Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 22:33

Ils, c'est évidemment la droite !

Et je me souviendrais longtemps de B. Huré répondant lors de l'émission "la voie est libre" à la question du contrôle nécessaire des aides publiques aux entreprises, d'un ton très condescendant, qu'il existe un contrôle de légalité.

C'est effectivement plus simple de faire passer l'autre pour un imbécile que d'argumenter vraiment, à moins peut être qu'il n'ignore que tout ce qui est légal n'est pas forcément utile à la société, qu'une aide légale à une entreprise n'est pas forcément une aide bénéfique. Et par exemple, le bouclier fiscal est légal, puisque les parlementaires UMP, à la solde du patronat, en ont décidé ainsi. Dire qu'il permet une meilleure répartition des richesses en France, un objectif pourtant hautement souhaitable si l'on met l'Humain d'abord, est une toute autre question !

Mais ils, c'est aussi apparemment les socialistes !

Vous savez, ceux qui appartiennent à un parti qui ne sait pas dire clairement s'ils veulent de la retraite à 60 ans ou à 65 ou à 68, car ils ont peur, peur sans doute que le ciel leur tombe sur la tête s'ils touchent à un cheveu des capitalistes.

Alors, pour ne pas parler des questions de fonds, les candidats socialistes de la Vallée ont décidé de traiter les candidats du Front de Gauche et du PCF par le mépris, avec peut être même un zeste de citron, une petite pointe acide de supériorité masculine envers des candidats du Front de Gauche qui sont des candidates !

Il me semblait que dans un pays gouverné par une droite dure, dans un département où les potentats locaux relaient très majoritairement la politique d'austérité au service quasi exclusif des actionnaires du CAC 40, la campagne électorale pouvait se dispenser de toute attaque entre candidats de gauche.

Mais que le conseiller général sortant de Monthermé puisse mettre tous les autres candidats dans le même sac est insupportable.

Ils méprisent, car eux, ils savent : ils savent quoi au juste ? Ils ne se font que les perroquets du brouillage médiatique qui permet de mettre les profits avant l'Humain en faisant croire qu'il faut s'accomoder de cette situation, faire des concessions,

Ce mépris, s'il ne concernait que Josiane Rambourg, la candidate du PCF sur le canton de Nouzonville, et moi même, ne serait pas grave. C'est malheureusement le signe de ce qu'ils pensent d'une grande partie de leurs concitoyens alors que ce ne sont pas quelques élus initiés qui changeront le cours des choses, mais que c'est tous ensemble, en faisant appel à l'intelligence collective, qui nous pourrons aller vers une société plus juste, plus sociale, plus respectueuse des hommes et de l'environnement.

Et je dois dire que, autant me rerouver dans le même sac que le candidat d'extrème droite, m'a profondément mise en colère, autant être accusée de ne savoir dire que des yaka et faucon m'a plutôt amusée, mais ils confondent agir et faire allégeance à l'idéologie capitaliste.

Et je terminerai juste par un exemple : je ne passe pas mon temps à me féliciter de la mise en place du réseau public régional de formation professionnelle en Champagne Ardenne, car je sais qu'il y a encore bien des choses à faire pour que cela réponde complètement aux besoins mais je vais quand même vous dire :

- à mon initiative, en créant cela, on n'a pas trompé l'opinion,  comme dans des régions où les élus  socialistes en charge de la formation professionnelle ont lancé sous l'appellation service public régional de formation, quelque chose qui est tout sauf un service public au sens où on l'entend en France (car la législation européenne ne permet pas la création d'un vrai service public de formation)

- je n'ai pas non plus voulu faire de concessions et le résultat, encore bien imparfait, est quand même beaucoup plus satisfaisant que dans d'autres régions où les socialistes ont eu tellement peur, qu'ils ont limité leur service public régional de formation (qui n'est pas un vrai service public) à des publics sans aucune qualification parce qu'ils avaient peur de se faire taper sur les doigts par le gouvernement. Résultat, dans ces régions, quelqu'un qui a déjà un CAP ne peut pas utiliser ce service public régional pour se reconvertir dans une autre branche.

