Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 23:41

Evènement mardi matin au siège du Conseil Régional : il y avait une réunion du Conseil Académique de l'Education Nationale. Ce n'est pas souvent, même si selon les promesses du nouveau Recteur, c'est le deuxième en moins d'un an.

C'est la seule instance qui réunit à la fois l'administration de l'Education Nationale, le préfet, le Président du conseil régional et des représentants de cette institution, des élus des autres collectivités (au fait, aucun des quatre conseillers généraux, un par département, nommés au CAEN, n'avait fait le déplacement), des représentants des personnels, des parents et j'en oublie, il y a aussi l'enseignement agricole, le CESER ...

A l'ordre du jour, essentiellement la préparation de la prochaine rentrée scolaire et vu l'ampleur des suppressions de postes et la catastrophe qui s'annonce, vous voyez l'intérêt de cette instance, même si elle n'est que consultative !

Les déclarations préliminaires des syndicats et de la FCPE ont évidemment dénoncé cette situation, avant que le Recteur et ses adjoints ne présentent les dossiers.

J'ai mélangé un peu tous les points de l'ordre du jour dans l'intervention que j'ai faite mais la déclaration préalable de la FSU abordait aussi les questions d'orientation et je souhaitais apporter des éléments sur ce dossier, qui ne figurait pas à l'ordre du jour.

Voilà en quelque sorte ce que j'y ai dit : la concertation entre le Recteur et le conseil régional s'est améliorée et on ne peut que s'en féliciter : reste que malgré les échanges et les principes annoncés, certaines sections d'apprentissage sont en concurrence avec les lycées professionnels. Le chantage financier fait par le gouvernement pour faire signer aux régions des contrats d'objectifs et de moyens (COM) augmentant le nombre d'apprentis est inadmissible car le lycée prépare mieux à une insertion durable dans l'emploi que l'apprentissage, même si celui ci peut peut être permettre de déboucher plus souvent directement en fin de formation sur un emploi. D'ailleurs avec mon groupe, nous nous étions abstenus lors de la commission permanente votant ce COM.

Le Recteur avait dit dans son intevention de présentation qu'il n'était pas là pour faire de l'amènagement du territoire. Mais pour les élus régionaux, l'amènagement du territoire est bien un élément essentiel : la suppression de la filière STG du lycée Vauban contribue à fragiliser ce lycée essentiel pour attirer de nouvelles populations, ce qui est possible, vu le centre de recherche, la centrale de Chooz, etc ... et on vit mieux à Givet que dans les banlieues marseillaises ou parisiennes. Cette question d'amènagement du territoire est d'ailleurs au centre du contrat de site à la suite du départ du Centre d'entrainement commandos qui promettait l'absence de réduction de services publics. En plus cela va mettre en difficulté des jeunes qui ne choisiront la filière générale que pour ne pas avoir à aller dans un autre lycée et à prendre le train.

Je ne parlerais pas du LP de Revin : le conseil d'administration consacré à la préparation de la rentrée prochaine est seulement prévu lundi prochain.

Mais il y a un troisième lycée dans le conseil d'administration duquel je représente le conseil régional : Bazin. Les difficultés liées à la prochaine rentrée sont moins spectaculaires puisque le nombre d'élèves y est en augmentation à travers le succès de la section STI2D. Mais les difficultés interpellent particulièrement l'élue régionale que je suis : il faudrait repousser les murs des classes car elles ne sont pas conçues pour des effectifs de 37, 38 élèves, comme c'est prévu. Et, que penser des conditions d'éducation avec de tels effectifs !

J'ai aussi parlé de la section maroquinerie du lycée Armand Malaise. L'arrêt de cette section de préparation au CAP en cours d'année me laisse sans voix ! C'est une section sur laquelle j'ai particulièrement des informations, car elle accueille des publics mixtes, à la fois des jeunes scolaires, mais aussi des stagiaires de la formation professionnelle financés par le conseil régional. J'ai eu une réponse argumentée du Recteur : vu les liens avec l'entreprise, autant que les jeunes soient payés comme c'est maintenant le cas avec les contrats de professionnalisation qu'ils ont et que la formatrice qui appartenait à l'entreprise ne soit plus payée par l'Education Nationale. Soit ! J'étais bien consciente que les liens avec Hermès étaient trop étroits et que le projet de cette section devait être retravaillé, mais franchement, j'aurais aimé que cela se fasse en sens inverse, car là, on jette des tous jeunes dans l'entreprise, avant que l'Education Nationale n'est vraiment fini leur formation générale, citoyenne ...

Sur les questions d'orientation, j'ai essayé de rassurer les personnels : le projet de charte que nous sommes en train d'élaborer ne concerne que le travail fait en commun par l'ensemble des services d'orientation de la région (Education Nationale, Pôle emploi, Missions locales, PIJ, Espaces métiers) pour acquérir le label du service public d'orientation, selon la loi, concernant un premier accueil de publics non spécifiques et qu'il n'y a aucune volonté de toucher au rôle essentiel des CIO vis à vis des scolaires. Il y a certainement des choses à reformuler pour mieux indiquer les limites, et je sais d'ailleurs que le Recteur doit nous envoyer des propositions suite à une réunion de travail tenue au rectorat avec les organisations syndicales sur ce sujet. Je prendrai le temps nécessaire pour trouver la rédaction convenant à chacun et c'est d'ailleurs pour cela qu'il ne faut pas que les organisations syndicales s'étonnent de ne pas avoir reçu de documents sur ce sujet pour la commission du CCREFP qui a lieu vendredi matin.

Je suis effectivement au courant des pressions exercées par Nadine Morano sur les préfets pour que des labels soient délivrés avant les échéances électorales, sans même de consultations des CCREFP comme prévu par la loi.

Mais les processus mis en place en région pour que tous les services publics d'orientation aient le label en même temps et ne soient pas mis en concurrence, le contrat de plan régional de développement des formations signé en juin dernier qui engage dans cette démarche l'Etat et la Région, devraient éviter que ces pressions ne puissent aboutir en région. Le Recteur a confirmé la démarche en cours et le préfet n'a pas contesté !

(Je ne l'ai pas redit hier, mais les textes réglementaires organisant le service public de l'orientation sont mauvais et j'ai d'ailleurs déjà eu l'occasion d'en parler sur ce blog, mais maintenant qu'ils existent, le but, c'est que tous les territoires de la Champagne Ardenne aient des services publics labellisés assurant cette mission, pur éviter que le manque ne suscite des vocations à finalité lucrative, que tous les services publics soient labellisés, forme d'assurance tout risque au cas où il prendrait la fantaisie à un ministre de l'éducation nationale par exemple de diminuer les moyens des CIO non labellisés, ou à un autre ministère pour d'autres structures et on peut toujours réver d'un gouvernement qui se déciderait à donner de vrais moyens pour l'orientation : le label pourrait être un moyen d'obtenir des subsides)

J'ai terminé mon intervention en rappelant mon soutien à toutes les déclarations préliminaires dénonçant les suppressions de postes d'enseignants, qui représentent la fermeture d'une très grosse PME en région et mettent le Recteur dans l'obligation de trouver la quadrature du cercle et appelé à une école qui se donne les moyens pour affirmer la capacité de tous les élèves à apprendre et à réussir.

Pour finir mon récit de cette matinée, un mot sur les votes. Un vote a eu lieu sur chaque ouverture ou fermeture en lycée d'enseignement général, ce qui a évité des interrogations : si on vote contre les fermetures, celle de la filière STG de Givet par exemple, on vote aussi contre l'ouverture d'une option arts du cirque à Chalons.

Et cela a donné des résultats amusants : les votes ont été quasi unanimes contre les fermetures, avec une exception : Marie Thérèse Lucas, conseillère régionale UMP : elle a voté pour toutes les fermetures sauf celle dans l'Aube pour laquelle elle s'est abstenue. Cela mérite un mot d'explication : elle est auboise. Quel sens de l'intérêt général !

Mais rappellons le : le CAEN n'a qu'un avis consultatif !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires