Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 22:10

Dans le cadre de la consultation lancée par le gouvernement sur l'école avait lieu un Conseil Académique de l'Education Nationale ce matin, où ont été mises en débat les synthèses de réunions qui se sont déroulées en interne à l'Education Nationale, ou publiquement.

Je suis intervenue à deux reprises et je vais essayer de vous donner le sens de mes interventions :

La première était générale : il y avait urgence au débat, car les changements sont urgents, sur la formation des enseignants par exemple, dont le recrutement doit effectivement être démocratisé, mais la solution des emplois d'avenir est loin d'être parfaite !
Mais c'est frustrant  et comme d'autre, je n'ai pas pu aller dans les réunions publiques organisées dans la pécipitation : le débat doit contineur, car il y a de vraies questions de fond sur lesquelles il faut avancer. La lecture des synthèses transmises, en particulier celle des travaux des chefs d'établissement interroge en donnant l'impression que l'on veut une école qui n'est là que pour préparer à l'emploi, alors que certes, elle doit permettre aux jeunes de s'insérer ultérieurement dans l'emploi, mais elle doit aussi être émancipatrice et contribuer à lutter contre les inégalités socio-culturelles et pour avancer dans ce domaine, il faut refonder l'école sur la base de l'enfant qui n'a que l'école pour apprendre.

En intermède avant ma deuxième intervention plus technique (mais je sais que certains lecteurs cherchent ce genre d'informations sur mon blog), voici des nouvelles ardennaises apprises au cours du débat par la voix de la FCPE posant la question des incohérences avec le cas d'un lycée où il y a cours le samedi matin, mais pas de transports scolaires. Le Recteur en a rajouté en parlant d'un collège et d'un lycée dont les transports scolaires arrivent à 7 h 30 alors que les cours commencent à 8h10.

J'ai un très vieux souvenir d'une rentrée scolaire où les jeunes de Vrigne aux Bois avaient été affectés en seconde dans les lycées de Charleville et où le conseil général avait décidé de les emmener à Sedan.

Depuis, on a du changer de Président du Conseil général, mais l'absence d'adaptabilité des transports scolaires est toujours la même !

Ma deuxième intervention a concerné les points plus précis, mis en discussion : tout d'abord, en tant qu'élue régionale en charge de la formation professionnelle, je veux dire que le conseil régional continuera à travailler pour sécuriser les parcours à la frontière du système éducatif (l'un des points abordés concernait la question des décrocheurs) comme nous avons commencé à le faire dans le cadre du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles, avec des dispositifs comme l'école de la deuxième chance ou les missions locales qui sont cofinancées par le conseil régional, car il y a un enjeu pour ces jeunes, mais dans les débats qui ont lieu dans le cadre de nouvelles décentralisation, je suis persuadée que la question des décrocheurs doit rester sous la responsabilité de l'Etat, car c'est nécessaire que l'Education Nationale assume ses échecs pour mieux apprendre à les prévenir. Ensuite, plutôt comme citoyenne connaissant le monde de la santé, j'ai beaucoup d'interrogations sur le document concernant la médecine scolaire (et la médecine du travail des personnels de l'EN) et la télémédecine. Il y a deux choses dans le rapport, tout d'abord la question du transfert de taches des médecins scolaires vers les infirmières, une question qui est transversale à d'autres domaines de la santé, mais encore faudrait il avoir des infirmières scolaires en nombre suffisant ! Ensuite pour poursuivre le débat sans obstacle rajouté, quand on parle de compétences supplémentaires pour les infirmières, il faut envisager que ce soient des qualifications reconnues et reconnues aussi par le salaire. Sur la question de la télémédecine, j'ai été amusée de l'exemple de l'électrocardiogramme : pour avoir travaillé pendant des années dans un hôpital où le service de cardiologie était à l'autre bout de la ville, je peux dire qu'il suffit d'un fax pour envoyer un électrocardiogramme, mais encore faut il au bout un cardiologue qui ait le temps de le lire ! Et je m'inquiète de ce genre de projet d'autant plus qu'il y a actuellement une confusion entre la télémédecine et la domomédecine sur laquelle la Champagne Ardenne est en pointe avec pour but de mettre en oeuvre de nouvelles technologies pour permettre de mieux répondre à certains besoins, comme d'ailleurs il a été évoqué dans un des rapports l'apport des TIC pour les jeunes en situation de handicap :  il ne faut pas que l'on en arrive à critiquer la domomédecine parce que l'on en fait des caricatures et déjà à la foire de Chalons on a entendu parler de l'intérêt de la domomédecine pour régler la question de la médecine du travail : cette question ne peut pas se régler sans des hommes et des femmes pour la faire !

Juste pour conclure, je me permets de rajouter que le Recteur a fait remarquer que l'EN est la seule administration sans médecine du travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires