Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 08:06

Le 11 février , une délégation du Front de Gauche des Ardennes a rencontré le directeur de l'ARS. C'est encore un retour en arrière dans ce blog, mais vous comprenez bien que, même si je ne l'ai pas fait tout de suite, je ne peux pas ne pas vous raconter cette entrevue où le Front de Gauche était représenté par Sylvain Dalla Rosa, vice président du conseil de surveillance de l'hôpital de Charleville Mézières, Franck Tuot, conseiller régional, membre de la commission santé, Claudette Moraine, Christian Celdran et moi-même et où le directeur de l'ARS était accompagné par Mr Houlier, directeur de l'offre de soins à l'ARS et Mr Phelep, directeur de l'hôpital de Charleville Mézières.

Si vous pensez un seul instant que cette rencontre marque un changement, .ne vous faites aucune illusion : la réponse que m'a fait Mr Phelep quand je lui ai dit que la fermeture de la morgue de Fumay m'avait scandalisée, c'est "il n'y a pas le flux". Même la mort doit être rentable ! Pour en rester sur Fumay, nous n'avons pas appris grand chose : les annonces seront faites au conseil de surveillance de cet hôpital qui doit se tenir dans la première dizaine de mars. Nous y sommes !

Cette entrevue était le résultat de la pression que nous avions mise sur l'ARS, avant la réunion publique organisée par celle-ci à Rimogne à la suite de l'annulation de la rencontre prévue avec Sylvain Dalla Rosa. Vous pouvez relire à ce sujet mon article précédent en cliquant ici.

L'essentiel de la réunion a porté sur la situation de l'hôpital du chef lieu et la création du Groupement de Coopération Sanitaire puisque c'était l'objet initial de la demande de rencontre faite par Sylvain Dalla Rosa. Le directeur de l'ARS, après avoir regretté de ne pas s'être expliqué davantage de l'annulation du rendez vous, a largement laissé Mr Phelep répondre aux questions. Evidemment, Sylvain Dalla Rosa a redit le regret du manque de dialogue, car nous ne sommes pas contre tout mais avons des propositions. La volonté de garder l'offre de soins dans les Ardennes est bonne, mais il faut un avenant à la convention constitutive du GCS pour que celui-ci soit de droit public.

Je viens de lire le rapport de l'IGAS sur les cliniques privées (on peut le lire en cliquant ici). Ce rapport, qui a plutôt tendance à reprendre les revendications des directeurs des cliniques privées et à acter le mélange public privé, souligne à plusieurs reprises la transparence limitée des flux financiers, l'imbrication des sociétés, les montages faits avec des sociétés d'immobiliers qui ont des profits de l'ordre de 10% ! Alors, vous comprenez que l'on se méfie : pas question que l'argent public aille alimenter Orpéa et Clinéa et si le groupement de coopération sanitaire, même de statut privé, est à but non lucratif (et bénéficie de ce fait des tarifs publics, avec actes des médecins intégrés dans ces tarifs), il va falloir de la transparence pour être sur qu'il n'y a pas de transferts de charges indues entre les différents membres du groupement. Et faire en sorte que ce GCS soit de droit public, c'est, comme il est érigé en établissement de santé, obtenir les instances d'un hôpital public, avec des élus, des représentants syndicaux dans le conseil de surveillance, un minimum pour "surveiller" ce qui se passe, même si la loi HPST a réduit les pouvoirs de ces conseils. C'est aussi des garanties pour le personnel de statut, un élément essentiel pour celles et ceux qui travaillent au service des malades, pour qu'ils travaillent dans de bonnes conditions de sécurité.

Transparence : on peut difficilement dire que c'est la qualité première des montages financiers actuellement faits. A écouter le directeur de l'hôpital de Charleville Mézières, les 2 millions d'euros de travaux faits actuellement à l'hôpital pour accueillir l'activité de la polyclinique n'entraîneront pas de frais financiers liés à des emprunts et n'amputeront pas le budget 2013 de l'hôpital : d'où viennent ils donc ? On peut supposer que la vente de Corvisart est un des éléments de réponse, mais il n'a même pas eu la transparence d'aborder cette question. Ce qu'il nous a dit, c'est que c'est deux millions de travaux seront amortis sur cinq ans par le loyer payé par le GCS.

Equilibre financier ou qualité des soins ? Nous avons redit que notre but, c'était la réponse aux besoins de la population. Est ce vraiment le but recherché par les tutelles quand on entend la satisfaction d'avoir rétabli l'équilibre budgétaire de l'hôpital de Charleville Mézières (qui est même excédentaire de 500 000€ en 2012) au pris de 100 suppressions d'emploi !

Dernière chose : le GHSA. Je n'ai malheureusement pas de scoop à vous faire. Nos interlocuteurs nous ont uniquement rappelé l'importance du déficit de ces établissements hospitaliers.

Evidemment nous avons été à Rimogne ensuite redire quelques exigences : vous pouvez à ce sujet lire l'article de l'hebdomadaire local en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article

commentaires