Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:03

Au nom de la crise, des délocalisations, il faudrait faire des cadeaux aux capitalistes ? Ce n'est pas cela qui améliorera la vie dans les Ardennes, mais cela favorise c'est sur les baisses de salaires, l'aggravation des condtions de travail, la précarité, bref, le mal vivre.

Voici la déclaration de la fédération du PCF des Ardennes :

usineL’annonce brutale de la liquidation de l’entreprise Porcher (IDEAL STANDART) à Revin est révélatrice, à plus d’un titre, des méthodes des patrons voyous. Elle confirme tout d’abord le manque de scrupule du patronat mondialisé qui n’hésite pas à faire le choix de la rentabilité financière en délocalisant sa production au détriment d’un bassin d’emploi et de sa population. Mais la situation fait également se révéler les surprenantes propositions de certains élus socialistes. Ainsi, le député maire de Revin et le conseiller général de Monthermé réclament, en cœur, le prolongement du dispositif d’exonérations de charges pour les entreprises (amendement zone franche de l’UMP J.L WARSMANN). En place depuis 2007, ce système n’a pour l’instant pas montré son efficacité. Il est surtout utilisé par des entrepreneurs qui sont plus à la recherche d’un effet d’aubaine financier que d’une véritable réindustrialisation des Ardennes.
Par ailleurs, il existe, depuis de nombreuses années, toute une série de plans pour le sauvetage de notre département qui ont tous été dévoilés à grands renforts de tapages médiatiques à la suite d’un désastre économique ou industriel. On peut citer, entre autre, le plan spécial de Nicolas SARKOZY de 1995, le contrat de développement économique 2007-2013, la mission ARCELOR ou le plan de relance du gouvernement lancé en 2009. Tous ces dispositifs, au regard de la dégradation constante de notre industrie depuis plus de quinze ans, ont tous montré leur inefficacité. D’autant qu’il n’existe aucun mécanisme de contrôle de l’utilisation de l’argent public au profit de l’emploi.
La véritable question pour les Ardennes demeure donc bien de mettre un terme à la casse industrielle et d’envisager quelles mutations sont possibles pour l’industrie ardennaise. Parallèlement il faut développer les formations à débouchés industriels dans les lycées. Nombre d’entreprises locales comme PORCHER, ELECTROLUX ou DELPHI sont viables, il s’agit d’en empêcher la fermeture et le transfère de la production sous d’autres cieux. La tenue d’assises départementales de l’industrialisation, ouvertes à tous les partenaires sociaux, permettrait d’engager la réflexion sur nos atouts et nos besoins.
C’est bien la qu’intervient la bataille politique. Les députés communistes ont déposé, depuis plusieurs années, des propositions de loi pour lutter contre les délocalisations. La dernière date de 2007 et elle précise  « les licenciements boursiers par les entreprises prospères doivent être proscrits ». Sauf que l’UMP, majoritaire au parlement, a rejeté le texte du PCF, démarche qui s’inscrit d’ailleurs dans la lignée de la casse sociale engagée par le gouvernement ces dernières années. Alors, quelle sincérité peut-on accorder aux élus de droite comme B. HURE ou B. POLETTI qui, avec un aplomb inégalable et choquant, défilaient à Revin aux côtés des salariés de chez PORCHER qui voient leur destin brisé par le chômage ? Concernant le PS, cette lutte nécessaire contre les délocalisations on n’en retrouve aucune trace dans leurs propositions.
Il est vital, pour la survie de notre département, qu’un changement de politique nationale intervienne rapidement et que soit mise en œuvre une véritable gestion de réindustrialisation et d’actions contre les délocalisations.

La véritable question reste la lutte contre les délocalisations, pas le prolongement de la zone franche !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article

commentaires