Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 21:23

Sarkozy a annoncé la fin des ZEP. De Villepin prend son contrepieds, mais met la mesure à exécution : les collèges des ZEP vont se voir exclus du dispositif de l’Education Prioritaire qui leur permettait de bénéficier de 10% de moyens supplémentaires. A leur place des établissements classés "ambition réussite". Il y avait 800 collèges en ZEP ; il y aura 220 collèges classés « ambition réussite ». Dans les Ardennes, fini le classement en ZEP des collèges de Fumay, Revin, Bogny sur Meuse, La Houillère, Manchester …Seul tire son épingle du jeu le collège du Lac à Sedan qui a l’honneur d’être le seul collège de l’académie classée « ambition réussite » (Le recteur devrait en désigner un autre, très vraisemblablement dans un autre département de la région).

On n’ose pas faire le rapprochement entre ce choix d’un collège de Sedan et l’aide apportée par le maire de cette ville au projet du conseil général et de l’inspection d’académie de fermeture de collèges.

En tout état de cause, voici une mesure de plus de nature à dégrader la qualité de l’enseignement dans le département, à démotiver les enseignants, à rendre plus difficile l’écoute des jeunes en difficulté sociale.

Nos enfants ont besoin de collèges de qualité, Ils n’ont pas à être les enjeux d’économies, les enjeux de la réduction du nombre des fonctionnaires, de la soumission aux impératifs européens de réduction des déficits.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 01:07
L’année dernière, j’ai travaillé, avec le service de la formation professionnelle du conseil régional et l’AGEFOS-PME à la mise en place d’un dispositif permettant de promouvoir la Validation des Acquis de l’Expérience dans les entreprises. C’est en effet indispensable de faire connaître ce dispositif aux salariés, d’une part, car cela peut leur permettre de faire reconnaître leurs compétences d’un point de vue salarial, mais aussi parce que dans ces périodes de restructurations d’entreprises, c’est plus simple de retrouver un emploi avec un diplôme !

Incidemment, on a appris que l’Etat finançait un tel dispositif dans les Ardennes et dans l’Aube, contrat territorial dans le premier cas et contrat de site dans l’autre l’ayant incité à s’impliquer.

Bonne nouvelle, vous me direz !

Si ce n’est que, toujours incidemment, j’ai appris que ce dispositif s’était arrêté avec l’automne ! C’est pourtant un travail de longue haleine, nécessitant une continuité vis-à-vis des entreprises.

Bref, à l’heure actuelle, la promotion de la Validation des Acquis de l’Expérience dans les entreprises ne se fait que dans la Marne et la Haute Marne, avec un financement dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région.

Dans les Ardennes et l’Aube, l’Etat a voulu se passer de la Région pour faire un peu de cinéma et ne prévient même pas des suites.

C’est cela un contrat territorial ?

La fin, c’est bien évidemment que la région va devoir mettre la main au porte monnaie, mais la continuité du travail entrepris, c’est foutu !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 00:25
Samedi, c'était l'inauguration du local de la section des deux vallées du Parti Communiste à Revin. Autour de Bernard Lempereur, les copains avaient mis la main à la pâte pour rénover les lieux et c'était fin prêt.  D'autres, avec Maryline avaient préparé de quoi arroser la nouvelle année.
Il y avait juste eu un oubli : l'appareil photo. Alors, merci à la journaliste de l'ardennais.
C'est plus de cinquante personnes qui étaient là pour couper le ruban et discuter politique autour d'un verre :  des échanges très pratiques - comment le local va aider dans l'activité,  les permanences qui vont être tenues - mais aussi  des discussions de politique locale, régionale et nationale, selon les petit groupes qui se constituaient autour des morceaux de pizzas ou des biscuits : pèle mêle le projet de Parc Naturel Régional, les intercommunalités, la casse de la société due au gouvernement actuel, le chômage, le prochain congrès du parti,  l'importance de changer la donne pour 2007, la meilleure manière de rassembler tous ceux qui veulent une autre société plus solidaire, le souhait  d'une candidature communiste aux élections présidentielles etc.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 23:19

La directive Bolkenstein qui avait fait parler d’elle au moment du référendum revient au galop : le 23 novembre dernier, la commission concernée du parlement européen a repoussé la demande de rejet de la directive, mais aussi les amendements visant à réduire son champ d’application. Elle a quasiment laissé inchangé le principe du pays d’origine. Le vote au parlement doit avoir lieu à la mi-février. Autant dire l’importance de la mobilisation qui s’annonce.

Rappelons que le but de cette directive, c’est que les services soient considérés comme des marchandises : ainsi, des secteurs essentiels comme la culture, l'éducation, les soins de santé pourraient être soumis aux mêmes formes de concurrence économique. En outre, l'application de cette directive aurait pour conséquence la remise en cause des droits des travailleurs tels qu'ils sont consacrés par les lois nationales des pays de l'Union européenne.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 19:08

En ce début d’année après avoir mis en oeuvre les mesures terriblement injustes concernant l’assurance maladie (sanctions financières pour ceux qui sont hors du parcours de soin, déremboursements, augmentation du forfait hospitalier, franchise de 18 euros) le président Chirac annonce une réforme du financement de la protection sociale.

Une réforme est en effet indispensable pour répondre aux besoins de la population. Mais laquelle ?

Chirac s'est fait un coup de pub, en parlant de toucher à la valeur ajoutée des entreprises, en proposant d'utiliser les cotisations sociales comme moyens de lutte contre les délocalisations. Histoire de conforter la population sur le bien fondé des propositions présidentielles, le patronat est tout de suite monté au créneau.

Qu'en est il réellement ?

Chirac propose de basculer une fraction des cotisations patronales sur une assiette composée de l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises.

Il précise : " Face à nos principaux concurrents, nous sommes désavantagés par un coût du travail trop élevé et des cotisations qui pèsent trop lourdement sur les salaires et pénalisent l’emploi "

" Aujourd’hui plus une entreprise recrute, plus elle doit payer. A l’inverse plus elle délocalise, plus elle occasionne de dépenses sociales et moins elle contribue à la protection sociale des Français."

Le passage à la valeur ajoutée d’une partie de la cotisation patronale inciterait en fait les entreprises de haute technologie à délocaliser les profits pour réduire la valeur ajoutée qu’elles produisent en France et à réduire l’investissement industriel et de recherche.

Ce n'est pas la valeur ajoutée qu'il faut taxer, mais les revenus financiers des entreprises et des banques et, contre les délocalisations, moduler le taux des cotisations sociales patronales en faisant payer plus celles qui baissent la part des salaires dans la valeur ajoutée et recherchent les placements financiers.

Car il ne faut pas moins d'argent pour la protection sociale, mais plus : il n'est pas anormal qu'une société qui augmente son PIB veuille accroître la part consacrée à la santé, aux retraites, au fur et à mesure des progrès de la médecine, de l'allongement de la vie. C'est un choix de société : la santé de tous ou les profits de quelques uns !

Alors, ne baissons pas les cotisations patronales, arrêtons les exonérations qui font pression sur les salaires en ne concernant que les plus bas d'entre eux, modulons les cotisations en fonction de la responsabilité sociale des entreprises et taxons les revenus financiers !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
2 janvier 2006 1 02 /01 /janvier /2006 23:56
Elle se fait même contre eux.

Dans le quartier du port, Espace Habitat a entrepris de rénover ses logements. C'est certe une opération indispensable : installer le chauffage central, des doubles vitrages, mettre aux normes les installations électriques.

Mais 70% de ces logements deviendraient résidentiels et Espace Habitat presse les actuels locataires d'accepter d'être reloger ailleurs, alors que des logements sont actuellement vacants, permettant d'héberger provisoirement les habitants pendant les travaux de leurs appartements au lieu de les éloigner définitivement du quartier.

Il est vrai que c'est remarquablement situé, à proximité du centre commerçant de Monthermé, en bord de Meuse. Bref, pour Espace Habitat, les actuels locataires, en grande majorité des personnes agées ayant des faibles revenus, ne sont pas dignes de rester là ! Et elles n'auront qu'à grimper la côte après avoir fait leurs courses !

Bien évidemment, la concertation avant le début des travaux a été inexistante.


La rénovation urbaine, à Monthermé comme ailleurs, ne peut se faire par l'exclusion des plus faibles. Elle ne sera réussie que si elle est construite avec les intéressés !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
1 janvier 2006 7 01 /01 /janvier /2006 20:28
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
1 janvier 2006 7 01 /01 /janvier /2006 20:22

Sécuriser les parcours professionnels, l’idée a de quoi séduire en ces temps de chômage Pour lutter contre l’insécurité sociale, les communistes ont depuis longtemps déjà proposé de mettre en place une véritable Sécurité Emploi Formation.

Le Premier Ministre détourne cette idée au profit d'un contenu bien à droite : dans le contrat de transition professionnelle qui va être expérimenté à Charleville, le salarié sera " invité ", en cas de licenciement, à signer un contrat dans son bassin d’emploi, d’une durée encore non déterminée, pendant lequel il pourra bénéficier d’une formation, dont les conditions ne sont pas non plus précisées, et être appelé à offrir ses services dans une entreprise privée ou organisme public qui a besoin d’ajuster sa main d’œuvre aux diktats du marché. C’est de l’intérim, en pire. Une entreprise va pouvoir " demander " un salarié en fonction d’un besoin, le faire travailler et être quasiment exonérée du salaire qu’elle doit verser en reconnaissance du travail fourni.

De plus, le contrat de transition va être financé par les ASSEDIC et des fonds publics alors que cette disposition devrait être financée par une cotisation mutualisée payée soit par les entreprises du bassin d’emploi, soit par celles de la branche. Et dans les Ardennes, la responsabilité des donneurs d’ordre, lourde de conséquence sur les sous-traitants, n’est pas mise en cause comme elle le devrait.

Enfin, ce dispositif est un pur effet d’annonce : il ne s’adresse qu’aux licenciés économiques, alors que plus de 70 % des offres d’emplois sont en CDD ou en intérim, c'est-à-dire que la plupart des entrées en chômage ne sont dues qu’à une fin de contrat précaire. De ce point de vue d’ailleurs, le contrat nouvel embauche existant depuis cet été n’est pas là pour améliorer la sécurité.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article