Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 00:16
Ce qui aura le plus marqué la visite de Nicolas SARKOZY dans les Ardennes, c'est le déploiement policier exceptionnel. Que ce soit devant la Préfecture ou le soir au Parc des Expositions de Charleville-Mézières, la présence policière était omniprésente. Dans ces conditions, qui font plus penser à un état de siège qu'à la visite d'un Ministre/candidat dont l'ambition était de s'adresser à la France qui souffre, chacun a pu mesurer le décalage existant entre ce pouvoir et préoccupations populaires. Pour le reste, les mesures annoncées ne resteront pas gravées comme pouvant sauver les Ardennes. Alors que nous attendions l'expression de la solidarité nationale et des dispositions concrètes pour la réindustrialisation de notre territoire, le Ministre/candidat n'a rien dit pour enrayer la casse industrielle, rien sur les patrons voyous qui saignent les entreprises, rien pour soulager les communes qui sont étouffées financièrement ou pour les libertés.
Les 200 manifestants qui étaient devant le Parc des Expositions n'ont pour leur part vu que le bleu des uniformes.
Merci à Thierry Demart pour les photos : pour en voir plus, cliquez ici
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 14:02

Nicolas Sarkozy sera dans les Ardennes ce lundi 18 décembre. Il entretient l'ambiguïté entre sa fonction de Ministre de l'Intérieur et celle de candidat à l'élection présidentielle. Ce n'est bon ni pour la démocratie, ni pour la clarté du débat. Mais puisqu'une partie de son voyage sera ministérielle, c'est en cette qualité que nous l'interpellerons.

Le département des Ardennes est victime d'une grave crise économique. Outre la situation industrielle qui se caractérise par prés de 2000 emplois menacés ou supprimés, les élus locaux sont confrontés à un véritable étouffement financier de leurs collectivités. Ainsi, notre département, qui dispose d'un potentiel fiscal inférieur à la moyenne nationale, éprouve d'énormes difficultés à répondre à l'ensemble des besoins exprimés par les ardennais et à assurer la pérennité du service public. Cette situation pénalise tout le monde, à commencer par les contribuables qui voient la fiscalité départementale, régionale et locale augmenter avec un niveau supérieur à celui de l'inflation.

 

Rassemblement de citoyens, d'élus, de syndicalistes
Lundi 18 décembre à 18 heures
Parc des Expositions de Charleville-Mézières

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 22:46

Les retraités CGT ont recueilli des dizaines de signatures sur le marché couvert de Charleville-Méziéres sur une pétition exigeant notamment la gratuité des transports urbains dans l'agglomération et la hausse des retraites (pas une seule retraite inférieure au SMIC).

Et au fait, que proposent les collectifs antilibéraux sur ce sujet ?
Voici la proposition 27 :

"Pas de retraite en dessous du SMIC. Nous rétablirons le droit à la retraite à taux plein à 60 ans sur la base de 37,5 annuités sur la base des 10 meilleures années. L’atteinte de ces 37,5 annuités avant l’âge de 60 ans donne le droit à la retraite à temps plein.
Nous préserverons les acquis des régimes spéciaux en tant que référence progressiste pour l’ensemble des régimes de retraite."

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 00:37

La France est devenue un pays de bas salaires et de précarité. Selon l’INSEE, il y a 7 millions de travailleurs pauvres dans notre pays. En dix ans l’intérim a augmenté de 130%, le nombre de CDD de 60%. Les emplois à temps partiel imposé ont explosé. Les jeunes sont massivement en difficulté.

Et à cela, il faut ajouter les hausses : gaz, essence, électricité, fioul, eau, loyers et charges, transports, assurances, traitement des ordures ménagères, produits alimentaires, impôts des collectivités territoriales. Les frais liés à l’éducation, la culture, les loisirs s’alourdissent ainsi que les dépenses de santé du fait notamment des déremboursements.

Et de l’autre côté, les profits du CAC 40 sont énormes : d’un an sur l’autre, AXA fait + 20%, la BNP +23%, Danone +103%, etc.

Les entreprises se sont vues exonérées de taxes ou de cotisations sociales (25 milliards d’euros par an), on a baissé leurs impôts. En quelques années, les profits se sont taillé la part du lion au détriment des salaires : +10 points du PIB (162 milliard d’euros en 2005) passent chaque année des poches des salariés à celles des actionnaires !

Tout augmente sauf le pouvoir d’achat.

Pourtant, plus de salaires, c’est plus de consommation, donc plus de croissance, plus d’emplois ; c’est plus de cotisations pour la Sécu ; c’est une meilleure motivation au travail ; c’est consolider l’économie.

C’est pour cela que les communistes font signer une pétition exigeant :

- Le SMIC à 1 500 € bruts par mois pour 35h00.
- Une augmentation générale des salaires et des retraites.
- Une revalorisation des traitements dans la fonction publique.
- La hausse des minima sociaux et des allocations.
- Une véritable allocation d’autonomie de la jeunesse.

La semaine dernière, j'ai été faire signer cette pétition à Bogny sur Meuse. Je peux vous dire que ça marche, que c'est l'occasion de débats intéressants, que les gens n'en peuvent plus de la baisse de leur pouvoir d'achat, ni de leur précarité (on a d'ailleurs rencontré plusieurs ex salariés de Thomé Génot).
La pétition sera remise à la préfecture vendredi prochain.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 17:42
Même si j’avais dit au président que je n’étais pas d’accord sur la participation financière de la région au dispositif financier d’aide aux ex-salariés de Thomé Génot, car ce ne peut être aux collectivités territoriales de payer les pots cassés de patrons voyous comme ceux de Catalina, mais que c’est bien de la responsabilité de l’Etat, faute de quoi on aggrave encore les inégalités territoriales , j’ai voté le rapport autorisant le président du conseil régional à signer l’accord du 20 novembre, mettant fin au conflit Thomé Génot et la convention avec l’ASSEDIC, convention qui va permettre le versement de l’argent promis par la région aux ex salariés d’ATG, rentrés dans le dispositif du Contrat de Transition Professionnelle.
En effet, j’ai considéré que l’accord verbal du président avait arrêté les négociations nécessaires à l’élaboration d’une meilleure sortie de la crise, plus conforme tout à la fois à l’intérêt des salariés et à l’intérêt de la région et qu’il fallait en prendre acte.
La demande de prime supra légale de licenciement des salariés de Thomé Génot était en effet tout à fait légitime au regard de ce qui se passe dans les Ardennes : des licenciements massifs par des groupes (Glaverbel, Delphi …) qui achètent la paix sociale avec des primes de licenciement.
Nous avons assisté à une véritable surenchère politicarde, dans un contexte préélectoral, avec un conseil général qui a d’emblée accepté de participer au financement de cette prime, avec un gouvernement qui a envoyé une médiatrice qui, dès la première rencontre, a annoncé à l’intersyndicale qu’elle allait demander au conseil général et au conseil régional de payer. Bref, la droite a pris le conseil régional dans un véritable piège, l’obligeant à résoudre une question qui n’était pas de sa compétence. Le gouvernement a, par contre, était beaucoup plus silencieux sur les moyens qu’il doit se donner pour que d’éventuelles poursuites judiciaires puissent se poursuivre, y compris aux Etats-Unis. L’enquête est actuellement en cours. J’ai redis à la commission permanente combien j’aurais aimé trouver dans ce rapport l’assurance que le conseil régional décide de se porter partie civile, à l’image de la décision prise par la communauté d’agglomération Cœur d’Ardennes, à l’initiative du groupe des élus communistes.
L’UDF s’est abstenue sur ce dossier, souhaitant son report à la prochaine session plénière du conseil régional. Quant on pense que le président du conseil général a signé l’accord avant toute décision de ses instances, cette remarque est cocasse et il y a des questions à se poser sur la notion de démocratie de la droite !
Accord et convention vont pouvoir être signés. Je vais veiller à ce que cela soit particulièrement rapide pour que l’argent soit versé aux ASSEDIC, et à partir de là aux bénéficiaires.
Cela ne termine bien évidemment pas l’histoire Thomé Génot. Il nous faut travailler à la réindustrialisation du département, veiller à la poursuite des procédures judiciaires et suivre la bonne application du dispositif CTP pour les salariés : jeudi après midi, je préside la conférence des financeurs du CTP et vendredi après midi, je représente le conseil régional au comité de pilotage du CTP.
A Thomé Génot on a encore pensé, plus tard pendant la commission permanente, en étendant le bénéfice aux personnes concernées par le CTP du dispositif « Pass’Emploi » visant à faciliter la mobilité des personnes à la recherche d’un emploi dans le cadre de leurs démarches.
Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 22:02
Je ne vous ferais pas ce soir de compte-rendu des débats de la réunion nationale des collectifs unitaires ; les médias sont là pour le dire : aucune décision n'a été prise, si ce n'est de poursuivre la démarche et pour plus d'informations, je vous invite à cliquez ici pour lire la déclaration finale et la synthèse des débats.
Je vous ferais plutôt quelques commentaires personnels autour de quatre idées :
1° Un autre monde est possible. Un autre monde est nécessaire. C'est ce que nous disons dans l'introduction de notre programme. Il y a urgence au rassemblement, pour battre la droite et changer à gauche. La gauche antilibérale s'est dotée d'un programme. Il s'agissait d'un challenge difficile à réussir et pourtant ce programme existe. C'est un programme ambitieux, inédit, résultant d’une écriture à multiples mains qui a su trouver les convergences sans cacher les désaccords. Ce programme propose une nouvelle république démocratique et sociale avec entre autre proposition la suppression du régime présidentiel. En accord avec ce programme, la gauche antilibérale propose une candidature collective à l'élection présidentielle. Reste à déterminer le nom qui figurera sur le bulletin de vote. C'est ce nom qui pose problème. Il est dérisoire que nous butions sur cette question en regard des enjeux.
2° Même si les délégués étaient mandatés par leur collectifs pour que cette réunion nationale aboutisse sur le nom qui figurera sur le bulletin de vote et si la volonté était là, il est rapidement apparu que ceci était impossible : le double consensus décidé en octobre suppose en effet accord des collectifs locaux et accord des différentes organisations participant au collectif national. Or, si la majorité des collectifs locaux propose que le nom figurant sur le bulletin de vote soit celui de Marie Georges Buffet, ce n'est pas le cas des organisations et celles-ci, même au cas où elles en auraient eu l'envie, ne pouvaient faire de nouvelles propositions en l'absence de réunions de leurs instances !
3° La décision finale ne peut être le plus petit dénominateur commun, l'accord sur un nom faisant consensus dans les cercles militants parisiens, mais il faut garder l'ambition des collectifs, garder le nom de Marie Georges Buffet connu dans les milieux populaires et dont nous avons l'assurance qu'elle fera une campagne collective. Il nous faut sortir par le haut de ces difficultés dans le rassemblement en faisant des propositions donnant à toutes les composantes des garanties sur leur place dans la campagne. Le consensus ne peut résulter, comme cela a pu être demandé d'un "bougé" du Parti Communiste, mais suppose bien un "bougé" de l'ensemble des sensibilités.
4° Nous ne pouvons rester dans l'attente des décisions nationales et perdre plus de temps : il nous faut faire connaître le programme, développer les collectifs pour que la campagne dépasse le cadre des militants habituels et avancer dans la désignation des candidats aux élections législatives, candidats qui seront autant de porte parole dans la campagne des présidentielles.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 09:43

Battre la droite – il y a urgence : un nouveau mandat donné à l’UMP se traduirait par l’aggravation de la politique de destruction sociale et environnementale – et réussir à gauche en rompant avec les politiques libérales, parce que pour répondre aux besoins populaires, pour s’attaquer aux problèmes de la planète, pour mettre en œuvre un nouveau développement égalitaire et écologique, il faut remettre en cause la domination des marchés financiers qui détruit l’homme et son environnement.

Dans la continuité de la campagne du NON de gauche au référendum du 29 mai, les collectifs veulent ouvrir une nouvelle voie à gauche par une démarche unitaire et populaire en faisant en sorte que ces exigences et ces propositions transformatrices soient portées par des candidatures unitaires, aux législatives et à la présidentielle.

Après le succès de sa réunion de lancement le 31 mai, son occupation de la poste de Charleville le 10 juin, son débat à Nouzonville sur l’emploi le 6 novembre, le collectif ardennais prépare la réunion nationale des collectifs des 9 et 10 décembre:

réunion publique mercredi 6 décembre
 à 18 h 30

à l’hôtel de ville de Mézières (salle 2).

A l’ordre du jour le programme qui a été adoptée par la réunion des 14 et 15 octobre dernier à Nanterre des collectifs et la préparation de la réunion nationale des collectifs des 9 et 10 décembre, en banlieue parisienne, réunion qui a pour ambition d'une part de valider le programme, d'autre part de désigner le groupe de porte-parole et le/la candidat-e commune à l’élection présidentielle.

Les élections de 2007 ne peuvent se réduire, comme on voudrait nous le faire croire, à un choix entre une droite de combat et une gauche de renoncement !

Ne nous laissons pas voler ces échéances décisives pour notre avenir.

Quelques informations  : pour lire le programme des collectifs, cliquez ici. Vous pouvez également le télécharger en cliquant ici.  Et vous trouverez toutes les informations concernant la démarche, en particulier sur la question de la candidature commune à l'élection présidentielle, question sur laquelle la réunion des 9 et 10 décembre doit impérativement déboucher sur le site dont se sont doter les collectifs, en cliquant ici.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 18:53

Au terme de cette semaine, j’ai envie d’en pointer certains événements.

C’est d’abord la signature de l’accord des Thomé Génot.

Il faut souligner le courage de ces ex-salariés, que la lutte a menés au succès.
Si vous souhaitez lire cet accord, vous le trouverez sur le blog de la CGT de Thomé Génot, en cliquant ici. (pour information, le président du conseil régional ne signera qu’après approbation de cet accord par la commission permanente, démocratie oblige).

Le courage, ce n’est pas ce qui a étouffé le gouvernement dans cette affaire : les CRS d’abord, la sollicitation des collectivités ensuite !

