Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:41

Mais maintenant, on va entrer dans le dur !

Petit rappel : CPRDFP = contrat de plan régional de développement des formations professionnelle.

D'après la loi de novembre 2009, les régions doivent signer un tel contrat avec l'Etat avant le 1er juin (ça approche !) et cela concerne tant la formation professionnelle initiale que la formation des adultes et cela va engager l'ensemble des partenaires sociaux.

Les enjeux sont énormes, sur l'organisation de la formation, sur son amélioration, mais aussi sur la répartition des financements. Un exemple : en dehors des questions de fond sur l'intérêt ou non de développer l'apprentissage, la fermeture de sections de lycées professionnels au profit d'ouvertures de groupes dans les centres de formation d'apprentis, c'est pour l'Etat des économies de profs et pour la région des dépenses nouvelles ! Sans même parler du contrat d'objectif et de moyens (COM) à signer entre l'Etat et la Région pour l'apprentissage. Vous retrouverez sur ce sujet mon précédent article en cliquant ici.

Une étape décisive vendredi donc, avec un CCREFP, comité de coordination régional de l'emploi et de la formation, très solennel, en présence du préfet de région, du recteur et du président de la région.

Un diagnostic partagé a été approuvé et le recteur a, enfin, présenté les orientations de l'Académie (de l'Académie ou du ministre de l'Education Nationale ?!)

C'est un diagnostic partagé qui ressemble fort à un plus petit dénominateur commun : on avait effacé les phrases voulues par le Rectorat trop empreintes de l'idéologie ultralibérale et supprimé toute allusion au fait que la réflexion sur la formation professionnelle est interdépendante des parcours scolaires qui précèdent. Le Rectorat est allergique à la moindre insinuation sur la dégradation des conditions de scolarisation, la baisse de la scolarisation des deux ans à l'école maternelle par exemple. Et je n'en voudrais certainement pas à la FSU d'avoir voté contre ce diagnostic partagé, mais allégé !

Mais bref : le diagnostic partagé étant approuvé, on a pu passer à la présentation des orientations. Les partenaires sociaux ont présenté ou représenté les leurs, puis le Recteur, le président de Région (les orientations de la région, elles sont déjà publiques depuis longtemps et en cliquant ici, vous pourrez les retrouver) et enfin le Préfet.

La grande nouveauté était sans contexte les orientations du Recteur puisque le reste était déjà peu ou prou connu, même si la DIRECCTE avait adressé un nouveau document.

On peut s'interroger d'ailleurs sur un gouvernement qui propose une loi imposant un tel contrat et fait en sorte que les orientations du ministère de l'Education Nationale ne soient pas connues avant le 11 mars !!! Car il reste peu de temps pour négocier !

Des orientations du Rectorat ressortent deux graves défauts qui sont d'ailleurs structurants de l'actuelle politique de l'Education Nationale :

- une politique élitiste où, au lieu de s'occuper d'améliorer le niveau d'études de tous, on se focalise sur une élite et les orientations du Recteur insistaient sur l'internat d'excellence de Langres et les cordées de la réussite.

- une politique d'adéquation à l'emploi et il a même parlé de la nécessité de connaître les perspectives économiques à court terme, quelque chose d'assez aberrant quand on se dit que l'école doit plutôt apprendre à apprendre, apprendre à pouvoir se former tout au long de la vie, apprendre à être des citoyens, que  faire de l'adéquation à l'emploi.

Mais nous sommes restés sur notre faim dans un domaine où la contractualisation Etat Région est certainement un plus : avoir une carte pluriannuelle des sections de lycées professionnelles, quelque chose d'indispensable pour mieux gérer locaux et équipements, quelque chose d'indispensable aussi pour faire une carte des sections d'apprentissage. Le Recteur s'est contenté de parler d'un mécanisme annuel de concertation Etat Région.

On a fait un grand pas vendredi puisque l'on a un diagnostic partagé et que les orientations du Recteur sont publiques, mais il va maintenant falloir négocier !

Je n'ose penser que le Rectorat n'ait aucun projet de carte scolaire à moyen terme : aurait il peur de les faire connaître ? Ce serait dommage, car même si certaines choses doivent facher, un silence serait inconcevable pour une bonne gestion des fonds de la Région en terme d'équipements des lycées professionnels et ce serait la négation même d'un tel contrat.

Je reviendrais dans un prochain article sur les questions d'orientation et sur les orientations de la DIRRECTE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires

Michèle Leflon 16/03/2011 21:27



C'est tout l'intérêt des commentaires que de pouvoir compléter !


Mais en plus, l'article est trop long pour le style de mon blog, mais trop court pour tout raconter, et les votes de chacun ! Et pourtant, j'avais réussi à y écrire que la FSU avait voté contre
le diagnostic mais sans doute ma phrase n'était pas assez claire !



Fabrice CARDON 16/03/2011 14:30



Bonjour,


 


Dans votre article, vous ne faites pas mention de la position de la FSU qui s'est abstenue en dénonçant un certain nombre de points contenus dans les documents relatifs au mixage des publics, aux
parcours individualisés de formation.


 


cordialement


Fabrice CARDON


secrétaire régional adjoint SNETAP-FSU


enseignement agricole public de Champagne-Ardenne