Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 02:38
electrolux.jpgLa politique industrielle est un enjeu majeur pour la Champagne Ardenne et tout particulièrement pour les Ardennes.
Deux remarques s'imposent d'emblée :
- Il est inconcevable d'envisager durablement un pays sans production industrielle sauf à envisager un appauvrissement certain, car chacun conçoit bien que la délocalisation des lieux de recherche et de décision suit inexorablement celle des productions et cela du seul point de vue d'économie "dure"  sans même envisager l'aspect environnemental.
- Il faut sortir du débat tronqué sur le coût du travail : la pensée unique des médias  du grand capital oublie la productivité des salariés français et les comparaisons avec le coût du travail dans d'autres pays européen relativisent sérieusement les pressions effectuées sur les salariés français !
Il y à, à l'évidence, nécessité d'enclencher une dynamique de réindustrialisation avec les activités de demain, plus qualifiées, avec des moyens de production économes en énergie et préservant l'écosystème . Cette dynamique nécessite que ceux qui conçoivent les nouvelles techniques, que ceux qui les mettent en œuvre , soient étroitement associés aux choix et à défaut de pouvoir faire les lois, les conseils régionaux ont la possibilité de conditionner leurs aides à des possibilités nouvelles d'interventions des salariés. Il y à encore du chemin à parcourir pour que ces possibilités ne soient pas que formelles, mais l'association des organisations syndicales à l'élaboration des contrats d'objectifs et de moyens dans la formation entre le conseil régional et les branches professionnelle, telle qu'elle a été pratiquée, est un début.
Et il va falloir faire monter très fort l'exigence d'un contrôle citoyen sur le devenir des pôles agroressources et Materalia ! Il va falloir transformer ces pôles de compétitivité en pôles de compétences, des pôles au service de la société, pas au service des profits !
Cette dynamique, cette transformation citoyenne, sont nécessaires à la mise en oeuvre d'une nécessaire gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, effective, permettant de donner aux jeunes envie de se former aux métiers de l'industrie car ils auront des perspectives, pas seulement d'être intérimaires pendant les périodes fastes, chômeurs dans d'autres comme actuellement. La transmission des savoirs est urgente ! Mais cela nécessite que les entreprises de bassins d'emploi comme celui de la vallée de la Meuse travaillent ensemble, non pas à se piquer les compétences, mais faire connaître leurs besoins de main d'oeuvre, à former ensemble pour garantir une sécurité d'emploi sur le bassin ! Le rôle fédérateur de la région peut y contribuer.
Encore faut il que les entreprises aient les moyens financiers de leur développement, c'est à dire que les banques les aident même si leur taux de profit n'atteint pas les 15 à 20% escomptés par les fonds de pension américains et autres machineries financières destructrices. Et c'est là tout l'intérêt d'un dispositif de fond régional, bonifiant les intérêts en fonction de l'intérêt social de la production, de la qualité des emplois créés (salaires, conditions de travail, formation, etc...) et de la qualité environnementale.
Dans l’hypothèse d’un taux d’intérêt moyen de 4% pour les crédits à l’investissement, l’intervention en bonifications de la région pourrait permettre de lever une masse de crédits nouveaux à taux zéro de 400 M€ avec 16M€ d'argent public. Et il pourrait ne pas s'agir uniquement de l'argent régional, mais également de l'argent utilisé par les autres collectivités (département, communautés d'agglomération ou de communes)  pour des aides économiques et de l'etat, ce qui permettrait une véritable cohérence.
Cela nécessite effectivement de faire pression sur les banques, mais il faut aller chercher l'argent où il est et c'est bien aux banques à jouer ce rôle essentiel dans le développement économique !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article

commentaires

Michèle Leflon 11/03/2010 22:46


Jacky, c'est bien ce que je craignais : c'était un courrier demandant une réponse des services de la région, pas un courrier de JP Bachy politique ; et c'est bien cela qui est dramatique : que les
services n'aient pas le temps de traiter convenablement tous les courriers.
Sur le blog du collectif de défense de l'hôpital, il y a un témoignage édifiant sur le fonctionnement de la télévision à l'hôpital : j'ai vu que tu t'étonnais de l'absence de réponse : mais c'est
plus difficile de tenir le blog d'un collectif qu'un blog personnel car la réponse au commentaire doit être collective !
Plus qu'une réponse, il faudrait sans doute d'autres témoignages !