Quant aux suites à donner, maintenant, elles sont de deux ordres :

- les suites judiciaires et elles doivent avoir lieu. Sylvain Dalla Rosa a demandé, au nom des élus communistes de la communauté d’agglomération, à sa présidente que Cœur d’Ardennes se porte partie civile dans cette affaire. Nous allons faire la même demande au conseil régional.

- La réindustrialisation du département : au fait, la loi de cohésion sociale oblige les entreprises qui effectuent des licenciements collectifs, sauf en cas de redressement ou liquidation judiciaire, à contribuer à la création d'activités et au développement des emplois et à atténuer les effets du licenciement envisagé sur les autres entreprises dans le bassin d'emploi. Que font Glaverbel, Delphi ?

C’est la manifestation mercredi à l’appel de RESF et du CAIR, la première du genre dans les Ardennes, motivée par le durcissement de la préfecture en matière de régularisation des sans papiers : un vrai succès, d’autant plus que la mobilisation a été faite en 24 h. J'y ai rencontré  des responsables syndicaux (y compris de Thomé Génot), des militants associatifs, des élus, essentiellement communistes, des citoyens tous simplement écoeurés par la politique inhumaine des Sarko Villepin. En cliquant ici vous pourrez voir  quelques photos faites par Jean Charles. 

Mercredi, c’était aussi un objet non identifié, une manifestation d’élus ardennais à Paris pour l'emploi dans le département, les tenants de Sarko et de Ségo main dans la main car quand il s’agit d’économie, ils sont pareils à dire leur incompétence face à la mondialisation ultralibérale. Cliquez ici pour lire la déclaration du bureau de l’association départementale des élus communistes et républicains.

Un fait marquant de la semaine, c’est aussi les résultats des élections législatives aux Pays Bas : un vrai signe d’espoir. Dans ce pays, le parti socialiste (SP) a triplé sa représentation au parlement. Ce n’est pas un parti socialiste comme chez nous – au Pays Bas, c’est le parti travailliste qui est l’homologue du PS français. C’est le parti qui résiste à l’esprit de consensus qui prive souvent les électeurs néerlandais d’alternative politique. Après le référendum sur la constitution européenne, où ils étaient les seuls à gauche à défendre le « non » face au consensus de la droite et des travaillistes, le SP a su créer le débat sur les dangers des libéralisations et de l’affaiblissement de la protection sociale et faire le lien entre enjeux européens et réalités locales. Le SP a 26 députés (sur 150) et s’impose ainsi comme la troisième force politique du pays, derrière le Parti travailliste (32 élus) et les chrétiens-démocrates (41 élus). Le SP talonne ainsi les travaillistes qui n’avaient eu, dans l’histoire récente, aucun concurrent sérieux sur leur gauche.

Voilà de quoi donner de l’espoir pour réussir les échéances électorales de 2007 en France.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 21:59
Demain le Réseau Education Sans Frontières organise des manifestations pacifiques devant les préfectures dans toute la France.

Dans les Ardennes, au vu des difficultés actuelles (voir les articles de l'Ardennais sur la famille Popov ou l'article de mon blog) le CAIR (Collectif ardennais pour l'intégration des réfugiés) a décidé d'organiser, dans le cadre des actions de RESF, un rassemblement devant la préfecture à 16 H.

Il n'est en effet pas admissible que l'Etat français refuse des papiers à des personnes qui risquent la mort en retournant dans leur pays

 

Rassemblement mercredi 22 novembre à 16 h
devant la préfecture des Ardennes

Apporter une bougie qui sera allumée devant la préfecture.

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 23:50

Chômage, pauvreté, précarité, discriminations, insécurité, mépris… En France avec ce gouvernement de droite comme dans toute l’Europe où elles s’appliquent, les politiques « libérales » de soumission aux exigences des marchés financiers conduisent à l’impasse.

La gauche est face à un choix et un seul pour que la vie change : choisir une politique nouvelle. Une politique qui prenne les problèmes à la racine et qui, pour cela, ose s’affronter aux intérêts des puissants. Il n’y aura pas de changement sans ce courage-là.
Le rassemblement antilibéral auquel travaillent les communistes avec beaucoup d’autres vise cet objectif. Électrices et électeurs communistes, socialistes, écologistes, républicains, d’extrême gauche, nous nous retrouvons depuis des années dans les luttes contre la droite et le patronat, pour la justice, la liberté, la dignité. Nous nous sommes retrouvés très nombreux dans le non de gauche. Nous vivons et travaillons côte à côte en partageant les mêmes préoccupations et les mêmes aspirations.

Lisez l'adresse de Marie Georges Buffet aux femmes et hommes de gauche en cliquant ici

Ya pas que Sarko et Sego,
Ya les cocos !
Ya tous ceux, divers,  dans le rassemblement antilibéral,
qui veulent changer vraiment !

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article