Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 12:32

hopital-copie-1.jpgJe ne peux rester sans réagir à la conférence de presse tenue par le directeur de l'hôpital et vous pouvez en lire le compte rendu sur le site de l'Union en cliquant ici !

Belle victoire que d'avoir réduit le déficit ! Cela s'est fait en instituant la pagaille, le type en étant l'hôpital de semaine, avec des malades changés de service le vendredi après midi et des patients rentrant en urgence pendant le week end éparpillés dans les services, non en fonction de leur besoins, mais en fonction de la place qui reste !

Sans parler du malaise des personnels, de plus en plus grave : elles, ils, en sont malades de ne plus pouvoir soigner les patients aussi bien qu'ils, elles, le souhaiteraient, sans parler des nouveaux modes de management, qui, comme dans les autres services publics, font leur ravage !

Quel intérêt de réduire les déficits, alors que le manque d'argent n'est que factice ? Le différentiel du curseur de la répartition des richesses entre salaires et cotisations sociales d’une part et profits d’autre part, a bougé de 9,3 points de PIB depuis 30 ans au détriment des premiers. Cela représente des sommes de l'ordre du 180 milliards d'euros par an parties vers les profits, de quoi boucher le trou de la sécu, financer les hôpitaux, les retraites, augmenter les salaires ... 

Mais certains s'épanouïssent dans la gestion bling, bling de l'hôpital : la loi Bachelot leur a donné du pouvoir (à condition d'aller dans le sens du vent) et le pouvoir, quand cette envie vous tient, certains n'y résistent pas, pour transformer l'hôpital en l'entreprise des copains et de coquins !

Parlons par exemple de l'arrivée de trois médecins anesthésistes. Déjà, quand je dis que c'est une gestion bling bling, sans rien de concrètement positif, il faut aussi dire que depuis l'arrivée du nouveau directeur, deux médecins anesthésistes sont partis vers d'autres hôpitaux, ne supportant le mépris dont elles étaient l'objet ni l'aggravation des conditions de travail. Sur les trois nouveaux médecins, l'un a ce statut particulier de praticien clinicien, payé au dernier échelon + 70% du salaire, avec des obligations horaires supérieures aux autres médecins, mais pas pour faire de l'anesthésie : 15 h par semaine pour participer au nouveau management qui a entraîné des départs ! (les copains et les coquins)

Quant aux deux autres, ce sont des médecins roumains qui travailleront vraiment, quand ils seront autonomes d'un point de vue linguistique ! Mais cela permet au directeur de faire une conférence de presse ! Il devrait d'ailleurs peut être organiser des cours de Roumain à l'hôpital, car, vous voyez l'angoisse des personnels de travailler avec des médecins avec lesquels il n'y a pas possibilité d'échange !

Cela permet d'avoir des médecins au statut précaire, qui ne contestent pas : c'est bon pour le bling, bling, pour les chefaillons qui veulent assoir leur autorité sur l'arbitraire.

C'est par contre inquiétant pour la qualité des soins ! Et sans faire de systématisme. Il y a parmi les médecins étrangers de très bons médecins, y compris parmi les médecins roumains ! Mais il n'y a pas dans ce pays la barrière mise en France par le concours en fin de première année d'étude, cette barrière trop sélective d'ailleurs chez nous, mais totalement défaillante chez eux. Alors, certains auraient suivi facilement les études en France et acquièrement d'ailleurs sans problème (sans problème, je parle là pour ceux issus des pays de l'Europe) un statut de praticien hospitalier après un concours en France, mais ce n'est pas le cas de tous.

Et ces départs massifs de médecins roumains sont très inquiétants pour ce pays !

Juste un mot sur la certification, pour en sourire. En ce qui concerne le bloc opératoire, le seul changement, apprécié par les certificateurs, c'est l'apparition d'un logiciel dont sur le terrain, on n'a pas encore compris l'intérêt, à part la perte de temps pour les infirmières et la possibilité pour les cadres de mieux fliquer le personnel ! Quand à la prise en charge des anesthésies pour les explorations digestives, elle est devenue d'un haut niveau d'organisation et de sécurité, mais si le directeur avait seulement fait l'effort de questionner les professionnels pour répondre à la Haute Autorité de Santé, le processus était déjà en route et les arguments auraient été donnés dès le printemps !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article

commentaires