Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 09:42

480 Japon-Ishinomaki-20110314Le Japon a été victime d'un des plus grands tremblements de terre de son histoire suivi d'un tsunami avec des conséquences environnementales majeures. Il n'y a pas de mots pour décrire la souffrance de ce peuple, pas de mot non plus pour leut témoigner notre solidarité.

Elle est nécessaire, elle est urgente. Comme l'a indiqué Julien Lauprêtre, président du Secours Populaire Français dans son interview à France Inter que vous pouvez voir ci-dessous, ce n'est pas parce que le Japon est un pays riche que la solidarité ne doit pas s'exercer : il y a beaucoup de pauvres dans les pays riches.

Très concrètement vous pouvez aider en versant au Secours Populaire : en allant sur son site (cliquez ici), vous pourrez verser en ligne



Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 01:35

estamforCette commune à quelques pas de la Belgique concentre une bonne part des plus grosses fortunes du département et la misère la plus noire, des chômeurs coincés loin de tout, avec des transports en commun quasiment inexistants.

Ce sont aussi des entreprises métallurgiques de pointe et des conditions de travail du XIXème siècle, des conditions sociales surtout, dans des boutiques où le droit syndical est bafoué de longue date.

A chaque fois que j'ai été à Hautes Rivières dans les dernières semaines, j'ai eu l'occasion de rencontrer des salariés licenciés et repris en interim dans la boite qui les avait licenciés. C'est dire qu'il ne s'agit pas de cas isolés, mais on en parle aussi à Thilay. Et Forgex à Monthermé, qui a repris Raguet et licencié tous ceux qui refusaient des baisses de salaires, use et abuse aussi de l'interim ! hautesrivieres

Mais les salariés relèvent la tête, comme chez Stevenin Nollevaux récemment.

Car l'avenir n'est pas au fatalisme, à la résignation : le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais au contraire, la crise sociale, économique, environnementale montre chaque jour davantage les limites, les contradictions d'un système économique qui se donne comme but suprème d'augmenter les taux de profits.

Augmenter les profits, sans écouter les femmes et les hommes : ceci ne peut avoir qu'un temps : les révolutions tunisiennes et égyptiennes ont montré comment l'élévation du niveau d'études des jeunes conduisait à une exigence démocratique et si les libertés sont moins bafouées en France, pays de longue tradition démocratique, qu'elles ne l'étaient dans ces pays, le droit d'intervention des salariés dans la gestion des entreprises reste à construire : c'est vital pour sortir de la crise économique, sociale et environnementale.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:08

achassaigneComme l'a indiqué André Chassaigne, député communiste du Puy de Dome, à l'assemblée nationale mardi 15 mars, "de nombreuses voix se sont élevées pour rappeler que la psychiatrie française se bat depuis cinquante ans pour être reconnue comme un dispositif de soins au service des patients, et non pas comme un lieu de relégation sociale, et pour réclamer, comme a dit Marylise Lebranchu, une loi de santé, et non une loi de sûreté."

Le projet de loi débattu à l'assemblée nationale vise principalement à favoriser le recours aux soins sous contrainte, y compris pour les soins ambulatoires.

Cette vision d'une psychiatrie de controle social est à l'opposé de ce qui devrait être son but : soigner des personnes souffrant psychiquement !

Et il n'y a pas une proposition dans ce projet de loi pour faciliter le recours volontaire à un psychiâtre, pas une proposition pour diminuer la pénurie de psychiatres. Dans les Ardennes, c'est dramatique. Ceux qui restent sont pour la plupart proches de la retraite !

Je vous invite à aller lire l'intervention d'André Chassaigne en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 06:51

B. Huré, le président du Conseil Général des Ardennes, baisse les bras et fait des coupes ignobles dans le budget du département, comme la suppression de la gratuité du transport scolaire et au delà des discours lénifiants, tous les parents doivent alimenter le tiroir caisse : un demandeur d'emploi en fin de droit, ne touchant que l'ASS, se voit demander 40 € tout simplement pour que son enfant puisse aller au lycée, avec menace de huissier si cela ne vient pas assez vite !

Ses sbires, comme P. Cordier, n'osent même pas s'afficher UMP (P. Cordier est pourtant attaché du groupe UMP au conseil régional), mais ils ne lèvent pas non plus le petit doigt.

La suppression de la taxe professionnelle et son remplacement par la contribution économique territoriale tend à réduire  l'autonomie de gestion - voire à sa disparition pour les conseils régionaux - des collectivités et à une réduction de leurs recettes fiscales tout en étant injuste : de nombreux petits artisans et commerçants se plaignent des augmentations fiscales qu’ils subissent !

