Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 01:40

bastille1Avant de parler de cette magnifique journée d'aujourd'hui à Paris, quelques retours sur la semaine dans les Ardennes :

- j'ai déjà dit ici la scandaleuse annonce confirmant la fermeture de la filière STG du lycée de Givet : tout au plus les protestations auraient pour l'instant permis d'obtenir que les élèves de l'actuelle classe de première finissent leur scolarité au lycée Vauban : avec quels moyens ?

- Je n'ai pas parlé de mes activités de mercredi : le matin, mise en place du comité de pilotage du contrat de Sécurisation Professionnel dans les Ardennes : réunion de type grand messe qui ne fait pas beaucoup avancé les choses.bastille2

L'après midi, j'ai accompagné les anciens salariés de Raguet chez le préfet : on a peut être gagné quelque chose : la mise en place d'un dispositif expérimental d'accompagnement à la fin du CTP, mais même si cela se met vraiment en place, il y aura intérêt à la vigilance la plus extrème : il ne faut pas que cela se solde par une obligation pour ces licenciés économiques à prendre n'importe quel emploi sous payé !

Et dernière chose que je souhaitais dire sur la semaine dans les Ardennes : la satisfaction de la relaxe des inculpés de la manifestation d'octobre 2009 sur les retraites. On voit tout l'intérêt du soutien assidu qui leur a été manifesté.

Aujourd'hui, les militants du Front de Gauche reprenaient la Bastille. Plus qu'un long commentaire, vous trouverez ci-dessous ce que l'on n'a ni vu ni entendu (et pourtant, je vous jure, j'y étais et la photo ci dessus sort de mon téléphone) tellement il y avait du monde : le discours de Jean Luc Mélenchon. Et oui, un monde fou à la Bastille ce dimanche !



 


Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 01:31

photo crEn fait, il y a eu bien d'autres sujets à l'ordre du jour, comme à chaque commission permanente, mais j'ai juste choisi les deux sujets sur lesquels je suis intervenue pour mon titre !

Bien c'autres sujets et en particulier le vote d'une subvention de solidarité pour les salariés de Sodimédical, sans salaires depuis 5 mois malgré les décisions de justice.

Bien d'autres sujets et le commission permanente fut longue, période préélectorale obligeant sans doute la droite à parler pour le plaisir de polémiquer.

Mais pas sur la formation professionnelle : ils ont du sentir que le sujet était scabreux, car il n'y a pas eu une seule intervention sur les dossiers que je présentais ! J'ai presque eu envie d'une intervention après vote pour leur faire remarquer qu'à l'heure où le président de la République se targue de vouloir réformer la formation des demandeurs d'emploi, avec un référendum à la clé, eux n'avaient rien n'a dire sur ce que faisait le conseil régional. C'est vrai que si l'on suit ce que dit N. Sarkozy, si on utilise les 30 milliards d'euros consacrés chaque année à la formation en France (dont la plus grande partie est de l'argent des entreprises) pour la formation des demandeurs d'emploi, les salariés n'auront plus de formation. Il leur faudrait alors passer par la case chômage pour avoir une promotion sociale ou même pour se tenir au courant des nouveautés de leurs métiers. Ce n'est pas comme cela que nous construirons une économie innovante !

L'apprentissage : j'attendais depuis un moment cette commission permanente où serait présentée la carte des formations de l'année prochaine. Mon intervention a porté sur trois points :

- le caractère insensé du DIMA, ce dispositif qui permet à des jeunes de moins de 16 ans d'aller dans des CFA (en plus c'est une charge pour les finances du conseil régional alors que cela ne devrait relever que de l'Education Nationale)

- le fait que l'on poursuive une expérimentation de publics mixés, jeunes en apprentissage avec des jeunes de lycées. J'ai signalé que lorsque l'on discute avec des enseignants, ce mélange de jeunes de statuts divers ne pose pas de gros problème dans l'enseignement supérieur à l'université. Par contre, en lycée il y a de vrais problèmes pédagogiques liés à la diversité des publics mais aussi tout simplement en terme d'emploi du temps. L'expérimentation ne peut se poursuivre et être reconduite d'année en année sans bilan sérieux !

- la question du statut des enseignants et j'ai rappelé la nécessité de travailler à avoir des postes gagés pour que l'apprentissage public ne soit pas une multiplication d'heures supplémentaires mais puisse constituer de véritables postes pour les enseignants. Comme je l'ai indiqué, j'attends toujours une réponse du président au courrier que je lui ai adressé à ce sujet en octobre (ce courrier, voue pouvez le lire en cliquant ici. Comme certains le savent, je suis rarement pressée, mais j'aime poursuivre jusqu'au but et j'ai peu apprécié que JP Bachy me demande de répondre au responsable de la FSU l'interrogeant à ce sujet lors de la réunion publique tenue à Charleville Mézières en fin d'année par la majorité du conseil régional : j'aimerai avoir sa position à lui !!!).

Le sport : je n'avais pas du tout prévu d'intervenir sur ce sujet, mais le débat était surréaliste et c'est d'ailleurs ce que j'ai dit. Une conseillère UMP est intevenue en disant son regret qu'une jeune judokate n'ait pas été chosie pour être ambassadrice de la région : il s'agit d'un dispositif demandant à des jeunes sportifs de représenter la région en échange d'aides financières. La réponse était simple : le choix est fait avec le CROS (le comité régional olympique et sportif). Il est dommage que cette jeune fille n'est pas été choisie, il y a aussi d'autres jeunes sportifs qui mériteraient de l'être mais la décision avait été de limiter à 18 dossiers pour des questions financières. Et voilà la droite qui surenchérit pour en demander plus.

Je suis donc intervenue pour dire qu'au moment où la droite voulait une réforme des collectivités supprimant la compétence générale du conseil régional, qui lui interdirait donc de se mêler de sports, la demande de plus de dépenses dans ce domaine était surréaliste, que d'autres collectivités pouvaient aider cette jeune fille et qu'il fallait mettre en cause également la politique du gouvernement qui réduit comme peau de chagrin les aides aux clubs sportifs.

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 00:52

fdg1203 1A l'image de la VIème république qu'ils voulent construire, de la révolution citoyenne à laquelle ils appellent, avec leur candidat à l'élection présidentielle, Jean Luc Mélenchon, les militants du Front de Gauche dans les Ardennes n'ont pas attendu les consignes de Paris pour organiser un rassemblement contre celui qui essaie de ratisser sur les terres du Front National, contre la venue de Claude Guéant dans les Ardennes. Ils voulaient montrer leur détermination républicaine à combattre les dérives nauséabondes de celui qui a osé dire que « toutes les civilisations ne se valent pas ». Regrettant sans doute de ne pas avoir pris cette initiative, quelques militants socialistes s'étaient joints à ce rassemblement, accueilli par un important dispositif de forces de police qui avaient carrément bloqué la rue. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-contre, Jean Charles s'est amusé à nous prendre en photo devant ces CRS et vous pouvez reconnaître avec moi, Françoise Charlier, maire adjointe de Charleville Mézières.fdg1203 2

Sylvain Dalla Rosa s'est d'ailleurs ému des dépenses occasionnées par ce déplacement privé d'un ministre en campagne électorale et vous pouvez en cliquant ici lire le courrier qu'il a adressé au préfet.

Malgré l'absence évidente de tous ceux qui étaient retenus par leur travail, l'ambiance printannière et le plaisir de la dynamique du Front de Gauche ont permis à ce rassemblement d'être en plus un lieu de concertation sur ce que nous voulions faire dans les jours à venir, un lieu aussi où rencontrer de visu des personnes contactées par mail !

Ils sont à côté de la plaque les Guéant et Ravignon et ne font cela que pour mieux masquer la réalité de leur politique.

Et l'on apprenait dans la soirée la décision du Recteur de fermer la filière STG à Givet ! Il faut bien que B. Ravignon fasse un peu de gesticulations pour masquer la réalité à laquelle conduit la politique de son cher président. Et l'argumentation du Recteur est très inquiétante : il faut fermer la filière STG car les élèves n'ont pas le choix entre les différentes options de STG. Mais demain, les élèves de seconde n'auront pas le choix entre enseignement général et enseignement technologique : vous voyez la suite que l'on peut envisager si des personnages comme les Guéant et Ravignon restent au pouvoir !

Vive le printemps du Front de Gauche !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 11:09

J'ai clôturé l'autre jour la rencontre régionale sur l'accès à la formation des salariés en insertion organisée dans le cadre du Comité de Coordination Régionale de l'Emploi et de la Formation Professionnelle (CCREFP), conjointement par l'Etat et le Conseil Régional.

Je m'étais promis de vous donner ici les grandes lignes de cette intervention : ce sera vraiment les grandes lignes car un peu de temps a passé : c'était le 24 février et je n'avais noté que les principaux points de mon intervention !

