Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 18:11

La récente décision du conseil constitutionnel, interdisant à l'Etat de donner le patrimoine de l'AFPA à cette association est un échec cuisant pour le gouvernement. Cette donation visait avant tout à faire de l'AFPA un organisme de formation comme les autres, pour la faire mourir à petit feu : le patronat est dans les starting blocks pour faire des profits sur la formation, comme sur la santé ou les personnes âgées, et avec ses compères au gouvernement, il organise actuellement le sabotage de l'intérieur de l'AFPA, sur le dos des personnels, victimes d'une gestion à la France Télécom, et sur le dos des demandeurs d'emploi, en attente de formation, malgré des places vacantes dans les centres AFPA.
A l'inverse de cette casse pour que prolifèrent mieux des officines de formation où former n'est que secondaire au fonctionnement du tiroir caisse, c'est un grand service public de formation en lien avec le service public de l'emploi qui est nécessaire, offrant, à l'image de ce qui devrait rester l'ambition de l'Education Nationale, le même service public sur l'ensemble de notre territoire national, un service public, outil nécessaire d'une sécurité d'emploi formation. L'AFPA devrait y prendre toute sa place et son caractère d'association nationale en est un atout évident comme le succès de ses pratiques pédagogiques, issues d'une histoire de 60 ans d'expérience de formation des adultes.
L'Association des Régions de France revendique la dévolution du patrimoine de l'AFPA aux régions. Il y a urgence à ce que le gouvernement propose de légiférer en ce sens, avant que ce patrimoine ne tombe en ruine, faute d'avoir un propriétaire décider à l'entretenir ! C'est de plus cohérent avec la décentralisation aux régions du financement des formations de l'AFPA, avec la compétence des régions en matière de formation professionnelle et le fait qu'elles soient propriétaires d'autres locaux de formation comme les GRETA.
Mais il doit s'agir d'une décentralisation bien pensée, donnant effectivement les avantages d'une gestion de proximité où le développement de la démocratie locale est un gage de qualité, sans perdre l'indispensable cohérence nationale pour garantir un droit effectif à la formation continue.

Cela suppose, non seulement que cette charge nouvelle pour les régions soit compensée par l'Etat, en fonction de l'existant, mais aussi solidairement en donnant le plus, là où le patrimoine est le plus réduit ou détérioré pour éviter que ne s'aggravent les déséquilibres territoriaux comme on en a vu avec les collèges ou lycées et comme ils se profilent à l'horizon pour les écoles paramédicales.

L'autre aspect nécessaire à la cohérence nationale est le développement de règles communes à l'ensemble des régions, permettant le développement des droits à la formation et allant au delà de la convention signée à l'automne entre toutes les régions : c'était un premier pas nécessaire, car elle permet à un stagiaire originaire d'une autre région d'avoir les mêmes droits que les stagiaires issus de la région de formation, mais c'est encore bien insuffisant, les règles de gratuité et d'indemnisation étant différentes d'une région à l'autre. Plutôt que des services publics régionaux de formation, cela jetterait les bases d'un grand service public national à gestion décentralisée pour mieux répondre aux besoins.
Enfin, compléter une décentralisation, pour l'instant anarchique, en donnant le patrimoine de l'AFPA aux régions n'exonèrera pas le gouvernement de payer ses dettes à cette association : les 80 millions d'euros dus au titre du 3è contrat de progrès et les 80 millions dus pour l'entretien du patrimoine en 2010. Ce n'est pas aux salariés de l'association de subir, comme c'est le cas actuellement, les conséquences d'un propriétaire défaillant, même si ce propriétaire est l'Etat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Formation Education
commenter cet article

commentaires