Les sénateurs communistes viennent donc de déposer hier une proposition de loi pour ajuster sensiblement  la base de la contribution économique territoriale en y ajoutant, en tant que base imposable, les actifs financiers figurant au bilan des entreprises assujetties, tout en proposant des mesures pour faciliter la peréquation entre collectivités riches et pauvres.

Une proposition de loi d'autant plus intéressante que la taxation des  actifs financiers peut contribuer à modifier les choix de gestion des entreprises en faveur de l'emploi et de l'investissement productif.

Vous pouvez retrouver cette proposition de loi en cliquant ici.

Pas de fatalisme : il y a de l'argent si on veut bien le chercher où il est !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:13

Promis pour ceux qui ne sont pas passionnés par les questions de formation, après cet article, je ne vous parle plus de formation au moins quelques jours !

Mais pour l'instant, je vous ai surtout parlé de formation initiale en parlant du contrat de plan régional de développement des formations.

Or, il doit y avoir dans ce contrat tout un volet sur la formation des adultes. Les services de l'Etat ont donc proposé des orientations, non dénuées d'intérêt d'ailleurs. Vendredi, j'ai même dit, plus subtiles que celles du rectorat : en effet, elles prêtent moins à discussion sur les buts recherchés. Mais sur quoi va-t-on contractualiser ?

Les questions d'illetrisme sont largement soulignées. La question de la formation des personnes en contrat aidé aussi.

Un petit rappel s'avère nécessaire. Jusqu'en 2004, la formation des salariés en contrat aidé était financé par l'Etat. Puis est venu Borloo et son plan dit de cohésion sociale. C'était la négation de la formation avec comme "philosophie" qu'il fallait avant tout mettre au travail. L'Etat a donc arrêté de financer la formation, en disant que c'était aux employeurs de le faire. Si ce n'est que les employeurs, ce sont les associations, les communes ... bref, sauf en ce qui concerne les plus grosses collectivités, des employeurs qui n'ont pas les moyens de payer de la formation. Un employeur de contrat aidé se distingue d'ailleurs par son utilisation des contrats aidés comme des salariés kleenex : l'Education Nationale.

Alors en parlant maintenant de l'importance de la formation des contrats aidés, on a l'impression que les services de l'Etat lancent une bouteille à la mer : qui va la récupérer pour payer la facture à l'intérieur ?

A mon initiative, on a bien commencé à faire de petites choses au conseil régional : le chèque formation, utilisable par les salariés en contrat aidé, une convention avec le CNFPT (le centre de formation de la fonction publique territoriale) ... mais les budgets ne sont pas extensibles et ce n'est pas parce que l'Etat ne finance plus qu'il y a davantage d'argent dans les caisses de la région.

Sur quoi va-t-on contratualiser ? L'absence de propositions concrètes est d'autant plus désagréable que l'on n'a pas de réponse non plus sur l'Ecole de la deuxième chance : depuis deux ans, des financements de l'Etat se sont ajoutés à ceux de la région et de l'Europe et de nouvelles écoles de la deuxième chance se sont ouvertes, à Sedan par exemple. La région ne demande pas grand chose : juste l'assurance de la pérennité de ces financements pendant la durée du contrat de plan. Mais pour l'instant, pas de réponse !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 21:52

espace métiers

CPRDFP et orientation ou CIO et Espaces métiers

Je ne reviens pas ici sur ce que c'est que le CPRDFP : vous avez les éléments dans mon précédent billet.

Je voudrais juste préciser certains éléments sur les questions d'orientation.

Le conseil régional développe actuellement les Espaces métiers (si vous voulez en découvrir le site internet, cliquez ici), base d'un service public d'orientation fédérateur de tous les services qui s'occupent d'orientation en région.

Le Recteur a annoncé vendredi la nécessité d'un rapprochement entre les CIO et les Espaces Métiers. Bonne nouvelle ! Comme l'a dit Patrick Tassin, président du CESER, cela devrait déjà être fait, puisque les Espaces Metiers sont là avant tout pour fédérer (je suis peut être un peu rapide dans la reprise des propos du président du CESER)

Bonne nouvelle, mais il faut que cela soit bien cadré dans le contrat de plan, car cela ne peut être en aucun cas source de tentation pour l'Education Nationale de réduire un tant soit peu les moyens mis pour l'orientation des élèves, car le système d'orientation de l'Education Nationale, c'est tout autre chose, c'est de l'éducation au choix, c'est aussi donner les mêmes informations partout en France, quelque chose de bien indispensable pour faciliter les mobilités sociales, pour éviter que les enfants ne fassent le métier des parents, parce qu'ils n'ont entendu parler de rien d'autres ...

Et le CPRDFP devra donc aussi garantir les moyens des CIO.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:41

Mais maintenant, on va entrer dans le dur !

Petit rappel : CPRDFP = contrat de plan régional de développement des formations professionnelle.

D'après la loi de novembre 2009, les régions doivent signer un tel contrat avec l'Etat avant le 1er juin (ça approche !) et cela concerne tant la formation professionnelle initiale que la formation des adultes et cela va engager l'ensemble des partenaires sociaux.

Les enjeux sont énormes, sur l'organisation de la formation, sur son amélioration, mais aussi sur la répartition des financements. Un exemple : en dehors des questions de fond sur l'intérêt ou non de développer l'apprentissage, la fermeture de sections de lycées professionnels au profit d'ouvertures de groupes dans les centres de formation d'apprentis, c'est pour l'Etat des économies de profs et pour la région des dépenses nouvelles ! Sans même parler du contrat d'objectif et de moyens (COM) à signer entre l'Etat et la Région pour l'apprentissage. Vous retrouverez sur ce sujet mon précédent article en cliquant ici.

Une étape décisive vendredi donc, avec un CCREFP, comité de coordination régional de l'emploi et de la formation, très solennel, en présence du préfet de région, du recteur et du président de la région.

Un diagnostic partagé a été approuvé et le recteur a, enfin, présenté les orientations de l'Académie (de l'Académie ou du ministre de l'Education Nationale ?!)

C'est un diagnostic partagé qui ressemble fort à un plus petit dénominateur commun : on avait effacé les phrases voulues par le Rectorat trop empreintes de l'idéologie ultralibérale et supprimé toute allusion au fait que la réflexion sur la formation professionnelle est interdépendante des parcours scolaires qui précèdent. Le Rectorat est allergique à la moindre insinuation sur la dégradation des conditions de scolarisation, la baisse de la scolarisation des deux ans à l'école maternelle par exemple. Et je n'en voudrais certainement pas à la FSU d'avoir voté contre ce diagnostic partagé, mais allégé !

Mais bref : le diagnostic partagé étant approuvé, on a pu passer à la présentation des orientations. Les partenaires sociaux ont présenté ou représenté les leurs, puis le Recteur, le président de Région (les orientations de la région, elles sont déjà publiques depuis longtemps et en cliquant ici, vous pourrez les retrouver) et enfin le Préfet.

La grande nouveauté était sans contexte les orientations du Recteur puisque le reste était déjà peu ou prou connu, même si la DIRECCTE avait adressé un nouveau document.

On peut s'interroger d'ailleurs sur un gouvernement qui propose une loi imposant un tel contrat et fait en sorte que les orientations du ministère de l'Education Nationale ne soient pas connues avant le 11 mars !!! Car il reste peu de temps pour négocier !

Des orientations du Rectorat ressortent deux graves défauts qui sont d'ailleurs structurants de l'actuelle politique de l'Education Nationale :

- une politique élitiste où, au lieu de s'occuper d'améliorer le niveau d'études de tous, on se focalise sur une élite et les orientations du Recteur insistaient sur l'internat d'excellence de Langres et les cordées de la réussite.

- une politique d'adéquation à l'emploi et il a même parlé de la nécessité de connaître les perspectives économiques à court terme, quelque chose d'assez aberrant quand on se dit que l'école doit plutôt apprendre à apprendre, apprendre à pouvoir se former tout au long de la vie, apprendre à être des citoyens, que  faire de l'adéquation à l'emploi.

Mais nous sommes restés sur notre faim dans un domaine où la contractualisation Etat Région est certainement un plus : avoir une carte pluriannuelle des sections de lycées professionnelles, quelque chose d'indispensable pour mieux gérer locaux et équipements, quelque chose d'indispensable aussi pour faire une carte des sections d'apprentissage. Le Recteur s'est contenté de parler d'un mécanisme annuel de concertation Etat Région.

On a fait un grand pas vendredi puisque l'on a un diagnostic partagé et que les orientations du Recteur sont publiques, mais il va maintenant falloir négocier !

Je n'ose penser que le Rectorat n'ait aucun projet de carte scolaire à moyen terme : aurait il peur de les faire connaître ? Ce serait dommage, car même si certaines choses doivent facher, un silence serait inconcevable pour une bonne gestion des fonds de la Région en terme d'équipements des lycées professionnels et ce serait la négation même d'un tel contrat.

Je reviendrais dans un prochain article sur les questions d'orientation et sur les orientations de la DIRRECTE.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 12:03

Les AGS n'ont toujours pas fixé de date pour une rencontre permettant de négocier les condtions de remboursement des sommes dues par les ex salariés dont les dommages et intérêts ont été revus à la baisse en appel, mais se sont exprimés dans la presse locale pour dénoncer les interventions des élus dans un contexte de campagne électorale.

Faut il rappeler que ce ne sont pas les candidats aux élections cantonales (d'autant plus que d'autres élus se sont exprimés) qui envoient les huissiers, mais que ce sont bien les AGS qui précipitent les événements en ce moment en harcelant les personnes avec les huissiers !

Et le meilleur moyen serait de précipiter le mouvement pour décider d'une réunion de négociations !

Cela a évidemment fait réagir Bernard Delhaye, le président de l'association constituée récemment : voici le communiqué :

"Sans vouloir polémiquer suite à l'article nous concernant, je rappelle que depuis Septembre 2009 nous attendons une rencontre avec Monsieur Benoît GRAILLOT afin d'étudier la situation financière de chacun des salariés concernés. Ceux-ci sont dans des situations plus que précaires. La relance fin 2010 de la part des AGS, par huissier interposé, a semé un vent de révolte parmi l'ensemble des ex salariés. La direction générale des AGS nous conseilla, suite à l'intervention de Monsieur Boris RAVIGNON, de nous rapprocher de Monsieur GRAILLOT responsable du centre d'AMIENS pour qu’une réunion ait lieu afin de trouver les mesures appropriées pour chacune des personnes concernées.
Des contacts avec nos conseils respectifs étant en cours et ne voulant en aucun cas nous substituer à ceux-ci, nous avons jugé bon de laisser ces contacts se poursuivre. Or les AGS, par l'intermédiaire de leur voie de recours, ont fait intervenir de nouveau les huissiers. Suite à cette intervention, nous avons transmis par fax à Monsieur GRAILLOT une demande de rencontre (il était impossible de le joindre par téléphone), à ce jour nous n'avons pas de réponse si ce n'est par voie de presse.
Loin de nous l’idée de faire de cette situation un enjeu pour les Cantonales, encore moins pour les Présidentielles ou les Législatives. Notre souci, comme celui des élus toutes tendances confondues, est et demeure la recherche d'un consensus qui puisse répondre à l'attente de chacun dans un souci d'apaisement des esprits."

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 09:36

rambourgDans l'imbroglio nouzonnais, fait de renoncements et de plans de carrière personnelle, ne vous trompez pas le 20 mars : allez voter pour Josiane Rambourg.

Maire adjointe de Nouzonville, cette salarié de LU est dans la continuïté de son engagement de toujours : un engagement sans concession contre le capitalisme destructeur de nos vies, un engagement concret ancien auprès des habitants de ce canton pour les aider dans les difficultés de leurs vies, toujours prête à toutes les luttes, aujourd'hui par exemple dans la casse de La Poste à Nouzonville et l'aggravation des conditions de travail des facteurs nouzonnais que l'on oblige à aller prendre leur poste à Charleville au nom d'une réorganisation qui ressemble plus à de la désorganisation.

Avec son suppléant Claude Baradel, Josiane fait évidemment les propositions que portent les candidats du Front de Gauche et du PCF que j'ai déjà développé sur ce blog.

Je voudrais profiter de cet article pour en parler d'une que je n'ai pas assez mise en valeur : la politique en matière de logement doit être revue. Présidé par le conseil général, Habitat 08 pourrait être un outil de développement du logement social et de maîtrise des loyers qui doivent rester abordables par tous.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 13:07

Les incidents de la manifestation du 28 octobre avaient été filmés par un jeune : il sera jugé le 24 mars, pour avoir diffusé sa vidéo assortie de quelques commentaires jugés injurieux. Cette vidéo, vous pouvez la retrouvez en cliquant ici. Les commentaires ont été changés, mais pas la vidéo !

La mobilisation doit être massive, le 24 mars à 14 h 30 devant le tribunal pour témoigner notre indignation et notre solidarité avec Nathanael.

J'en profite pour vous présenter cette vidéo faite par Alexis, une vidéo d'analyse du procès du 24 février des manifestants interpellés dans les suites de la manifestation.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article