Sans parler de la "philosophie de la chose" : ils sont dans la charité qui divise les plus en difficulté des un peu moins en difficulté, là où il faut être, comme en Champagne Ardenne, dans le droit à la formation pour tous, qui rassemble.

Mais je ne sais dire que des yaka !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 20:08

Changer de ministre de l'intérieur à cause des évènements de Tunisie, d'Egypte, de Libye !

Ce président de la république nous aura tout fait voir ! A l'écouter, il faut aider les peuples africains, non pour eux mêmes, mais pour éviter un flot d'immigrés et il confirme cette crainte d'une immigration massive en plaçant au ministère de l'intérieur son fidèle serviteur !

Et le ton du reste du discours a de sérieux relents de colonialisme : pas de référence aux choix de ces peuples, mais l'annonce d'une assistance très paternaliste : ont ils besoin de la France pour former leurs jeunes ? Alors que précisément, une des raisons de ces évènements, c'est le nombre de jeunes ayant fait des études et ne supportant plus ces régimes dictatoriaux. Ont ils besoin que la France aille à nouveau leur piquer leurs richesses ? Je n'ai pas entendu le mot coopération !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 15:18

cantonaleAprès le soutien de René Visse (à lire en cliquant ici), voici d'autres soutiens à la candidature de Claude Choquet et de moi-même aux élections cantonales :

- de Gérard Baudoin, ancien maire de Bogny sur Meuse, conseiller municipal de 1977 à 2008, syndicaliste de la métallurgie  : Candidat du Parti des Travailleurs en 2004, je voterai et je vous appelle à voter sur les candidatures de Michèle Leflon et Claude Choquet engagé(e)s avec les travailleurs en lutte licenciés de chez Raguet, comme hier avec celles et ceux de Lenoir et Mernier – LCAB, contre la casse industrielle et sociale du canton de Monthermé et du département des Ardennes.

- d'Ecologie Solidarité : Côte à côte dans toutes les luttes sociales, exprimant sans aucune ambiguïté les valeurs d’une vraie Gauche combattive , pugnace refusant tout compromis avec la Droite au service de Sarkozy et de son gouvernement, le groupe « Ecologie-solidarité » et les Alternatifs « Rouge et vert » apportent leur soutien total à la candidature de Michèle Leflon et de son suppléant Claude Choquet. Ils militent activement ,comme nous, en faveur d’un rassemblement offensif et constructif à Gauche, d’une société véritablement démocratique à la fois plus solidaire, plus équitable et respectueuse de la planète.

- de Boris Renollet, militant du NPA : Je soutiens à titre individuel la candidature de Michèle Leflon et Claude Choquet, car ils s'inscrivent dans le prolongement de l'action de René Visse, d'Anita Bogovic et de Jules Fuzelier, pour la défense des droits des travailleurs, la paix et la justice sociale.

- Le bureau des associations ouvrières Lenoir et Mernier-LCAB, Raguet et Artis, laissant chaque adhérent libre de ses choix politiques, considèrent que la candidature de Michèle Leflon et Claude Choquet correspond le mieux à la défense des travailleurs et chômeurs et au développement de l’emploi dans notre canton.

Nous ont également exprimé leur soutien :

- Jean Claude BAUER, maire de Deville

- Anita BOGOVIC, Karine LAURENT, conseillères municipales de Bogny sur Meuse

- Bernard OTJACQUES, conseiller municipal de Bogny sur Meuse, président de l'amicale des pêcheurs

- Bernard DELHAYE, conseiller municipal de Monthermé

- Mireille RENOLLET, ancienne adjointe à la mairie de Bogny sur Meuse, responsable secteur adulte-Famille du centre social.

- Phillipe MAIRE, syndicaliste

- Alain CHOQUET, administrateur de SCOP

- Norbert MALICET, secrétaire de l'UL CGT du canton de Monthermé

- Ghislain PAYON, Trésorier de l'UL CFDT du canton de Monthermé

- Christian MARRY, syndicaliste enseignant

- Xavier MEDEAU, avocat

- Robert PONCELET, Responsable du club de Pétanque "Le Cochonnet Baraquin"

- Roger LEMPEREUR, dirigeant d'associations de Deville

- Jean Pol BOIS, cinéaste amateur, naturaliste

- Claudette MORAINE, syndicaliste, altermondialiste, ex membre du NPA

- Richard TOKER, unitaire du NPA.

