pour une utilisation des profits, des fonds publics et du crédit qui servent à développer les humains et non la spéculation ;

la gauche, c'est l’interdiction des licenciements et la sécurisation de l’emploi et de la formation ;

la gauche, c'est l'augmentation des salaires et pas celle des dividendes ; 

la gauche c’est l’abrogation de toutes les réformes sécuritaires, liberticides promulguées par Besson et Hortefeux, la gauche c’est donner la parole et des pouvoirs aux citoyens dans l’entreprise, dans la cité,

la gauche, c’est l’attachement à la commune, au département, à la région, à leur liberté d’action et de coopération, à leurs services publics locaux,

la gauche c’est une autre politique européenne et une union refondée,

la gauche, c'est remettre l'humain et l'avenir de la planète au coeur de la société.adhesion
C’est le sens du programme populaire et partagé que le Parti communiste français et les forces du Front de Gauche entendent construire, au coeur des mobilisations, au coeur d’une union populaire pour satisfaire les besoins humains en prenant l’argent là où il est !

Contre le pacte de l'argent qu'ils ont scellé en 2007 au Fouquet's, le temps est venu de construire, ensemble, un pacte d'union populaire !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article