Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 22:32

moton786-53d2cVoici les premières remarques d'Yves Dimicoli, économiste communiste, sur le rapport du COR :

1- Le COR, avant l’éclatement de la crise, avait prédit des tensions importantes sur le financement des retraites. Aujourd’hui, il ne fait que prendre en compte la crise que ses propres outils d’analyse ne lui ont pas permis de prévoir. Il ne fait alors que constater que cette crise, qui ne tombe pas du ciel mais résulte de choix politiques et de gestion concrets, va accroître les tensions prévues.

2- Le COR a été aveugle sur la crise, car ses outils d’analyse postulent la domination éternelle de la rentabilité financière et du marché financier sur tous les choix politiques et de gestion. Or la crise résulte, précisément, de cette domination avec laquelle il faudrait commencer à rompre pour répondre aux besoins de développement de toutes les capacités humaines et aux exigences nouvelles d’efficacité sociale des gestions des entreprises et du crédit des banques.

3- Le COR confirme combien l’emploi, en quantité et qualité, et les salaires sont l’essentiel pour sauver la répartition. Mais, comme ses outils d’analyse font en réalité de l’emploi la variable d’ajustement, et qu’ils admettent comme fatal l’explosion des prélèvements financiers du capital sur les richesses produites, il retient comme « centrale » l’hypothèse, à l’horizon 2021-2050, d’un taux de chômage officiel de 7%, soit quelque 1,8 millions de chômeurs ! Cela signifierait en fait une énorme précarité.

4- Ce faisant, le COR confirme combien la perspective d’un « retour au plein emploi », avec un taux de chômage officiel de 4,5%, est une promesse illusoire dés lors que l’on accepte la domination de la rentabilité financière sur les gestion des entreprises, celle du marché financier sur le crédit et les banques. Il montre aussi que même avec le « plein emploi » les problèmes de financement demeureraient. Il confirme ainsi à quel point une véritable ambition alternative à gauche ne saurait se limiter à la promesses illusoire du « plein emploi », mais, au contraire, devrait viser une éradication progressive, mais effective, du chômage et de la précarité avec la sécurisation de l’emploi, de la formation et des revenus d’activité.

5- Les chiffres « fantasmagoriques » du COR visent à faire peur pour que les salariés, les populations, la gauche se résignent à des « solutions » sur les retraites ne mettant surtout pas en cause les choix de gestion des entreprises, les pratiques bancaires et les critères du crédit, la progression des prélèvements financiers (intérêts et dividendes, placements financiers, spéculation) sur les richesses produites.

6- Le COR met dans ses hypothèses ce que Sarkozy et le MEDEF entendent retrouver dans ses conclusions. Il affirme, ainsi (p.41), que « compte tenu de la hausse projetée de la durée d’assurance requise pour une pension à taux plein à 41,5 ans en 2020, l’âge effectif moyen de départ à la retraite augmenterait en projection, tant au régime général que dans la fonction publique. Au total, par rapport à 2008, il augmenterait d’environ 1 an à l’horizon 2030 et de l’ordre de 2 ans à l’horizon 2050 ».

Gageons alors que Sarkozy et le MEDEF auront ainsi de quoi affirmer que la seule réforme qui vaille serait, soit de diminuer les pensions, soit d’augmenter la durée de cotisation comme l’a conseillé à nouveau A. Minc sur France Inter le 14/04, au lieu de chercher à augmenter en masse et en taux les cotisations via, notamment, la mise à contribution des revenus financiers des entreprises et des banques et un modulation incitative du taux de la cotisation patronale de façon à pénaliser les entreprises qui font du chômage, accroissent la précarité et font pression sur les salaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Au fil des jours
commenter cet article

commentaires

Danièle 27/04/2010 18:05



Comme vous ?????? Celà m'étonnerait beaucoup



LENOIR ET MERNIER - LCAB 27/04/2010 13:02



Tout a fait Danielle et je vous invite a commencer par agir concrétement. Sinon rien ne se passera et rien ne bougera et vous aurez écris pour rien dire du tout.



Daniele 27/04/2010 09:41



C'EST DE CONCRET QUE CES PERSONNES ON LE PLUS BESOIN, PAS DE FAYOTAGE D'AMIS A AMIS POUR NE RIEN DIRE DU TOUT. A PRIORI RIEN NE SE PASSE .RIEN NE BOUGE



Claude 17/04/2010 02:27



Bravo Michèle, tout à fait d'accord ! Les choix de gestion capitaliste mondial, relayé
par le MEDEF et les grands patrons ont amené la crise et maintenant on voudrait encore en faire payer les effets aux salariés en s’attaquant aux retraites.


Il faut faire payer ceux qui sont responsables de cette situation et non pas encore et
toujours ceux qui la subissent.


 


Merci Michèle pour Mariette et Mireille, qui sont intervenues sur notre blog. C’est là
qu’on voit le dévouement d’une véritable femme politique.