- Jean Claude REMY

- Jean VILLIERE, militant du PCF ...

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 12:06

cantonaleHier matin, atelier d'écriture du programme à Deville.

Demain, ce sera Hautes Rivières (18h30 à la mairie) et mardi 1er mars, Thilay (18h30 salle Jean Soleil). N'hésitez pas à venir !

Transports (transports scolaires, mais aussi importance de redonner toute sa place au fret ferroviaire ou inquiétude devant la sous traitance faite par VNF pour rénover les barrages), personnes âgées (avec l'impossibilité pour nombre de personnes âgées d'aller en maison de retraite, faute de ressources et l'inquiétude devant les annonces du président de la république de recourir aux assurances privées pour financer la "dépendance") ont été à l'ordre du jour de la rencontre à Deville.

Mais c'est surtout sur l'économie que le débat a porté :

- la banalisation du chômage partiel : Collignon chôme toujours à haute dose et plus personne n'en parle

- le scandale du consensus des élus UMP et PS des Ardennes sur la nécessité de la réindustrialisation du département, ce qui leur évite de s'en prendre aux vrais responsables ni de réclamer de vraies mesures comme une loi anti délocalisation, une politique bancaire tournée vers l'emploi et non vers les profits financiers.

- l'importance de droits nouveaux pour les salariés pour leur permettre d'intervenir dans la gestion de leur entreprise.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:03

Au nom de la crise, des délocalisations, il faudrait faire des cadeaux aux capitalistes ? Ce n'est pas cela qui améliorera la vie dans les Ardennes, mais cela favorise c'est sur les baisses de salaires, l'aggravation des condtions de travail, la précarité, bref, le mal vivre.

Voici la déclaration de la fédération du PCF des Ardennes :

usineL’annonce brutale de la liquidation de l’entreprise Porcher (IDEAL STANDART) à Revin est révélatrice, à plus d’un titre, des méthodes des patrons voyous. Elle confirme tout d’abord le manque de scrupule du patronat mondialisé qui n’hésite pas à faire le choix de la rentabilité financière en délocalisant sa production au détriment d’un bassin d’emploi et de sa population. Mais la situation fait également se révéler les surprenantes propositions de certains élus socialistes. Ainsi, le député maire de Revin et le conseiller général de Monthermé réclament, en cœur, le prolongement du dispositif d’exonérations de charges pour les entreprises (amendement zone franche de l’UMP J.L WARSMANN). En place depuis 2007, ce système n’a pour l’instant pas montré son efficacité. Il est surtout utilisé par des entrepreneurs qui sont plus à la recherche d’un effet d’aubaine financier que d’une véritable réindustrialisation des Ardennes.
Par ailleurs, il existe, depuis de nombreuses années, toute une série de plans pour le sauvetage de notre département qui ont tous été dévoilés à grands renforts de tapages médiatiques à la suite d’un désastre économique ou industriel. On peut citer, entre autre, le plan spécial de Nicolas SARKOZY de 1995, le contrat de développement économique 2007-2013, la mission ARCELOR ou le plan de relance du gouvernement lancé en 2009. Tous ces dispositifs, au regard de la dégradation constante de notre industrie depuis plus de quinze ans, ont tous montré leur inefficacité. D’autant qu’il n’existe aucun mécanisme de contrôle de l’utilisation de l’argent public au profit de l’emploi.
La véritable question pour les Ardennes demeure donc bien de mettre un terme à la casse industrielle et d’envisager quelles mutations sont possibles pour l’industrie ardennaise. Parallèlement il faut développer les formations à débouchés industriels dans les lycées. Nombre d’entreprises locales comme PORCHER, ELECTROLUX ou DELPHI sont viables, il s’agit d’en empêcher la fermeture et le transfère de la production sous d’autres cieux. La tenue d’assises départementales de l’industrialisation, ouvertes à tous les partenaires sociaux, permettrait d’engager la réflexion sur nos atouts et nos besoins.
C’est bien la qu’intervient la bataille politique. Les députés communistes ont déposé, depuis plusieurs années, des propositions de loi pour lutter contre les délocalisations. La dernière date de 2007 et elle précise  « les licenciements boursiers par les entreprises prospères doivent être proscrits ». Sauf que l’UMP, majoritaire au parlement, a rejeté le texte du PCF, démarche qui s’inscrit d’ailleurs dans la lignée de la casse sociale engagée par le gouvernement ces dernières années. Alors, quelle sincérité peut-on accorder aux élus de droite comme B. HURE ou B. POLETTI qui, avec un aplomb inégalable et choquant, défilaient à Revin aux côtés des salariés de chez PORCHER qui voient leur destin brisé par le chômage ? Concernant le PS, cette lutte nécessaire contre les délocalisations on n’en retrouve aucune trace dans leurs propositions.
Il est vital, pour la survie de notre département, qu’un changement de politique nationale intervienne rapidement et que soit mise en œuvre une véritable gestion de réindustrialisation et d’actions contre les délocalisations.

La véritable question reste la lutte contre les délocalisations, pas le prolongement de la zone franche !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 07:36

Un procès à charge pour les accusés et un jugement particulièrement sévère pour les manifestants du 28 octobre à Charleville Mézières ont évidemment entraîné des réactions : voici celle de la Fédération du PCF que je partage totalement :

La condamnation, à des peines de prison, qui vient de frapper les huit manifestants accusés de dégradations contre la vitrine de l’UMP est une nouvelle provocation. Après le passage en force de la casse des retraites, c’est aujourd’hui la brutalité d’une sanction avec un message évident « à l’avenir ne contestez plus la politique du pouvoir ». Au lieu de chercher l’apaisement, la juge vient de montrer qu’elle ne tenait aucun compte du contexte des événements et s’est prêtée à la manœuvre du gouvernement, de criminaliser l’action revendicative.
Il était pourtant évident, qu’après plusieurs manifestations sans incident, ce jour du 28 octobre seule la présence des forces de l’ordre harnachées, pour protéger un bâtiment privé de l’UMP, avait provoqué la colère des manifestants et les dégradations qui ont suivies.
Le procès nous aura également confirmé que la police filmait les manifestations. S’agissant d’un rassemblement autorisé, à quelle utilisation sont destinées les images des milliers de personnes présentes ? S’agit-il d’un fichage politique des manifestants ? Le préfet des Ardennes a le devoir de s’expliquer sur ces dérives sécuritaires.
Loin de nous détourner de la contestation de la politique de casse sociale et économique du pouvoir, les sanctions prononcées nous renforcent dans notre mobilisation.

Nous continuons à soutenir les huit inculpés, la droite et le patronat doivent savoir qu’ils n’ont pas gagnés, les inculpés ne sont pas seuls.

Que compte gagner le gouvernement à criminaliser l'action syndicale ? Je me suis déjà fait plusieurs fois l'écho des revendications et des actions des infirmiers anesthésistes sur ce blog et en particulier de leur manifestation du 1er octobre. Le gouvernement a choisi maintenant de s'en prendre à la tête du mouvement, puisque les membres de la délégation qui avait été reçu au ministère sont à tour de rôle convoqués par la police suite à une plainte du ministère de la santé pour dégradations. Quelles dégradations ?

Le gouvernement et l'UMP serait il maintenant dans un délire de persécution ?

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:02

Cette journée, à l'agenda un peu trop chargé, a finalement débuté dans le calme : la pluie glaciale du matin a ralenti mes ardeurs pour aller distribuer des tracts à Thilay : tant pis pour moi s'il fait le même temps samedi : il faudra bien y aller ! Du coup, courrier, lecture des mails en retard, article sur le blog, maquette de tract ...

13 h : je me dirige vers le tribunal pour soutenir les manifestants du 28 octobre, indument convoqués devant cette juridiction. Au fil des minutes, l'esplanade du palais de justice se remplit. On discute, des cantonales, de l'hôpital, de l'action prévue le 2 avril en direction de l'ARS, de la poste ...et j'en passe.

Je dois abréger les dernières discussions, car il faut que je participe au bureau de la conférence de santé Marne Ardennes : cela tombe bien car c'est à Charleville. Je n'y passerai pas beaucoup de temps, mais juste assez pour donner un petit coup de pouce à un bureau bien décidé à rentrer dans le vif du sujet et à ne pas se laisser cantonner à la réunionite inefficace que semble vouloir l'ARS : il n'est pas prévu une réunion de la conférence de santé avant que la commission régionale de la santé et de l'autonomie ne rende son avis sur le plan régional de santé : une consultation écrite va donc être organisée.

Retour devant le palais de justice pour prendre des nouvelles : cela s'annonce très long. Dommage, je ne resterai pas jusqu'à la fin : j'ai une rencontre prévue à Chalons avec le SNUEP FSU pour discuter du Contrat de plan régional de développement des formations : une discussion fort intéressante pour préciser les arguments face à l'idéologie libérale qui envahit les lycées, transforme la formation en une simple préparation à l'emploi, la marchandise. Beaucoup de choses partagées, de la dégradation des conditions d'enseignement à l'école primaire, facteur d'échec scolaire (ce que le rectorat ne veut absolument pas faire appaître dans le diagnostic de la situation actuelle, pour préparer le contrat de plan) au scandale du chantage fait par le gouvernement sur l'apprentissage, la nécessité d'une allocation d'autonomie des jeunes pour libérer le choix des jeunes (lycées ou apprentissage) des contraintes financières, l'intérêt d'une scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans, revendiquée par la FSU et dans le programme du PCF...



Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 12:16

La presse locale se fait l'écho de parents désemparés par le nouveau réglement des crèches de Charleville Mézières limitant l'accès aux enfants habitant la commune. Et le problème va bien au delà des exemples donnés.

Mais quels sont les responsables de cette situation ?

Un crèche, cela coute à la collectivité. Et quelle collectivité : celle qui la porte, à savoir en l'occurence la ville de Charleville Mézières et il est donc tout à fait légitime que le conseil municipal ait décidé d'en limiter l'accès à ceux qui paient des impôts dans cette commune.

Mais l'aspiration des parents, venant travailler à Charleville Mézières sans y habiter, à y trouver une crèche pour leurs enfants, est également tout à fait légitime.

Il y a des solutions dans deux directions :

- une prise en charge des crèches non par la ville mais par la communauté d'agglomération : or des maires comme ceilui de Prix les Mézières, A. Beaufey, ont refusé que Coeur d'Ardennes ait une compétence sociale, des maires comme celui de Warcq refusent l'idée même de Coeur d'Ardennes : ce sont eux les véritables responsables de cette situation !

- une aide du Conseil Général : la petite enfance est une compétence du conseil général et certains se sont engagés dans une véritable politique de crèches. C'est le dernier des soucis du président UMP du Conseil Général des Ardennes. Pensez y en cette période d'élections cantonales.

Les véritables responsables, ce sont des maires comme celui de Prix les Mézières,

et les conseillers généraux de la majorité UMP.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 09:28

Le candidat du PCF dans le canton de Rethel est Roger Dizy, vous savez, celui qui s'est occoupé de faire signer des pétitions pour un référendum contre la privatisation de la Poste, celui qui s'est mobilisé contre la fermeture de la maternité de Rethel, bref, celui qui est de toutes les mobiliations sur le Rethélois.

Allez donc voir son blog en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 21:41

Ils ont voulu interdire cette vidéo : la voici qui circule, qui s'affiche sur les blogs !  Ceux qui ont été cueillis au petit matin comme des criminels comme des criminels après des incidents devant la permanence de l'UMP lors de la manifestation du 28 octobre doivent être reconnus non coupables lors de leur convocation au tribunal jeudi. Cette vidéo montre bien comment les flics ont lancé leurs bombes lacrymogènes, alors que rien ne les menaçait !

Venez nombreux soutenir des innocents !



Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article