Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:56

hopital-copie-1.jpgIl y avait une époque où une question lancinante était le recrutement de médecins pour améliorer les prises en charges des patients ardennais.

Cette époque est révolue : un médecin, il faut le payer et en plus il engendre d'autres dépenses.

Une seule solution pour un directeur avide d'une bonne notation par ses supérieurs (avec la prime et l'avancement qui vont sans doute avec) : les faire fuire !

Et voilà comment en quelques mois on casse des équipes qui ont mis des années à se constituer, rendant tout recrutement médical futur beaucoup plus compliqué car il est toujours beaucoup plus tentant de partager le travail d'une équipe que de se retrouver seul, sur le pont 365 jours par an !

C'est l'ana path ! (pour les non initiés, je viens de chercher la définition sur wikipédia : " L'anatomo-pathologie, est une  technique, humaine et vétérinaire, qui se consacre à l'étude des lésions macroscopiques et microscopiques des tissus pathologiques prélevés sur un sujet vivant ou décédé.". La présence de ces médecins est indispensable au moment de certaines interventions chirurgicales pour guider le chirurgien.) Le mépris affiché par la direction vis à vis des jeunes médecins arrivés récemment prendre la relève d'un départ à la retraite a entraîné leur fuite rapide et le seul recours maintenant à de tels spécialistes est devenu ponctuel, désorganisant l'activité du bloc opératoire de l'hôpital !

C'est l'hémato : après la fermeture de son service l'été dernier, le chef de service passait plus de temps à résoudre des questions d'organisation, à chercher ses malades dans tous les services de l'hôpital qu'à soigner : il est parti sous d'autres cieux !

C'est l'anesthésie : plus un et moins deux (pour ne pas dire plus !). Bel exemple d'application de la loi HPST (la loi Bachelot) dans tout ce qu'elle a de plus antidémocratique. Sans consulter les médecins anesthésistes, le directeur de l'hôpital a embauché un anesthésiste sur un nouveau type de contrat fait pour casser le service public, sur un contrat de praticien clinicien, super bien payé, à condition d'être aux ordres de Monsieur le Directeur, car révocable du jour au lendemain. En l'occurence, ce médecin aura rempli son contrat si il réussit à faire en sorte que les médecins anesthésistes puissent être moins nombreux ! Curieux hôpital pour venir prôner la réduction du nombre de médecins anesthésistes. Il n'y a pas de classement à faire : toutes les situations sont différentes en fonction de la répartition entre activité programmée et prise en charge des urgences, mais l'hôpital de Charleville Mézières ne fait pas partie des hôpitaux où les médecins anesthésistes font le moins d'actes, loin de là ! La réorganisation, c'est de la création d'anesthésie low cost ! Vous rajoutez à cela le refus de participer aux corvées du service pour se réserver les activités les plus en vue (mais quand on a le directeur dans sa poche, on se croit évidemment tout permis) et le médecin qui avait le plus de facilités pour muter ailleurs part dès septembre ! Mais on s'est également privé d'un autre recrutement, car le directeur a mis à la porte du jour au lendemain en mai le remplaçant qui avait annoncé réfléchir, après la période des congés, à prendre un poste. Et sans doute d'autres, car l'on a gâché les possibilités d'intégrer des remplaçants habituels, membres à part entière de l'équipe, mais qui hésitaient à prendre un poste définitif ! Evidemment, il y a une question financière, mais ce n'était pas des mercenaires de l'anesthésie comme les autres ! Déjà, ils étaient revenus, alors que d'autres ne font que passer, trouvant qu'il y a trop de travail à Charleville Mézières, revenus, revenus et devenus des amis de toute l'équipe, partageant corvées et plaisir du travail bien fait. Et là où il fallait tous se mettre autour de la table pour négocier, le directeur s'est contenté du chantage, annonçant qu'à partir du 1er septembre il recourrait à de vrais mercenaires de l'anesthésie en cas de bsoin, plus à eux. Cécile, Mickael, Gérard, Aldo, quel gâchis ! Et l'angoisse de découvrir chaque lundi de nouveaux médecins alors que l'anesthésie est un travail d'équipe, découvrir chaque lundi de nouveaux médecins et l'expérience nous a déjà démontré que certains sont de vrais mercenaires au sens le plus péjoratif du terme.

Il y a bien, bien d'autres choses à dire sur l'hôpital : je n'ai là guère parlé que des médecins. Il y a aussi beaucoup à dire sur la souffrance du personnel, à analyser les causes. Le prochain épisode est pour bientôt sur ce blog : ce sera à propos de l'hôpital de semaine de chirurgie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Ardennaise 24/08/2011 23:42



Bonsoir,


 


En vous lisant je ne peux m'empêcher de penser au sort similaire des équipes de Vouziers , tout ce que vous vivez mal , les soignants de Vouziers l'ont
vécu et même plus!!!


 


Le seul but étant de détruire le service public , c'est une grande réussite il faut le constater, les services ferment , les salariés se sauvent dès
qu'ils le peuvent , plus une équipe n'est  stable , le malade n'est vraiment  pas le coeur du problème , le coeur du problème c'est le FRIC


 


Tout a été fait pour mettre à terre les personnels et anéantir l'hôpital , nous nous sentions bien seuls , je vous souhaite à vous et vos collègues
beaucoup de courage tant je sais la difficulté à travailler dans de telles conditions.


 


Moi aussi j'ai préféré partir avec une maigre retraite , il m'aurait fallut faire encore 2 années mais c'était impossible pour moi


 


Triste sort fait aux hôpitaux , à leur personnel et aux malades


 


Très amicalement


 


Réjane