Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 20:05

C'est dans l'air du temps et dans la bouche du président de la république lors de son discours à Blois : pour mieux former les demandeurs d'emploi, il faudrait réorienter l'argent de la formation professionnelle des salariés vers celles des chômeurs. C'est insupportable, cette mise en opposition entre les salariés et les demandeurs d'emploi !

Baisser la part de la formation des salariés ? Mais on est encore très loin des 10% du temps de travail consacré à la formation que proposent les communistes pour répondre aux enjeux de la société du XXIème siècle ! Ce qu'il faudrait, ce n'est pas prendre de l'argent sur la formation des salariés pour la mettre sur celle des privés d'emploi mais bien augmenter l'enveloppe globale de la formation professionnelle, à moins que le but soit que les salariés ne puissent plus se former et qu'on les jette quand on a besoin de compétences nouvelles pour en prendre d'autres, formés avec des fonds publics et aller vers un désengagement des entreprises de la formation !

Quand le Président de la République souhaite que 50% des demandeurs d'emploi puissent se former, c'est oublier que nombre d'entre eux ont suffisamment de compétences et de qualification et que la formation ne peut régler le manque d'emplois, la crise économique amplifiée par la politique d'austérité !

Multiplier par deux le nombre de chômeurs formés, si c'est pour diviser par deux la durée des formations et ne plus faire du qualifiant mais des formations gadget type « comment on fait un CV » on n'aura pas tout gagné !

Le financement de la formation des chômeurs, ce sont essentiellement les conseils régionaux et Pôle Emploi et rappelons le, Pôle Emploi, c'est à la fois de l'argent de l'Etat et de l'UNEDIC, donc en provenance des entreprises : ce sont les cotisations d'assurance chômage. Pôle Emploi finance surtout des rémunérations de stagiaires mais aussi des coûts pédagogiques.

J'en viens là à un sujet qui a beaucoup agité les régions, celle des relations avec Pôle Emploi : les régions socialistes ont envie de mettre le grappin sur l'argent de l'UNEDIC qui sert à financer des formations avec une argumentation valable, mais pour lesquelles il y a d'autres solutions, qui est l'absence de cohérence globale de la formation des DE. Le texte du projet de loi est un peu embrouillé mais F. Hollande a été clair à Blois : Pôle Emploi est là pour placer les demandeurs d'emploi et c'est aux régions de les former. L'argent que Pôle Emploi met dans des coûts pédagogiques reviendrait aux régions à charge pour elles d' "acheter" de la formation. Notons au passage que dans les termes, on est très loin du service public de formation !

Il y a pour moi un danger majeur d'abandon par le patronat lors des prochaines renégociations d'assurance chômage du financement de formation pour les chômeurs à partir du moment où il n'y a plus contrôle direct par les partenaires sociaux. Et un désengagement, qui au delà des masses financières, me parait complètement contradictoire avec le fait d'aller vers une sécurisation des parcours professionnels, avec l'implication nécessaire des entreprises. Et j'avoue que la manière dont le MEDEF promeut une délibération du comité paritaire national pour la formation professionnelle donnant un accord à ce transfert d'argent de l'assurance chômage vers les régions en ce contentant de l'assortir de certaines conditions, un accord non validé par la CGT, ne fait que me renforcer dans cette conviction qu'il y a vu une piste pour baisser un peu plus le « coût » du travail comme il aime dire.

Et soit dit en passant, la difficulté majeure de Pôle Emploi, ce n'est pas son financement de formations, c'est bien le nombre insuffisant de ses personnels, le fait qu'ils soient plus chargés de fliquer les chômeurs que de les orienter vers de bonnes formations. A ce sujet, dans la nouvelle offre de service de Pôle Emploi, actée dans sa convention 2012/2014 avec l'Etat, la mobilisation d'une formation qualifiante semble réservée aux chômeurs classés comme « les plus loins de l'emploi »

Car l'articulation entre les formations financées par les conseils régionaux et Pôle Emploi peut passer par d'autres méthodes, hypothéquant moins l'avenir de la conception de l'assurance chômage et de la création d'une sécurité sociale professionnelle. En Champagne Ardenne, on en est à la deuxième convention entre la région et Pôle Emploi, permettant à chacun de savoir de quel segment de formation il s'occupe. Poitou Charente vient de nous imiter. Je ne vois pas ce que les propositions du projet de loi amélioreraient.

Et le projet de loi est bien silencieux sur d'autres articulations nécessaires, avec le FPSPP qui finance des préparations opérationnelles à l'emploi, avec les conseils généraux en charge de l'insertion des bénéficiaires du RSA, avec les communes où les maires sont souvent les premiers interpellés par les chômeurs, ce qui a conduit certains d'entre eux à mettre en place des PLIE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires