Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 17:23

Il me semble particulièrement intéressant de vous faire connaître la déclaration des élus communistes et du Front de Gauche du conseil général de l'Essone à propos de ce scandale : la construction en PPP de l'hôpital d'Evry Corbeil : 

"La situation de l’Hôpital Sud-Francilien illustre jusqu’à la caricature la logique du gouvernement Sarkozy de réduction des moyens publics pour la santé et la volonté de marchandiser l’offre de soins.

Alors que la population essonnienne continue de croître, les restructurations hospitalières imposées à Dourdan-Etampes, à Orsay-Longjumeau et bien sûr à Evry-Corbeil, les fermetures de services et de sites, la réduction des urgences de nuit et de week-end, les menaces sur les maternités ou les hôpitaux gériatriques…, toutes ces mesures imposées par le gouvernement via l’Agence Régionale de Santé apparaissent comme un non-sens.

Le partenariat public/privé et la tarification à l’acte ont partout pour conséquence que les services les plus rentables sont assurés dans le secteur privé au détriment du secteur public.

Ainsi, la France est devenu un véritable laboratoire de la privatisation de l’offre de soins hospitalière : elle est le pays d’Europe où la part de l’hospitalisation privée lucrative est la plus importante avec plus d’1/3 du « marché » et jusqu’à 60% dans le secteur de la chirurgie.

Confier à un groupe comme Eiffage, en PPP, la construction de l’Hôpital Sud-Francilien révèle l’absurdité de cette logique : 8 000 malfaçons, 100 millions de surcoût, 42 millions de loyer, un directeur qui jette l’éponge… Que la Chambre Régionale des Comptes estime à 550 millions d’€ le surcoût par rapport à une maîtrise d’ouvrage publique ne peut surprendre que les faux naïfs ! Que l’on ne vienne plus nous dire que le service public coûte trop cher !

Cette situation est à la fois catastrophique pour les comptes publics, pour les personnels et pour les usagers. Car ce sont les conditions de travail et le service rendus aux patients qui se dégradent chaque jour un peu plus, pour satisfaire aux exigences d’Eiffage.

Nous nous félicitons qu’aujourd’hui plus personne n’ose défendre l’efficience du PPP. Mais dans ce cas de figure, faute avouée ne peut-être pardonnée, quand les conséquences sont si graves.

Nous soutenons pleinement les revendications des personnels hospitaliers avec leurs organisations syndicales.

Nous réitérons notre demande au Préfet d’un moratoire immédiat sur les restructurations hospitalières dans l’Essonne et nous exigeons que soit organisé dans les plus brefs délais une table ronde sur la situation spécifique de l’Hôpital Sud-Francilien."

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 15:55

Dans les Ardennes, rendez vous à 10 h devant l'Inspection d'Académie

Les syndicats enseignants,FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT et UNSA Education appellent à une journée de grève et de manifestation pour, ensemble, refuser la dégradation continue de l’École, pour ensemble, donner un avenir au système éducatif… pour la réussite de tous !

ecoleendangerLes communistes soutiennent cette journée d'action : à cause de la crise, cette crise qui est la leur, celle des capitalistes et qu'ils voudraient faire payer aux peuples, on nous dit qu’il faudrait économiser sur l’éducation. Pourtant, l’éducation est essentielle pour développer des emplois de qualité. Elle seule peut donner à nos enfants les moyens de maîtriser un monde de plus en plus complexe, et de faire librement les choix individuels et collectifs auxquels ils seront confrontés dans leur vie d’adulte. Elle est nécessaire à notre économie et à notre démocratie. Et dans une société de plus en plus divisée, elle seule peut construire une culture commune fondée sur le partage des différences et la solidarité.

Investir pour l’école, c’est agir pour favoriser la sortie de la crise ! Mais aujourd’hui, l’école française est une école inégalitaire. Les politiques menées par la droite ont fait de l’école un instrument au service de la ségrégation sociale. Il est urgent de transformer l’école ! Tous les enfants sont capables d’apprendre. L’école doit donc permettre à tous d’accéder à une culture exigeante, commune et émancipatrice. À nous de construire une école capable d’accueillir et de faire réussir tous les enfants.

A la fête de l'Humanité a été lancé un appel "Dans les quartiers, dans les villages, on veut l'école de l'égalité" Car, pour l’égalité, il faut plus d’école, pas moins ! Avant, les enfants allaient à l’école à deux ans. Maintenant, la droite ferme les classes de maternelle. Les enfants doivent attendre un ou deux ans de plus pour entrer à l’école. La maternelle, c’est pourtant un grand pas pour se préparer au CP. En plus, s’il n’y a plus de place en maternelle, il faudra payer la crèche ou la garderie jusqu’à 5 ou 6 ans ! Combien de familles pourront se le permettre ? C’est le même problème si on réduit la journée scolaire : si les enfants sortent de l’école en plein aprèsmidi, qui va les récupérer ? Alors, il faudra arrêter de travailler ? Que les femmes restent à la maison comme dans l’ancien temps ? C’est encore les familles qui ont le plus de difficultés qu’on enfonce. Cet appel, vous pouvez le retrouver en cliquant ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 12:18

240 PEAD-Affiche-2 01Avec la réduction drastique du plan d'aide au plus démunis (PEAD), l'Europe d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy confirme l'abandon de toute idée de solidarité, discrédite, une fois de plus l'idée d'une Europe construite au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour garantir la paix !

Pour en savoir plus sur les conséquences de cette décision vous pouvez aller voir sur le site du Secours Populaire en cliquant ici.

En Champagne Ardenne, le PEAD permet d’apporter une aide alimentaire à près de 15.000 personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, ce qui a même amené le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional à s'exprimer sur cette quetion comme vous pouvez le lire en cliquant ici.

Un formulaire existe sur le site du Conseil de l'Europe : utilisez le pour faire connaître votre mécontentement en cliquant ici, comme je viens de le faire. Voici ce que j'ai écrit : A Herman Van Rompuy, Monsieur le Président, Quels droits de l'homme, si les besoins élémentaires en Europe ne sont pas satisfaits ? Le Conseil européen des Ministres de l’Agriculture et de la Pêche a échoué, mardi 20 septembre, à trouver un accord pour le maintien du Programme Européen d’Aide aux plus Démunis (PEAD), et a ajourné sa décision au mois d’octobre.
La situation est extrêmement préoccupante : les denrées alimentaires sont indispensables aux associations caritatives qui, chaque année, prodiguent une aide alimentaire vitale à 13 millions d’européens.
La réduction drastique annoncée du PEAD, dont le budget chuterait de 75%, passant de 480 millions à 113 millions d’euros, provoquerait une véritable catastrophe alimentaire et sociale en Europe. Dans une période de crise majeure, où la précarité et la pauvreté n’ont de cesse de progresser, le démantèlement de ce programme sonnerait comme un  véritable sacrifice des plus démunis.
Au nom de l’idéal de solidarité sur lequel s’est fondée l’ambition européenne, je vous demande solennellement, Monsieur le Président, de sauver le PEAD, en garantissant le maintien et la pérennité de ses financements. Je compte sur votre sens des responsabilités pour protéger les millions d’Européens menacés de pénurie alimentaire.

Vite, une autre Europe est nécessaire, une autre politique de solidarité est possible, une politique qui lutte contre les inégalités et la pauvreté : c'est celle que le PCF propose avec le Front de Gauche. Pour connaître les propositions sur l'Europe du Programme Populaire Partagé en vue des élections présidentielles et législatives, cliquez ici.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 00:29

Le Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie a été réuni en urgence ce matin, à la demande du gouvernement pour donner son avis sur toute une série de textes réglementaires portés à la connaissance des membres du conseil mercredi dernier, dans des délais ne permettant pas l'étude nécessaire, en particulier sur des textes masquant derrière des questions techniques de vrais problèmes de fond ! Il semble d'ailleurs que le gouvernement, dans sa précipitation de mettre en oeuvre, en particulier la loi du 28 juillet 2011 pour le développement de l’alternance et la sécurisation des parcours professionnels, n'ait pas véritablement étudié ces textes : la représentante de la DGEFP était par exemple fort ennuyée pour expliquer pourquoi les régions n'étaient pas dans la liste des organismes pouvant avoir accès au portail de l'alternance (qui pose par ailleurs toute la question du fichage informatique) alors que l'apprentissage est une compétence des régions - mais peut être cet oubli est il volontaire !
La liste des textes étudiés est longue et je ne vous les détaillerai évidemment pas : cela va de l'opération de communication avec la transformation de la carte d'apprenti en carte d'étudiant des métiers (dont le seul avantage va être l'élargissement aux salariés en contrat de professionnalisation) et la description précise dans l'arrêté de la carte sans que l'on ne sache ce que cela pourra apporter de plus aux apprentis à des textes très mauvais pour les apprentis : la suppression du contrôle des UT des DIRRECTE sur l'enregistrement des contrats d'apprentissage et le report de la visite médicale, au prétexte d'accélérer les procédures (et en fait d'acter à la fois la RGPP et la diminution des personnels dans les inspections du travail, et les difficultés de la médecine du travail !) Il y a aussi la possibilité de faire un contrat d'apprentissage dans une agence d'intérim (quelle garantie de formation ?), la possibilité pour un jeune de faire une formation en CFA avec des périodes en entreprise, sans avoir trouver de maître d'apprentissage, bref, la possibilité de faire le travail d'un apprenti sans la paie ! Entre raison de forme et de fond, j'ai, avec d'ailleurs tous les représentants des autres régions présents, voté contre ces textes dans leur immense majorité.
Il y a un épisode surréaliste : un projet d'arrêté sur les demandes d'agrément des OPCA à faire avant le 1er septembre 2011 ! Il faut dire que toutes les organisations syndicales ont déposé un recours en conseil d'Etat.
Et des textes un peu curieux, à travers lesquels le gouvernement essaie de bricoler les mauvaises réformes qu'il a fait et le fait très mal, comme de réintroduire un peu de régulation dans le régime de l'auto entrepreunariat -ce scandale qui permet aux demandeurs d'emploi les plus en difficulté de se résoudre à créer leur emploi, sans les garanties du code du travail et du salaire en fin de mois - en favorisant la formation, ou la possibilité pour un apprenti engagé dans bac pro de raccourcir sa formation pour obtenir un diplôme de niveau V, une façon d'avouer pour le gouvernement que le bac pro en trois ans pose problème, mais le décret risque de raccourcir des formations, non pas en fonction des aspirations de l'apprenti, mais au bon vouloir de son maître d'apprnetissage ! Bref, le gouvernement bricole sur la formation et l'insertion dans l'emploi des jeunes,  pour masquer son embarras : mettre l'Humain d'abord, avant les profits, est la condition pour résoudre les problèmes de chômage des jeunes et le PCF, avec le Front de Gauche, propose de créer un statut social pour tous les jeunes permettant leur autonomie. Cela seulement permettra par exemple de faire de l'apprentissage une voie de formation choisie et non un pis aller pour gagner trois sous mais nécessite évidemment des finances au service de l'Humain et non des actionnaires !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 22:41

Pas du tout.
Et en plus, dans un ballet bien monté entre le gouvernement et JP Raffarin, ami politique des membres du gouvernement, on a largement parlé de la taxation des parcs d'animation. Le gouvernment a donné l'impression d'entendre et la nouvelle taxation des mutuelles passe quasiment sous silence.
Pourtant, le même train de mesures d'économies va ponctionner 1,1 milliard d'euros en année pleine et 100 millions d'euros dès 2011 sur les complémentaires santé, sur la maladie donc, imposant à celles-ci, soient de rembourser moins, soit d'augmeenter leurs cotisations.
La méthode est en plus particulièrement détestable car il s'agit de supprimer une exonération de charges dont bénéficiaient les complémentaires santé qui pratiquent des contrats solidaires et responsables, donc de supprimer tout désavantage pour les assurances privées qui sélectionnent leurs bénéficiaires pour n'assurer que ceux qui sont en bonne santé (ou assurer les autres, mais avec des primes d'assurance beaucoup plus élevées)

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 22:31

lyceerevin.jpgC'est demain, jour de rentrée des classes : une rentrée sous le signe de la rigueur, de la réduction du nombre d'enseignants et des gadgets pour animer le débat : cours de morale, montée au créneau de députés de droite contre les nouveaux programmes de SVT de 1ères Le nouveau chapitre des programmes «Devenir homme ou femme» n'y a pas sa place, selon eux. Contribuer à faire comprendre aus jeunes que les inégalités entre les femmes et les hommes ne sont que des constructions sociales déplaint à ces messieurs et puis cela permet de détourner l'attention des vraies réalités : les classes surchargées, les profs qui n'en peuvent plus, l'échec scolaire.

