Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 12:44

Le compromis entre le PPE et le PSE, loin de régler le problème du principe du pays d'origine, ne fait que placer la Commission et la Cour de justice européenne en position d'arbitre suprême. Comme l’a déclaré Jacky Henin, vu l'orientation ultralibérale de la Commission et de la Cour de justice, cela revient à confier la garde d'un poulailler à des renards.

La directive « services », nouveau nom pour faire croire à un vrai changement de contenu, va maintenant être présentée au Conseil de l’Union Européenne : A Chirac et à son gouvernement de tenir l’engagement pris à la télévision.

Après, cette directive reviendra en seconde lecture devant le parlement.

Autant dire l’intérêt de poursuivre et d’intensifier la mobilisation !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 10:34

Le conseil régional va voter le 13 mars son schéma de développement économique. Cela n’aura bien sûr pas un effet spectaculaire sur la question centrale du chômage, même si d’une manière très volontariste, la CA a choisi de faire un schéma du développement économique et de l’emploi. Il y a bien d’autres contraintes nationales européennes ou mondiales.

Mais il faut à l’évidence en voir deux avantages :

- Fédérer pour réussir dit le président Bachy. En langage moins châtié cela fait « tous ensemble, on y arrive mieux. » Il est en effet indispensable de coordonner les actions économiques à l’échelle de la région, pour que les territoires ne soient pas en concurrence les uns avec les autres, mais coopèrent, de même que ce schéma ne peut se comprendre que dans la recherche de coopération avec les autres régions et non en concurrence avec elles.

- Contribuer à impliquer les champardennais dans les décisions économiques : le chômage, le recul industriel de la France ne sont pas une fatalité et l’idée que l’économie aurait des lois quasi naturelles et que les politiques, les citoyens n’y peuvent rien est quand même caricatural à une époque où l’homme maîtrise de plus en plus les lois de la nature ;  les lois économiques ont, elles, été établies par l’homme et peuvent donc changer. Encore faut il les faire changer, ce qui a l’évidence nécessite une mobilisation massive. Toute reprise de pouvoir des citoyens, des salariés, aussi minime soit elle, va dans le bon sens. Et le schéma de développement économique peut y contribuer.

 
Il n’y a donc point de frilosité à avoir.
 
Quelques idées :

- sur la place des services publics : le développement de tous les territoires nécessite de bons services publics, partout. Ne serait ce pas utile de s’emparer de l’occasion de ce schéma pour exiger un audit des services publics dans la région.

- sur les moyens à mettre en œuvre pour la revitalisation économique : un fond régional de revitalisation économique pour l’emploi a été décidé lors du vote du budget primitif du conseil régional. Mais n’est ce pas aux banques avant tout à financer les entreprises ? Ne faut-il pas retravailler ce projet de fonds pour en faire un dispositif plus ambitieux ?

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
13 février 2006 1 13 /02 /février /2006 22:49
Juste quelques images de cette manifestation.
Les médias se sont peu fait l'écho des 15 000 manifestants samedi à Strasbourg. Il y en avait 40 000 à Berlin et il y a eu d'autres manifestations à travers toute l'Europe.
Le compromis trouvé entre les socialistes et les libéraux ne suffit pas : c'est le retrait de la directive qu'il faut obtenir. Mais cela montre bien que le non au référendum sur la constitution européenne en France et aux Pays Bas, les manifestations commencent à porter leurs fruits : le parlement européen se sent obligé de faire un geste, aussi petit soit il !






On reconnaît bien Strasbourg, avec son architecture typique.








Dans la manifestation, on a pu rencontrer Francis Wurtz, président du groupe GUE au parlement européen et Marie Georges Buffet
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 22:20

Le gouvernement Villepin-Sarkozy met en place des emplois jetables spécial jeunes. Le CPE, " Contrat Première Embauche " permet aux entreprises privées d’embaucher un jeune avec une période d’essai de 2 ans. C’est une aubaine pour les employeurs qui vont pouvoir faire trimer des jeunes pour pas cher et se débarrasser d’eux sans aucune justification. Aujourd’hui les jeunes subissent à la sortie des études un " sas de précarité " de 10 ans, avant d'avoir la " chance " d'intégrer un emploi stable. Demain ça sera pire.

Comment obtenir un prêt bancaire, un logement, faire des projets d’avenir quand on est licenciable pendant 2 ans ?

Ce nouveau contrat précaire pour les jeunes n’arrive pas aujourd’hui par hasard. Il fait partie d’un vaste projet du MEDEF et de la droite visant à développer la précarité tout au long de la vie, du berceau au cercueil. Remise en cause de l’école obligatoire jusqu’à 16 ans, apprentissage dès 14 ans, développement des stages bidons, de l’intérim à outrance, contrats précaires, casse du système de retraite et mise en place de CDD pour les seniors : la liste est longue de toutes les mesures prises pour précariser les générations à venir, les opposer au lieu de développer les solidarités.

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 01:19
L'AFPA devrait  piloter le dispositif du contrat de transition professionnelle.
Mais les administrateurs de l'AFPA ne prendront la décision d'accepter cette mission que le 28 février : dans un mois !
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 15:11

C’est bien vrai que la restriction de l’expérimentation du CTP au seul bassin de l’ANPE de Charleville Mézières est frustrante. Le taux de chômage dans le Revinois paraît justifier un effort tout particulier.

Le contrat de transition professionnelle s’annonçait en effet comme un pas vers une sécurité sociale professionnelle. C’était oublier comment le ministre Borloo est capable de retourner les meilleures idées au profit d’une exploitation renforcée des salariés.

Aux dernières nouvelles, le gouvernement a proposé en urgence un amendement à la loi pour le retour à l’emploi et sur les droits et devoirs des bénéficiaires des minima sociaux (rien que le titre de ce projet de loi est tout un programme). lui  permettant de créer par ordonnance le Contrat de Transition Professionnelle. Cet amendement a été adopté par le Sénat le 26 janvier. L’ordonnance prévue va créer un dispositif se substituant à la C.R.P. pour les salariés licenciés économiques appartenant à un groupe de moins de mille employés dans six bassins d’emplois, dont celui de Charleville Mézières. Le salarié licencié signerait un contrat avec un organisme découlant de l’AFPA. Une nouvelle étape est franchie avec la disparition des obligations conventionnelles de l'employeur. Le salarié s'engage à répondre positivement à toutes les propositions de l'A.F.P.A., en terme d'emploi ou de formation. Une telle démarche fait écho à la nouvelle convention de l'UNEDIC : le salarié sera obligé d'accepter une fois encore tous les emplois proposés, sous peine d'être radié du dispositif et du système d'assurance chômage. Une nouvelle catégorie de travailleurs - ni chômeurs, ni salariés - est créé. C'est encore un moyen de baisser artificiellement les chiffres du chômage, au prix de graves dégâts sociaux et économiques. C’est la version gouvernementale et patronale de la sécurisation des parcours professionnels, la sécurité pour les employeurs de pouvoir licencier le plus simplement possible, l’assurance pour le patronat du moins de ruptures possibles dans la course au profit.

N’oublions jamais que l’obligation faite aux demandeurs d’emploi d’accepter n’importe quel emploi, c’est le meilleur moyen de faire baisser les salaires de tous, et le cercle infernal de la baisse de la consommation, de la baisse de la production et des nouveaux licenciements !

Deux raisons me poussent donc à ne surtout pas demander l’extension de cette expérimentation à la vallée de la Meuse :

- Il me paraît inutile d’entraîner plus d’Ardennais dans cette galère, et l’appel à l’aide justifié par la situation très préoccupante de l’emploi dans la vallée de la Meuse doit prendre un autre chemin.

- Si tant est que cette mesure est bonne (et tout démontre pour l’instant le contraire) elle ne s’adresse qu’aux licenciés économiques. C’est une infime minorité des demandeurs d’emploi. La multiplication de l’intérim, des CDD et maintenant des CNE, CPE fait que l’entrée dans le chômage ne correspond plus, juridiquement, à des licenciements économiques. La demande d’extension de l’expérimentation correspond uniquement à une entreprise de communication. Les demandeurs d’emploi ne supportent plus cette utilisation de leurs difficultés.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 15:01

Deux jours de débats, lundi 23 et mardi 24 janvier ont réuni le conseil régional autour du projet de budget 2006. Pas question ici de donner une analyse technique, mais bien plutôt du sens profond.

Je caractériserai volontiers ce budget par « Des efforts, mais peut mieux faire ». Eh oui, pas de quoi créer l’incident diplomatique. Il va dans le bons sens. Questions recettes, les impôts directs sont augmentés uniquement en fonction des nouvelles charges non compensées, la taxe professionnelle étant plus augmentée que les impôts fonciers, autant que la loi le permet. L’augmentation de la carte grise va éviter un recours trop massif à l’emprunt pour financer les inévitables achats de TER. Questions dépenses, les propositions nouvelles sont plutôt bonnes, comme la création d’un fonds partenarial de revitalisation économique pour l’emploi. Encore faut-il que cela ne se limite pas à de la « comm. ». L'objet essentiel de ce fonds devrait bien être de faciliter l'accès au crédit bancaire pour le financement des projets des entreprises car il faut redire avec force que le financement des entreprises est d'abord du ressort des banques. Est-ce bien cela qui est prévu ? Ce fonds sera-t-il un lieu de reprise en main de l’économie par les salariés (Quel rôle des organisations syndicales dans sa gestion par exemple) ou un autre moyen plus discret de donner de l’argent au patronat ? Et de la même manière, j’ai beaucoup d’interrogations sur la réalité concrète et le changement réel que vont apporter les différentes propositions.

La session en elle-même du conseil régional mérite que l’on s’y attarde. Quelques courtes minutes sur France 3 et des articles dans l’Ardennais - l’Union paraissant en décalé dans l’édition ardennaise par rapport à l’édition marnaise sont les moyens principaux de la population d’en prendre connaissance, à moins de consacrer deux jours à assister à la session … Mais peut-être est ce heureux ? La volonté du président de rechercher le consensus retire toute lisibilité politique. Quoi de commun entre ceux qui prônent la charité, dans la droite ligne de la politique sarkozienne d’aider d’abord les jeunes des quartiers en difficultés qui réussissent et une véritable politique de solidarité ? La réponse à un discours de défense de la politique gouvernementale, prétendant que les charges liées à la décentralisation ont été entièrement compensées, ne peut rester que technique. La mauvaise foi évidente de ceux qui ont tout simplement omis la formation des chômeurs de longue durée des compensations financières à verser aux régions, témoigne trop de la cécité de l’Union pour une Majorité de Privilégiés sur la réalité de la vie de trop de Français !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 17:55

Aujourd’hui se tient la conférence sanitaire du Nord Ardennes, chargée de rendre un avis sur le schéma régional d’organisation sanitaire. Le projet actuel de ce schéma  donne un état des lieux complet et très préoccupant : Il rappelle que la région Champagne-Ardenne se situe au-dessus de la moyenne nationale pour toutes les causes de mortalité et souligne tout particulièrement les mauvais indicateurs d’état de santé du Nord Ardennes. 

Cela devrait inciter à une réflexion toute particulière, une concertation large pour trouver des solutions.  

Tel n’est pas l’optique prise par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation décidée à faire passer en force un schéma de pénurie : elle avait exclu d’un groupe d’expert un gynécologue du centre hospitalier de Charleville Mézières au motif que ses interventions n’étaient pas conformes à l’attente du Directeur de l’Agence de l’Hospitalisation. Aujourd’hui elle a convoqué dans la précipitation et en catimini cette conférence sanitaire pour entériner ce qui devrait être des propositions nouvelles, mais n’est en fait que la validation de la réduction de l’offre de soins depuis cinq ans dans notre département (fermeture de la maternité de Revin par exemple), ou l’anticipation d’une nouvelle réduction : une seule unité de proximité pour l’accueil des urgences figure pour le groupe Rethel Vouziers !

 

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 15:00

Une bonne occasion de discuter de la directive Bolkenstein.

Malgré le résultat, sans ambiguité, du référendum du 29 mai dernier, rejetant la constitution européenne marquée par la volonté du tout libéral, les dirigeants européens et français reviennent à la charge avec un nouveau projet de directive « Bolkenstein ». Ce texte prône la déréglementation du travail et la concurrence imposée aux services est aussi néfaste que la constitution européenne pouvait l’être. En invitant un député communiste européen, la Fédération des Ardennes du P.C.F. prend une initiative permettant d’engager fortement la riposte de toux ceux qui en 2005 ont milité pour un NON de gauche.

Cette réunion publique aura lieu le jeudi 2 février à 18 h 30 à l’Hôtel de ville de Mézières.

 

Discuter, mais aussi agir !

Deux manifestations sont prévues à Strasbourg au moment du vote de cette directive par le parlement. L’une, le mardi 14 février, le jour même du vote est organisée par la CES. Pour celle-ci, la CGT prévoit un départ en bus au départ des Ardennes. L’autre a lieu le samedi 11 février sur un appel condamnant la directive  où l’on retrouve, parmi les premiers signataires : Attac ; la  Confédération paysanne, la FSU, la LCR, les Alternatifs, le MRC, le PCF. La liste est en fait beaucoup plus longue : j’ai sélectionné ceux qui sont présents dans les Ardennes et certainement oublié l’un ou l’autre ! Tant du côté du collectif du 29 mai que de celui du P.C.F. des initiatives se prennent pour organiser le transport.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 12:04

C’est tout à fait vrai que la T2A, comme on l’appelle, la nouvelle tarification, voulue par le gouvernement comme commune au secteur public et privé, ne correspond pas à l’ensemble des frais engendré par le fonctionnement d’une maternité.

Mais cela est également valable pour le public !

Alors, pourquoi pas de correction de ce tarif ?

Les choix faits dans l’établissement de la T2A avantagent la chirurgie, désavantage les activités d’obstétrique, mais beaucoup d’autres aussi.

Il y a un mécanisme ainsi complètement faussé, où sous prétexte de mieux évaluer les activités, les enjeux financiers contribuent à développer le secteur privé en chirurgie et à fermer les maternités privées.

Parallèlement, les hôpitaux, qui n’ont pas le choix de leurs activités, mais ont à prendre en charge l’ensemble des patients de leur secteur géographique, quelque soit leur pathologie, ne peuvent que voir croître la part de leurs activités non rentables, que voir croître leurs difficultés financières.

Evaluer l’activité des hôpitaux, c’est bien !

En faire une source obligée de dégradation de leurs conditions financières est criminel !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article