Après avoir souligné l'intérêt des échanges de la journée, dont je remercie les participants, qui ont permis que cette journée ne soit pas uniquement la grand messe que je craignais, quand la DIRECCTE nous avait demandé de coorganiser cette journée, une grand messe pour le plaisir de la communication, mais une journée constructive, j'avais rappelé que la formation des salariés en insertion faisait l'objet de fiches actions du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) et que le Conseil Régional avait bien l'intention que ce contrat, pour l'instant surtout décision de pistes de travail en commun Etat/Région devienne réalité concrète.

Même si l'accès à des financements est compliqué par l'inadmissible ponction par l'Etat du Fond Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels et il ne serait pas concevable que les salariés en insertion soient les otages de cette ponction.

Le Conseil Régional n'a pas attendu la signature du CPRDFP pour se préoccuper de cette vaste question que ce soient des chantiers d'insertion, des associations intermédiaires ou entreprises d'insertion et j'ai traité l'ensemble sans distinction, car le principe de base de la politique que j'ai voulu impulsée au conseil régional était que les salariés en insertion, comme d'ailleurs l'ensemble des salariés en contrats aidés, étaient des salariés comme les autres.

Et, à ce titre, ils ont évidemment accès à la plate forme de formation de l'Economie Sociale et Solidaire en Champagne Ardenne. Ils ont accès aux chèques formation permettant une formation en partie à distance.

Plus spécifiquement le conseil régional contribue au financement de la plate forme régionale de formation des associations intermédiaires depuis 2006, portée par FORM'AI, comme cela a été rappelé dans la matinée.

La formation des personnes en insertion professionnelle ne supporte pas de raccourcis simplificateurs, comme un référendum !

Le conseil régional a pour but de de mettre en place une conférence des financeurs de la formation des salariés en insertion professionnelle avec l'Etat, le Conseil Régional évidemment, les conseils généraux, les OPCA, les OPACIF, Pôle Emploi, en espérant une participation du FPSPP, dans le respect des initiatives départementales sous contrôle des organisations patronales et syndicales dans le cadre du CCREFP et des réseaux de l'insertion par l'activité économique.

Car il faut arriver à une lisibilité des financements !

Mais les financements ne suffisent pas : il faut aussi de l'ingénierie, des échanges comme aujourd'hui, avec les organismes de formation aussi, car comme l'a indiqué Pierre Mandelli (NB coordonnateur du réseau sur les Ardennes), la qualité de la formation est essentielle.

Et Gilles Rousseau (représentant la CGT) a eu raison d'insister sur la nécessaire sécurisation des parcours professionnels.

Le Conseil Régional a aussi l'intention d'élaborer un contrat d'objectif et de moyens sur la formation dans le cadre des services de proximité : ce n'est pas la même chose, mais il y a des recoupements comme cela a été abordé lors de la conférence de lancement de l'élaboration de ce contrat.

Et enfin, il y a certainement intérêt à travailler les questions de mobilité : après avoir aider des associations d'aide à la mobilité des demandeurs d'emploi, le conseil régional a commencé à aider à la mise en place d'auto écoles sociales. Il pourrait être intéressant d'organiser à l'automne une journée d'étude comme celle-ci sur la mobilité.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:26

Le conseiller général de la Houillère a invité le ministre Guéant pour venir racoler sur les terres de l'extrème droite.

Les Ardennais ne laisseront pas venir le ministre aux déclarations haineuses et qui cherche à diviser le peuple sans lui montrer notre détermination républicaine à combattre celui qui a osé dire que "toutes les civilisations ne se valent pas"

Rassemblement à 11 h lundi 12 mars

devant la Poste centrale de Charleville Mézières, rue du théâtre

C'est au dessus de la Poste que siège l'ANTS : l'Agence Nationale des Titres Sécurisés, que revendique B. Ravignon, est championne de la précarité du travail : 95% des emplois sont des CDD de trois ans au maximum, mais en plus, ce sont les contribuables ardennais qui ont financé les travaux de cette agence à travers le conseil général et selon un rapport du Sénat, la raison la plus sérieuse de l'implantation de l'agence à Charleville Mézières est la faiblesse du loyer demandé par la commune de Charleville Mézières !

Les Ardennais paient pour travailler !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:17

Pour les droits des femmes, il faut s'attaquer frontalement au capitalisme et au patriarcat !


Vous pouvez voir ci-dessus une interview de Laurence Cohen, sénatrice communiste du Val de Marne au sujet de la place des femmes dans la société, et de l'intervention de Jean-Luc Mélenchon à la soirée organisée par les Féministes en Mouvement (FEM) à la Cigale à Paris.

Je ne reviendrai pas sur l'ensemble des mesures que le Front de Gauche juge nécessaires pour une vraie égalité entre les femmes et les hommes, qu'il s'agisse de droit du travail ou de développement des places de crèches par exemple, car il ne suffit pas de clamer l'égalité, encore faut il des mesures concrètes.

Je voudrais juste souligner que c'est toute la société qui y a intérêt et d'ailleurs Laurence Cohen le dit très bien dans son intervention : on expérimente avec les femmes des modes de précarité du travail pour les généraliser. J'ai trouvé cette vidéo en cherchant à illustrer mon propos. En fait elle dit beaucoup de choses !

Quelles sont les raisons des inégalités salariales ? le travail à temps partiel, les qualifications moindres, et puis pour les cadres, les freins à la promotion que constituent les maternités, les hésitations à faire du zèle le soir quand il y a les enfants à la maison avec au bout le plafond de verre : vous savez, plus on monte dans la hiérarchie, moins il y a de femmes. Et si on arrêtait de demander des heures sup à rallonge le soir ? Il y a combien de jeunes diplômés qui cherchent désespérément un emploi ? Combien d'hommes cadres qui n'en peuvent plus d'être soumis à la pression ? Vous ne croyez pas que tous y gagneraient à cesser cette escalade du toujours plus de boulot pour les profits !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

q

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 16:36

Notre département sera lundi une étape dans la campagne électorale menée pour le président de la république sortant, par ses soutiens, le ministre de l'intérieur et le conseiller général de la Houillère. Ce dernier, en panne sans doute d'idées pour le département a donc décidé de placer sa campagne sur une ligne dangereuse, celle du ministre de l'intérieur et de ses dérapages inadmissibles dans notre pays reconnu traditionnellement comme le pays des droits de l'homme.

C'est un véritable aveu d'échec des déclarations de Nicolas Sarkozy en 2006 dans le département à la France qui souffre : il n'a pas fait reculer la misère, tout au contraire et la droite nous ressort donc ses classiques sur l'insécurité !

 La plus grande insécurité de notre département n'est elle pas sociale ?

- la pauvreté : les Ardennes sont classées avant dernière en France pour le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

-la précarité du travail : outre le chômage massif, l'intérim est devenu un mode organisé de gestion des variations de commandes dans les entreprises ardennaises et même l'ANTS, que l'UMP ardennaise revendique comme un succès fait vivre nombre de ses salariés de contrats précaires !

Et cela sans minimiser les incivilités, la délinquance, mais quel bilan de 10 ans de droite au pouvoir ?

C'est l'abandon de toutes les politiques de prévention de la délinquance qui domine avec la suppression de la police de proximité, la baisse des subventions aux associations qui font du lien social : c'est peut être moins bling bling de faire de la prévention, mais les victimes de la délinquance aimeraient encore mieux ne pas avoir été victimes que de savoir le coupable condamné et d'être indemnisées, ce qui reste d'autant plus aléatoire d'ailleurs que la justice n'a jamais été aussi embouteillée, faute de moyens.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 22:25

imagesIls, ce sont ces 0,01% de la population qui s'enrichissent tous les ans un peu plus sur le dos du reste de la population, qui s'enrichissent sur le travail des autres. et leurs collaborateurs, les Sarkozy, Ravignon et autres compères, 

La sécurité sociale, elle appartient bien à ceux qui travaillent : c'est le principe de notre système de protection sociale solidaire avec des cotisations fondées sur le travail et des prestations en fonction des besoins.

En vingt ans la part dans la richesse produite allant aux salaires et à la protection sociale a baissé de 8%, 8% de plus allant aux profits et à l'investissement (mais surtout aux profits, car ils freinent les investissements). Cela représente quelque chose comme 180 milliards d'euros par an de plus pour leurs profits, de quoi boucher quelques trous de la sécu !

Mais ce n'est pas encore assez pour eux : il faut moins de rembousements, moins de soins.

Mais c'est toucher une corde sensible ... Ils n'arrivent pas à rogner assez.

Alors il faut aussi rogner sur l'organisation de la sécu, réorganiser, comme on dit maintenant pour mettre un rideau de fumée devant la réalité : la réduction du service.

Apparemment, la réorganisation de la sécu est lancée dans le département : Givet, Monthermé ...

Provisoirement, on va laisser un accueil du public, mais sans l'infrastructure qui permet de répondre véritablement aux besoins : un nouveau rideau de fumée.

Et si ça plus ça plus ça, ça faisait partir les gens vers les banlieues des grandes villes, ca pourrait peut être faire des économies encore plus importantes de services publics : c'est tout ce qui les intéresse ! La qualité de vie du peuple, c'est pas ça qui arrange leurs profits !

Ils vont venir nous pleurer leurs larmes de crocodiles.

Sans doute aussi le député de la circonscription, qui hésite ... Il n'a pas approuvé le traité Sarkozy Merkel, mais ne s'y est pas opposé non plus. C'est pourtant un traité qui organise l'austérité pour les peuples au service des puissants.

Au nom de la raison ...

Et si tout simplement, au nom de la raison, le peuple prenait la place qui est la sienne.

Par exemple, il paie par son travail la sécu. C'est donc à lui de la gérer. C'est ce que demandent les communistes avec le Front de Gauche : que les administrateurs de la sécu soient élus par les salariés.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 16:05

Comment l'Agence Régionale de Santé et les directions des hôpitaux veulent ils que les hôpitaux de Sedan et de Charleville Mézières coopèrent ?

Entre le cabinet conseil que l'on paie pour faire un projet médical commun, sans même en attendre les conclusions pour prendre les décisions et les pratiques douteuses d'absence totale de transparence, tout est fait pour que cette nécessaire coopération devienne impossible, car l'ARS ne recherche pas une amélioration de la prise en charge des malades, mais uniquement des économies !

Recul de la prise en charge des urgences, fermeture de la pédiatrie ? Il est urgent que les projets soient mis sur la place publique et non faits en catimini : Régine Henry, conseillère municipale communiste de Sedan, vient de s'ouvrir de cette demande au maire de Sedan, président du conseil de surveillance de l'hôpital, et au directeur du centre hospitalier : vous pourrez trouver ce courrier en cliquant ici.

Toutes ces régressions, le ministre de la santé veut les faire passer en douceur, et c'est ainsi que les directeurs des hôpitaux sont invités à se cacher derrière les médecins pour prendre toutes leurs mesures d'économies. Souhaitons que les responsables de poles à l'hôpital de Sedan ne soient pas aussi laches que ceux de Charleville Mézières. Le directeur a été interviewé à France 3 la semaine dernière. Sa réponse après l'interview de la secrétaire du syndicat CGT confirme bien la lourde responsabilités des médecins qui ont accepté de collaborer dans le choix des suppressions de postes de soignants, puisqu'il disait qu'il n'y avait pas de problèmes, puisque les réorganisations avaient été voulues par les équipes soignantes !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 18:44

ecole en dangerFaire payer la crise aux enfants et aux jeunes, c'est ce qu'a entrepris Sarkozy et la droite au gouvernement en supprimant à nouveau 14 000 postes d'enseignants cette année, en hypothéquant l'avenir d'une génération.

Les conséquences dans le département sont maintenant connues, avec les annonces de fermetures de classes dans les écoles et les collèges, de sections dans les lycées (Bazeilles, Givet, Armand Malaise …) et les protestations fusent !

Il y a les protestations de pacotille et de circonstances, comme celle du député Warsmann, tentant de défendre la filière générale du lycée de Bazeilles, alors même que ce n'est que la conséquence de son vote du budget de l'Education Nationale à l'Assemblée Nationale. Sa collègue, conseillère régionale UMP, siégeant au Conseil Académique de l'Education Nationale a d'ailleurs voté pour cette fermeture lors de la réunion de cette instance le 14 février, alors même qu'elle s'est abstenue sur une fermeture de même type dans l'Aube, étant auboise elle même !

Mais il y a aussi le mécontentement profond des parents et des enseignants ardennais, qui ont compris qu'il ne s'agit pas d'opposer un établissement scolaire à un autre, mais d'exiger que le gouvernement revienne sur ses décisions de casse de l'école. Ce mécontentement qui gronde dans les différentes communes de notre département va pouvoir s'exprimer globalement à l'occasion du conseil départemental de l'Education Nationale.

La Fédération des Ardennes du PCF appelle la population à participer massivement au rassemblement organisé à cette occasion par les organisations syndicales d'enseignants et la FCPE jeudi 23 février à 14 h devant la préfecture. Avec le Front de Gauche, le PCF a une toute autre ambition pour l'école, celle de l'école de l'égalité pour la réussite de tous.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article