Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 16:27

ardennesL'intérêt d'une intercommunalité ne peut se discuter dès lors qu'il s'agit de mettre des moyens en commun au service d'équipements collectifs, de services publics avec donc une taille qui peut varier selon l'équipement, le service considéré.
Petit exemple récent : l'accompagnement des enfants dans les transports scolaires dans les environs de Rocroi : la logique voudrait que ce soit le département, organisateur des transports scolaires, qui assume complètement le service en ne laissant pas des enfants d'école maternelle seuls avec le chauffeur du bus. Autre possibilité, moins cohérente, mais restant plausible : l'ensemble des communes dont les enfants empruntent le bus et donc l'intercommunalité. On ne peut imaginer chaque commune payant son accompagnateur pour aller dans le même bus ! Le refus de s'engager dans cette voie du président de l'intercommunalité, Michel Sobanska, renvoyant cette compétence vers les communes, est d'autant plus scandaleuse qu'en tant que conseiller général, il a voté ce désengagement des instances départementales !
Cet exemple illustre bien le rôle structurant des équipements, là l'école, des services à mettre en commun, avec des habitudes des populations qui ont souvent précédé les structures pour aller utiliser les équipements là où c'est le plus facile.
L'Agence Régionale de Santé vient de faire un remarquable travail technique pour déterminer des territoires de premier recours en matière de soins en fonction des habitudes des populations. J'y reviendrais, car ce découpage pose un problème majeur en terme de taille des territoires, mais il est très cohérent dans le respect des pratiques actuelles des Champardennais (sans doute pour mieux faire accepter les schémas de restriction en terme d'accès aux soins qu'il annonce). Il y a eu hésitation sur Revin, initialement regroupé avec le canton de Monthermé et en fin de compte lié à la Pointe des Ardennes. Jamais n'a été évoqué un regroupement avec le plateau. La proposition du préfet de rattacher Revin à l'ouest ardennais relèverait-elle du simple jeu politicien : on n'ose le croire, si ce n'est que l'on attend encore des explications plus sérieuses.
Les maires de Charleville et de Sedan ont annoncé leur volonté d'une grande intercommunalité regroupant leurs villes et les communes environnantes : celle-ci compterait une soixantaine de communes, pratiquement la moitié de la population du département ! Une vraie question se pose : les équipements à mettre en commun ne sont-ils pas à rayonnement départemental plutôt que du ressort de cette intercommunalité en projet ? Et n'y a-il pas un vrai risque de changer la donne vis à vis du reste du département ? Passer de deux villes dont les équipements rayonnent bien au delà chacune des deux intercommunalités actuelles à deux villes qui s'organisent entre elles, avec leurs proches voisines en un territoire qui oublie les zones plus rurales. Un petit exemple avec les missions locales. Il y en a une actuellement à Charleville Mézières prenant en charge des jeunes jusqu'à la Thiérache ardennaise, une autre à Sedan rayonnant sur l'Yvois : une seule suffirait certainement à la conurbation Charleville Sedan, à condition de laisser de côté les périphéries, bien des frais supplémentaires pour une communauté de communes qui se suffirait à elle-même. N'y a t-il pas là risque de désamènagement du territoire, de raisons supplémentaires de désertification du département à l'exception de cette "métropole"?
Avec toute la relativité que peut avoir ce terme dans les Ardennes, n'y-a-il pas un risque de gigantisme contribuant à éloigner les citoyens des lieux de décisions, un risque très réel quand on voit déjà à quel point les décisions de Coeur d'Ardenne semblent opaques pour les citoyens et même d'ailleurs pour les conseillers municipaux des communes. Dans quel conseil municipal y-a-til eu une réflexion commune sur les orientations que leurs délégués allaient défendre pour le vote du budget de Coeur d'Ardenne ? Même pour les membres du conseil communautaire, le budget semble avoir été préparé technocratiquement, sans véritable orientation politique, sans débat démocratique.
Le goût du gigantisme semble avoir touché les élus socialistes puisqu'ils souhaitent aussi une grande communauté de communes de Bogny sur Meuse à Givet. Mais qu'y-a-il de commun entre les bognysiens, qui, quand ils ne disposent pas de l'équipement sur la communauté de commune Meuse et Semoy vont à Charleville plutôt qu'à Revin (Pôle Emploi, piscine ...) et les Givetois qui font tout pour ne pas avoir à venir à Charleville : c'est quand même une bonne heure de route !
Là non plus, on n'ose penser qu'il puisse s'agir de choix politiciens, donner une taille suffisante à des communautés dont on connait la tradition plutôt à gauche, face au conseil général de droite.
Mais là aussi, il faudrait des arguments plus convaincants !
Quels intérêts à l'intercommunalité ?
Mettre en commun des équipements : je viens de développer largement ce point.
Etre un lieu supplémentaire d'exercice de la démocratie, d'intervention citoyenne, d'échange pour que les besoins de nos concitoyens soient mieux satisfaits.
Là-dessus, il y a un immense travail à réaliser pour que cela se passe sur des bases fondamentalement différentes des actuelles (j'ai parlé plus haut du fonctionnement de Coeur d'Ardenne mais je pourrais en dire encore plus sur Rives de Meuse !)
Ne commençons pas par définir les territoires des nouvelles intercommunalités sans un large débat, dépassant le sérail restreint des élus intéressés par la question  et rendu accessible ux Ardennais dans leur globalité. Tout diktat du préfet serait inadmissible !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Ardennes
commenter cet article

commentaires

Claude 25/05/2011 17:41



Bravo !!! des précisions pertinentes pour une bonne compréhension de l'enjeu des intercommunalités.