On avait eu un autre gadget l'année dernière : le lycée avec sport l'après midi. Cela a été expérimenté au lycée Bazin dans les Ardennes : on revient déjà dessus !

Je ne sais plus le chiffre exact, mais depuis les années 90, la scolarisation des enfants de deux ans a été divisée par quelque chose comme 3 dans le département alors qu'il est démontré qu'elle contribue à la lutte contre l'échec scolaire.

La politique de restriction budgétaire, au nom du déficit créé par les classes dirigeantes, plus préoccupées de la santé des marchés financiers que de celle de la société, ne peut durer.

L'école, en particulier la lutte contre l'échec scolaire, la lutte contre la reproduction des inégalités sociales à l'école nécessite des moyens mais aussi autre chose : des réformes pédagogiques profondes, une d'école qui prend comme modèle l'enfant qui n'a que l'école pour apprendre.

Comme les hôpitaux, comme tous les services publics, le gouvernement Sarkozy nous détruit l'école pour l'adapter à son but : sélectionner les enfants, pour orienter le plus vite possible la majorité d'entre eux vers des formations de stricte adapatation à l'emploi et réserver à une élite seulement la possibilité d'accéder à des savoirs complexes. Allez donc lire la tribune de Marine Roussillon dans l'Humanité de vendredi en cliquant ici.

D'ores et déjà, les syndicats enseignants appellent à une journée de grève unitaire le 27 septembre.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 15:10

Si certains doutent de l'utilité de l'action, la grève massive des salariés d'Oxame hier démontre bien le contraire.
J'avais rencontré leur délégué syndical, Christian Deschampas, la veille. Il m'avait confié ses inquiétudes pour la pérennité de l'entreprise, mais aussi la misère de ses collègues qui attendent tout simplement le paiement de leur du, du fruit de leur travail, et m'avait annoncé ce mouvement de grève.
Quelques heures de grève ont suffi pour que leur patron accepte une table ronde lundi matin. L'affaire est bien évidemment à suivre avec attention et les salariés peuvent compter sur mon soutien et en tant qu'élue régionale, je veillerai à ce que l'avance remboursable accordée par le conseil régional à cette entreprise ne serve pas à autre chose qu'au développement de l'emploi. Les déclarations contradictoires sur l'arrivée ou non des de l'avance du conseil général dans les caisses de l'entreprise interroge sur l'honneteté de la direction de l'entreprise. Le rappel à l'ordre par la mobilisation des ouvriers vendredi doit lui servir de leçon et on ne peut qu'espérer que le patron arrive lundi avec des propositions, à la fois pour financer leur du aux salariés et pour garantir l'avenir de l'entreprise.
A suivre. J'irai lundi matin à 9 h devant l'entreprise saluer les salariés.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:48

Les Sparnaciens ont été entendus : les réunions publiques, rassemblement set pétitions (plus de 4000 signatures) ont porté leurs fruits, puisque le directeur de l'Agence Régionale de la Santé a du annoncer pendant l'été que la maternité reviendrait sur le site de l'hôpital.
C'est un succès pour les militants du service public, pour tous ceux qui considèrent que la santé n'est pas une marchandise, que la naissance de nos enfants ne doit pas servir à l'enrichissement personnel de certains.
Le Directeur de l'ARS, bras armé du ministre de la santé dans la région, a du prendre acte de cette exigence de service public.
Les militants de l'hôpital public n'accepteront pas de tricherie ! Car pour l'instant seul le lieu sera public : il s'agirait d'une maternité dans le cadre d'un groupement de coopération sanitaire de statut privé. Il serait inacceptable que les charges soient pour l'hôpital public et les profits pour le privé ! Or, on sait qur la tarification à l'activité sous estime grandement les dépenses liées aux accouchements par un choix politique inadmissible : la différence entre tarif payé et charges se réduisant avec l'augmentation de la taille des maternités (du fait de l'importance des charges liés à la permanence des soins), ce choix tarifaire favorise les regroupements de maternités, la fermeture des maternités de proximité. Dans le cadre de la logique actuelle de la T2A, une maternité à Epernay ne peut être en équilibre financier et l'on imagine très vite comment un groupement de coopération sanitaire privé peut s'en sortir : externaliser ses charges sur l'hôpital en sous compensant toutes les charges assumées par celui-ci (laboratoire, anesthésie ...) pour maintenir leurs bénéfices, avec un danger majeur pour l'équilibre financier de l'hôpital et donc pour ses personnels dans tous les services : les plans de retour à l'équilibre, ce sont des suppressions de postes, sans attention pour les besoins.
Encore un effort Monsieur le Directeur de l'ARS
Ce n'est pas une apparence de maternité publique qu'il faut à Epernay ! C'est une vraie maternité publique.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 10:34

Charly nous a quitté.
Nous garderons de lui le souvenir ému d'un militant infatigable des combats ouvriers des Ardennes dans lesquels il a toujours su lier action collective et soutien individuel à ses camarades. Il était toujours là pour écouter, conseiller avec humilité, mais aussi avec une grande compétence acquise au cours de ses luttes. C'est ce qu'il avait fait au sein de l'association des anciens de Thomé Génot, mais aussi dans toutes ces activités
Il nous quitte trop tôt, emporté par l'amiante, cette maladie professionnelle qu'il a contribué à dénoncer dans notre département.
Les obsèques de Charles Rey auront lieu mardi 6 septembre à 14 h 30 à l'église de Donchery.
Que sa femme, ses enfants, toute sa famille trouve l'expression de notre sympathie.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 22:58

foire-de-chalons-en-champagne-2011C'est en mars dernier que le CESER (Conseil Economique, Social et Environnemental Régional) avait décidé du thèms du colloque qu'il organisait cette année à la foire de Chalons : « Le monde financier au service du développement économique régional ? » 

Assurément les évènements des derniers mois n'ont fait que contribuer à l'actualité du sujet ! Et la matinée fut effectivement très intéressante, même si le débat entre acteurs du monde bancaire et chefs d'entreprises ne sort guère des sentiers battus de l'idéologie libérale dominante !

Et je vais essayer de vous reprendre la teneur de l'intervention que j'y ai faite : j'ai bien entendu le débat entre le représentant du monde bancaire et le représentant des entreprises. Pour les banques, il s'agit d'apprécier le risque pris en prêtant pour limiter les non remboursements, et les entreprises se plaignent d'une mauvaise connaissance du monde économique par les banques, ne leur permettant pas d'apprécier véritablement le risque, ce qui les amène à l'exagérer et à refuser des prêts.

Mais ne faut il pas aller plus loin dans le débat ? Les banques doivent elles toujours rechercher le risque minimum ou ne faut il pas d'autres critères ? Par exemple dans l'exposé initial fait par le directeur régional de la banque de France, on a vu l'augmentation du cours des matières premières et du prix de l'énergie. Il s'agit là de tendances lourdes, très vraisemblablement durables. N'est il pas légitime de prendre plus de risque pour prêter à une entreprise qui va faire des efforts d'économies d'énergie ou de récupération de matières premières que pour une autre qui gaspille ? Il s'agit là de critères environnementaux, mais il y a aussi des critères sociaux. Ne faut il pas plus facilement prêter à une entreprise qui crée des emplois qu'à une qui  profite d'une modernisation pour réduire le nombre de ses salariés ?

Evidemment, cela nécessite sans doute de changer la gouvernance (un mot que je n'aime pas, mais bien à la mode !) des banques, pour que les élus, les organisations patronales, les organisations syndicales, puissent peser sur les choix des crédits accordés pour orienter le développement économique en fonction de critères sociaux, environnementaux et cela à tous les niveaux, y compris celui de la banque centrale européenne. Il faut en quelque sorte socialiser les banques !

J'aime bien ce terme de socialisation des banques ! La nationalisation est trop restrictive. Evidemment, il faut changer la propriété des banques mais on ne peut se contenter de nationalisations comme en 1981 qui ne changent pas en profondeur la gestion. Il est essentiel d'ajouter cet aspect capital de démocratie économique à travers des possibilités d'intervention des salariés et de réappropriation des choix économiques par les représentants du peuple. C'est tout cela qu'entendent les communistes à travers l'expression de pôle public bancaire.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article