Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Michèle Leflon
  • : Michèle Leflon, communiste, Vice présidente du conseil régional de Champagne Ardenne, a créé ce blog pour crier son indignation devant le recul de l'humain, la casse de la planète et favoriser le débat pour une alternative politique vraiment à gauche. Ce blog, tout particulièrement tourné vers les Ardennes, en présente des informations alternatives.
  • Contact

Qui suis-je ?

Pour me contacter :
michele.leflon@orange.fr


Vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, chargée de la formation professionnelle et de l'orientation

Membre du Conseil National du Parti Communiste Français.

Ancien médecin anesthésiste-réanimatrice à l'hôpital de Charleville Mézières.

Recherche

La nature dans les Ardennes

Archives

8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 19:08

En ce début d’année après avoir mis en oeuvre les mesures terriblement injustes concernant l’assurance maladie (sanctions financières pour ceux qui sont hors du parcours de soin, déremboursements, augmentation du forfait hospitalier, franchise de 18 euros) le président Chirac annonce une réforme du financement de la protection sociale.

Une réforme est en effet indispensable pour répondre aux besoins de la population. Mais laquelle ?

Chirac s'est fait un coup de pub, en parlant de toucher à la valeur ajoutée des entreprises, en proposant d'utiliser les cotisations sociales comme moyens de lutte contre les délocalisations. Histoire de conforter la population sur le bien fondé des propositions présidentielles, le patronat est tout de suite monté au créneau.

Qu'en est il réellement ?

Chirac propose de basculer une fraction des cotisations patronales sur une assiette composée de l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises.

Il précise : " Face à nos principaux concurrents, nous sommes désavantagés par un coût du travail trop élevé et des cotisations qui pèsent trop lourdement sur les salaires et pénalisent l’emploi "

" Aujourd’hui plus une entreprise recrute, plus elle doit payer. A l’inverse plus elle délocalise, plus elle occasionne de dépenses sociales et moins elle contribue à la protection sociale des Français."

Le passage à la valeur ajoutée d’une partie de la cotisation patronale inciterait en fait les entreprises de haute technologie à délocaliser les profits pour réduire la valeur ajoutée qu’elles produisent en France et à réduire l’investissement industriel et de recherche.

Ce n'est pas la valeur ajoutée qu'il faut taxer, mais les revenus financiers des entreprises et des banques et, contre les délocalisations, moduler le taux des cotisations sociales patronales en faisant payer plus celles qui baissent la part des salaires dans la valeur ajoutée et recherchent les placements financiers.

Car il ne faut pas moins d'argent pour la protection sociale, mais plus : il n'est pas anormal qu'une société qui augmente son PIB veuille accroître la part consacrée à la santé, aux retraites, au fur et à mesure des progrès de la médecine, de l'allongement de la vie. C'est un choix de société : la santé de tous ou les profits de quelques uns !

Alors, ne baissons pas les cotisations patronales, arrêtons les exonérations qui font pression sur les salaires en ne concernant que les plus bas d'entre eux, modulons les cotisations en fonction de la responsabilité sociale des entreprises et taxons les revenus financiers !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Leflon - dans Santé
commenter cet article

commentaires