Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 15:41

Il y a déjà quelques temps que je souhaite reprendre sur ce blog, le texte que j'avais écrit pour Globule Rouge, la feuille de chou de la commission santé du PCF.

Car la question du travail est une question centrale du changement de société nécessaire et la culpabilisation et l'isolement des salariés une arme dans les mains du capital pour arriver à ses fins : toujours plus de profits !

Ce texte, partant de la situation dans les hôpitaux, le voici :

« Dimanche il y a une mamie qui est décédée. Vous vous rendez compte, elle est morte toute seule. Je n'ai même pas pu lui tenir la main. Il y avait plein d'entrées et j'étais toute seule. » Ce témoignage poignant et si traumatisant que l'infirmière le racontait encore plusieurs jours après n'est qu'un parmi tant. Déshumanisation, quand il ne s'agit pas de « pertes de chance » pour des malades, les conséquences du manque de personnel hospitalier sur la prise en charge des malades impacte grandement le moral des personnels hospitaliers.

« La source principale des problèmes de santé au travail est l'impossibilité dans laquelle on se trouve de faire quelque chose qui soit défendable à ses propres yeux ». Ce constat d'Yves Clot, joint aux analyses de l'étude PRESS NEXT démontrant le rôle des organisations du travail dans la satisfaction au travail permettent de montrer les véritables causes de la progression de l'insatisfaction au travail des personnels de santé, version soft d'une véritable souffrance pouvant aller jusqu'aux suicides, trop méconnus.

Les causes dépassent la simple insuffisance de personnel : la souffrance liée à la distance entre le travail tel qu'on le rêve et ce qu'on peut faire, les ordres reçus, s'est profondément amplifiée avec la mise en oeuuvre de la tarification à l'activité, imposant d'effectuer les soins, non plus dans la relation à l'autre avec toute la singularité de chaque patient, mais comme un processus industriel visant la rentabilité de l'hôpital. Cette évolution a eu un coup d'accélérateur avec la loi HPST élargissant le champ des personnels en souffrance aux médecins et cadres, privés soudain du droit de donner leur avis dans l'organisation du travail, soumis à une administration qui ne pense qu'équilibre financier.

Rentabilité, plutôt que qualité du travail : les mêmes causes entraînent les mêmes effets dans l'ensemble des services publics, avec les mêmes principes, faire croire aux personnels que c'est de leur faute s'ils n'arrivent pas à concilier impératif financier et éthique, une culpabilisation facilitée par un encadrement intermédiaire à qui on demande de régler des questions qu'il ne peut régler.

Cette culpabilisation, l'épuisement professionnel, contribuent à isoler les individus, là où précisément, il convient de confronter les expériences pour éclairer cette évidence : ce ne sont pas les individus qui n'y arrivent pas, mais l'organisation qui est coupable, dans la santé, mais aussi dans l'ensemble des services publics : l'organisation est devenue soumise au dieu rentabilité !

Ces convergences sont nécessaires pour sortir les sujets de leur isolement, de leur culpabilisation et développer les luttes. De ce point de vue, on ne peut que remarquer que les rares avancées annoncées concernant la remise en cause de la loi Bachelot ne concernent que le fait de redonner un peu la parole aux médecins : une avancée permettant de freiner les convergences, sans s'attaquer au coeur du problème : les personnels des hôpitaux n'en peuvent plus de voir leur travail soumis aux diktats financiers.

La casse du travail, et quand je parle de cela, je n'entends pas par là, un autre problème tout aussi majeur, mais qu'il convient de différencier, le chômage, la casse de l'industrie, est une question majeure, un des éléments de la crise civilisationnelle que nous vivons actuellement : allez donc aussi lire le rapport d'activité 2012 du collectif des médecins du travail de Bourg en Bresse en cliquant ici.

Le changement, c'est urgent ! Mais pour ne prendre qu'un exemple, et en sortant du champ de l'hôpital, des conséquences de la pression de la rentablitié, à l'AFPA, malgré le plan de refondation, la CGT est encore obligée de déclarer : "Il est toujours aussi difficile de travailler ensemble et la souffrance face au sentiment d’être empêché de bien faire son travail est toujours aussi aigue." Pour lire la déclaration de la CGT au dernier CCE de l'AFPA, cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Claude 30/03/2013 17:18


Emouvant témoignage et analyse très juste de Michèle. Merci a tout ceux qui se battent pour humaniser l'hôpital publique.