JACKY 11/03/2010 20:37



Michéle mon courrier envoyé à Monsieur Bachy ne consistait ni à un soutient ou à un coup de piston mais tout simplement aux démarches nécessaires en temps que créateur d'entreprise et aussi
pouvoir avoir les premiers contacts avec la directions, ce n'était que cela. Mais je me r'appellerai aussi que mes premiers contacts ont été obtenu grace à vous et à Claudine et je vous en
remerçie encore.A propos de mon dossier je ne pense pas qu'il était plus compliqué qu'un autre mais tout simplement la direction a préféré privilégier sont intêret que celui des personnes
hospitalisées. Tous ce que je vois c'est que la sociétée retenu a préféré se retirer et aujourd'hui rien n'est toujour fait et les agressions envers mon épouses sont de plus en plus fréquents
sans compter les coups de téléphones jusqu'a des 22 heures par des personnes mécontentes. Alors que j'avais tout en mains pour pouvoir équiper tout l'établissement.A savoir que tous devait être
fait pour septembre 2009.    



Michèle Leflon 09/03/2010 21:49


Jacky, je suis désolée que tu n'aies pas eu de réponse.
Je pense qu'il ne faut pas le voir comme une question personnelle entre JP Bachy et toi, mais bien comme un défaut de l'administration régionale et par contre, de cela JPB est responsable.
Je m'explique : les services n'ont matériellement pas le temps de traiter convenablement tous les dossiers, d'où des absences de réponse, évidemment plus fréquentes quand les dossiers sont
compliqués et le tien l'était un peu !
La droite accusant toujours la gauche de vouloir créer des emplois, JPB n'a pas voulu créer les emplois nécessaires à un bon fonctionnement du conseil régional, car il avait peur des critiques.
Le personnel du conseil régional était organisé pour avoir la politique de la droite : gérer quelques gros dossiers dans chaque secteur tous les ans, ne pas innover et ne pas chercher à répondre
aux besoins différents des Champardennais, ne pas chercher à s'adapter aux différentes situations. Faire cela ne demande effectivement pas beaucoup de fonctionnaires.
Depuis 2004, on leur a demandé énormément de choses et ils se sont remarquablement adaptés, ont fait de gros efforts, mais il faudrait qu'ils soient plus nombreux pour effectivement répondre aux
besoins multiples des champardennais d'instruction de dossiers.
Ceci dit, j'en profite pour l'écrire ici, si on est réélu, n'hésitez jamais à m'adresser le double des courriers que vous adressez à JPB (de préférence par mail)


claude 24/02/2010 06:49


Ha bon Michèle !!!! Pas devant moi en tout cas
Pour le reste j'approuve a 100 %.


Michèle Leflon 24/02/2010 00:46


Je n'ai effectivement pas abordé la question de la "gouvernance" de ce fond régional pour l'emploi et la formation et c'est une question essentielle ! Ce fonds doit être géré par les élus (et si
d'autres collectivités que le conseil régional veulent bien s'impliquer dans ce fond, des élus de ces collectivités, ce qui serait très bien pour la cohérence régionale et éviter d'opposer entre
eux les territoires de la région avec chaque conseil général ayant sa politique d'aide !), par des représentants de l'état en région (si l'etat veut bien abonder ce fond) et par les partenaires
sociaux et ce dernier point est essentiel : cela doit s'accompagner d'avis régulier des CE des entreprises aidées par ce fond pour mieux appréhender le respect des engagements pris par les
entreprises.
Cette gouvernance démocratique doit permettre de respecter les autres conditions sans en faire un absolu : évidemment, il faut réserver ces aides aux PME de la région, mais va-t-on exclure une
entreprise qui a 251 salariés et qui a un projet de développement de qualité ou une entreprise de stenay qui souhaite ouvrir un nouvel atelier sur Carignan, alors que l'on aiderait une entreprise
de la vallée qui veut se développer sur Troyes ???
L'Humain d'abord ! et pas la calculette ! Mais évidemment, il faut donner un rôle fort aux élus et aux organisations syndicales.
Et, à l'intention de Claude, je voulais simplement faire remarquer qu'il avait bien compris que pour faire avancer les choses, il fallait rassembler des personnes de sensibilité diverse et on peut
jouer sur les mots, mais au moins une des personnes de son collectif défend ardemment la cause de JP Bachy