Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 20:09

photo crJournée consacrée au vote du budget aujourd'hui au conseil régional.

Je vous passe les discussions d'affichage politicien et le débat général du matin sur la diminution des ressources, la nécessité de limiter l'emprunt etc ... A part le plaisir de convaincre des convaincus, il n'y a sans doute pas  grand chose à en tirer, d'autant plus qu'en restant dans les généralités des effets de manches, on évite de poser les vraies questions. Ce n'est par exemple pas " impôts" ou " pas impôts " sauf à développer l'individualisme à outrance et à dire que l'on n'a rien à financer ensemble mais c'est bien plutôt quelle réforme fiscale pour rendre l'imposition plus juste et en ce qui concerne les sociétés par exemple, faire en sorte que ce ne soit pas comme maintenant, les grands groupes qui font des milliards de profits qui proportionnellement paient moins d'impôts que les petits artisans !
Alors, je vais plutôt vous faire des commentaires sur certains points particuliers.
- sur les ressources humaines de la région, j'ai demandé au président où en était le travail engagé pour revoir les règles de participation à la mutuelle des personnels de la région comme il l'avait promis lors de la commission permanente de novembre. La cause des changements de règles est une loi datant de l'époque Sarkozy, fort mauvaise car voulant favoriser les assurances privées au détriment des mutuelles, mais elle laisse bien une marge de manoeuvre à notre collectivité et les règles mises en place en Novembre, sous prétexte de favoriser les catégories C des personnels, ( les moins payés) est pénalisante par rapport à la situation précédente, y compris pour certains personnels de catégorie C. L'importance du travail fourni par les personnels régionaux, un travail de qualité et on leur en demande toujours plus, sans doute trop d'ailleurs,  mérite que l'on ne chicane pas sur les aides à leurs mutuelles !
Réponse du président : le travail est en cours. C'est complexe.
- sur les lycées, l'apprentissage et la culture, le débat a essentiellement porté sur l'annonce, vu les difficultés budgétaires de ne plus intervenir que sur les bâtiments propriétés de la région, hors opérations déjà engagées. La droite a essayé de nous faire pleurer avec la situation des élèves du lycée privé de Maubert Fontaine, leurs difficultés sociales et la qualité de leurs résultats. Le président s'est engagé à réenvisager les dossiers lors de la décision budgétaire modificative, quand nous aurons le compte administratif de 2012 et saurons si nous avons des marges de manoeuvre budgétaire, mais la vraie question n'est-elle pas plutôt "Que fait on pour que ces jeunes restent dans l'enseignement public, y trouvent l'encadrement dont ils ont besoin ?" Je ne suis pas sure que le projet de loi sur la refondation de l'école ait l'ambition nécessaire pour cela et la fermeture ou les menaces sur des structures scolaires à taille humaine dans le département ne peut que contribuer à ne pas répondre à cette vraie question.
- Formation : ce n'est que peu un sujet de débat dans l'assemblée régionale ! J'ai rappelé que le but de la majorité du conseil régional, mon but, c'était bien d'avoir de l'ambition pour la formation professionnelle, en particulier dans ce domaine de compétence propre de la région, la formation des demandeurs d'emplois et que l'on ne pouvait pas les former uniquement, comme certains sont tentés de nous le demander, pour les métiers dits "en tension", qui sont en tension souvent uniquement du fait des conditions de travail et de salaires et constituent un puits sans fond en terme de besoins de formations puisque les salariés qui y travaillent n'ont qu'un but : trouver un autre travail. Et la baisse du budget de la formation professionnelle de la région n'est qu'apparent, la formation dans le cadre du dispositif Envol étant maintenant prise en charge sur le budget développement économique. J'ai rappelé ce que j'avais déjà dit au moment des orientations budgétaires : le transfert du dispositif envol ne doit pas être un simple changement d'écriture comptable mais doit bien s'accompagner du développement de ce qui fait le plus du dispositif envol, la formation et l'accompagnement à la création d'entreprise, vis à vis non plus uniquement de demandeurs d'emplois, mais aussi vis à vis de salariés qui souhaitent reprendre une entreprise.
J'ai rebondi ensuite sur l'intervention d'une élue socialiste qui avait souligné l'intérêt du déploiement du conseil en évolution professionnelle dans les Espaces Métiers pour dire que le besoin était tel que cette notion était reprise dans l'accord national interprofessionnel qui venait d'être signé, un accord par ailleurs fort mauvais car il développe la précarité du travail et d'ailleurs uniquement signé par des organisations syndicales minoritaires et pour lequel il fallait espérer que sa traduction législative corrige les pires menaces. En ce qui concerne le dispositif de conseil en évolution professionnelle, il n'y a pas de risque d'inutilité dans que développe le conseil régional et pour deux raisons, la première étant que l'ANI renvoit l'application à des discussions ultérieures entre partenaires sociaux et la seconde c'est que, et cela questionne, dans les premières expérimentations qui ont été mises en place dans les Espaces Métiers, il y a des salariés du privé qui viennent chercher ces conseils, mais aussi beaucoup de salariés du public.
Enfin, je n'ai pas résisté au plaisir de faire une allusion au débat qui avait précédé sur la culture en faisant remarquer à certains conseillers régionaux que dans les projets concernant les actions à destination des salariés, il y avait celui d'une plateforme de formation culturelle, car la culture était essentielle, facteur d'émancipation humaine, que peut être effectivement, cela gênait certains car elle aidait à réfléchir et à devenir plus citoyen, mais qu'heureusement que nos ancêtres avaient protégé la culture car sinon, le débat (en faisant référence avec ce qui avait été dit précédemment) entre culture contemporaine et plus ancienne n'aurait pas lieu d'être, car il n'y aurait pas de patrimoine et que tout compte fait, c'était sans doute plus démocratique la manière dont nous aidons la culture que les rois qui protégeaient les artistes dans leur cour.
Il y aurait encore d'autres débats de la journée à raconter, sur les aides aux étudiants, sur le développement économique (un sujet essentiel, mais esquissé simplement aujourd'hui dans l'attente de nouvelles propositions de la région - un séminaire de la majorité régionale est prévu sur ce sujet en mars - mais ce serait trop long ... et vous ne me liriez plus. Suite demain : on continue !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Champagne Ardenne
commenter cet article

commentaires