Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 01:14

Les conseillers régionaux de droite ne manquent quand même pas de culot, à moins que cela ne soit pure incompétence et qu'ils ne se soient contentés de reprendre l'avis du CESER qui dit que le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations est inachevé.

En effet l'essentiel de la critique de la droite a consisté à dire que ce CPRDFP manquait de souffle !

Mais à qui la faute ? Le gouvernement a bien fait passer une loi en novembre 2009 imposant aux conseils régionaux de signer un tel contrat avant le 1er juin de l'année suivant leur élection (donc en l'occurrence le 1er juin 2011) mais il a tellement traîné à publier les circulaires d'application que les premiers contacts avec les services de l'Etat, c'était qu'il était urgent d'attendre ..... les consignes !

L'élaboration d'un diagnostic partagé a été fort compliquée à cause de qui ? A cause d'un recteur aux ordres du ministre de la fermeture de classes, je veux parler ainsi de Luc Chatel. La plus petite allusion à ce qui venait avant la formation professionnelle, le collège ou l'école maternelle était bannie. C'est pourtant bien cela qui conditionne l'aptitude des jeunes à profiter à plein de la formation professionnelle.

Alors, on en a passé du temps à négocier un diagnostic partagé qui n'est d'ailleurs en fin de compte qu'un plus petit dénominateur commun, mais il fallait avancer !

Après, on a attendu les propositions du Recteur, jusqu'au 11 mars, car il voulait les annoncer lui-même !
Alors évidemment, le CPRDFP est inachevé et j'ai une infini reconnaissance pour les services de la région qui ont réussi à faire un document qui tient la route et qui reprend toutes les propositions sérieuses des services de l'Etat ou des partenaires sociaux en aussi peu de temps (quand je parle de propositions sérieuses, c'est pour dire que l'on a évidemment repris toutes les propositions sauf celles qui étaient contraires aux objectifs affichés par le conseil régional d'élévation du niveau de qualification de tous, de solidarité ...)
Evidemment, il aurait fallu une carte des formations initiales pour la durée du CPRDFP, mais à l'allure où étaient parties les négociations avec le Rectorat, il fallait encore au moins deux ans ! On a juste contractualisé une méthode. Mine de rien, c'est une première en région.

Je ne reviendrais pas sur le débat sur l'apprentissage : il est faussé par l'absence d'allocation d'autonomie des jeunes et les jeunes n'ont pas le libre choix qui serait nécessaire entre formation en lycée professionnel et apprentissage ! Là aussi, le CPRDFP est inachevé : pour l'instant il est seulement acté (et ce n'est pas rien car cela va être signé par le préfet) que l'objectif donné par Xavier Bertrand de 12000 apprentis en région en 2013 est trop élevé !
Sur le service public de l'orientation, je m'amuse : le Recteur a souhaité que soit renforcé dans le texte l'importance des CIO. J'ai encore redit ce matin qu'il ne fallait pas que ce soit uniquement dans les mots, mais aussi dans les faits avec des moyens concrets !

Enfin, toute la partie sur la sécurisation des parcours professionnels va permettre de faire de petits pas mais on ne peut faire que des petits pas tant que les entreprises ont comme principe de multiplier les emplois précaires (et il faudrait vraiment des lois là dessus) et que le gouvernement ponctionne pour ses fins de mois le FPSPP, le fond paritaire de sécurisation des parcours professionnels qui, comme son nom l'indique à pour but, non d'alimenter les caisse de l'etat, mais d'oeuvre à la sécurisation des parcours professionnels.
Bref, le CPRDFP a un goût d'inachevé : c'est l'état actuel de ce qui peut être fait en commun avec des services de l'Etat aux ordres d'un gouvernement qui considère que la formation coûte cher et veut la réserver à son élite et avec les organisations patronales et syndicales.

Mais il y a quand même 37 actions à mettre en oeuvre : du pain sur la planche et de quoi rendre ce contrat concret !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires