Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 11:47

Le Sénat vient de publier un rapport d'information fait au nom de la mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale de la commission des affaires sociales sur le financement des établissements de santé. Vous pourrez le lire en cliquant ici.

C'est un rapport très riche, avec plein de propositions et loin de moi l'idée de vous en faire une analyse complète : le lien que je vous ai indiqué ne va pas directement sur le rapport, mais sur une page d'introduction vous permettant, si vous le voulez, de ne lire que la synthèse avec les propositions.

Mais simplement l'envie de faire quelques commentaires.

Tout d'abord, un grand pas avec la reconnaissance que le budget des hôpitaux a une enveloppe fermée : je cite : "Bien que devant théoriquement procurer aux établissements des recettes proportionnelles au volume de séjours réalisés, la T2A s’inscrit dans une enveloppe fermée et n’entraîne pas, de ce point de vue, de changement fondamental par rapport à la dotation globale. Elle constitue ainsi une nouvelle modalité d’allocation de ressources." Il est évident que ce grand pas ne sera qu'un petit pas si ce n'est pas suivi par une révision de l'ONDAM, l'objectif national des dépenses d'assurance maladie et de ce point de vue, les annonces pour 2013 ne sont pas satisfaisantes !

Un autre pas est fait avec la reconnaissance que la T2A a joué un rôle dans l'aggravation du déficit des hôpitaux des zones peu peuplées ou ayant des difficultés de recrutement de médecins. L'annonce toute récente du maintien de l'activité de rythmologie interventionnelle (une activité de cardiologie) à l'hôpital de Castres semble montrer que la ministre a compris l'intérêt de la proximité. Une annonce à confirmer par d'autres allant dans le même sens. Le groupement hospitalier Sud Ardennes attend une aide par exemple.

Il y a d'autres petits pas : attendre pour élargir la tarification à l'activité en psychiatrie, dans les soins de suites ...

Mais ce rapport reste enfermé dans des recherches technocratiques, dans l'enveloppe fermée, même s'il la reconnaît. Et il a une immense lacune : la démocratie sanitaire. A quoi cela sert de donner une plus grande marge de manoeuvre aux agences régionales de santé si les décisions y sont prises par un directeur général sous tutelle du ministère ?

Une bouffée d'air frais dans la lecture de ce document avec lors de sa discussion les interventions d'Annie David, sénatrice PCF de l'Isère : "(...) J'entends bien que la question des ARS sortait de votre mission. (...) Si je comprends la nécessité d'évaluer les besoins de soin par bassin de population, il y aurait beaucoup à dire sur le fonctionnement actuel de ces agences, dont les décisions laissent les professionnels démunis. Il serait bon de s'y pencher" et de Dominique Watrin, sénateur communiste du Pas de Calais : On ne sortira pas de la question des déficits et de l'efficacité du système sans une problématique globale de l'offre de soins et des parcours de santé. D'où la question des inégalités territoriales. La T2A pose le même type de problème que la convergence : on plaque une rémunération identique sur tout le territoire, alors que les contraintes ne sont pas les mêmes avec tous les patients. Dans mon territoire, classé 342e sur 342, le taux de mortalité est supérieur de 70 % à la moyenne nationale, et l'espérance de vie inférieure de deux à trois ans. Les patients arrivent à l'hôpital en bout de course. Or, la T2A n'en tient pas compte. Là où les hôpitaux sont le plus en déficit, il n'y a aucun mécanisme de compensation, et la dotation des ARS est plus faible."

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article

commentaires